Actualité
Il y a 3 mois
Alcoologie, le baclofène confirme sa place thérapeutique

Très attendus, les résultats définitifs des études Bacloville et Alpadir ont été présentés aujourd’hui à l'occasion d’une plénière des journées annuelles de la Société Française d'Alcoologie organisées à Paris. Après plusieurs années de contr...

Le généraliste
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 56 minutes
APF ICM

« Étudiant handicapé, j'ai passé une année Erasmus en Irlande. »

Voir l'article de Faire Face, du 24 avril 2017 :

    • Victor Fourcin, 25 ans, atteint d'infirmité motrice cérébrale, a vécu un année Erasmus à Dublin dans le cadre de son cursus en sciences politiques. Aujourd'hui titulaire d'un double master, il évoque les obstacles rencontrés mais aussi les bénéfices d'une expérience à l'étranger. (...).

-www.faire-face.fr/2017/04/24/erasmus-handicap-irlande.

Actualité
Il y a 2 heures
Réseau CHU
Pour sa 7ème édition, l’Université d’été de la performance en santé se tiendra à Rennes, les 8 et 9 septembre 2017, sur le thème « Comment innover pour adapter nos organisations aux enjeux de santé de demain ? ». Très investis cette année, les CHU sont particulièrement bien représentés avec six intervenants provenant des quatre coins du territoire.
Lors des ateliers de prospective, le Dr Le Reun, médecin référent DPI au CHU de Brest, anticipera les bouleversements organisationnels engendrés par la révolution numérique en santé.
Le Pr Ecoffey, anesthésiste au CHU de Rennes, évoquera quant à lui les incidences et les modèles organisationnels du développement de la réhabilitation améliorée après chirurgie (RAAC).
Et le Dr Thomas, PU-PH du CHU de Lille, abordera les enjeux du développement des soins de réhabilitation psychosociale, véritable innovation dans la prise en charge des personnes vivant avec des troubles psychiques et cognitifs.
Du côté des retours d’expériences, le Dr Lejeune, PH-Urgentiste[...]
Actualité
Il y a 4 heures
Infirmiers

Depuis le 14, et jusqu'au 29 juin 2017, l'ensemble des infirmiers inscrits à l'Ordre National des Infirmiers est appelé à voter en ligne pour leurs représentants départementaux dans 56 départements.

Les infirmiers inscrits à l'Ordre sont appelés à élire leurs conseillers départementaux et inter-départementaux jusqu'au 29 juin.

220 000 infirmiers inscrits à l'Ordre sont appelés à voter jusqu'au 29 juin 2017 en vue d'élire les conseillers ordinaux départementaux et inter-départementaux de 56 départements. À l'issue du scrutin, 358 représentants titulaires - et autant de suppléants - exerceront leur mandant pour une durée de six ans. Chaque secteur est représenté puisque chaque conseiller représente son propre collège d'exercice : secteur public, privé ou libéral. Soulignons également que pour respecter l'égalité homme/femme, les élections ont lieu par binômes comprenant un membre de chaque sexe.

Quid du rôle des conseilleurs ordinaux ?

Comme le souligne Didier Borniche, des enjeux majeurs se présentent devant nous : lutte contre les violences quotidiennes, conditions d'exercice, valorisation de nos compétences, développement de l'e-santé... À travers ces élections, l'ensemble de la profession s'apprête à choisir les représentants qui auront pour mission de défendre et conseiller leurs pairs sur leurs territoires respectifs, mais aussi de porter la voix des infirmiers sur toutes les grandes questions de santé. En effet, concrètement, le conseiller ordinal a pour rôle de conseiller les infirmiers sur des questions d'éthique ou d'exercice professionnel et intervient dans le règlement des litiges à l'amiable. De plus, il contribue à la défense et à l'évolution de la profession et du statut infirmier.

Plusieurs grands chantiers attendent les futurs conseillers ordinaux, tels que :

  • l'évolution du cadre de compétences, qui passe notamment par l'adaptation des actes, le renforcement des missions, le développement de la consultation infirmière et de la prescription, l'élargissement de la vaccination ou encore la mise en place de la pratique avancée ;
  • la mise en place du répertoire partagé des professionnels de santé qui devrait permettre de mieux prévoir les places en institut de formation en soins infirmiers (IFSI) et de gérer l'offre infirmière en fonction des besoins ;
  • le renforcement de l'accompagnement juridique (contrats, litiges, conseils juridiques, aides rédactionnelles...) ;
  • la valorisation de tous les modes d'exercice et de toutes les spécialités ;
  • le lancement d'une campagne de promotion pour rendre plus visible l'apport de la profession infirmière à la société ;
  • l'amélioration de l'exercice quotidien infirmier au travers de nouveaux services (applications, objets connectés) ;
  • la lutte contre les violences ;
  • la participation des infirmiers dans les grandes instances de décision ;
  • la défense de la sécur[...]
Actualité
Il y a 6 heures
APF ICM

« Étudiant handicapé, j'ai passé une année Erasmus en Irlande. »

Voir l'article de Faire Face, du 24 avril 2017 :

    • Victor Fourcin, 25 ans, atteint d'infirmité motrice cérébrale, a vécu un année Erasmus à Dublin dans le cadre de son cursus en sciences politiques. Aujourd'hui titulaire d'un double master, il évoque les obstacles rencontrés mais aussi les bénéfices d'une expérience à l'étranger. (...).

-www.faire-face.fr/2017/04/24/erasmus-handicap-irlande.

Actualité
Il y a 7 heures
APF ICM

« Étudiant handicapé, j'ai passé une année Erasmus en Irlande. »

Voir l'article de Faire Face, du 24 avril 2017 :

    • Victor Fourcin, 25 ans, atteint d'infirmité motrice cérébrale, a vécu un année Erasmus à Dublin dans le cadre de son cursus en sciences politiques. Aujourd'hui titulaire d'un double master, il évoque les obstacles rencontrés mais aussi les bénéfices d'une expérience à l'étranger. (...).

-www.faire-face.fr/2017/04/24/erasmus-handicap-irlande.

Actualité
Il y a 7 heures
Infirmiers

Pour traiter de la laïcité et comment l'articuler avec les pratiques religieuses au travail, l'Appel Médical dans le cadre de ses « Exclusifs » a fait confiance à infirmiers.com Aline Crépin, directrice « Responsabilité sociétale » (Randstad France), répond à nos questions sur ce sujet sensible au coeur des entreprises et des établissements de santé, et ce sur deux axes : le comprendre et le faire comprendre pour un mieux vivre ensemble.

Depuis plusieurs années maintenant, nous avons souhaité disposer de chiffres fiables concernant la question de la laïcité au travail car le sujet fait l'objet de nombreux fantasmes et communications diverses et variées. Connaître la réalité de ce sujet sensible apparaissait donc indispensable souligne Aline Crépin. Un récent rapport sur la question du fait religieux en entreprise montre que l'on observe une montée des demandes à caractère religieux (absence pour fête religieuse, aménagement du temps de travail, port de signes, refus de réaliser des tâches...), sans pour autant créer de problèmes particuliers soulignons-le. La moitié des managers y font face précise Aline Crépin.

Une question se pose cependant : parler de religion en entreprise alors que le mot « laïcité » est omniprésent dans les discours, ne fait-il pas courir le risque d'enfermer le sujet, voire d'attiser les conflits ? Il y a une ambiguité sur ce mot de laïcité qui est beaucoup pris au sens de neutralité or, la neutralité ne s'applique qu'aux agents publics. En effet, dans les entreprises privées, les salariés peuvent exprimer leurs convictions religieuses. Cette différente est importante dans les faits.

Les managers doivent disposer de clés qui leur permettront une vision plus éclairée du sujet pour un « vivre ensemble » apaisé dans l'entreprise.

Pour Aline Crépin, une chose est sûre, les managers ont toujours peur d'être discriminants. Ils ne savent pas toujours comment se comporter et parler avec le salarié de sa religion. La crainte du manager est de prendre une mauvaise décision et de générer un conflit uniquement par manque de dialogue. Il faut vraiment libérer la parole, s'ouvrir à l'autre en respectant les gardes fous : l'hygiène, la sécurité et bien entendu le refus du prosélytisme.

Le manager doit aborder le sujet du fait religieux au travail sous l'angle de l'organisation du travail, des tâches et de l'équipe en général.

Autre angle de réflexion, si l'on regarde cette question de la place des religions à l'hôpital espace laïc par définition, n'est-ce pas plus complexe alors que les religions s'expriment dans la relation soignant/soigné et entre les soignants eux-mêmes ? A l'hôpital public, la neutralité s'impose en effet pour pouvoir accueillir les personnes de toutes confessions. Cependant, certains patients refusent certains soins dans le cadre de leurs revendications religieuses. Il faut alors que le personnel [...]