Actualité
Il y a 2 mois
Au-delà de la nausée – billet d'humeur
La vie nous donne parfois l'occasion de mesurer combien est grand l'écart entre une représentation intellectuelle et l'émotion ressentie lorsqu'on y est confronté « pour de vrai ». Impliqué depuis des années dans divers dossiers relatifs aux normes d'émissions des véhicules automobiles, je suis conscient que les constructeurs sont prêts à tout pour contourner les obligations légales et augmenter leurs marges bénéficiaires. La découverte de l'existence d'une pratique supplémentaire particulièrement sordide vient néanmoins de provoquer chez moi des symptômes de dégoût dépassant la « simple » nausée.

L'affaire du « dieselgate » a mis au grand jour des pratiques dont tous les experts du secteur connaissaient (ou suspectaient fortement) l'existence. A savoir l'utilisation de « dispositifs d'invalidation » qui (1) détectent que le véhicule ne se trouve pas dans les conditions d'un test officiel de contrôle des émissions et (2) modulent ou désactivent alors les systèmes de dépollution [1]. Les émissions excédentaires d'oxydes d'azote (NOX) induites par ces procédés illégaux se paient cash : sans doute plusieurs centaines de morts par an au niveau de la Belgique, d'après nos estimations [2].

Outre les oxydes d'azote, les véhicules automobiles produisent également de nombreuses autres substances nocives. Dont les particules fines, qui constituent la famille de polluants qui tuent le plus en Europe. Les moteurs à essence à injection directe émettent un grand nombre de particules très fines – plus encore que les moteurs diesel équipés d'un filtre à particules. Et plus une particule est fine, plus elle pénètre profondément dans les poumons, plus elle risque de faire des dégâts . Afin d'éviter d'équiper également les voitures à essence à injection directe de filtres à particules, les constructeurs ont déjà déployé un plaidoyer tout à fait amoral [3].

Mais ce n'était qu'un début.

Ce 26 janvier, la Commission européenne publiait une note d'orientation ayant pour objectif « d'aider les autorités et les opérateurs [4] en présentant les bonnes pratiques pour une mise en œuvre efficace du droit applicable » [5] Avec l'aide de son Centre de recherches conjoint (JRC), la Commission a mis au point un protocole d'essai permettant de détecter une éventuelle présence de dispositifs d'invalidation. Même si les recommandations émises ne sont hélas pas contraignantes et n'ont aucun effet rétroactif, l'initiative de la Commission doit être saluée. C'est néanmoins dans ce document que se trouve l'origine de mon haut-le-cœur.

On y découvre en effet que certains constructeurs abaissent délibérément la taille des particules fines en-dessous de 23 nm (23 millionièmes de millimètre) soit en-dessous du seuil de détection des instruments de mesure actuels !!! [6] De telles particules pénètrent au plus profond des poumons. Ces constructeurs s'en moquent : cela leur permet de « respecter » les normes.

Vous pensiez que l'industrie automobile avait touché le fond de l'ignominie ? Vous aviez raison - mais elle creuse toujours, repoussant frénétiquement ses propres limites ! Avec la triche aux oxydes d'azote, les constructeurs augmentent la quantité de polluants au-dessus des seuils légaux. Avec cette triche aux particules fines, ils font plus fort : ils en accroissent la nocivité ! Et ceci délibérément, pour éviter d'équiper les véhicules d'un filtre dont le coût est estimé à 25 euros ! [7] C'est tout simplement inqualifiable, sauf à user d'un vocabulaire ordurier auquel la décence m'interdit de faire appel.

Très nombreux sont celles et ceux qui s'émeuvent des pratiques de certaines personnalités politiques. Nombreux aussi celles et ceux qui franchissent le pas, tout aussi excessif que dangereux, du « tous pourris ». Plus rares sont les personnes qui sont scandalisées par les agissements de certains acteurs de l'industrie dont les conséquences, pourtant, s'apparentent plus à l'homicide involontaire qu'au détournement de fonds. C'est particulièrement le cas pour l'industrie automobile en qui, malgré les scandales, la confiance ne faiblit pas [8]. Les foules se pressent aux salons de l'auto. Les citoyens continuent d'acheter les véhicules surdimensionnés que, à grands coups de messages publicitaires, l'industrie leur fait désirer. Et les représentants du secteur, sans doute conscients de la dépendance grave dans laquelle notre société se trouve à l'égard de l'automobile, font preuve d'une arrogance intolérable [9] et ne se remettent nullement en question [10]

Puisse ce billet d'humeur contribuer à faire naître des initiatives de résistance à ce secteur particulièrement pervers.


[1] Pour une description des différents types de dispositifs d'invalidation : http://www.iew.be/spip.php ?article7869

[2] Pour un calcul visant à établir l'ordre de grandeur de l'impact sanitaire : http://www.iew.be/spip.php ?article7605

[3] Pour un détail de ces manœuvres de l'industrie : http://www.iew.be/spip.php ?article7934

[4] Les « autorités de réception » nationales qui homologuent les voitures n'ont en effet jamais mené d'investigations sérieuses pour identifier de tels dispositifs d'invalidation illégaux. Et elles ne semblent nullement disposées à le faire (http://www.iew.be/spip.php ?article7770)

[5] La communication de la Commission est téléchargeable ici : http://ec.europa.eu/DocsRoom/documents/21151.

[6] Voir la dernière ligne du tableau de la page 9 du document de la Commission. Y sont présentées les « stratégies auxiliaires de limitation des émissions » (AES) connues à ce jour et devant faire l'objet [...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 2 heures
La documentation française

Lancée en août 2016, l’évaluation de l'organisation et du fonctionnement des instances médicales a été confiée à une mission composée de membres de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS), de l’inspection générale de l’administration (IGA), de l’inspection générale des finances (IGF) et de l’inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (IGAENR). Son pilotage a été assuré par la DRH du secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales (SGMAS) en lien avec la direction générale de l’administration de la fonction publique (DGAFP). Le rapport remis par la mission d’évaluation en mars 2017 fait état d’un dispositif complexe et inefficient en dépit des efforts des acteurs impliqués dans sa mise en oeuvre. La multiplicité des intervenants, le cloisonnement du dispositif entre les sujets relevant d[...]

Actualité
Il y a 2 heures
La documentation française

Lancée en août 2016, l’évaluation de l'organisation et du fonctionnement des instances médicales a été confiée à une mission composée de membres de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS), de l’inspection générale de l’administration (IGA), de l’inspection générale des finances (IGF) et de l’inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (IGAENR). Son pilotage a été assuré par la DRH du secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales (SGMAS) en lien avec la direction générale de l’administration de la fonction publique (DGAFP). Le rapport remis par la mission d’évaluation en mars 2017 fait état d’un dispositif complexe et inefficient en dépit des efforts des acteurs impliqués dans sa mise en oeuvre. La multiplicité des intervenants, le cloisonnement du dispositif entre les sujets relevant d[...]

Actualité
Il y a 2 heures
La documentation française

Les objectifs de rénovation énergétique des logements ne s’intègrent pas naturellement dans le dispositif d’aide à l’insonorisation des bâtiments aux abords des aéroports. Il s’agit de deux politiques publiques répondant à des préoccupations différentes et mises en oeuvre de manière distincte. La mission a examiné comment mieux coupler les travaux d’insonorisation et d’amélioration énergétique des bâtiments aux abords des aéroports. Pour émettre ses recommandations, elle s’est placée du point de vue du riverain et des gestionnaires des aides afin de donner un nouvel angle aux approches. Elle insiste pour que les acteurs concernés, le groupe Aéroports de Paris (ADP), l’Agence nationale de l’habitat (Anah), l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) et les Agences départementales d'information sur le logement (Adil) se rapprochent pour mettre en oeuvre les recommandations avec l’appui des collectivités locales. En synthèse, la mission propose une intégration systém[...]

Actualité
Il y a 2 heures
La documentation française

Les objectifs de rénovation énergétique des logements ne s’intègrent pas naturellement dans le dispositif d’aide à l’insonorisation des bâtiments aux abords des aéroports. Il s’agit de deux politiques publiques répondant à des préoccupations différentes et mises en oeuvre de manière distincte. La mission a examiné comment mieux coupler les travaux d’insonorisation et d’amélioration énergétique des bâtiments aux abords des aéroports. Pour émettre ses recommandations, elle s’est placée du point de vue du riverain et des gestionnaires des aides afin de donner un nouvel angle aux approches. Elle insiste pour que les acteurs concernés, le groupe Aéroports de Paris (ADP), l’Agence nationale de l’habitat (Anah), l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) et les Agences départementales d'information sur le logement (Adil) se rapprochent pour mettre en oeuvre les recommandations avec l’appui des collectivités locales. En synthèse, la mission propose une intégration systém[...]

Actualité
Il y a 2 heures
La documentation française

Située sur la rive droite de la Loire, à 35 km d'Orléans, Saint-Benoît-sur Loire (Loiret) est le siège d'une abbaye fondée au 7ème siècle dont la silhouette caractéristique est visible de loin. Avec le plan d'eau de la Loire, qui forme à cet endroit deux grands méandres bordés de végétation et la plaine agricole qui l'entoure, elle constitue un ensemble d'une grande beauté. Le périmètre du site proposé au classement s'étend sur environ 980 hectares sur les communes de Saint-Benoît-sur Loire, Sully-sur-Loire, Guilly et Germigny-des-Près. Il englobe l'abbaye et les paysages dont elle est le point focal. Le rapport propose de donner un avis favorable au classement au titre du critère pitto[...]

Actualité
Il y a 2 heures
La documentation française

Ces ouvrages, dont subsistent un monorail en viaduc de 18 kilomètres et trois plates-formes techniques, sont solides et peuvent résister encore plusieurs décennies, estime la mission. Le coût de leur démolition - 13 millions d’euros a minima - serait en conséquence une dépense inutile. Leur pérennisation nécessite toutefois une remise en état pour compenser le défaut d'entretien depuis la fin des essais il y a 40 ans et pour garantir la sécurité des tiers empruntant les espaces agricoles, forestiers ou routiers situés sous le monorail. Son implantation, établie grâce à une servitude, sans acquisition foncière, conduit en effet à laisser ces espaces entièrement ouverts et accessibles et comme l'ouvrage appartient à l'Etat, il en va donc de sa responsabilité. Une fois les infrastructures sécurisées, un nouveau regard peut être porté sur cette oeuvre remarquable, témoin de la prouesse technologique de l'Aérotrain. La c[...]