Actualité
Il y a 1 mois
Aller au travail à vélo diminue de 40 % le risque de décès prématuré

Se rendre à son travail à vélo diminue de près de moitié le risque de cancer (45 %) et de maladie cardio-vasculaire (46 %) par rapport aux modes de transport non actifs, selon une ét...

Quotidien du médecin
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Actualité
Articles liés par le même flux
Presse médicale
Il y a 1 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 22 May 2017
Source:Médecine et Maladies Infectieuses
Author(s): S. Mouline, H. Naoui, F. Nachite, M. Oukabli, M. Laroussi, A. Zentar, B. Lmimouni


Presse médicale
Il y a 1 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 May 2017
Source:Médecine et Maladies Infectieuses
Author(s): P.A. Coffie, A. Patassi, A. Doumbia, G. Bado, E. Messou, A. Minga, E. Allah-Kouadio, D.M. Zannou, M. Seydi, A.R. Kakou, F. Dabis, G. Wandeler
BackgroundWe aimed to describe changes in hepatitis B screening practices over a 3-year period among HIV-infected patients in West Africa.MethodsA medical chart review was conducted in urban HIV treatment centers in Ivory Coast (3 sites), Benin, Burkina Faso, Senegal, and Togo (1 site each). Among patients who started antiretroviral treatment between 2010 and 2012, 100 per year were randomly selected from each clinic. Demographic, clinical, and laboratory data was collected using a standardized questionnaire. We assessed changes in the proportion of patients screened over time and identified predictors of screening in a multivariable logistic regression.ResultsA total of 2097 patients were included (median age: 37 years, 65.4% of women). Overall, 313 (14.9%) patients had been screened for hepatitis B, with an increase from 10.6% in 2010 to 18.9% in 2012 (P0.001) and substantial differences across countries. In multivariable analysis, being aged over 45 years (adjusted odds ratio: 1.34 [1.01–1.77]) and having an income-generating activity (adjusted odds ratio: 1.82 [1.09–3.03]) were associated with screening for hepatitis B infection. Overall, 62 HIV-infected patients (19.8%, 95% confidence interval: 15.5–24.7) were HBsAg-positive and 82.3% of them received a tenofovir-co[...]

Presse médicale
Il y a 2 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 4 May 2017
Source:Annales d'Endocrinologie
Author(s): Thomas Edouard
Tall stature is statistically defined as a height standard deviation score (SDS) above 2 for a given age, sex and population group. The most common cause of tall stature is constitutional (often familial) tall stature. However, underlying endocrine or genetic disorders must be considered as some of them may require specific treatment or management. In constitutional tall stature, healthy children are referred to discuss treatment aiming at reducing adult height. The indications of treatment are rare and usually discussed in girls with extremely tall stature (height SDS4, corresponding to 185cm in girls). The treatment options for tall children are limited and [...]

Presse médicale
Il y a 2 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 8 May 2017
Source:Annales d'Endocrinologie
Author(s): Ron G. Rosenfeld, Vivian Hwa
Normal growth requires that pituitary-secreted growth hormone (GH) bind to its specific receptor and activate a complex signaling cascade, leaving to production of insulin-like growth factor-I (IGF-I), which, in turn, activates its own receptor (IGF1R). The GH receptor (GHR) is preformed as a dimer and is transported in a nonligand bound state to the cell surface. Binding of GH to the GHR dimer, results in a conformational change of the dimer, activation of the intracellular Janus Kinase 2 (JAK2) and phosphorylation of signal transducer and activator of transcription (STAT[...]

Actualité
Il y a 3 heures
Réseau CHU
Dans l’ombre des blouses blanches qui s’activent chaque jour à accueillir et soigner les patients, les blouses roses œuvrent en coulisse pour redonner le sourire aux enfants malades et à leur famille. Le comité grenoblois vient de financer trois nouveaux projets au bénéfice des urgences pédiatriques du CHU Grenoble Alpes. Redonner le sourire aux enfants malades et à leurs familles. Un pari une nouvelle fois relevé haut la main par le comité grenoblois de l’association Les Blouses Roses qui vient de financer différents projets au bénéfice des urgences pédiatriques de l’Hôpital Couple Enfant du CHU Grenoble Alpes. A savoir une belle salle de jeux, des panneaux de décoration ludiques ainsi que trois tiroirs "Distra-Box" équipant les chariots de soin. « Nous avons pu financer l’achat de ces trois projets grâce à notre dernière action menée avec le concours de L’Entrepôt du Bricolage », confie Hervé Gigon, président de l’association. « Nous sommes heureux de pouvoir apporter un peu de joie aux enfants dans des périodes pas toujours simples ». Des propos qui résonnent avec la réaction unanime des professionnels de santé des urgences pédiatriques. « Cette salle de jeu dédiée aux enfants hospitalisés aux urgences permet aux parents de partager des moments avec leurs enfants dans une période d'attente de résultats et de diagnostic qui peut s'avérer source d'inquiétudes. Le but de ces aménagements est de dédramatiser l'hôpital, de rendre le lieu le plus proche possible d'un milieu de vie et non de maladie», explique Emmanuelle Rouault, cadre de santé aux urgences pédiatriques. Des urgences qui accueillent chaque année 23 000 passages et 5 000 hospitalisations.
"Distra’box": distraire pour moins souffrir
Au-delà de la salle de jeux et des décorations murales, le projet "Distra’box"a été imaginé dans le cadre d’un groupe de réflexion portant sur la gestion de la douleur -appelé Dolokids- avec le soutien du Docteur Marielle Cartal, anesthésiste pédiatrique et médecin de la douleur à l’Hôpital Couple Enfant. La distraction vise à diminuer la s[...]
Actualité
Il y a 4 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Des scientifiques cultivent des cellules souches de sang humainDes chercheurs ont récemment réussi à cultiver en laboratoire les cellules souches qui produisent le sang humain. Cette découverte pourrait permettre de mieux soigner les patients souffrant de maladies du sang, sans compter sur les dons de moelle osseuse. [H2]Une expérience inédite[/H2] Pour la première fois, des scientifiques ont cultivé les cellules souches qui produisent le sang humain dans un laboratoire. ...