Actualité
Il y a 1 mois
Antibiotiques : rien ne semble ébranler le conservatisme médical

« Pourquoi la médecine s’acharne-t-elle à scier l’une de ses plus solides branches ? », s’interroge, sur son blog, le médecin Luc Perino.

Santé : Toute l\'actualité sur Le Monde.fr.
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Cancer de la prostate : les pratiques médicales doivent évoluer
Il y a 5 heures
Cancer de la prostate : les pratiques médicales doivent évoluer
Santé : Toute l\'actualité sur Le Monde.fr.
Actualité
Opiacés : « Je changeais de pharmacie pour ne pas me faire repérer »
Actualité
Opiacés : En France, des centaines de morts par an
Il y a 1 jours
Opiacés : En France, des centaines de morts par an
Santé : Toute l\'actualité sur Le Monde.fr.
Actualité
L’OMS va tester un vaccin antipaludique en Afrique
Il y a 2 jours
L’OMS va tester un vaccin antipaludique en Afrique
Santé : Toute l\'actualité sur Le Monde.fr.
Actualité
Il y a 4 jours
Au Canada, du cannabis un peu moins planant
Santé : Toute l\'actualité sur Le Monde.fr.
Actualité
Quand le « procédurier maladif » est privé d’avocat
Il y a 5 jours
Quand le « procédurier maladif » est privé d’avocat
Santé : Toute l\'actualité sur Le Monde.fr.
Actualité
Hépatites virales : un fléau mondial en expansion
Il y a 5 jours
Hépatites virales : un fléau mondial en expansion
Santé : Toute l\'actualité sur Le Monde.fr.
Actualité
Implant Essure : les experts ne jugent « pas nécessaire » d’en restreindre l’utilisation
Actualité
Des perturbateurs endocriniens retrouvé dans les cheveux d’enfants
Il y a 6 jours
Des perturbateurs endocriniens retrouvé dans les cheveux d’enfants
Santé : Toute l\'actualité sur Le Monde.fr.
Actualité
Implants Essure : un comité d’experts étudie le rapport bénéfices et risques pour les patientes
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 2 minutes
CHU de Toulouse

Résumé : Créée en 1999, lors du regroupement à l'hôpital Rangueil des services de cardiologie initialement situés sur les deux grands sites du CHU (Purpan et Rangueil), la Fédération de cardiologie n'a cessé de développer ses activités avec un renforcement de son plateau technique et une montée en surspécialisation des équipes médicales et paramédicales. Depuis plusieurs mois, elle s'est engagée dans un programme de modernisation de son fonctionnement pour aboutir à une nouvelle organisation médicale et un redécoupage de ses unités de soins. La nouvelle configuration de la Fédération de cardiologie bénéficie ainsi d'une visibilité accrue qui contribue au rayonnement de ses équipes aux [...]

Blog
Il y a 24 minutes
Tribune miniblog

Introduction 3ème édition du "Collège des enseignants d'endocrinologie, diabète et maladies métaboliques" (CEEDMM), il s'agit de la première version de cet ouvrage depuis la réforme ECNi. Caractéristiques physiques Il s'agit d'un ouvrage de près de 600 pages de format légèrement inférieur au A4. La couverture est souple, l'impression (en noir et rouge sur fond blanc) et la reliure sont de qualité. Qualités rédactionnelles Ouvrage très attendu recouvrant[...]

Actualité
Il y a 35 minutes
Faculté de médecine Montréal

Attribuer le bon organe à la bonne personne est toujours un défi. Deux chercheurs de l’UdeM pensent que l’intelligence artificielle peut contribuer à améliorer ce processus.

En termes de greffes d’organes, tout est une question de chance. La réussite d’une greffe dépend d’un certain nombre de facteurs, comme l’âge et l’état de santé du donneur et du receveur, la compatibilité biologique entre le donneur et le receveur et la capacité du patient à recevoir la greffe.

Mais si le système pouvait s’appuyer sur de meilleures statistiques, cela augmenterait-il les taux de réussite?

C’est ce que des chercheurs de l’Université de Montréal et de Polytechnique Montréal tentent de découvrir en travaillant à la conception d’une méthode d’apprentissage-machine informatisée qui permettra de mieux prédire le taux de réussite d’une greffe standard.

Lire la suite sur UdeMNouvelles
Les 48 dernières heures d’un donneur

Cet article Attribuer le bon org[...]

Actualité
Il y a 35 minutes
Faculté de médecine Montréal

Attribuer le bon organe à la bonne personne est toujours un défi. Deux chercheurs de l’UdeM pensent que l’intelligence artificielle peut contribuer à améliorer ce processus.

En termes de greffes d’organes, tout est une question de chance. La réussite d’une greffe dépend d’un certain nombre de facteurs, comme l’âge et l’état de santé du donneur et du receveur, la compatibilité biologique entre le donneur et le receveur et la capacité du patient à recevoir la greffe.

Mais si le système pouvait s’appuyer sur de meilleures statistiques, cela augmenterait-il les taux de réussite?

C’est ce que des chercheurs de l’Université de Montréal et de Polytechnique Montréal tentent de découvrir en travaillant à la conception d’une méthode d’apprentissage-machine informatisée qui permettra de mieux prédire le taux de réussite d’une greffe standard.

Lire la suite sur UdeMNouvelles
Les 48 dernières heures d’un donneur

Cet article Attribuer le bon org[...]

Actualité
Il y a 35 minutes
Faculté de médecine Montréal

Attribuer le bon organe à la bonne personne est toujours un défi. Deux chercheurs de l’UdeM pensent que l’intelligence artificielle peut contribuer à améliorer ce processus.

En termes de greffes d’organes, tout est une question de chance. La réussite d’une greffe dépend d’un certain nombre de facteurs, comme l’âge et l’état de santé du donneur et du receveur, la compatibilité biologique entre le donneur et le receveur et la capacité du patient à recevoir la greffe.

Mais si le système pouvait s’appuyer sur de meilleures statistiques, cela augmenterait-il les taux de réussite?

C’est ce que des chercheurs de l’Université de Montréal et de Polytechnique Montréal tentent de découvrir en travaillant à la conception d’une méthode d’apprentissage-machine informatisée qui permettra de mieux prédire le taux de réussite d’une greffe standard.

Lire la suite sur UdeMNouvelles
Les 48 dernières heures d’un donneur

Cet article Attribuer le bon org[...]

Actualité
Il y a 35 minutes
Faculté de médecine Montréal

Attribuer le bon organe à la bonne personne est toujours un défi. Deux chercheurs de l’UdeM pensent que l’intelligence artificielle peut contribuer à améliorer ce processus.

En termes de greffes d’organes, tout est une question de chance. La réussite d’une greffe dépend d’un certain nombre de facteurs, comme l’âge et l’état de santé du donneur et du receveur, la compatibilité biologique entre le donneur et le receveur et la capacité du patient à recevoir la greffe.

Mais si le système pouvait s’appuyer sur de meilleures statistiques, cela augmenterait-il les taux de réussite?

C’est ce que des chercheurs de l’Université de Montréal et de Polytechnique Montréal tentent de découvrir en travaillant à la conception d’une méthode d’apprentissage-machine informatisée qui permettra de mieux prédire le taux de réussite d’une greffe standard.

Lire la suite sur UdeMNouvelles
Les 48 dernières heures d’un donneur

Cet article Attribuer le bon org[...]