Actualité
Il y a 4 mois
Anti-douleurs: Inefficaces en cas de manque de sommeil ?

ETUDE - Mieux vaudrait miser sur d'autres substances comme la caféine...


News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 1 heures
Glyphosate : opération coup de poing des agriculteurs sur les Champs-Élysées
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 2 heures
Pollution de l'air : que respire-t-on quand on prend le métro ?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 3 heures
Réforme du travail: des acteurs de la santé au travail alertent sur la disparition du CHSCT
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 3 heures
Levothyrox: une notice a été diffusée pour aider les victimes à déposer plainte
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 5 heures
Pourquoi il faut prendre avec prudence l'étude sur l'aluminium dans les vaccins
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 13 heures
Tous les restaurants universitaires vont bientôt proposer des repas végétariens
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 14 heures
Vaccins : l'aluminium en accusation
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 14 heures
Alzheimer : des visites au musée pour stimuler les malades
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 14 heures
Herbicides : la colère des agriculteurs
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 17 heures
Un sirop contre le cancer
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 17 heures
Dangerosité de l'aluminium dans les vaccins: "Nous manquons toujours de preuves"
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Articles liés par le même flux
Presse médicale
Il y a 14 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 22 September 2017
Source:La Presse Médicale
Author(s): Christine Cortet-Rudelli
La bouche est le siège de nombreuses anomalies dans l’acromégalie. Leur développement est lentement progressif. Elles concernent les lèvres (épaissies et éversées), la mandibule (prognathisme), la langue (macroglossie), le palais mou, le parodonte (hyperplasie gingivale, épaississement des rebords alvéolaires, parodontite), les dents (diastème, hypercémentose, augmentation de leur mobilité et de leur chute).Les conséquences fonctionnelles sont importantes (syndrome des apnées du sommeil obstructif, troubles de l’occlusion dentaire, dysfonctions temporomandibulaires à l’origine de douleurs, altération de la qualité de vie).Elles sont rarement à l’origine du diagnostic du fait du caractère très progressif de l’installation des symptômes et de la rareté de la maladie, peu connue de nos confrères stomatologues et dentistes.Elles sont partiellement ou non réversibles après correction de l’excès de sécrétion de l’hormone de croissance justifiant une prise en charge spécialisée qui ne peut être envisagée qu’après un contrôle parfait de l’hypersomatotropisme.Orofacial changes are frequent in acromegaly. Their evolution is slowly progressive. The lips (everted and thickened), the mandibular morphology (prognathism), the tongue (macroglossia), the soft palate and the uvula (increased and thickened), the parodontis (gingival hyperplasia, paradontitis), the teeth (increased interdental spaces, hypercementosis, increased dental mobility, multiple tooth loss) are concerned.Functional [...]

Actualité
Il y a 21 heures
APF ICM

Questionnaire - témoignage sur la spasticité

Vous pouvez vous aussi répondre au Questionnaire - témoignage


  • Présentation :

Qui êtes vous ? : Femme

Votre âge ? : 46 ans

Un prénom (pseudo ou pas) : Hélène !

  • Décrivez votre spasticité :

Je suis née à 6 mois et demi et je pesais onze cents grammes à la naissance. J'ai été en couveuse deux mois et c'est à 1 an que mes parents ont découverts que je ne tenais pas debout et que je ne marchais pas du à ma naissance prématurée et j'ai donc eu une atteinte neurologique et des problèmes d'éclatements de vaisseaux et on m'a diagnostiqué la maladie de little - IMC.

  • En souffrez-vous beaucoup ?

Oui, j'en souffre beaucoup en ce moment car j'ai un rétrécissement de mon canal lombaire très étroit et un nerf lombaire abimé par un peu d'arthrose et des fourmillements dans les pieds.

Grace aux infiltrations, ça va mieux mais je dois faire de la kiné et de la balnéothérapie car cela est primordial pour moi et j'ai en plus un gros blocage psychologique que je ne commande pas et il faut un certain temps pour me débloquer pour marcher car je suis forcée de me déplacer en taxi et en PAM et cela est pénible et me rends triste.

  • Stress , émotions ont-ils un impact sur les contractures ?

Oui dans la mesure ou ces douleurs chroniques me tendent psychiquement, et du au fait que je ne puissent pas courir lorsque j'ai très envi d'aller aux toilettes, cela me provoque d'énormes fuites urinaire et surtout beaucoup de fatigue lorsqu'il fait trop froid ou trop chaud et que la chaleur est torride l'été et je me sens très très contractée alors cela me gêne beaucoup car ça limite mes déplacements à cause du blocage psychique que j'ai en plus.

Lorsque ça me tends psychiquement, je n'arrive plus à me déplacer.

  • Y a t-il des conséquences dans votre vie quotidienne ?

Je voudrais dire que lorsque la spasticité est trop immense, et surtout à cause de la souffrance psychologique et du blocage psychologique fait que cela m'empêchent de vivre car lorsque les douleurs sont trop énormes, ces douleurs me font très très mal et me donnent envie de pleurer et ces pleurs deviennent des hurlement et cela m'empêche de vivre normalement car je suis coupée du monde et je ne peux plus rien faire.

  • Est-ce que cela vous fatigue ? Est-ce très gênant ?

Oui et cela me fait dormir, tellement je suis fatiguée !

  • Comment êtes-vous soigné ?

Je fais de la Kiné depuis toute petite et j'ai eu un suivi en psychomotricité à la trentaine.

J'ai été dans une Maison de post-Cure à Bois le Roi et j'ai travaillé l'équilibre, la relaxation et j'ai fait un atelier corps et voix pour exprimer ce qu'il y a dans mon corps et mes émotions et cet atelier m'a fait rire et surtout bien dormir mais mes douleurs me faisait tellement mal que ça m'empêchais de marcher et que ça me tendait encore plus psychiquement.

  • Avez-vous des effets indésirables (traitements) ?

Non !

  • Avez-vous des trucs des astuces pour pallier à cette spasticité ?

Je dois faire de la kiné à l'hôpital Saint-Joseph et de la Balnéothérapie à l'hôpital Sainte-Marie dés que ce sera possible car il n'y a pas de place en Balnéothérapie à l'hôpital Sainte Marie et je suis sur liste d'attente mais je vais devoir peut[...]

Presse médicale
Il y a 2 jours
ScienceDirect

Publication date: September 2017
Source:Archives des Maladies Professionnelles et de l'Environnement, Volume 78, Issue 4
Author(s): J.M. Wendling, V. Jouvenet
ObjectifsMettre en évidence et sensibiliser au sur-risque de TMS lié au pesage des fruits et légumes par les caissières – convaincre la direction de revenir sur le pesage en rayon.MéthodeAnalyses et quantification dans 3 supermarchés différents des contraintes gestuelles par analyse du flux total d’articles et du nombre des fruits et légumes sur une semaine – analyses comparatives de séquences vidéos en caisses «articles étiquetés» versus «articles à peser» – identification des zones de travail inconfortables à l’aide d’un calque issu de la norme NF EN ISO 14738 – synthèse des entretiens avec les caissières lors des visites médicales.RésultatsLes fruits et légumes représentent environ 12.5% des 120 000 articles vendus par semaine dans un supermarché. Le pesage de ces 15 000 fruits et légumes en caisse multiplie les gestes et le temps de passage de ces articles de 400%. Cette activité augmente également les amplitudes gestuelles dans des zones inconfortables et à risque (balance, écran tactile) selon la norme précitée. Cette tâche, comportant l’identification du produit à travers le sachet, est également source d’erreurs. Elle est clairement vécue par les salariés comme pénible et source de douleurs, en particulier aux épaules.DiscussionLa pesée en caisse avait été mise en place afin d’éviter la démarque inconnue et de réduire les pertes sur le rayon fruits et légumes. Elle a cependant un coût en équipements, en productivité et en santé non négligeable.ConclusionL’enseigne sensibilisée à ce facteur de risque et à l’impact sur la productivité et la santé de ses salari[...]

Presse médicale
Il y a 2 jours
ScienceDirect

Publication date: September 2017
Source:Archives des Maladies Professionnelles et de l'Environnement, Volume 78, Issue 4
Author(s): V. Schach-Delacroix
ObjectifL’évolution vers plus d’automatisation, les plaintes physiques et les arrêts de travail inquiètent l’encadrement d’un atelier de contrôle. Il demande l’aide du service de santé au travail dans le but de maintenir dans l’emploi une population « vieillissante ».MéthodesUn groupe de travail pluridisciplinaire est créé. L’utilisation du questionnaire Nordique objective les plaintes, les localise. Leur gravité est estimée par l’impact sur la capacité à réaliser le travail.Différentes actions de prévention sont proposées :– prévention primaire :– actions techniques : automatisation d’une tâche,– mise en place d’un bras exosquelette ;– prévention secondaire : intervention de kinésithérapeutes dans un double objectif :– prévention individuelle par l’accompagnement sur le poste et la correction de mauvaises postures ou gestuelles puis l’apprentissage d’exercices adaptés pour soulager les groupes musculaires sollicités lors des tâches,– prévention collective avec l’exploitation de questionnaires corrélant les douleurs avec les postes occupés.RésultatsLes interventions des kinésithérapeutes aboutissent à d’autres mesures : des fiches de bonne posture, et la mise en place d’échauffements en début de poste. Des enquêtes de satisfaction réalisées un an après l’intervention des kinésithérapeutes et un après la mise en place des échauffements confirment l’intérêt de ces mesures.Conclusion, discussionCette action est étendue aux autres ateliers. Cette approche complète permet d’objectiver les effets sur la santé en les corrélant aux activités, de prioriser les postes les plus contraignants pour lesquels des actions ergonomiques sont engag[...]

Actualité
Il y a 2 jours
Infirmiers

L’incontinence est cause d’une gêne plus ou moins grande dans l’accomplissement des actes quotidiens de la vie. Même si l’on ne peut pas parler de pathologie dans la plupart des cas, il s’agit d’un handicap physique doublé d’un sentiment de diminution psychologique. Souvent la notion de confort est évoquée. Mais plus qu’un inconfort, la gêne occasionnée peut tant perturber les actes quotidiens qu’elle conduira à la perte d’une certaine indépendance. Chez la personne âgée, cette infirmité devient souvent une pathologie dont les conséquences peuvent devenir préoccupantes. Un groupe d’experts internationaux s’est réuni en 2015 pour faire un état des lieux et a publié un rapport disponible en Français1 dont nous tentons de faire ici un résumé commenté.

Publi-information du laboratoire Metanoïa

Femme agée dans un lit d'hopital

Les populations les plus touchées par la dermite associée à l'incontinence sont notamment les sujets âgés fragiles et/ou dépendants.

Jusqu’à récemment, le diagnostic de la Dermite Associée à l’Incontinence (DAI) n’avait pas été vraiment répertorié par manque d’études et de cas cliniques. A l’origine, classée parmi les pathologies dites d’affections cutanées qualifiées d’altérations de la peau associées à l’humidité (MASD), il a été préféré à la suite de ce rapport la dénomination « Dermite Associée à l’Incontinence » marquant le fait que cette affection est liée aux effluents, peut s’étendre sur une zone périnéale élargie et toucher tous les âges. Il ressort de ce rapport que la DAI peut provoquer gêne, douleurs, irritation, démangeaisons, brûlures, picotements sur les zones atteintes. Ces zones peuvent évoluer vers un début d’escarres.

La DAI a pour origine une perturbation de la barrière cutanée naturelle de la peau, une inflammation dont l’origine serait une surhydratation et une augmentation du Ph. Une peau sensible aux frottements et cisaillements (deux facteurs aggravant de l’apparition des escarres) est également une peau à risque de DAI. Les patients atteints d’une incontinence fécale présentent plus de risques de développer une DAI que les patients atteints d’une seule incontinence urinaire. Le changement de nature des effluents dû à une modification de l’alimentation ou à la prise de médicaments peut altérer la barrière cutanée lors de fuites et causer une détérioration de cette dernière, engageant ainsi un processus d’apparition de la DAI sur le siège. Les zones de plis doivent être attentivement surveillées car elles sont le lieu de la macération de la peau. L’évaluation et le diagnostic de la DAI ne peut se faire qu’au moyen de l’observation clinique et de l’analyse visuelle.

Le résultat d’une thérapie de prévention ou de soin de la DAI adapté doit apparaître dans les un ou deux jours suivant sa mise en œuvre…

Les patients atteints d’une incontinence fécale présentent plus de risques de développer une DAI que les patients atteints d’une seule incontinence urinaire.

Nettoyage et protection : quels gestes comptent ?

A cet égard, nous devons citer intégralement une des conclusions de ce rapport que nous jugeons importante et qui indique : Il a été démontré que les protocoles structurés de soins cutanés qui intègrent un nettoyage doux et l’utilisation de protecteurs cutanés réduisent l’incidence de la DAI. Il est également possible qu’ils soient associés à une réduction du développement des escarres de stade I. Le retour d’expérience qui nous est indiqué par quelques services de santé ajoute que le choix du nettoyant n’est pas neutre. De nombreux produits présentent une agression pour la peau fragile. Les produits choisis seront réputés pour leur hypoallergénie. Certains produits non rinçables peuvent laisser à la surface de la peau des substances irritantes qu’il sera préférable d’éviter. On le voit, deux actions sont étroitement liées : le nettoyage et la protection cutanée.

En octobre 2015, le produit EscarProtect® a été présenté pour la première fois à la communauté médicale lors du congrès PERSE à Bordeaux. Il présente les caractéristiques citées dans le rapport cité plus haut pour la prévention et le soin des Dermites Associées à l’Incontinence (DAI). En effet le rapport indique que le produit idéal se caractérise par les éléments suivants :

  • preuves cliniques pour la prévention et/ou le traitement de la DAI ;
  • proche du pH de la peau (remarque : le pH n’est pas une caractéristique pertinente pour tous les produits, par ex. ceux qui ne contiennent pas d’ions hydrogène, y compris certains films barrières) ;
  • faible pouvoir irritant/hypoallergénique ;
  • ne pique pas à l’application ;
  • transparent ou aisément éliminé pour une inspection de la peau ;
  • élimination/nettoyage tenant compte du temps du soignant et du confort du patient ;
  • n’augmente pas l’altération de la peau ;
  • n’interfère pas avec l’absorption ou la fonction des produits de gestion de l’incontinence ;
  • compatible avec les autres produits utilisés (par ex. les pansements adhésifs) ;
  • acceptable pour les patients, les cliniciens et les soignants ;
  • minimise le nombre de produits, de ressources et de temps nécessaires pour terminer le protocole de soins cutanés complet ;
  • bon rapport coût-efficacité

Cette mousse à base de cristal liquide, principe de fonctionnement innovant, apporte une nouvelle voie pour protéger la peau permettant sa régénération à l’abri des agresseurs qu’elle subit.

Un récent protecteur cutané

EpidermeAprès un doux nettoyage de la peau à l’aide de produits hypoallergéniques, et surtout un bon rinçage à l’eau, l’application de ce protecteur cutané va installer un réseau intra-épidermique qui restera plusieurs heures dans l‘épiderme (cf. illustration). Ce réseau se maintient en place en dépit du passage après lui d’eau, de savon, d’urines ou de selles. Une fuite après le soin comprenant l’application du protecteur cutané ne nécessite pas une nouvelle application de ce protecteur et le soin de nettoyage ne vient plus agresser la peau aussi douloureusement qu’avant. Il est mentionné dans le rapport cité ici que l’une des causes de la DAI se trouve dans la surhydratation ou[...]

Actualité
Il y a 2 jours
Institut de veille sanitaire

Synthèse

  • Au cours de la semaine 36 (du 4 au 10 septembre 2017), première semaine de la rentrée scolaire, les passages dans les structures d’urgence et hospitalisations après passage sont en légère augmentation chez les enfants de 2-14 ans et stables dans les autres classes d’âge.
  • Les recours aux urgences pour la plupart des pathologies saisonnières sont stables ou en baisse, à l’exception des passages chez les enfants pour :
    - crise d’asthme chez les moins de 15 ans en forte augmentation (+132 % soit +833 passages) ;
    - malaise chez les 2-14 ans (+22 % soit 67 passages) ;
    - allergie (+12 %) chez les moins de 2 ans.
    On note une légère augmentation des hospitalisations après passage pour asthme et allergie
  • Parmi les pathologies les plus fréquentes, on note chez les [...]