Actualité
Il y a 1 mois
Contre Alzheimer, des neurones en autodéfense

On sait que l’hormone IGF-1 (pour insulin-like growth factor) est nécessaire au développement et agit aussi tout au long de la vie. Précédemment, l’équipe de Martin Holzenberger (Unité 938 Centre......

Santé mentale
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 heures
CHU Rouen

La maladie d’Alzheimer est un problème important de santé publique, avec 900 000 patients concernés et leurs aidants. La prise en charge de cette maladie et en particulier le diagnostic est sujet à débat entre les spécialistes des troubles cognitifs et les médecins généralistes. Cette pathologie génère chez les médecins généralistes des r[...]

Actualité
Il y a 1 heures
CHU Rouen

Notre objectif était d’évaluer la connaissance et la perception des médecins généralistes concernant les nouvelles technologies d’assistance pour l’accompagnement des patients atteints de la maladie d’Alzheimer et maladies apparentées.

Actualité
Il y a 20 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

APPEL A TEMOINS - La gendarmerie de l’Hérault vient de lancer un avis de recherche après la disparition à Mèze d’un homme de 79 ans atteint de la maladie d’Alzheimer…


Actualité
Il y a 23 heures
Réseau Santé Qualité

Une étude conjointe du CHU de Lille et de l'INSERM révèle le rôle de la protéine Tau dans la réponse du cerveau à l'insuline. Ces travaux publiés dans The Journal of Experimental Medicine ouvrent des perspectives dans la compréhension des troubles métaboliques associés aux maladies neurodégénératives.

L'insuline, bien connue pour son rôle dans la glycémie et le diabète sucrée, est également une hormone aux actions multiples dans le cerveau. Elle favorise non seulement la mémoire mais inhibe aussi la prise alimentaire. David Blum et Luc Buée de l'équipe « Alzheimer & Tauopathies », UMR-S1172 (Université de Lille/Inserm/CHU de Lille) viennent de démontrer que la protéine Tau est un régulateur majeur des effets de l'insuline dans le cerveau. Cette protéine est une des protéines majeures qui s'agrègent pour conduire à la mort neuronale dans de nombreuses maladies neurodégénératives, dont la maladie d'Alzheimer.

Des actions démontrées chez la souris

Les chercheurs ont démontré que les actions de l'insuline dans le cerveau étaient réduites chez des animaux ne possédant pas la protéine Tau. « Les souris déficientes en Tau présentent une réponse réduite à l'insuline au niveau de l'hippocampe, une structure du cerveau impliquée dans la mémoire », expliq[...]

Actualité
Il y a 1 jours
ICM

Une étude, coordonnée par le Professeur Harald Hampel, principal investigator à l’ICM et titulaire de l’AXA Research Fund & UPMC Chair “Anticiper la Maladie d’Alzheimer”, s’est penchée sur le lien entre l’accumulation des protéines amyloïdes, une des caractéristiques de la maladie d’Alzheimer, et la diminution de la substance grise dans le cerveau.

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative dont une des caractéristiques principales est l’accumulation de protéines amyloïdes Aβ1-42 dans le cerveau. Ces protéines amyloïdes vont par la suite s’agréger pour former des « plaques séniles » qui vont contribuer à la dégénérescence des neurones, notamment au niveau de la substance grise dans le cerveau.

La substance grise contient les corps cellulaires des neurones qui reçoivent et analysent les informations. Des changements au niveau de son volume sont un marqueur de la neurodégénérescence dans la maladie d’Alzheimer mais également chez les individus sans troubles cognitifs.

Plusieurs études se sont penchées sur le lien entre la charge amyloïde, autrement dit la quantité de protéine amyloïde globale dans le cerveau, et les variations dans le volume de substance grise corticale. En revanche, une seule étude s’est intéressée à ce lien chez des individus se plaignant de troubles subjectifs de la mémoire, considérés comme un facteur de risque dans la maladie d’Alzheimer.

Les chercheurs de l’ICM ont testé ici l’association entre la charge amyloïde et l’atrophie de la substance grise chez 318 patients âgés de 70 à 80 ans, sans atteinte cognitive mais se plaignant de troubles de la mémoire, issus de la cohorte INSIGHT-preAD composée de 318 sujets sains à risque de développer la maladie.

Leurs résultats montrent que l’accumulation de protéines amyloïdes est bien associée à une atteinte de l’intégrité structurale de la substance grise dans plusieurs régions du cerveau. Cette présence accrue de protéines [...]

Actualité
Il y a 1 jours
JIM

Paris, le mercredi 19 juillet 2017 – La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) vient de publier les résultats de son enquête, la première depuis quatre ans, sur les EHPA (Etablissements d’hébergement pour personnes âgées) et notamment les EHPAD (Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). I[...]