Actualité
Il y a 10 jours
Alcoolisation foetale : comment elle tue les cellules du cerveau

La consommation d'alcool est à proscrire absolument pendant la grossesse. Les effets néfastes sur le développement du foetus sont largement documentés. Les enfants peuvent souffrir de troubles graves du comportement et de l'apprentissage, voire présenter un syndrome d'alcoolisation foetale.


News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 1 heures
10 méthodes pour gérer intelligemment les personnes toxiques
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 3 heures
Fête du Travail 2017: Attention pour votre 1er mai, le muguet peut être dangereux pour les enfants
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 8 heures
Tout sur vos fantasmes !
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 8 heures
Faire chambre à part pour rebooster le désir ?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 12 heures
Des souris et des cordons ombilicaux d'hommes : une histoire de mémoire
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 16 heures
Comme dans "La Famille Bélier" sur France 2, la surdité est un handicap parfois moqué et souvent incompris
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 16 heures
Shannen Doherty annonce être en rémission de son cancer du sein : « Je suis bénie, je le sais. »
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 22 heures
Et si Parkinson venait du ventre ?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 23 heures
Ce qu'il se passe dans votre cerveau quand vous faites un régime
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 1 jours
Généralistes : une consultation à 25 euros
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 1 jours
Italie : après avoir acheté un bébé, elle le rend en raison de sa couleur de peau
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 1 jours
Ouistreham : cabinet de radiologie à vendre
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Cette Italienne de 35 ans avait simulé une grossesse, puis acheté un bébé 20 000 euros avant de le rendre.


Actualité
Il y a 1 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Se dirige-t-on vers un scandale de la Dépakine ? Il y a une semaine, l'Agence du médicament et l’Assurance maladie ont fait un parallèle entre le nombre d'enfants souffrant de malformation et la prise de ce médicament pendant la grossesse de leur mère.


Presse médicale
Il y a 2 jours
ScienceDirect

Publication date: May 2017
Source:Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique, Volume 65, Supplement 2
Author(s): A. Cheikh, M. Bouatia, A. Benomar, Y. Cherrah, R. Razine, A. El Hassani
IntroductionLe régime de la couverture médicale de base (CMB) a vu le jour au Maroc avec la publication de la loi 65-00 en 2002 et plus précisément avec la publication des décrets d’application en 2005. Ce régime a introduit deux sous régimes, l’assurance maladie obligatoire (AMO) pour les salariés des secteurs public et privé et des indépendants et le régime d’assistance médicale (RAMED) pour la population faible économiquement. Malgré que dans le préambule de la loi il soit bien précisé que le régime de l’AMO dans les deux secteurs public (géré par la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale [CNOPS]) et privé (géré par la Caisse nationale de sécurité sociale [CNSS]) devrait converger vers le même panier de soins et les mêmes règles de remboursement, les différences qui existent entre les deux caisses ont impacté le taux de sinistralité pour les populations affiliées à ces deux caisses.MéthodesNous avons analysé le taux de sinistralité, c’est-à-dire le recours au dépôt d’au moins un dossier de remboursement ou d’une prise en charge, de la population assurée auprès des caisses d’assurance maladie dans les deux secteurs public et privé de l’AMO, et ce en fonction du sexe et des tranches d’âge entre 2009 et 2014 en se basant sur les bilans de l’AMO édités par l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM). Les corrélations entre les variables qualitatives et quantitatives ont été réalisées par des tests non paramétriques (Mann–Whitney), les corrélations entre les variables qualitatives ont été réalisées par le test Chi2 ou Fisher exact. L’étude des paramètres qui peuvent influencer le taux de sinistralité a été faite par une régression linéaire univariée et multivariée. L’analyse statistique a été réalisée avec le logiciel SPSS 13.0.RésultatLe taux de sinistralité varie considérablement en fonction des tranches d’âge, du secteur public ou privé de l’AMO et en fonction du sexe. Le taux de sinistralité diffère significativement en fonction des tranches d’âge, plus l’âge avance plus le taux de sinistralité est élevé (p=0,004). Le taux est plus élevé pour les assurés du secteur public que ceux du secteur privé (p0,0001). De même, il est plus élevé chez les femmes que chez les hommes plus précisément dans la tranche d’âge de 20 à 60 ans dans les deux secteurs public et privé (p=0,007 et p=0,001 respectivement).ConclusionLe taux de sinistralité enregistre des différences importantes et significatives entre les deux secteurs public et privé et les deux sexes, masculin et féminin. Ceci pourrait être la cause d’inégalités d’accès aux soins de santé dans le cadre de l’AMO, d’une part en fonction du secteur d’activité public ou privé et, d’autre part, en fonction d[...]

Actualité
Il y a 2 jours
Ministère de la Santé

Pour lutter contre les situations de discrimination et les stéréotypes, les ministères sociaux ont mis en place depuis plusieurs années une politique interne de promotion de la diversité et de lutte contre les discriminations. Ces mesures permettent également d'améliorer les conditions de travail des équipes et de développer leur performance. Tour d'horizon de cette démarche.

Cultiver l'arbre de la diversité

Les ministères sociaux s'engagent à respecter les 23 critères de la diversité :
L'origine, le sexe, la situation de famille, la grossesse, l'apparence physique, la précarité sociale
Le patronyme, le lieu de résidence,
L'état de santé, la perte d'autonomie, le handicap, les caractéristiques génétiques, les mœurs, l'orientation sexuelle, l'identité de genre, l'âge, les opinions politiques, les activités syndicales, l'expression dans une autre langue que le français,
L'appartenance ou non à une ethnie, l'appartenance ou non à une nation,
L'appartenance ou non à une prétendue race, l'appartenance ou non à une religion déterminée.
Ensemble, ils forment l'arbre de la diversité. Les ministères sociaux valorisent la variété, la pluralité et la différence d'un point de vue humain, social, culturel, géographique et physique dans les équipes.

Mais comment prévenir et corriger les mécanismes de discrimination potentiellement installés dans les comportements de chacun.e, au sein des équipes et dans les pratiques de gestion de ressources humaines ? Pour agir, les ministères sociaux s'appuient sur les plans d'actions mis en œuvre.

Renouveler le label diversité

Après avoir obtenu le label diversité en 2012, les ministères sociaux sont candidats à son renouvellement à la fin de l'année 2017. Cette certification délivrée par l'AFNOR est le témoignage de leur engagement en matière de prévention des discriminations, d'égalité des chances et de promotion de la diversité dans le cadre de la gestion des ressources humaines.

Candidater au label égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Les ministères sociaux ambitionnent de détenir désormais un autre label, celui de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Pour décrocher ce nouveau label, les ministères sociaux se sont engagés depuis plusieurs années à :
Améliorer l'analyse de la situation des femmes et des hommes dans les administrations
Lutter contre les stéréotypes, les préjugés et les autres facteurs de discriminations
Sensibiliser à la problématique de l'égal[...]

Actualité
Il y a 2 jours
RA-Santé

Après l’accouchement, des exercices simples permettent au périnée de retrouver sa tonicité ©S.Trébizan

Pourquoi est-il nécessaire de rééduquer le périnée après l’accouchement ?

Les mamans ne sont pas toutes sur un pied d’égalité. Certaines auront à peu près récupéré, quand d’autres auront le périnée plus abîmé. A l’accouchement, le passage du bébé provoque un étirement du périnée vers l’extérieur. On peut imaginer le périnée comme un col roulé qui se déplierait. Après l’accouchement, ce col roulé doit revenir à sa place initiale, comme si on souhaitait le réaspirer. A 90%, ce processus se fait seul, mais pour les 10% restants, il est intéressant d’avoir conscience de son périnée. C’est pour cela que je donne des informations sur le périnée dès la préparation à la naissance, afin que les mamans puissent le visualiser et le ressentir.

Justement, comment décrire rapidement le périnée ?

Le périnée est un ensemble de muscles qui forment la base du bassin. On peut imaginer cette base comme une bassine dont les bords sont formés par les os du bassin (sacrum, os iliaque, coccyx), et le plancher de cette bassine est l’ensemble des muscles du périnée. Le périnée fonctionne avec la respiration. C’est le deuxième diaphragme du corps. Même une maman qui a un bon périnée doit apprendre à le synchroniser avec les autres muscles du corps. Pour cela, elle doit le visualiser et le ressentir. Ce qui est intéressant, c’est que la maman apprenne à remonter le diaphragme de son périnée pendant l’effort. Pour aider mes patientes à mieux comprendre l’utilité du périnée, je leur fais faire un exercice très révélateur. Il s’agit de pousser un mur avec ses bras. Si l’on a une mauvaise position du périnée, (c’est-à-dire que l’on est cambrée, les genoux fléchis etc…), on a peu de force. Alors que si l’on remonte le périnée sur l’expiration, on se rend compte que l’on a beaucoup plus de force dans le haut du corps, et notamment les bras. Ne pas bien utiliser son périnée, c’est comme laisser une porte blindée ouverte !

La rééducation périnéale, nécessaire même après une césarienne

Est-ce uniquement l’accouchement ou également la grossesse qui met à mal le périnée ?

La grossesse aussi a une influence sur le périnée. Même les mamans qui ont eu une césarienne ont besoin d’une rééducation périnéale, car la grossesse induit un changement hormonal qui va entraîner un relâchement musculaire, y compris du périnée. La femme enceinte porte en permanence une charge lourde avec une bassine dont le plancher est formé par les muscles du périnée. Dans tous les cas, faire au moins 4 à 5 séances est toujours bénéfique pour plus tard. Même les femmes de 55 ans qui n’ont jamais accouché peuvent avoir un relâchement musculaire du périnée, avec des fuites urinaires, car elles ont l’habitude de pousser vers le bas quand elles font des efforts.

Le fait d’avoir eu ou non une épisiotomie pendant l’accouchement joue-t-il sur l’état du périnée ?

Je dirais plutôt oui car cela veut dire en général que le périnée avait peu d’élasticité, ou alors qu’il a fallu aller vite pour sortir le bébé. Certaines mamans (environ une sur dix) gardent aussi des douleurs après l’épisiotomie. Les forceps peuvent également avoir créé une lésion tout au fond du vagin. Pour traiter cela, j’utilise notamment une sonde qui possède un programme permettant de détendre des zones restées douloureuses.

Faut-il conjointement associer la rééducation périnéale à la rééducation abdominale ?

Tout à fait. Dans un premier temps, avant de commencer la rééducation abdominale, il faut que le périnée ait une efficacité minimum. Dès que celle-ci est acquise, il est intéressant de commencer la rééducation abdominale car le périnée n’est pas un muscle isolé, et est utilisé dans notre pratique sportive, nos mouvements dans la vie quotidienne, ou même lorsque l’on chante ! L’intérêt de cette rééducation est que la maman fasse ensuite mieux ses abdominaux, et protège son périnée notamment grâce à la respiration.

Que se passe-t-il pendant la grossesse au niveau des abdominaux ?

Ils s’étirent et ils s’écartent pour laisser la place à l’utérus. C’est pourquoi il ne faut pas les solliciter pendant la grossesse. A priori, tout comme pour le périnée, les abdominaux se remettent en place naturellement à 90%.

La rééducation débute 7 à 8 semaines après l’accouchement

Quand la jeune maman peut-elle démarrer la rééducation périnéale et abdominale ? Et doit-elle attendre plus longtemps si elle allaite ?

Lorsqu’une maman est très gênée, qu’elle a vécu un accouchement traumatisant, qu’elle souffre de fuites urinaires, a des douleurs ou l’impression de ne plus avoir de sensations, je peux la voir dans les 2, 3 ou 4 semaines suivant l’accouchement, juste pour lui montrer quelques exercices très simples de respiration en position allongée, assise ou debout. Le dos bien placé, la maman doit souffler et remonter son périnée, afin de le réaspirer.

Ensuite, la vraie rééducation abdominale commence 7 à 8 semaines après l’accouchement. Lorsqu’une maman allaite, il peut arriver qu’on lui conseille d’attendre 3 mois afin que la rééducation soit plus efficace, car elle est encore imprégnée d’hormones. On peut d’abord commencer par des exercices légers tous les 15 jours, puis entamer le vrai travail après 3 mois. Mais cela concerne surtout les mamans qui ont un gros travail à effectuer. Pour celles qui ont un bon périnée, il est possible de commencer plus tôt, même en cas d’allaitement.

Quant à la rééducation abdominale, si la maman a un très bon périnée, il sera possible de travailler directement la respiration avec des exercices où tout le corps est sollicité. Elle devra être capable de percevoir qu’elle ne pousse pas sur son périnée. Il faudra donc attendre que la maman ait récupéré un bon périnée pour commencer.

Peut-on faire certains exercices avant même le début de la rééducation ?

Oui, comme on l’a vu, on peut faire des petits exercices de respiration. On inspire légèrement, et sur le souffle, le périnée remonte, tout comme le diaphragme principal.

Redonner du tonus au vagin

En quoi consiste la première séance de rééducation périnéale ?

Il y aura tout d’abord un questionnaire sur leur santé : état de fatigue, traitements en cours (par exemple les antidépresseurs peuvent entraîner plus de fuites urinaires), déroulement de l’accouchement, antécédents gynécologiques. Et puis je demande à la patiente sous forme de question ouverte comment elle se sent aujourd’hui, avant de poser des questions plus intimes comme l’existence de fuites urinaires, la possibilité de se retenir comme avant, la sensation de pesanteur, une envie d’uriner mais qui n’est pas suivie par grand-chose (la vessie se contracte pour rien), le besoin de se lever pour faire pipi plus d’une fois dans la nuit, la reprise ou non des rapports sexuels (sachant que plus d’une femme sur deux n’a pas eu à nouveau de rapport avec son conjoint), le ressen[...]

Actualité
Il y a 2 jours
Travailler Mieux

Pour lutter contre les situations de discrimination et les stéréotypes, les ministères sociaux ont mis en place depuis plusieurs années une politique interne de promotion de la diversité et de lutte contre les discriminations. Ces mesures permettent également d'améliorer les conditions de travail des équipes et de développer leur performance. Tour d'horizon de cette démarche.

Cultiver l'arbre de la diversité

Les ministères sociaux s'engagent à respecter les 23 critères de la diversité :
L'origine, le sexe, la situation de famille, la grossesse, l'apparence physique, la précarité sociale
Le patronyme, le lieu de résidence,
L'état de santé, la perte d'autonomie, le handicap, les caractéristiques génétiques, les mœurs, l'orientation sexuelle, l'identité de genre, l'âge, les opinions politiques, les activités syndicales, l'expression dans une autre langue que le français,
L'appartenance ou non à une ethnie, l'appartenance ou non à une nation,
L'appartenance ou non à une prétendue race, l'appartenance ou non à une religion déterminée.
Ensemble, ils forment l'arbre de la diversité. Les ministères sociaux valorisent la variété, la pluralité et la différence d'un point de vue humain, social, culturel, géographique et physique dans les équipes.

Mais comment prévenir et corriger les mécanismes de discrimination potentiellement installés dans les comportements de chacun.e, au sein des équipes et dans les pratiques de gestion de ressources humaines ? Pour agir, les ministères sociaux s'appuient sur les plans d'actions mis en œuvre.

Renouveler le label diversité

Après avoir obtenu le label diversité en 2012, les ministères sociaux sont candidats à son renouvellement à la fin de l'année 2017. Cette certification délivrée par l'AFNOR est le témoignage de leur engagement en matière de prévention des discriminations, d'égalité des chances et de promotion de la diversité dans le cadre de la gestion des ressources humaines.

Candidater au label égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Les ministères sociaux ambitionnent de détenir désormais un autre label, celui de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Pour décrocher le label égalité, les ministères sociaux se sont engagés depuis plusieurs années à :

  • Améliorer l'analyse de la situation des femmes et des hommes dans les administrations
  • Lutter contre les stéréotypes, les préjugés et les autres facteurs de discriminations
  • Sensibiliser à la problématique de l'égalité femmes / hommes
  • Instaurer des mesures spécifiques aux opérations de recrutement
  • Veiller aux conditions d'exercice de l'activité des agents avec la mise en place d'une meilleure articulation entre t[...]