Actualité
Il y a 9 jours
Dans le purpura sénile de Bateman - La vitamine C pour atténuer les tâches et renforcer l’élasticité de la peau
Une solution simple et facile d’utilisation : l’application topique de vitamine C permet de limiter les conséquences du purpura de Bateman. Explications du Pr Philippe Humbert, qui a réalisé l’étude sur le sujet.
Quotidien du médecin
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 3 heures
7,5 milliards d'individus dans le monde
Quotidien du médecin
Actualité
Actualité
Actualité
Il y a 6 heures
ARTICLE 3
Quotidien du médecin
Actualité
Il y a 7 heures
ARTICLE 2
Quotidien du médecin
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 minutes
APF ICM

Je m'appelle Thibault, j'ai 28 ans et je vis en fauteuil roulant car je suis infirme moteur cérébral à 80% et atteint d'un handicap orphelin suite à un accident lors de ma naissance. Je vis chez mes parents mais dans la journée, je travaille dans un ESAT sur poste informatique à Strasbourg.

J'ai plusieurs passions : j'aime la vie, je tire à l'arc et je suis cavalier de l'équipe de France de para-dressage. Je suis 10 fois champion de France et vice-champion 2014 de dressage et je monte des chevaux de haut niveau ( ceux de la Garde Républicaine et ceux du Cadre Noir). J'ai été le sujet de deux documentaires qui racontent mon aventure avec les chevaux : "ma plus belle histoire" (2010) et "le défi de Thibault" (2012). Source : http://thibaultstoc.wixsite.com/thibault-stoclin.

Page face book : Stoclin Thibault cavalier de l'équipe de France de para-dressage


2 extraits :

https://www.youtube.com/watch ?v=Ism1m-sk1eo

Le défi de Thibault - Equidia Life


EXTRAIT - Ma plus belle histoire - Equidia Life https://youtu.be/FWFZeUv7oXU


Actualité :

​- 18 au 30 août : Championnat d'Europe à Göteborg (Suède) ​
- 9 au 13 novembre : Championnat de France à St Lô.

Actualité
Il y a 3 minutes
APF ICM

La survie des prématurés s'améliore mais des progrès restent à faire. Par Eric Favereau, Libération, 30 août 2017.

      • Extrait : « Un des premiers constats est l'amélioration de la survie de ces enfants, notamment des grands prématurés, nés autour du sixième et septième mois de la grossesse », a pu expliquer Pierre-Yves Ancel, médecin épidémiologiste de l'Inserm, qui a coordonné l'étude. La survie d'un enfant né autour du sixième mois est ainsi passée de 80% il y a 20 ans à plus de 90% aujourd'hui. « Le deuxième constat concerne le développement et le devenir de ces enfants à l'âge de 2 ans. On observe qu'ils sont moins de 10% à développer un handicap moteur, type infirmité motrice cérébrale. Ces handicaps moteurs ont été réduits de moitié en vingt ans. La survie s'est améliorée mais la survie sans séquelle grave aussi. »

- Étude publiée (anglais) : Neurodevelopmental outcome at 2 years for preterm children born at 22 to 34 weeks' gestation in France in 2011 : EPIPAGE-2 cohort study BMJ 2017 ; 358 doi : https://doi.org/10.1136/bmj.j3448 (Published 16 August 2017) Cite this as : BMJ 2017 ;358:j3448.


Ressources :

  • Un article de février 2015 : Des progrès encourageants dans la prise en charge des prématurés www.faire-face.fr
Presse médicale
Il y a 4 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 19 September 2017
Source:La Presse Médicale
Author(s): Lucia Parlati, Philippe Sogni, Vincent Mallet


Presse médicale
Il y a 4 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 19 September 2017
Source:La Presse Médicale
Author(s): Chloé Leandri, Benoit Bordacahar, Sophie Ribiere, Ammar Oudjit, Marie-Anne Guillaumot, Bertrand Brieau, Frédéric Prat, Vered Abitbol, Stanislas Chaussade, Romain Coriat
En France, les hémorragies digestives hautes représentent une incidence annuelle estimée de 143 cas pour 100 000 habitants. Classiquement, deux types d’hémorragie digestive sont décrits : les hémorragies digestives aiguës et les hémorragies digestives chroniques. L’endoscopie œsogastroduodénale est réalisée en urgence en cas d’hématémèse ou de méléna. Elle nécessite que le patient soit à jeun depuis au moins 6heures pour les solides et 3heures pour les liquides. Les principales étiologies d’hémorragie digestive d’origine grêlique sont les anomalies vasculaires, les ulcérations d’origine inflammatoire ou médicamenteuse, les tumeurs intestinales, le diverticule de Meckel et l’ulcère de Dieulafoy. Les modalités d’exploration de l’intestin grêle devant une hémorragie digestive sont la vidéocapsule endoscopique (VCE), examen de référence pour l’exploration de l’intestin grêle, l’entéroscopie, examen thérapeutique, l’entéroscanner ou l’entéro-IRM, et la scintigraphie aux globules rouges marqués au 99mTc. Dans cette revue, nous aborderons les différentes étiologies de l’hémorragie digestive d’origine grêlique et proposons un algorithme de prise en charge.In France, upper gastrointestinal haemorrhages have an estimated annual incidence of 143 cases per 100,000 inhabitants. Classicall[...]

Actualité
Il y a 49 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Les personnes sont de plus en plus âgées et dépendantes dans les maisons de retraite. Leur prise en charge est plus lourde est les personnels soignants, en nombre insuffisant, ont souvent du mal à suivre.


Actualité
Transfert de taches ou pratique avancée ? (vidéo RTL 6mn)
Il y a 1 heures
SNPI

Débat sur RTL avec Yves Calvi, le 18.09.17 entre le représentant des directeurs d'hôpitaux FHF et Thierry Amouroux le Secrétaire Général du syndicat infirmier SNPI CFE-CGC.

L'APHP et la FHF, Fédération hos­pi­ta­lière de France, qui regroupe les employeurs des hôpi­taux publics, souhaitent « déver­rouiller le régime des pro­to­co­les de coo­pé­ra­tion », avec un avis réputé acquis au bout de deux mois en cas de silence de l'admi­nis­tra­tion.

Les infir­miè­res sont déjà débor­dées, aler­tent sur une charge de tra­vail incom­pa­ti­ble avec des soins de qua­lité, crient leur souf­france au tra­vail, mais les direc­tions veu­lent encore char­ger la barque ! Ces pro­to­co­les de coo­pé­ra­tion per­met­tent juste de régu­la­ri­ser des situa­tions exis­tan­tes, mais ne com­por­tent aucune garan­tie pour les usa­gers sur les qua­li­fi­ca­tions et les com­pé­ten­ces des pro­fes­sion­nels impli­qués dans des actes médicaux dérogatoires : on ne peut faire n'importe quoi, juste pour[...]