Actualité
Il y a 5 jours
Cancer du sein : les séquelles en questions

Les premières données de l’étude Canto montrent des impacts variables des traitements en fonction non seulement de la pathologie et des thérapies, mais également des caractéristiques individuelles de la patiente.

Espace Infirmier
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 1 jours
Tous aux urnes !
Espace Infirmier
Actualité
Actualité
Articles liés par le même flux
Presse médicale
Il y a 1 heures
Cochrane

Question de la revue Quelles sont l'efficacité et l'innocuité des médicaments utilisés pour prévenir les caillots (traitements antithrombotiques) à la fois dans les premiers stades et à long terme chez les personnes ayant eu une hémorragie à l& ...

Presse médicale
Il y a 3 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 June 2017
Source:Science & Sports
Author(s): C. Kabore, J.F. Kaux
ObjectifsRécemment, plusieurs études ont émergé afin d’évaluer les effets sur la récupération sportive du dispositif de compression pneumatique externe dynamique péristaltique mis au point au Newton Center, MA, États-Unis et commercialisé sous le nom de Normatec Pulse Recovery System, dont l’utilisation a été accrue ces derniers temps au sein des communautés sportives professionnelles et amatrices. Notre objectif à travers cette revue est d’évaluer les effets du Normatec sur les performances et la récupération sportive en passant en revue les études publiées à ce jour le concernant.InformationsNous avons réalisé une recherche de la littérature du 1er juillet 2016 au 31 octobre 2016 sur les bases de données Medline via PubMed, Scopus et Cochrane Central Register of Controlled Trials via Ovid, au terme de laquelle nous avons retenu pour cette revue les études comparatives entre le Normatec et un placebo, entre le Normatec et une autre technique de récupération sportive ainsi que les essais contrôlés expérimentaux, sans restriction concernant le sexe et le niveau d’entraînement des participants. Chaque étude a été menée sur des sujets sains âgés entre 18 et 40 ans. Il s’agissait de 67 hommes et de 61 femmes, pour un total de 128 participants. Les études retenues étaient hétérogènes concernant les modalités d’exercice avant traitement par Normatec, ainsi que sur la durée de traitement du Normatec. Aucun effet adverse n’a été décrit dans les études inclues dans cette revue, sans toutefois de contrôle spécifique décrit de ces effets adverses potentiels.ConclusionLes investigations actuelles concernant la méthode de récupération sportive à l’aide du dispositif Normatec ont démontré une influence favorable sur la clairance en lactate sanguin, la réactivité vasculaire périphérique, la douleur musculaire post-exercice et l’amplitude de mouvement de son utilisateur, sans toutefois apporter un gain d’intérêt significatif par rapport à d’autres méthodes de récupération sportive moins coûteuses, plus facile d’accès et actuellement mieux étudiées, dont doivent être conscients les sportifs de tous niveaux. Ces investigations apportent néanmoins des pistes de réflexion quant aux mécanismes qui sous-tendent les effets positifs de ce mode de traitement, et ouvrent la voie vers des études supplémentaires qui contribueront à la validation scientifique de la méthode de récupération sportive par Normatec.AimsRecently, several studies have emerged to evaluate the effects on sports recovery of the peristaltic dynamic pneumatic external compression device developed at Newton Center, MA, USA and marketed as the Normatec Pulse Recovery System, with an increased use recently in the professional and recreational sports communities. Our objective in this review is to evaluate the effects of Normatec on performance and sports recovery by reviewing the studies published to date.NewsWe carried out a literature search from 1st July 2016 to 31st October 2016 on the Medline database via PubMed, Scopus and the Cochrane Central Register of Controlled Trials via Ovid, at the end of which we retained for this review the comparative studies b[...]

Actualité
Il y a 5 heures
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusag[...]

Actualité
Il y a 7 heures
sante-medecine-RFI

«Les morts évitables, nous les subissons chaque jour et cela devient de plus en plus insupportable», tranche dans une lettre ouverte, un médecin excédé, en priant le ministre de leur épargner ses discours toujours très captivants et pleins de créativité, pour proposer des solutions aux maux du système de santé du pays. «Les Ghanéens ont un nouvel hôpital moderne, tout comme les Tchadiens, les Burkinabé, les Maliens, les Nigériens, les Sénégalais (….). Actuellement, ce sont les Ghanéens, ou les Maliens qui soignent nos patients souffrant de cancer, parce qu’ils ont les appareils de radiothérapie qu’il faut. Comme le CHU Sylvanus Olympio, bâti dans les années 50, les infrastructures hospi[...]

Actualité
Il y a 9 heures
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusages et des nombr[...]

Actualité
Il y a 9 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 June 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): Q. Manach, M. Bouquot, M. Rouprêt, V. Ambrogi, F. Richard, M.O. Bitker, E. Chartier-Kastler, V. Phé
ObjectifÉvaluer les résultats fonctionnels à long terme de la bandelette sous-urétrale rétropubienne TVT pour le traitement de l’incontinence urinaire d’effort (IUE) féminine.MéthodesUne étude monocentrique prospective a inclus les femmes ayant une IUE par hypermobilité urétrale traitées par une bandelette rétropubienne TVT par le même chirurgien entre septembre 1998 et septembre 2000. Les patientes ont été évaluées à 1, 3, 6 et 12 mois après la chirurgie, puis annuellement. Les données suivantes ont été recueillies : calendrier mictionnel, résidu post-mictionnel, test d’incontinence urinaire d’une heure, questionnaire de sévérité des symptômes urinaires, score de qualité de vie, complications postopératoires. Les taux de continence objective (absence de fuite urinaire à l’effort lors de l’examen clinique) et subjective (absence de fuite urinaire, quel que soit le type, rapportée par la patiente) ont été rapportés.RésultatsCinquante-huit patientes d’âge médian 59 ans (IQR 49–67 ; min 21–max 78) ont été incluses. Au terme du suivi médian de 10,2 ans (IQR 1,4–16,0 ; min 1–max 13,2), les taux de continence urinaire objective et subjective ont été respectivement de 93 % et 78 % et sont restés stables dans le long terme. Le test d’incontinence urinaire d’une heure, les scores du questionnaire de sévérité des symptômes urinaires et de qualité de vie ont été significativement améliorés. L’utilisation d’autosondages intermittents a été nécessaire chez 3 femmes en postopératoire. Une section de bandelette et l’ablation d’une autre bandelette ont été réalisées chez 2 femmes ayant des douleurs pelviennes chroniques. Une patiente a rapporté des infections urinaires récidivantes. Un taux d’urgenturie de novo de 10 % a été rapporté.ConclusionLes résultats fonctionnels après la mise en place d’une bandelette rétropubienne TVT sont satisfaisants et stables sur le long terme. Cette procédure améliore la qualité de vie avec une morbidité faible.Niveau de preuve3.PurposeTo evaluate the long-term functional outcomes after retropubic tension-free vaginal tape (TVT) placement to treat female stress urinary incontinence (SUI).MethodsFrom September 1998 to September 2000, we prospectively enrolled all consecutive women in our center suffering SUI caused by urethral hypermobility. All women had a retropubic TVT inserted by the same surgeon. Patients were evaluated at 1, 3, 6 and 12 months postoperatively, and annually thereafter. Postoperative assessment included a measurement of post-voiding residual volume, urinalysis, a 1-hour pad test, a urinary symptom questionnaire, and an assessment of quality-of-life. Objective continence (defined as no urine leakage at clinical examination) and subjective continence (defined as no urine leakage, whatever the mechanism, reported by the patient) were reported.ResultsOverall, 58 consecutive women (median age 59; IQR 49–67; min 21–max 78) were evaluated. Median follow-up was 10.2years (IQR 1.4–16.0; min 1–max 13.2). At the last follow-up, objective and subjective continence rates were 93% and 78%, respectively and remained stable in the long run. Pad tests, urinary symptom questionnaire scores and quality-of-life were significantly improved. Self-intermittent catheterisatio[...]