Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Presse médicale
Il y a 55 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 29 April 2017
Source:International Orthodontics
Author(s): Alexandre Alpy, Laurianne Tournaire, Fréderic Vaysse, Christine Marchal-Sixou, Arnaud Lhomme, Bruno Courtois
Les kératokystes ou tumeurs odontogéniques kératokystiques représentent 7 % de tous les kystes odontogéniques et se développent de manière asymptomatique dans la plupart des cas. Bien que l’énucléation soit la solution thérapeutique princeps, d’autres alternatives chirurgicales telles que la marsupialisation ou la décompression s’imposent dans certaines indications. Essentiellement lorsque la tumeur odontogénique kératokystique est de gros volume avec un risque fracturaire associé élevé ou lorsqu’elle présente une inclusion de structures nobles comme le nerf alvéolaire inférieur ou des dents avec comme conséquence un défaut de croissance de l’os alvéolaire. Les auteurs prés[...]

Actualité
Il y a 6 heures
JIM

Vienne, le samedi 29 avril 2017 – Signalée régulièrement par les autorités sanitaires nationales et internationales, la résistance bactérienne aux antibiotiques est un enjeu de santé publique majeur qui suscite de nombreux défis. Parmi eux, l’élaboration de tests rapides permettant de déterminer si une bactérie est ou non résistante à tel ou tel antibio[...]

Presse médicale
Il y a 9 heures
ScienceDirect

Publication date: May 2017
Source:Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique, Volume 65, Supplement 2
Author(s): D. Barger, O. Leleux, V. Conte, I. Crespel, S. Delveaux, F. Dabis, F. Bonnet
IntroductionLes personnes vivant avec le VIH (PVVIH) peuvent prétendre à une espérance de vie proche de celle de la population générale à condition d’être dépistées et prises en charge précocement. Néanmoins, le risque de comorbidités variées augmente en raison du vieillissement et les troubles psychiatriques et addictifs sont fréquents. Le bilan de l’état de santé des PVVIH ne se limite donc plus au contrôle de la charge virale VIH plasmatique et au dépistage des comorbidités, mais doit capturer et prendre en compte d’autres dimensions. Nous avons conçu un système d’information dématérialisé pour le recueil de données rapportées par les PVVIH (e-Patient-Reported Outcomes [e-PRO]) en soins courants, en complément des données cliniques et biologiques, visant à caractériser et améliorer l’état de santé globale des PVVIH.MéthodesARPEGE® est un système d’information sécurisé développé avec Microsoft ASP.NET (WebForm), accessible via Internet pour la saisie et la consultation des dossiers médicaux des PVVIH suivis dans les 13 unités participant à la Cohorte ANRS CO3 Aquitaine. Les données sont stockées dans un système de gestion de base de données (SGBD) Microsoft SQL Server 2014. Depuis 2013, les données médicales relevant de la prise en charge courante sont systématiquement saisies sur un eCRF par les TEC du COREVIH Aquitaine. Pour mettre en place, via ARPEGE®, un système « e-PROs » qui fournirait une aide à la décision clinique, nous avons été confrontés aux questions méthodologiques et pratiques suivantes :– définir les objectifs du nouveau recueil ;– sélectionner les patients, l’environnement, et le schéma de recueil ;– choisir les instruments de recueil ;– choisir le mode d’administration ;– proposer des méthodes de calcul synthétique des résultats obtenus.RésultatsLe conseil scientifique a adopté les objectifs suivants : caractériser les conditions pouvant avoir un impact sur l’état de santé globale, repérer les comportements à risque, les troubles addictifs et les états anxieux et dépressifs, améliorer la communication entre patient et soignants, et optimiser le suivi dans un modèle de prise en charge centré sur le patient. Tous les PVVIH prises en charge et ayant déjà un dossier ARPEGE® sont éligibles (∼4000 personnes fin 2016). Le modèle de recueil est le suivant : lors de sa consultation, l’investigateur invite le patient ayant consenti à se créer un compte sur le site ePRO et lui remet son identifiant unique. Une fois sur le site, l’usager s’in[...]

Presse médicale
Il y a 9 heures
ScienceDirect

Publication date: May 2017
Source:Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique, Volume 65, Supplement 2
Author(s): C. Mollevi, A. Barbieri, C. Touraine, T. Conroy, D. Azria, B. Chauffert, M. Hebbar, J. Taieb, G. Romieu, F. Bonnetain, S. Gourgou, A. Anota
IntroductionLa qualité de vie relative à la santé (QdV) est un objectif prioritaire des essais cliniques en cancérologie pour évaluer l’efficacité d’une prise en charge. Dans les essais cliniques, les questionnaires sont collectés à différentes visites prédéfinies dans le protocole de l’étude afin d’analyser l’impact du traitement sur le niveau de QdV du patient au cours du temps. Un des questionnaires les plus utilisé est l’« European Organisation for Research and Treatment of Cancer » (EORTC) QLQ-C30. L’objectif de ce travail est de comparer les trois principales méthodes d’analyse longitudinale de la QdV fondées soit sur des modèles linéaires mixtes (SLMM), soit sur des méthodes d’analyse de survie en considérant le délai jusqu’à détérioration d’un ou plusieurs scores de la QdV (TTD), soit sur des modèles à variables latentes issus de la théorie moderne de réponse aux items (LPCM). Ces méthodes ont déjà été comparées par une étude de simulation. Afin de compléter ces résultats, nous évaluons, à présent, ces approches sur des données réelles issues d’essais cliniques ou bases de données prospectives publiés.MéthodesLes trois approches ont été comparées sur la base de critères méthodologiques et pratiques tels que la variable d’intérêt considérée, le type et les hypothèses du modèle utilisé, la nature et la lisibilité des résultats ainsi que l’implémentation dans les logiciels statistiques. Nous avons ensuite appliqué ces trois méthodes et étudié la convergence et/ou divergence des résultats obtenus sur les bases de données répertoriées. Nous avons considéré des essais de phase 2/3 et études de cohorte prospective avec un recueil longitudinal du questionnaire EORTC QLQ-C30 et comparant deux traitements ou groupes de patients en situation adjuvante ou métastatique dans des localisations telles que le sein : CO-HO-RT, APAD, Response Shift, le pancréas : FIRGEM, PRODIGE4/ACCORD11, le cancer colorectal : MIROX, l’œsophage : PRODIGE5/ACCORD17 et le glioblastome : TEMAVIR.RésultatsNous observons des résultats concordants entre le modèles SLMM et LPCM, des résultats discordants sont quant à eux mis en évidence quand on considère les méthodes TTD. Le nombre de dimensio[...]

Presse médicale
Il y a 9 heures
ScienceDirect

Publication date: May 2017
Source:Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique, Volume 65, Supplement 2
Author(s): C. Zemmour, A. Gonçalves, J. Pakradouni Demeestere, X. Paoletti
IntroductionLa dose maximale tolérée (MTD) est typiquement définie à partir des observations de toxicités recueillies au premier cycle de traitement, lors des essais de phase I. En 2014, l’EORTC a émis des recommandations pour que les toxicités se produisant sur la totalité des cycles de traitement soient prises en compte pour recommander une dose pour les phases II et III. L’IPC a conduit une étude de recherche de dose multicentrique évaluant la sécurité de deux agents en combinaison dans les cancers du sein localement avancés ou métastatiques, HER2+ résistants au Trastuzumab avec activation de la voie PI3K. Vingt-quatre patientes ont été traitées à cinq niveaux de combinaisons de doses et la MTD a été déclarée à la combinaison de doses la plus élevée à partir des données de toxicité du premier cycle d’administration, sur la base d’une CRM (« Continuous Reassessment Method ») modifiée en deux dimensions inspirée des travaux de Wang et Ivanova (2005). Les données de toxicité ont été également recueillies après le cycle 1, jusqu’à 16 cycles de traitement pour deux patientes. Le but de ce travail est d’analyser l’ensemble de ces données et d’estimer les probabilités de DLT (« Dose Limiting Toxicity ») au-delà du cycle 1 pour chaque combinaison de doses.MéthodesLa structure répétée de ces données a motivé l’utilisation d’un modèle logistique à intercept aléatoire. Dans cette extension du modèle logistique pour données répétées, la probabilité de DLT est estimée à partir d’une fonction de lien logistique et une intercept aléatoire suivant une loi normale est introduite. Les covariables incluses dans le modèle sont la combinaison de doses sous forme ordinale et le cycle de traitement dichotomisé (cycle 1 versus les cycles ultérieurs). Les probabilités de DLT au cycle 1 et au-delà, ainsi que pour chaque combinaison de doses, ont été estimées à l’aide de ce modèle.RésultatsSur les quatre premiers cycles, un total de 17 DLT a été observé, dont 5 au cycle 1, 7 au cycle 2, 3 au cycle 3 et 2 au cycle 4. Trois patientes ont eu plusieurs DLT. Le modèle prédit des probabilités de DLT lors du cycle 1 proches de celles estimées par la CRM sur les données restreintes au cycle 1. L’odds ratio associé au cycle est estimé à OR=0,78 [0,20 ;3,01] et le modèle ne permet pas de conclure à un risque de DLT significativement supérieur après le premier cycle (p=0,71). On observe une tendance à l’augmentation du risque de DLT entre deux combinaisons de dos[...]

Presse médicale
Il y a 9 heures
ScienceDirect

Publication date: May 2017
Source:Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique, Volume 65, Supplement 2
Author(s): A. Pam, A. Anota, C. Mollevi, T. Filleron, F. Bonnetain
IntroductionLa survie globale (SG) est le critère de jugement de référence et le plus pertinent et objectif dans les essais cliniques en oncologie pour pouvoir évaluer le bénéfice clinique pour le patient de nouvelles stratégies thérapeutiques. Cependant, avec l’augmentation du nombre de traitements efficaces disponibles pour une majorité de cancers, un nombre plus important de patients à inclure et un suivi plus long est nécessaire afin d’observer un nombre d’évènement suffisant pour pouvoir mettre en évidence un effet du traitement sur la SG avec une puissance statistique adéquate. Afin de réduire la durée et le coût des essais, des critères de jugements alternatifs tel que la survie sans progression (SSP) sont de plus en plus utilisés comme critère de substitution de la SG. L’utilisation des co-critères de jugement de type temps jusqu’à événement est une alternative pour évaluer l’efficacité des traitements. Cependant, peu de recommandations et de moyen ont été mises en œuvre pour la détermination du NSN pour les co-critères de jugement, ce qui compromet leur utilisation. Dans cette optique, un package R a été développé sous le logiciel R afin de vérifier la cohérence du design de l’étude et de calculer le NSN avec un ou deux critères de jugement de type temps jusqu’à événement tel que la SG, la SSP ou la QdV en considérant une ou plusieurs dimensions de QdV.MéthodesPour déterminer la taille de l’échantillon plusieurs paramètres doivent être pris en compte: la durée des inclusions, la durée de suivi ainsi que le taux de perdus de vues, le taux de survie ou le coefficient hazard ratio sous l’hypothèse alternative. Le calcul du nombre de sujets nécessaires avec deux critères conjoints s’effectue en deux étapes pour détecter les effets sur les deux critères. Pour chaque critère on calcule le nombre d’événement à observer et le nombre de patients à inclure par le test de log rank.RésultatsNous avons développé un package R nommé « coprimary » permettant de planifier des essais de supériorité et non-infériorité ou équivalence avec des analyses intermédiaires (efficacité et/ou futilité). Ce package permet de déterminer le NSN avec un ou deux critères de jugement de type tem[...]