Actualité
Il y a 6 mois
3 questions à Anne-Lise Farkoa

Quels sont encore aujourd’hui les freins des entreprises dans le recrutement de personnes handicapées ?

L’insertion des personnes handicapées a énormément évolué dans le bon sens durant les trente dernières années. Le taux d’emploi des personnes handicapées a augmenté. C’est bien la preuve qu’il n’y a pas de réelles incompatibilités entre emploi et handicap. Et pourtant des freins persistent. Les recruteurs, les responsables de missions handicap que je reçois sur l’antenne de Vivre FM me disent encore souvent que les candidats n’ont pas le bon niveau de qualification. C’est une réalité. Seuls 17% des demandeurs d’emploi handicapés sont titulaires d’un bac, contre 57% pour l’ensemble des 15-64 ans ce qui les exclut des secteurs à haute qualification, comme la banque, les assurances et l’industrie par exemple à cause de la technicité de certains de ces métiers. Des stéréotypes persistent comme par exemple la fausse idée que les personnes handicapées sont souvent malades, peu mobiles, moins disponibles.
Autre difficulté, le handicap survient dans 80% des cas en cours de carrière, que ce soit à la suite d’une maladie ou d’un accident. Les personnes handicapées sont parfois obligées de se reconvertir et lorsqu’elles ont plus de 50 ans, elles vivent une double peine.
Enfin, la question du handicap psychique et plus largement de ce que l’on appelle le handicap invisible reste difficile à prendre en compte pour les recruteurs non par manque de motivation mais par manque d’informations.

A travers vos rencontres, avez-vous pu déceler des expériences intéressantes en termes de recrutement des personnes handicapées ?

Afin de palier cette difficulté à recruter[...]

CCAH
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 heures
Quotidien du médecin

Un anticorps dirigé contre le virus de la dengue s'est révélé également efficace pour protéger adultes et fœtus contre l'infection par le virus Zika, selon les résultats de travaux menés chez la souris, publiés dans

Actualité
Il y a 3 heures
PACA CRIPS
Atelier : 13 octobre 2017 - 2 sessions Marseille et Nice - Nos formations et ateliers
Actualité
Il y a 4 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

SCIENCES - Des chercheurs français ont testé une technique prometteuse de stimulation nerveuse...


Actualité
Il y a 5 heures
SNPI

Avec la réforme du code du travail, votre rémunération pourrait baisser car les primes de nuit, d'ancienneté ou le 13e mois seront désormais du ressort des directions.

Les ordonnances définissent trois blocs de négociation collective.

Le premier concerne les thèmes que les branches conservent. On y trouve notamment les salaires minima, les classifications, la mutuelle/prévoyance, l'égalité hommes-femmes, la période d'essai. Ainsi que les conditions de renouvellement des CDD et leur durée globale, et les conditions de recours au contrat de chantier dans leur secteur.

Cela ne veut pas dire qu'il ne peut y avoir d'accord d'entreprise sur le sujet. Mais, pour pouvoir s'appliquer, il faut qu'il offre des garanties "au moins équivalentes" (terme peu clair aux yeux des juristes, qui redoutent déjà des contentieux).

Deuxième bloc, celui qui concerne les sujets qui reviennent à l'entreprise sauf si les branches décident expressément de garder la main dessus. C'est le cas de la prévention de la pénibilité, de l'emploi des travailleurs handicapés, des primes pour travaux dangereux ou insalubres. Si la branche verrouille ces sujets, un accord d'entreprise ne peut se déployer que s'il prévoit des "garanties au moins équivalent[...]

Actualité
Il y a 5 heures
SNPI

Avec la réforme du code du travail, votre rémunération pourrait baisser car les primes de nuit, d'ancienneté ou le 13e mois seront désormais du ressort des directions.

Les ordonnances définissent trois blocs de négociation collective.

Le premier concerne les thèmes que les branches conservent. On y trouve notamment les salaires minima, les classifications, la mutuelle/prévoyance, l'égalité hommes-femmes, la période d'essai. Ainsi que les conditions de renouvellement des CDD et leur durée globale, et les conditions de recours au contrat de chantier dans leur secteur.

Cela ne veut pas dire qu'il ne peut y avoir d'accord d'entreprise sur le sujet. Mais, pour pouvoir s'appliquer, il faut qu'il offre des garanties "au moins équivalentes" (terme peu clair aux yeux des juristes, qui redoutent déjà des contentieux).

Deuxième bloc, celui qui concerne les sujets qui reviennent à l'entreprise sauf si les branches décident expressément de garder la main dessus. C'est le cas de la prévention de la pénibilité, de l'emploi des travailleurs handicapés, des primes pour travaux dangereux ou insalubres. Si la branche verrouille ces sujets, un accord d'entreprise ne peut se déployer que s'il prévoit des "garanties au moins équivalent[...]

Actualité
Il y a 5 heures
SNPI

Avec la réforme du code du travail, votre rémunération pourrait baisser car les primes de nuit, d'ancienneté ou le 13e mois seront désormais du ressort des directions.

Les ordonnances définissent trois blocs de négociation collective.

Le premier concerne les thèmes que les branches conservent. On y trouve notamment les salaires minima, les classifications, la mutuelle/prévoyance, l'égalité hommes-femmes, la période d'essai. Ainsi que les conditions de renouvellement des CDD et leur durée globale, et les conditions de recours au contrat de chantier dans leur secteur.

Cela ne veut pas dire qu'il ne peut y avoir d'accord d'entreprise sur le sujet. Mais, pour pouvoir s'appliquer, il faut qu'il offre des garanties "au moins équivalentes" (terme peu clair aux yeux des juristes, qui redoutent déjà des contentieux).

Deuxième bloc, celui qui concerne les sujets qui reviennent à l'entreprise sauf si les branches décident expressément de garder la main dessus. C'est le cas de la prévention de la pénibilité, de l'emploi des travailleurs handicapés, des primes pour travaux dangereux ou insalubres. Si la branche verrouille ces sujets, un accord d'entreprise ne peut se déployer que s'il prévoit des "garanties au moins équivalent[...]