Actualité
Il y a 1 mois
Au-delà de la nausée – billet d'humeur
La vie nous donne parfois l'occasion de mesurer combien est grand l'écart entre une représentation intellectuelle et l'émotion ressentie lorsqu'on y est confronté « pour de vrai ». Impliqué depuis des années dans divers dossiers relatifs aux normes d'émissions des véhicules automobiles, je suis conscient que les constructeurs sont prêts à tout pour contourner les obligations légales et augmenter leurs marges bénéficiaires. La découverte de l'existence d'une pratique supplémentaire particulièrement sordide vient néanmoins de provoquer chez moi des symptômes de dégoût dépassant la « simple » nausée.

L'affaire du « dieselgate » a mis au grand jour des pratiques dont tous les experts du secteur connaissaient (ou suspectaient fortement) l'existence. A savoir l'utilisation de « dispositifs d'invalidation » qui (1) détectent que le véhicule ne se trouve pas dans les conditions d'un test officiel de contrôle des émissions et (2) modulent ou désactivent alors les systèmes de dépollution [1]. Les émissions excédentaires d'oxydes d'azote (NOX) induites par ces procédés illégaux se paient cash : sans doute plusieurs centaines de morts par an au niveau de la Belgique, d'après nos estimations [2].

Outre les oxydes d'azote, les véhicules automobiles produisent également de nombreuses autres substances nocives. Dont les particules fines, qui constituent la famille de polluants qui tuent le plus en Europe. Les moteurs à essence à injection directe émettent un grand nombre de particules très fines – plus encore que les moteurs diesel équipés d'un filtre à particules. Et plus une particule est fine, plus elle pénètre profondément dans les poumons, plus elle risque de faire des dégâts . Afin d'éviter d'équiper également les voitures à essence à injection directe de filtres à particules, les constructeurs ont déjà déployé un plaidoyer tout à fait amoral [3].

Mais ce n'était qu'un début.

Ce 26 janvier, la Commission européenne publiait une note d'orientation ayant pour objectif « d'aider les autorités et les opérateurs [4] en présentant les bonnes pratiques pour une mise en œuvre efficace du droit applicable » [5] Avec l'aide de son Centre de recherches conjoint (JRC), la Commission a mis au point un protocole d'essai permettant de détecter une éventuelle présence de dispositifs d'invalidation. Même si les recommandations émises ne sont hélas pas contraignantes et n'ont aucun effet rétroactif, l'initiative de la Commission doit être saluée. C'est néanmoins dans ce document que se trouve l'origine de mon haut-le-cœur.

On y découvre en effet que certains constructeurs abaissent délibérément la taille des particules fines en-dessous de 23 nm (23 millionièmes de millimètre) soit en-dessous du seuil de détection des instruments de mesure actuels !!! [6] De telles particules pénètrent au plus profond des poumons. Ces constructeurs s'en moquent : cela leur permet de « respecter » les normes.

Vous pensiez que l'industrie automobile avait touché le fond de l'ignominie ? Vous aviez raison - mais elle creuse toujours, repoussant frénétiquement ses propres limites ! Avec la triche aux oxydes d'azote, les constructeurs augmentent la quantité de polluants au-dessus des seuils légaux. Avec cette triche aux particules fines, ils font plus fort : ils en accroissent la nocivité ! Et ceci délibérément, pour éviter d'équiper les véhicules d'un filtre dont le coût est estimé à 25 euros ! [7] C'est tout simplement inqualifiable, sauf à user d'un vocabulaire ordurier auquel la décence m'interdit de faire appel.

Très nombreux sont celles et ceux qui s'émeuvent des pratiques de certaines personnalités politiques. Nombreux aussi celles et ceux qui franchissent le pas, tout aussi excessif que dangereux, du « tous pourris ». Plus rares sont les personnes qui sont scandalisées par les agissements de certains acteurs de l'industrie dont les conséquences, pourtant, s'apparentent plus à l'homicide involontaire qu'au détournement de fonds. C'est particulièrement le cas pour l'industrie automobile en qui, malgré les scandales, la confiance ne faiblit pas [8]. Les foules se pressent aux salons de l'auto. Les citoyens continuent d'acheter les véhicules surdimensionnés que, à grands coups de messages publicitaires, l'industrie leur fait désirer. Et les représentants du secteur, sans doute conscients de la dépendance grave dans laquelle notre société se trouve à l'égard de l'automobile, font preuve d'une arrogance intolérable [9] et ne se remettent nullement en question [10]

Puisse ce billet d'humeur contribuer à faire naître des initiatives de résistance à ce secteur particulièrement pervers.


[1] Pour une description des différents types de dispositifs d'invalidation : http://www.iew.be/spip.php ?article7869

[2] Pour un calcul visant à établir l'ordre de grandeur de l'impact sanitaire : http://www.iew.be/spip.php ?article7605

[3] Pour un détail de ces manœuvres de l'industrie : http://www.iew.be/spip.php ?article7934

[4] Les « autorités de réception » nationales qui homologuent les voitures n'ont en effet jamais mené d'investigations sérieuses pour identifier de tels dispositifs d'invalidation illégaux. Et elles ne semblent nullement disposées à le faire (http://www.iew.be/spip.php ?article7770)

[5] La communication de la Commission est téléchargeable ici : http://ec.europa.eu/DocsRoom/documents/21151.

[6] Voir la dernière ligne du tableau de la page 9 du docum[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Blog
Il y a 13 minutes
Tribune miniblog

Introduction 3ème édition du "Collège des enseignants d'endocrinologie, diabète et maladies métaboliques" (CEEDMM), il s'agit de la première version de cet ouvrage depuis la réforme ECNi. Caractéristiques physiques Il s'agit d'un ouvrage de près de 600 pages de format légèrement inférieur au A4. La couverture est souple, l'impression (en noir et rouge sur fond blanc) et la reliure sont de qualité. Qualités rédactionnelles Ouvrage très attendu recouvrant[...]

Actualité
Il y a 24 minutes
Faculté de médecine Montréal

Attribuer le bon organe à la bonne personne est toujours un défi. Deux chercheurs de l’UdeM pensent que l’intelligence artificielle peut contribuer à améliorer ce processus.

En termes de greffes d’organes, tout est une question de chance. La réussite d’une greffe dépend d’un certain nombre de facteurs, comme l’âge et l’état de santé du donneur et du receveur, la compatibilité biologique entre le donneur et le receveur et la capacité du patient à recevoir la greffe.

Mais si le système pouvait s’appuyer sur de meilleures statistiques, cela augmenterait-il les taux de réussite?

C’est ce que des chercheurs de l’Université de Montréal et de Polytechnique Montréal tentent de découvrir en travaillant à la conception d’une méthode d’apprentissage-machine informatisée qui permettra de mieux prédire le taux de réussite d’une greffe standard.

Lire la suite sur UdeMNouvelles
Les 48 dernières heures d’un donneur

Cet article Attribuer le bon org[...]

Actualité
Il y a 26 minutes
APF ICM

À écouter : L'Assistance sexuelle si non c'est la condamnation des personnes handicapées à l'abstinence et à la sexualité imaginaire. Article mis en ligne le 17 avril 2017.

On va essayer de comprendre les difficultés et les verrouillages de la situation avec Julia Tabath la présidente de l'Association CH(s)OSE invitée de l'émission Handimédias. avec André DJI-Radio Fréquence Paris Plurielle.

Pour écouter l'émission : www.handicapepasbete.com.

Source : www.rfpp.net.

Actualité
Il y a 26 minutes
APF ICM

« Étudiant handicapé, j'ai passé une année Erasmus en Irlande. »

Voir l'article de Faire Face, du 24 avril 2017 :

    • Victor Fourcin, 25 ans, atteint d'infirmité motrice cérébrale, a vécu un année Erasmus à Dublin dans le cadre de son cursus en sciences politiques. Aujourd'hui titulaire d'un double master, il évoque les obstacles rencontrés mais aussi les bénéfices d'une expérience à l'étranger. (...).

-www.faire-face.fr/2017/04/24/erasmus-handicap-irlande.

Actualité
Il y a 30 minutes
Remede

Introduction Il s'agit de la première mouture d'un recueil de cas cliniques (et QI) concernant 3 disciplines : la cardiologie, la pneumologie et l'urgence/réanimation. Caractéristiques physiques Il s'agit d'un ouvrage d'un peu plus de 400 pages de format légèrement inférieur au A4. La couverture est souple. L'impression (en couleurs, notamment pour la partie correction) et la reliure sont de qualité. Qualités rédactionnelles L'ouvrage se divise[...]

Actualité
Il y a 32 minutes
ICM

Les individus apprennent à évaluer le niveau de prudence, de patience ou de fainéantise dont font preuve les autres après avoir observé leur comportement, mais surtout, cela influe sur leurs propres décisions, sans même qu’ils s’en rendent compte. Une découverte qui pourrait avoir des retombées en neurosciences. Les décisions de nos voisins inspirent-elles les nôtres ? C’est ce que laissent entendre les travaux de Jean Daunizeau et Marie Devaine, deux chercheurs Inserm à l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière à Paris (Inserm/ CNRS/ UPMC). Ils ont étudié le comportement de personnes soumises à des choix faisant appel à la prudence, la patience ou l’effort et montrent qu’après avoir observé le comportement d’autres individus, elles se mettent à les imiter, sans même s’en rendre compte !

A la base de ces travaux une question fondamentale pour comprendre comment nous prenons nos décisions dans la vie de tous les jours : s’agit-il d’une question de personnalité inscrite dans nos gènes ou d’un processus hérité de l’éducation et de nos interactions sociales ? Pour le savoir, les chercheurs ont étudié trois caractéristiques qui guident la plupart de nos décisions : la prudence, la patience et l’effort (ou selon le point de vue : la prise de risque, l’impatience et la fainéantise). Pour cela, Ils ont combiné les mathématiques à la psychologie cognitive.

« On reproche souvent à la psychologie sociale d’être une science trop empirique et dont les résultats sont difficilement reproductibles. Pour contourner ce problème, nous faisons appel à la modélisation mathématique », clarifie Jean Daunizeau, responsable de ces travaux.

En pratique, les chercheurs ont recruté des volontaires qu’ils ont soumis à des tests décisionnels. Un ordinateur leur proposait des choix engageant divers degrés de patience, d’effort et de prudence. Ils devaient par exemple choisir entre remporter deux euros tout de suite ou dix euros quelques jours plus tard, appuyer sur une poignée souple pour un gain faible ou très dure pour une somme plus élevée ou encore, opter pour une loterie offrant de fortes chances de gagner un petit montant ou des chances moindres de remporter le gros lot. Les volontaires répondaient à une série de quarante choix de ce type, permettant ainsi aux auteurs de créer un algorithme représentatif de leur personnalité.

Dans un second temps, les volontaires devaient prédire les choix d’un personnage fictif inventé à partir de l’algorithme rendu plus prudent, fainéant, patient que le sujet lui-même, ou l’inverse. Spontanément, tous les volontaires imaginaient que ce personnage ferait les mêmes choix qu’eux, quelle que soit la manière dont ils se comportaient. Néanmoins, après plusieurs erreurs [...]