Actualité
Il y a 6 jours
Cours - « Pauvreté » : son étymologie, sa signification

Ce mois, Christine Paillard, ingénieur pédagogique, révèle l'histoire des mots associés à la « pauvreté » et à la « précarité ».

Chaque mois, Christine Paillard, ingénieur pédagogique, propose d'analyser un mot, son étymologie et démontre son importance dans le domaine du soin ; un mot figurant dans son Dictionnaire des concepts en soins infirmiers – Vocabulaire professionnel de la relation soignant-soigné1.

Pauvreté homme désespéréD’après Catherine Rollot, en France, 3,6 millions de personnes sont privées de domicile personnel, soit elles vivent dans des conditions très difficiles (privation de confort ou surpeuplement), soit elles sont en situation d’occupation précaire (Hôtel, caravanes…). Le nombre de “sans-abris” a ainsi augmenté de 50 % depuis 2011 pour atteindre le chiffre de 141 500 personnes, dont 30 000 enfants début 2012. Derrière ces chiffres, il y a des réalités économiques, sociales, culturelles, juridiques. Il existe depuis toujours un public marginalisé, vulnérable, incontournable. Les mots que nous employons orientent nos diverses représentations vers une population au visage multiple réuni sous le terme générique de Sans Domicile Fixe (SDF), dans un contexte de pauvreté et de précarité. Xavier Emmanuelli distingue ici plusieurs types de représentations:

  • du corps : si celle-ci est atteinte, une personne sans abri risque de développer une indifférence pour son corps, laquelle entraîne la survenu de lésions somatiques importantes ;
  • du temps : qui, s’avérant altéré, ne favorise pas le processus de réinsertion ;
  • de l’espace : où l’individu est engagé dans un processus de survie où seul compte son territoire (le lieu où il dort et se repose) ;
  • de l’autre : qui conduit les personnes sans abri à vivre une situation de solitude permanente, à perdre toute ritualisation des relations humaines.

Vous avez dit clochard ?

L’histoire des mots révèle la créativité des synonymes dans les expressions françaises censées définir l’ensemble des SDF : pouilleux, chemineau (qui fait les chemins), vagabond, gueux, Va -nu- pieds, sans logis, clodo, clopinard, déguenillé, misérable, pauvre, nécessiteux, sans-abri, indigent, quémandeur, pochard, sans-le-sou, nomade, trimardeur, truand, mendiant, bohémien, manouche, marginal, galfretier, flemmard, assisté, fou... Le clochard peut être traité avec compassion ou avec hostilité. L’enfant remis fièrement sa pièce au clochard qui lui exprima sa reconnaissance. La mendicité est souvent caractérisée par la grande pauvreté. Pour le Trésor de la langue française, le mendiant, du lat. class. mendīcus, était un moine qui faisait profession de mendier, celui qui réclame, qui sollicite avec humilité. Ceci n’étant plus d’actualité, nous nous intéressons au clochard, symbole de la logique du pauvre “parce qu'il le veut bien”, alcoolique, puant, anarchiste, édenté, bruyant, attendu…. Un clochard, installé sur un banc pour siffler un fond de bouteille (H. Bazin). Le petit Robert précise que le clochard vient de clocher, boiter, (1855). Le clochard est une personne socialement inadaptée, qui vit sans travail, sans domicile dans les grandes villes. Une enquête sociologique ayant été effectuée en 1983 , décrivait ainsi le clochard : Il est moins un acteur qu’un déchet social. Non seulement parce qu’il vit de déchets, mais surtout parce que refusant les normes, les valeurs habituelles, travail, propreté, famille, se situant en deçà de toute participation et de toute règle, il est considéré comme socialement irrécupérable, inutilisable. La marginalisation détient le pouvoir d’une existence refoulée. Pour Fethi Benslama, le marginal est celui qui, au nom de cet espace des bords où il se tient, conteste à l’espace central sa prétention d’être le seul espace valable. Il revendique une existence, une identité. Cette marginalité est liée à la mendicité et donc aux aspects juridiques. Le vagabondage fut un délit dans le code napoléonien de 1804. Un dépôt de mendicité fut créé à Nanterre en 1887. Le délit de mendicité est supprimé en 1994 mais des séries d'arrêtés anti-mendicité ont encore été effectuées par plusieurs municipalités, notamment pendant l'été 2003, prévoyant une peine de six mois d'emprisonnement et 7.500 euros d'amende... La loi rassure-t-elle ou déstructure-t-elle ces fragiles représentations liées à la crédibilité de l'existence de l'autre ? L’histoire des hôpitaux et des soignants est étroitement liée aux personnes les plus vulnérables (handicap, vieillissement, sans abri…).

Une prise en charge multiple

Bien sûr, la pauvreté n’est pas le seul axe pour une meilleure prise en charge des personnes vulnérables. Comme le souligne Gilles Marchand, si on prend en considération la complexité de la prise en charge - mesures d'urgence l'hiver, programmes sur le long terme touchant aux soins, à l'emploi, ou encore au logement - et les modes d'intervention, la situation s'approche dangereusement d'un véritable sac de noeuds : « La prise en charge des SDF est un ensemble hétéroclite de réponses à un problème hétérogène, sans véritable principe d'action unificateur». D’autre part, la figure du clochard, du SDF (familles, étrangers, personnes isolées…) est trop souvent associée à la seule logique de la pauvreté et reste peu connue sous le champ de la santé mentale. Selon Patrick Declerck : L'histoire de ces sujets, quel que soit leur milieu social, fait généralement apparaître une psychopathologie personnelle lourde, doublée d'une pathologie familiale importante. Pour Jean-Louis Eric, des pistes stratégiques demeurent importantes pour viser une meilleure prise en charge, comme :

  • Adopter une posture, celle d’accompagnateur, où le ressenti de la personne soignée doit être au centre des préoccupations soignantes, d’une part parce que l’on aborde l’intime, d’autre part parce que la personne soignée se situe dans une autre réalité. La toilette peut donc être vécue comme intrusive et violente.
  • La capacité d’empathie à la souffrance psychique, qui s’appuie sur une bonne connaissance des pathologies et donc des signes cliniques repérables à travers les comportements des patients. Le questionnement est permanent, afin d’évaluer le degré d’assistance et de stimulation[...]
Infirmiers
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 4 minutes
Ministère de la Santé

L'innovation en santé concerne de multiples domaines : les médicaments, les vaccins, les diagnostics, les dispositifs médicaux, les organisations, la e-santé, la prévention, le secteur médico-social, les interventions à impact populationnel … Elle émerge dans un système complexe multidisciplinaire en perpétuelle évolution, composé de chercheurs, d'ingénieurs, d'industriels, d'investisseurs, d'administrations, d'agences de réglementation et d'évaluation, de professionnels de santé, de citoyens et de patients.

Les innovations en santé contribuent à l'amélioration de l'espérance et de la qualité de vie de chacun. La France, reconnue internationalement pour l'excellence et l'accessibilité de ses soins, a souhaité mettre en place une politique forte, cohérente, partenariale, visible et lisible en matière d'innovation en santé ; une délégation à l'innovation en santé a été créée fin septembre 2016. L'équipe, hébergée dans les locaux du ministère de la santé, est dirigée par le Professeur Jean-Yves Fagon.

Ses missions principales, au sein de l'écosystème de l'innovation en santé, sont avant tout de faciliter l'accès des patients et de la population aux innovations. Pour cela , la délégation souhaite :

  • ORIENTER les porteurs de projets innovants qui le souhaiteraient. Il peut s'agir de clarifier, faciliter, et coordonner les démarches à anticiper dans l'écosystème de l'innovation en santé, voire de les accélérer en levant certains freins. Pour cela la délégation a mis en place un Pôle analyse et orientation des projets innovants (PAOPI).
  • ORCHESTRER LA NECESSAIRE EVOLUTION DE l'EVALUATION de tous types de solutions innovantes de santé : médicament, diagnostic, dispositif médical, programmes de santé, nouvelles organisations, e-santé, innovations polymorphes… vers une évaluation multidimensionnelle.
  • ARTICULER et COORDONNER les initiatives pluridisciplinaires, nationales et régionales, et interministérielles.

Zoom sur le Pôle analyse et orientation des projets innovants (PAOPI)

La délégation à l'innovation en santé propose un service de « mentoring » de l'innovation en santé visant à recevoir, orienter et accompagner les porteurs de projets qui le souhaiteraient.

[...]
Actualité
Il y a 4 minutes
Ministère de la Santé

L'innovation en santé concerne de multiples domaines : les médicaments, les vaccins, les diagnostics, les dispositifs médicaux, les organisations, la e-santé, la prévention, le secteur médico-social, les interventions à impact populationnel … Elle émerge dans un système complexe multidisciplinaire en perpétuelle évolution, composé de chercheurs, d'ingénieurs, d'industriels, d'investisseurs, d'administrations, d'agences de réglementation et d'évaluation, de professionnels de santé, de citoyens et de patients.

Les innovations en santé contribuent à l'amélioration de l'espérance et de la qualité de vie de chacun. La France, reconnue internationalement pour l'excellence et l'accessibilité de ses soins, a souhaité mettre en place une politique forte, cohérente, partenariale, visible et lisible en matière d'innovation en santé ; une délégation à l'innovation en santé a été créée fin septembre 2016. L'équipe, hébergée dans les locaux du ministère de la santé, est dirigée par le Professeur Jean-Yves Fagon.

Ses missions principales, au sein de l'écosystème de l'innovation en santé, sont avant tout de faciliter l'accès des patients et de la population aux innovations. Pour cela , la délégation souhaite :

  • ORIENTER les porteurs de projets innovants qui le souhaiteraient. Il peut s'agir de clarifier, faciliter, et coordonner les démarches à anticiper dans l'écosystème de l'innovation en santé, voire de les accélérer en levant certains freins. Pour cela la délégation a mis en place un Pôle analyse et orientation des projets innovants (PAOPI).
  • ORCHESTRER LA NECESSAIRE EVOLUTION DE l'EVALUATION de tous types de solutions innovantes de santé : médicament, diagnostic, dispositif médical, programmes de santé, nouvelles organisations, e-santé, innovations polymorphes… vers une évaluation multidimensionnelle.
  • ARTICULER et COORDONNER les initiatives pluridisciplinaires, nationales et régionales, et interministérielles.

Zoom sur le Pôle analyse et orientation des projets innovants (PAOPI)

La délégation à l'innovation en santé propose un service de « mentoring » de l'innovation en santé visant à recevoir, orienter et accompagner les porteurs de projets qui le souhaiteraient.

[...]
Actualité
Il y a 4 minutes
Ministère de la Santé

L'innovation en santé concerne de multiples domaines : les médicaments, les vaccins, les diagnostics, les dispositifs médicaux, les organisations, la e-santé, la prévention, le secteur médico-social, les interventions à impact populationnel … Elle émerge dans un système complexe multidisciplinaire en perpétuelle évolution, composé de chercheurs, d'ingénieurs, d'industriels, d'investisseurs, d'administrations, d'agences de réglementation et d'évaluation, de professionnels de santé, de citoyens et de patients.

Les innovations en santé contribuent à l'amélioration de l'espérance et de la qualité de vie de chacun. La France, reconnue internationalement pour l'excellence et l'accessibilité de ses soins, a souhaité mettre en place une politique forte, cohérente, partenariale, visible et lisible en matière d'innovation en santé ; une délégation à l'innovation en santé a été créée fin septembre 2016. L'équipe, hébergée dans les locaux du ministère de la santé, est dirigée par le Professeur Jean-Yves Fagon.

Ses missions principales, au sein de l'écosystème de l'innovation en santé, sont avant tout de faciliter l'accès des patients et de la population aux innovations. Pour cela , la délégation souhaite :

  • ORIENTER les porteurs de projets innovants qui le souhaiteraient. Il peut s'agir de clarifier, faciliter, et coordonner les démarches à anticiper dans l'écosystème de l'innovation en santé, voire de les accélérer en levant certains freins. Pour cela la délégation a mis en place un Pôle analyse et orientation des projets innovants (PAOPI).
  • ORCHESTRER LA NECESSAIRE EVOLUTION DE l'EVALUATION de tous types de solutions innovantes de santé : médicament, diagnostic, dispositif médical, programmes de santé, nouvelles organisations, e-santé, innovations polymorphes… vers une évaluation multidimensionnelle.
  • ARTICULER et COORDONNER les initiatives pluridisciplinaires, nationales et régionales, et interministérielles.

Zoom sur le Pôle analyse et orientation des projets innovants (PAOPI)

La délégation à l'innovation en santé propose un service de « mentoring » de l'innovation en santé visant à recevoir, orienter et accompagner les porteurs de projets qui le souhaiteraient.

[...]
Actualité
Il y a 15 minutes
ANSM

L'ANSM a été informée de la mise en œuvre d’une action de sécurité effectuée par la société Advanced Medical Solutions Plymouth Limited. Les utilisateurs concernés ont reçu le courrier ci-joint (27/04/2017) (3622 ko).

Cette action de sécurité est enregistrée à l’ANSM sous le n° R1705349.

Actualité
Il y a 15 minutes
ANSM

L'ANSM a été informée de la mise en œuvre d’une action de sécurité effectuée par la société Advanced Medical Solutions Plymouth Limited. Les utilisateurs concernés ont reçu le courrier ci-joint (27/04/2017) (3622 ko).

Cette action de sécurité est enregistrée à l’ANSM sous le n° R1705349.

Actualité
Il y a 16 minutes
Ministère de la Santé

La Banque nationale de données maladies rares - BNDMR

Définition

La Banque nationale de données maladies rares - BNDMR - est un projet ambitieux : elle vise à mettre en place une structure sécurisée qui permettra de rassembler les données médicales anonymisées de tous patients atteints de maladies rares à l'échelon national. Ces données sont collectées dans les centres de référence (CRMR) et les centres de compétences maladies rares (CCMR) à partir, notamment, des dossiers patients compatibles et de bases de données (registres, cohortes…) de maladies rares.

La BNDMR a défini un set minimal de données national à recueillir auprès de chaque patient atteint d'une maladie rare. Ce set de données est essentiel afin de garantir la qualité de l'information recueillie et son exploitation. Il constitue le socle d'information commun à toutes les maladies rares et à tous les acteurs de la prise en charge du soin.

Dans un premier temps, il s'agit d'élaborer et déployer une application web commune, BaMaRa (Base Maladies Rares), permettant la coordination et la fluidification du fonctionnement des filières et du travail en réseau. Cette application [...]