Actualité
Il y a 2 mois
9e colloque international de psychodynamique et psychopathologie du travail – 19-20 octobre 2017

Journées de l’Association Internationale des Spécialistes de Psychodynamique du Travail. « Les pratiques en psychodynamique du travail » : du terrain en entreprise à la consultation en cabinet.

Date : Jeudi 19 et Vendredi 20 Octobre 2017
Lieu : Maison de la Chimie – 28 bis rue Saint Dominique – 75007 Paris.

Colloque organisé par la Chaire Psychanalyse Santé Travail du Cnam, le laboratoire PCPP de Paris Descartes, l’AISPDT et la Revue Travailler.

Argument : La psychodynamique du travail est issue d’une rencontre entre psychanalyse et ergonomie, sous l’égide d’Alain Wisner, dans les années 1975-1980. Depuis lors, des investigations cliniques sur les rapports entre subjectivité et travail ont été menées dans différentes sphères d’activité productive de l’industrie, de l’agriculture, de la distribution, des activités de service, de la création artistique, de l’enseignement et de la recherche en France et dans quelques autres pays. Ont ainsi été accumulées des connaissances qui ont enrichi la théorie. Mais la psychodynamique du travail n’est pas seulement vouée à la production de connaissances. Elle est aussi une discipline impliquée dans la pratique clinique auprès de patients souffrant de troubles psychopathologiques, dans l’intervention en vue de produire des conditions présidant à la transformation de l’organisation du travail (dans les entreprises ou les administrations), dans l’action au niveau de l’espace public.

Nées de la psychodynamique du travail ces pratiques ont connu des phases d’approfondissement et de différenciation en fonction de l’accroissement des connaissances, des modalités de transmission, d’enseignement et de formation et de l’évolution de la demande sociale en psychodynamique du travail. Conséquences de ce foisonnement, des différences sont apparues qui prennent parfois la forme de divergences dont il est temps de dresser un inventaire.

Ce colloque voudrait marquer un temps d’arrêt pour faire le point sur les différentes pratiques à l’œuvre aujourd’hui, en France et à l’étranger ; sur les pratiques dans le champ de la psychodynamique du travail d’abord, mais aussi sur les pratiques ressortissant à d’autres disciplines dans leurs rapports avec la psychodynamique du travail. Un appel à communication a donc été lancé aux praticiens qui souhaitent témoigner de leur pratique dans quelque domaine que ce soit, devant la communauté des praticiens et des chercheurs concernés par le développement de la psychodynamique du travail.

* * * * * * *

Jeudi 19 Octobre

  • 1ère session – Plénière Clinique individuelle en psychopathologie du travail
  • 2ème session – Ateliers.
    • ATELIER 1 – Pratiques de l’intervention – I
    • ATELIER 2 – Pratiques artistiques et psychodynamique du travail
  • 3ème sessionPlénière Usages de la psychodynamique du travail dans le mouvement social

Vendredi 20 octobre

  • 4ème session – Ateliers
    • ATELIER 1 – Pratiques de l’intervention – II
    • ATELIER 2 – Les interventions en psychodynamique du travail à l’étranger
  • 5ème session – PlénièreFaire de la recherche en PDT : un éclairage international
  • 6ème session – PlénièreL’enquê[...]
Souffrance et travail
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Nicolas Silhol et Danièle Linhart, au travail !
Il y a 20 jours
Nicolas Silhol et Danièle Linhart, au travail !
Souffrance et travail
Actualité
1er mai… suite…
Il y a 22 jours
1er mai… suite…
Souffrance et travail
Actualité
1er mai…
Il y a 23 jours
1er mai…
Souffrance et travail
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 22 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 May 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): J. Kerdraon, B. Peyronnet, X. Gamé, B. Fatton, R. Haddad, C. Hentzen, C. Jeandel, P. Mares, M. Mezzadri, A.-C. Petit, G. Robain, J.-M. Vetel, G. Amarenco
ObjectifL’objectif de cet article était d’effectuer une revue des données de la littérature concernant la physiopathologie de l’hypoactivité détrusorienne chez la personne âgée.MéthodesUne revue de la littérature a été effectuée en juillet 2016 à l’aide de la base de données Medline/Pubmed en limitant la recherche aux travaux en anglais ou en français.RésultatsLa prévalence de l’hypoactivité détrusorienne oscillerait entre 8 % et 48 % selon la définition utilisée et l’âge de la population étudiée. Les données actuelles suggèrent que le vieillissement pourrait être en soi un facteur causal d’hypoactivité détrusorienne par le biais de perturbations myogènes (modifications ultrastructurales du muscle détrusor) et neurogènes (par dégradation des mécanismes d’innervation efférente, mais surtout afférente). Au-delà de ces mécanismes intrinséquement liés à l’âge, de nombreuses comorbidités dont la prévalence augmente avec l’âge (diabète, obstruction sous-vésicale, carence estrogénique, athérosclérose,…) peuvent être impliquées dans la genèse d’une hypoactivité détrusorienne chez les sujets âgés. Le rôle joué par l‘hyperactivité détrusorienne dans l‘apparition d’une hypoactivité détrusorienne doit lui être considéré à part, car elles semblent l’expression d’un seul et même trouble du bas appareil urinaire répondant à des stades évolutifs différents et secondaires à de nombreux facteurs étiopathogéniques qui en modulent les caractéristiques évolutives et leur expression clinique.ConclusionLa physiopathologie de l’hypoactivité détrusorienne liée au vieillissement reste à ce jour mal connue, mais semble impliquer des perturbations myogènes et neurogènes qui au-delà du vieillissement per se sont favorisées par de nombreuses comorbidités dont la prévalence augmente avec l’âge (diabète, obstruction sous-vésicale…).AimThe aim of this study was to review the evidence regarding the pathophysiology of detrusor underactivity in the elderly.MethodsA literature review was conducted in July 2016 using the Medline/Pubmed database limiting the search to works in English or French.ResultsThe prevalence of detrusor underactivity has been reported to range from 8% to 48% depending on the definition used and the age of the population studied. Current data suggest that aging may itself be a causative factor of detrusor underactivity through myogenic dysfunctions (ultrastructural degeneration of the detrusor muscle) and neurogenic dysfunctions (by degeneration of efferent but mostly afferent innervation mechanisms). Beyond these inherently age-related mechanisms, many comorbidities whose prevalence increase with age (diabetes, bladder outlet obstruction, estrogen deficiency, atherosclerosis, etc.) may be implicated in the development of detrusor underactivity in the elderly. The role played by detrusor overactivity in [...]

Actualité
Il y a 22 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 May 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): J. Kerdraon, B. Peyronnet, X. Gamé, B. Fatton, R. Haddad, C. Hentzen, C. Jeandel, P. Mares, M. Mezzadri, A.-C. Petit, G. Robain, J.-M. Vetel, G. Amarenco
ObjectifL’objectif de cet article était d’effectuer une revue des données de la littérature concernant la physiopathologie de l’hypoactivité détrusorienne chez la personne âgée.MéthodesUne revue de la littérature a été effectuée en juillet 2016 à l’aide de la base de données Medline/Pubmed en limitant la recherche aux travaux en anglais ou en français.RésultatsLa prévalence de l’hypoactivité détrusorienne oscillerait entre 8 % et 48 % selon la définition utilisée et l’âge de la population étudiée. Les données actuelles suggèrent que le vieillissement pourrait être en soi un facteur causal d’hypoactivité détrusorienne par le biais de perturbations myogènes (modifications ultrastructurales du muscle détrusor) et neurogènes (par dégradation des mécanismes d’innervation efférente, mais surtout afférente). Au-delà de ces mécanismes intrinséquement liés à l’âge, de nombreuses comorbidités dont la prévalence augmente avec l’âge (diabète, obstruction sous-vésicale, carence estrogénique, athérosclérose,…) peuvent être impliquées dans la genèse d’une hypoactivité détrusorienne chez les sujets âgés. Le rôle joué par l‘hyperactivité détrusorienne dans l‘apparition d’une hypoactivité détrusorienne doit lui être considéré à part, car elles semblent l’expression d’un seul et même trouble du bas appareil urinaire répondant à des stades évolutifs différents et secondaires à de nombreux facteurs étiopathogéniques qui en modulent les caractéristiques évolutives et leur expression clinique.ConclusionLa physiopathologie de l’hypoactivité détrusorienne liée au vieillissement reste à ce jour mal connue, mais semble impliquer des perturbations myogènes et neurogènes qui au-delà du vieillissement per se sont favorisées par de nombreuses comorbidités dont la prévalence augmente avec l’âge (diabète, obstruction sous-vésicale…).AimThe aim of this study was to review the evidence regarding the pathophysiology of detrusor underactivity in the elderly.MethodsA literature review was conducted in July 2016 using the Medline/Pubmed database limiting the search to works in English or French.ResultsThe prevalence of detrusor underactivity has been reported to range from 8% to 48% depending on the definition used and the age of the population studied. Current data suggest that aging may itself be a causative factor of detrusor underactivity through myogenic dysfunctions (ultrastructural degeneration of the detrusor muscle) and neurogenic dysfunctions (by degeneration of efferent but mostly afferent innervation mechanisms). Beyond these inherently age-related mechanisms, many comorbidities whose prevalence increase with age (diabetes, bladder outlet obstruction, estrogen deficiency, atherosclerosis, etc.) may be implicated in the development of detrusor underactivity in the elderly. The role played by detrusor overactivity in [...]

Presse médicale
Il y a 35 minutes
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité

Les progrès du numérique vont-ils laisser une place à l’humain dans la santé ? Vaste question, abordée mercredi dernier à l’occasion de la Paris Healthcare Week. Entre super-héros, science-fiction et simulation, l’éthicien Axel Kahn a tenté d’es[...]

Actualité
Il y a 35 minutes
Institut de veille sanitaire

Sommaire

  • Les accidents de la vie courante en lien avec la consommation d’alcool à l’île de la Réunion, 2004-2014
  • Recrudescence de passages liés à la consommation de cannabinoïdes de synthèse « la chimique » dans le service d’urgences du centre hospitalier de Mayotte, 2012-2016
  • Epidémie saisonnière de grippe avec un nombre important de cas graves en réanimation à La Réunion en 2016
  • Surveillance épidémiologique des 9èmes Jeux des Iles de l’Océan Indien, 31 juillet au 9 août 2015, La Réunion
Actualité
Il y a 38 minutes
Santé mentale

Cinq ministères (Affaires sociales et santé ; Justice ; Logement et habitat durable ; Enseignement supérieur et recherche ; Commerce, artisanat, consommation et économie solidaire) ont signé un protocole......

Actualité
Il y a 38 minutes
Santé mentale

Cinq ministères (Affaires sociales et santé ; Justice ; Logement et habitat durable ; Enseignement supérieur et recherche ; Commerce, artisanat, consommation et économie solidaire) ont signé un protocole......