Actualité
Il y a 2 mois
4 façons de mieux digérer

Ventre gonflé, gaz, inconfort digestif... Ces manifestations bien désagréables peuvent être soulagées par des remèdes naturels. Les solutions de Françoise Couic Marinier, pharmacienne diplômée en phytothérapie et aromathérapie et de Thierry Morfin, naturopathe.


News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 11 heures
Éducation : les maths à la plage
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 11 heures
Aveyron : un village crée une association pour sauver sa boulangerie
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 12 heures
Pays-Bas: un ancien directeur d'un centre de fertilité serait le père de 19 enfants
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 14 heures
À la paillasse avec Thierry Lhermitte
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 15 heures
Vous perdez vos cheveux? La confrérie des chauves recrute
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 16 heures
Marion Bartoli: "Je ressens l'envie de revenir sur les courts"
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 16 heures
Des addictologues s'inquiètent de la nomination d'une ex-lobbyste du vin comme conseillère de Macron
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 17 heures
Cancer : les Américains ont dépensé 88 milliards de dollars en un an
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 18 heures
«Les conséquences d'un canular téléphonique peuvent être dramatiques pour l'individu»
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 20 heures
La revanche du gluten, accusé de tous les maux
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 20 heures
Comment faire une "digital detox"... grâce à son smartphone
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 20 heures
Ces photos de couples prises dans leur intimité montrent que le sexy a 1001 visages
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Articles liés par le même flux
Presse médicale
Double peiné
Il y a 17 heures
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité

Chloé, une jeune fille « fragile » souffrant de maux de ventre depuis toujours, entame une thérapie sur les conseils de sa gynéco mais l’interrompt quand il lui avoue son amour pour elle. Ils se mettent en couple, alors qu’elle est apparemment guérie. Mais ses troubles semblent reprendre lorsqu’elle découvre que son psy de mari a un secret…Auteur d’un [...]

Actualité
Il y a 19 heures
SFP

La troisième journée de recherche en kinésithérapie se déroulera le 17 juin 2017 dans les locaux de l'IFMK de Nancy. Vous pourrez découvrir 90 conférences présentant les 90 mémoires de nos étudiants de K3 en simultanée dans les 2 amphithéâtres et les 2 salles 16 et 17 du premier étage.
Cette journée gratuite est ouverte à toutes et à tous. Nous vous demandons cepen[...]
Actualité
Il y a 23 heures
SFNC

Le site internet de la société Française de Neurochirurgie (SFNC) est l'objet d'une restructuration de forme sous l'impulsion de notre Président Jean-Paul Lejeune. En effet son existence est indispensable à la vie de notre société en terme de moyen d'échanges, de visibilité de notre corps professionnel, et enfin d'informations.

Tout d'abord, notre groupe professionnel, juniors et séniors, constitue la cible privilégiée que cette activité soit publique ou libérale. Le site doit donc délivrer des informations sur les possibilités de formation spécifiques qu'offrent les différentes composantes de notre société. Ainsi, nous pourrons y trouver les règles d'inscription et les modalités pratiques pour intégrer les cycles de formation, ateliers, DIU ou voire véritable DCE en cours de constitution. Notre prétention est de réunir sur un même lieu l'ensemble de ces informations structurées. Les réunions futures y seront également répertoriées, qu'elles aient lieu sur le territoire ou à l'étranger.

A l'ère de la transparence, notre patientèle doit avoir accès aux règles qui régissent le fonctionnement de notre société mais surtout accès à des connaissances concernant les principales pathologies dont ils sont victimes. Des fiches d'informations sont en cours d'écritures grâce à votre participation, orch[...]

Actualité
Il y a 23 heures
SFNC

Le site internet de la société Française de Neurochirurgie (SFNC) est l'objet d'une restructuration de forme sous l'impulsion de notre Président Jean-Paul Lejeune. En effet son existence est indispensable à la vie de notre société en terme de moyen d'échanges, de visibilité de notre corps professionnel, et enfin d'informations.

Tout d'abord, notre groupe professionnel, juniors et séniors, constitue la cible privilégiée que cette activité soit publique ou libérale. Le site doit donc délivrer des informations sur les possibilités de formation spécifiques qu'offrent les différentes composantes de notre société. Ainsi, nous pourrons y trouver les règles d'inscription et les modalités pratiques pour intégrer les cycles de formation, ateliers, DIU ou voire véritable DCE en cours de constitution. Notre prétention est de réunir sur un même lieu l'ensemble de ces informations structurées. Les réunions futures y seront également répertoriées, qu'elles aient lieu sur le territoire ou à l'étranger.

A l'ère de la transparence, notre patientèle doit avoir accès aux règles qui régissent le fonctionnement de notre société mais surtout accès à des connaissances concernant les principales pathologies dont ils sont victimes. Des fiches d'informations sont en cours d'écritures grâce à votre participation, orchestrée par notre Vice-Président Pierre-Hughes Roche (cf. article plus loin). Cet effort supplémentaire pour lequel nombre d'entre vous ont été sollicité devrait multiplier les visites virtuelles sur le site et surtout d'éviter une errance numérique des patients en quête [...]

Actualité
Intervention pour exérèse d'un méningiome de la fosse cérébrale postérieure
Il y a 23 heures
SFNC

Madame, monsieur,

Vous devez être opéré(e) / l'un de vos proche doit être opéré d'un méningiome de la fosse cérébrale postérieure (MFCP) et vous vous posez un certain nombre de questions sur la façon dont cette intervention va se dérouler ainsi que sur la période qui entoure cette chirurgie. Cette fiche a été élaborée par les neurochirurgiens sous l'égide de la SFNC. Elle répond à vos interrogations toutefois elle reste générale et ne rentre pas dans le détail de votre cas personnel ; par conséquent, elle ne se substitue pas aux informations que vous délivre le chirurgien qui doit vous opérer et à qui vous devez poser toutes les questions qui vous semblent utiles à votre prise en charge »

1. Quelle est l'affection dont vous êtes porteur ?

Le méningiome est une prolifération cellulaire anormale, dite tumorale, mais en général bénigne c'est-à-dire à croissance lente et évoluant sur plusieurs années. Cette tumeur se développe sur une enveloppe fibreuse que l'on appelle méninge et qui est située à la face interne de l'os crânien. Cette méninge, en l'occurrence la dure-mère, protège et compartimente le cerveau. Ainsi, partout où il existe de la méninge (crâne et colonne vertébrale), un méningiome peut se développer, à la manière d'un polype qui se développerait dans la paroi de l'intestin. Aujourd'hui, même si l'on comprend les mécanismes biologiques de la croissance de ces tumeurs, la cause exacte de leur naissance n'est pas identifiée, sauf dans certaines maladies génétiques rares (neurofibromatose). Enfin, il faut noter que le méningiome est la plus fréquente des tumeurs bénignes intra-crânienne (15%) et qu'elle prédomine chez la femme pour des raisons hormonales.

La fosse postérieure est la partie qui se situe à l'arrière de la boîte crânienne et au dessus des vertèbres cervicales ; elle contient le cervelet qui régule l'équilibre, la marche et la coordination des mouvements, ainsi que le tronc cérébral qui est la zone du cerveau où se concentrent tous les centres qui régulent les fonctions vitales (éveil, respiration, rythme cardiaque, …). Dans cette fosse postérieure se situent la plupart des nerfs crâniens qui mettent en relation le cerveau avec les organes des sens et de la vie de relation (mouvements des yeux et du visage, sensibilité du visage, audition, équilibre, déglutition, phonation, goût).

Méningiome de la fosse cérébrale postérieure (MFCP)

2. Quel est le comportement naturel de ce méningiome ?

Il s'agit d'une lésion à croissance lente qui, en moyenne, grossit de quelques millimètres par an mais avec d'importantes variations selon les personnes, voir chez la même personne en fonction des périodes. On sait par exemple qu'une grossesse peut favoriser cette croissance. Le volume qu'exerce le méningiome dans l'enceinte crânienne va dans un premier temps être bien toléré, raison pour laquelle ces méningiomes peuvent être découverts tardivement ; ensuite, la croissance de cette tumeur va comprimer ou irriter le cerveau et/ou les nerfs crâniens qui sont à son contact et provoquer des signes d'appels. Ces signes peuvent être généraux, tels des maux de tête ou des difficultés d'attention ; ils sont aussi locaux et dépendent de l'endroit où la lésion se développe. Comme mentionné dans le point précédent, la fosse postérieure est une zone fonctionnellement riche et également assez étroite, ce qui explique la complexité des tableaux cliniques.

3. Pourquoi recommande t'on de m'opérer de ce méningiome ?

L'ablation (exérèse chirurgicale) de ce méningiome reste le traitement de référence car il n'existe pas de médicament qui permette de le faire disparaître.

L'objectif de l'exérèse chirurgicale de ce méningiome est de décomprimer les tissus normaux pour stabiliser ou améliorer les symptômes et en tout cas éviter qu'ils ne s'aggravent. En effet, si rien n'est fait, cette compression aura des conséquences neurologiques sévères qui pourront conduire au handicap voir même menacer votre vie.

L'autre objectif est aussi de confirmer sa nature bénigne grâce à l'analyse histologique qui en sera faite au laboratoire. Enfin, le but de la chirurgie est si possible d'éviter, au moyen d'une exérèse complète, que cette lésion ne revienne à long terme. Dans certains cas, en fonction de la taille de la tumeur, de ses relations avec les tissus environnants et de votre situation individuelle, il peut être envisagé de ne pas enlever la totalité de cette tumeur afin de réduire le risque de l'intervention. On parle alors d'exérèse incomplète ou subtotale. Parfois, il est difficile de prédire le caractère complet ou non de l'exérèse avant l'opération et le chirurgien peut être amené à le décider pendant l'intervention. Il abordera ce point avec vous au décours de la chirurgie.

Les alternatives à l'intervention existent t'elles ? Oui, elles sont doubles
La surveillance de ce méningiome est possible lorsque la tumeur est de petite taille, asymptomatique ou découverte par hasard. Il est aussi possible de proposer cette surveillance dans un premier temps avant d'envisager la chirurgie en cas de croissance du méningiome et à la condition que vous soyez prêt à répéter les examens de suivi.
L'autre alternative est un traitement par radiochirurgie c'est à dire une irradiation de la tumeur à forte dose, en condition stéréotaxique et donc de très grande précision, en général en une séance. L'objectif est içi de stabiliser le volume tumoral à long terme. Cette technique ne s'adresse qu'aux lésions de petites tailles ou de taille moyenne, surtout lorsqu'elles sont situées dans un endroit qu'il serait très délicat d'aborder chirurgicalement. Elle peut être proposée dans un second temps, après la chirurgie si l'exérèse n'a pas été totale.

4. Quels sont les principes techniques de l'acte chirurgical ?

Après votre accueil en salle de bloc, et une fois le temps anesthésique effectué, l'équipe chirurgicale va procéder de la sorte :

Temps d'installation et de neuro-monitoring : Les MFCP nécessitent parfois que vous soyez installés sur le côté, sur le ventre, ou plus rarement en position assise.
Ces installations sont maîtrisées par l'équipe et un soin tout particulier est apporté à votre confort ainsi qu'à la protection de votre peau (éviter toute compression excessive) pendant l'intervention. En fonction des nerfs qui sont au contact de votre tumeur, il est possible d'en surveiller l'activité durant la chirurgie en positionnant de petites aiguilles (micro-electrodes) au travers de la peau. Ce premier temps de mise en oeuvre est important et parfois long. Ensuite, le tracé de l'incision sera choisi et une tonte des cheveux sera pratiquée en fonction de ce tracé.

Temps d'abord : L'approche des MFCP est rendue complexe par les limites étroites de cette loge et par son environnement très riche ; il est donc parfois nécessaire de proposer des approches complexes, par exemple au travers de l'os de l'oreille (rocher). Dans ce cas, la participation d'un chirurgien ORL peut être décidée, ce qui vous sera dit avant l'intervention. Lorsque la méninge est ouverte, le temps de l'approche est terminé et l'ablation démarre.

Temps d'exérèse : Il s'agit d'un temps minutieux, réalisé le plus souvent sous microscope avec des techniques de microchirurgie et une instrumentation spécifique dont dispose tous les centres de neurochirurgie. Ce temps peut durer plusieurs heures car l'objectif est d'enlever la tumeur en respectant au maximum l'environnement neurovasculaire. Au terme de cette ablation, le chirurgien vérifie l'absence de saignement actif (hémostase) et aborde la fermeture. La pièce opératoire est adressée au laboratoire d'anatomopathologie.

Temps de fermeture : Elle se fait en plusieurs plans (méninge, os, muscle, puis peau). Ensuite, vous ne verrez que ce qui a été fait sur votre peau selon des pratiques variables (Points ou agrafes – Pansement ou non). En général, il n'y aura pas de drain à ce niveau. Si une approche au travers de l'os de l'oreille a été faite, alors, elle aura été obturée par de la graisse qui vous aura été prélevée dans la région abdominale par une autre petite cicatrice.

La durée opératoire est donc variable mais il faudra se baser sur plusieurs heures.

5. Comment les choses vont t'elles se dérouler en pratique pendant l'hospitalisation ?

en pré-opératoire / le chemin patient
Accueil dans le service– vérification de votre dossier
La visite préopératoire du médecin qui répondra à vos questions.
Vous devrez être à-jeun à partir de la veille vers minuit
Une prémédication vous sera administrée le soir puis le matin de l'intervention pour une meilleure relaxation au moment de votre arrivée au bloc.
Vous devrez vous doucher [...]

Actualité
Chirurgie d'exérèse des tumeurs supra-sellaires par voie haute
Il y a 23 heures
SFNC

Madame, Monsieur,

Vous devez être opéré(e) / l'un de vos proches doit être opéré d'une affection neurochirurgicale crânienne ou rachidienne et vous vous posez un certain nombre de questions sur la façon dont cette intervention va se dérouler ainsi que sur la période qui entoure cette chirurgie. Les fiches qui sont disponibles dans cette rubrique sont élaborées par les neurochirurgiens sous l'égide de la Société Française de Neurochirurgie (S.F.N.C.).

Ces fiches d'information veulent répondre à vos interrogations. Toutefois elles restent générales et ne rentrent pas dans le détail de votre cas personnel ; par conséquent, elles ne se substituent pas aux informations que vous délivre le chirurgien qui doit vous opérer et à qui vous devez poser toutes les questions qui vous semblent utiles à votre prise en charge ou concernant votre maladie. Les informations que vous trouverez dans ces fiches doivent vous permettre de discuter plus aisément avec vos médecins.

Motsclés : Tumeur supra-sellaire, méningiome, craniopharyngiome,chirurgie par voie sous-frontale

1 La lésion qui vous a été découverte est appelée « tumeur de la région supra-sellaire « Où est cette région ?

Le terme « tumeur supra-sellaire » indique la localisation de cette tumeur à l'intérieur du crâne. La région supra-sellaire est située sur la ligne médiane du crâne, à la hauteur de la racine du nez. Sa localisation est profonde. Elle est limitée en dessous par la selle turcique (petite loge osseuse où est installée la glande hypophyse), recouverte au dessus par les lobes frontaux du cerveau, et limitée en arrière par la partie haute du tronc cérébral, en avant par un angle osseux appelé arête sphénoïdale.

1 : lobe frontal
2 : selle turcique contenant l'hypophyse
3 : tronc cérébral
4 : tumeur supra-sellaire

Cette région intra-crânienne est traversée par des éléments anatomiques très importants . La compression par la tumeur supra-sellaire de ces éléments est en général ce qui en permet le diagnostic.
les voies optiques (nerfs optiques et chiasma optique) sont les « cables » permettant aux images reçues au niveau de l'œil d'être transmises jusqu'aux régions postérieures du cerveau (lobes occipitaux), où elles sont intégrées et reconnues. L'atteintes de ces voies optiques peut être à l'origine d'une baisse de l'acuité visuelle (mesurée par votre ophtalmologiste , la vision normale d'un œil est de 10/10, la baisse d'acuité est évaluée à 5/10, 1/10…), et peut être associée à une dégradation du champ visuel (perte d'une partie du champ de votre vision, étudié par votre ophtalmologiste par un examen appelé campimétrie)
la glande hypophyse et son attache au cerveau, appelée tige pituitaire. Cette glande hypophyse est le régulateur des différentes glandes de l'organisme qui fabriquent des hormones. Elle contrôle le fonctionnement des glandes surrénales (qui fabriquent le cortisol), de la glande thyroïde (qui fabrique les hormones thyroïdiennes), des testicules et des ovaires (qui fabriquent les hormones sexuelles. Elle régule également, par une hormone appelée hormone antidiurétique, la quantité d'eau éliminée par les urines.

Des troubles hormonaux (arrêt des règles, prise de poids rapide, fatigue très importante) ou un diabète insipide (augmentation majeure des quantités de liquides bues par jour, parfois jusqu'à 10 litres, et augmentation simultanée du volume des urines), peuvent être révélateurs de ce type de tumeurs.
Chez les enfants, l' insuffisance de fabrication par l'hypophyse de l'hormone de croissance peut être à l'origine d'un retard staturo-pondéral (petite taille, petit poids).
les artères carotides internes bordent latéralement la région supra-sellaire. Ce sont les grosses artères amenant le sang au cerveau. Elles doivent bien sur être respectées lors du geste opératoire, ainsi que les petites branches qui en partent.
les nerfs oculomoteurs, qui permettent la mobilité des globes oculaires, se trouvent juste en dehors des artères carotides
le plancher du troisième ventricule se situe en haut et en arrière de la région supra-sellaire. Certaines tumeurs supra-sellaires très volumineuses peuvent venir au contact de cette structure. A ce niveau se trouvent des éléments anatomiques esssentiels aux processus de la mémoire, ou de la régulation de la faim.

2 Quelles sont les tumeurs supra-sellaires ?

Plusieurs types de tumeurs peuvent se développer dans cette région
Les méningiomes sont les tumeurs supra-sellaires les plus fréquentes. Ce sont des tumeurs bénignes (non cancéreuses) qui naissent à partir des cellules de la méninge (membrane qui entoure l'ensemble du système nerveux). Leur vitesse de développement est très lente ce qui conduit souvent à des diagnostics très tardifs. Ils n'entrainent que très rarement des troubles hormonaux, et leur diagnostic est presque toujours fait à partir de troubles visuels. Dans l'immense majorité des cas aucune cause ou explication particulière ne peut être proposée à leur survenue. Les méningiomes ont sur le scanner et l'IRM un aspect très caractéristique qui permet d'affirmer le diagnostic avant même la chirurgie et l'analyse de la tumeur.
Les craniopharyngiomes sont des tumeurs rares, bénignes qui se développent le plus souvent au contact de la tige pituitaire. Ils sont souvent révélés par l'association de désordres hormonaux et de troubles de la vision. Ce type de tumeur est souvent très adhérent aux structures anatomiques de voisinage (nerfs optiques, artères carotides, plancher du troisième ventricule) ce qui est à l'origine de difficultés opératoires augmentées et d'un risque d'exérèse incomplète.
les adénomes hypophysaires sont des tumeurs bénignes qui n'appartiennent pas strictement aux tumeurs supra-sellaires. En effet, de par leur origine, elles prennent toujours naissance dans l'hypophyse, à l'intérieur de la selle turcique. Dans certains cas exceptionnels, certains adénomes de l'hypophyse vont avoir un développement vers le haut que l'on appelle expansion supra-sellaire. En fonction du type d'adénome hypophysaire, de sa taille, de la forme du prolongement supra-sellaire, et si aucune autre modalité de traitement n'est possible, votre neurochirurgien pourra vous proposer une chirurgie par voie haute.
d'autres types de tumeurs, beaucoup plus rares, peuvent se développer dans cette région. Chez l'enfant ou l'adulte jeune, le gliome des voies optiques (tumeurs infiltrant les nerfs optiques et le chiasma) conduit parfois à une biopsie chirurgicale, rarement à une chirurgie d'exérèse. Parfois, certaines tumeurs osseuses du crâne peuvent s'étendre dans cette région : chondromes, chordomes.

Votre neurochirurgien discutera avec vous de la nature supposée de la lésion.

3 Pourquoi faut-il enlever cette tumeur ?

L'évolution inexorable d'une tumeur est l'augmentation progressive de son volume. Le développement et la vitesse de croissance sont très variables, et , notamment pour les méningiomes, plutôt lente. Cette « lenteur » permet au cerveau et aux différentes structures présentes au niveau de cette loge supra-sellaire de s'adapter au grossissement progressif de la tumeur. Mais cette tolérance ne peut être que temporaire. Elle explique la période « muette », où la lésion grossit sans entraîner de trouble clinique. Au moment ou le diagnostic est fait, il existe le plus souvent une détérioration du fonctionnement de ces structures (et dans ce cas, très fréquemment des troubles visuels), qui témoignent de la fin de la période de tolérance. L'aggravation sera, à partir de là, inexorable. Les chances de récupération sont directement liées à la gravité et à la durée des troubles neurologiques avant la prise en charge chirurgicale.

Même si vous ne vous plaignez que de troubles modestes, l'attente ne conduira qu'à une détérioration ophtalmologique ou hormonale, les difficultés opératoires augmenteront avec la taille de la lésion, et les chances de récupération post-opératoire diminueront.

4 Existe-t-il des alternatives à cette chirurgie ?

Une surveillance clinique et radiologique pourrait être proposée en l'absence de tout signe clinique. En pratique, les tumeurs siégeant dans la région supra-sellaire sont très souvent symptomatiques (troubles visuels) et peu ou pas sensibles aux autres traitements existants ‘et notamment à la radiothérapie. La chirurgie reste le traitement de référence.

5 A quoi correspond cette chirurgie par voie haute ?

Le terme » voie haute » est un mot du jargon neurochirurgical qui désigne une chirurgie pratiquée en ouvrant la boite osseuse crânienne, et qui s'oppose à la « voie basse », réalisée à travers le nez, souvent proposée pour les tumeurs de l'hypophyse. Le terme technique est « voie d'abord sous-frontale » qui décrit la manoeuvre d'évitement du cerveau utilisé par votre chirurgien qui en soulevant délicatement le cerveau, va glisser entre le plancher du crâne et les lobes frontaux pour accéder à la région supra-sellaire.

6 Comment va se dérouler l'intervention ?

Dans la période pré-opératoire, après que la décision d'opérer ait été prise avec votre neurochirurgien, vous devrez obligatoirement avoir une consultation pré-anesthésique. Cette consultation dure autour d'1 heure 30. Vous réaliserez des prises de sang, un électrocardiogramme et souvent une radiographie pulmonaire avant de rencontrer le médecin anesthésiste. Celui-ci vous interrogera sur vos antécédents et vous examinera. S'il le juge utile, il pourra demander des examens complémentaires (cardiologie, pneumologie…) avant de donner son accord à votre intervention. Il travaille régulièrement avec votre chirurgien et connaît les problèmes anesthésiques particuliers à la neurochirurgie. Vous pourrez lui poser toutes les questions concernant les modalités et les [...]