Actualité
Il y a 11 jours
De nombreux défis menacent l'avenir de la sécurité alimentaire mondiale
L'objectif visant à éradiquer la faim d'ici à 2030 ne pourra être atteint sans de nouveaux efforts

22 février 2017, Rome - Les pressions sur les ressources naturelles, de plus en plus intenses, les inégalités qui continuent de se creuser et les répercussions négatives du changement climatique compromettent la capacité de l'homme à se nourrir par lui-même à l'avenir. Tel est le message alarmant d'un nouveau rapport de la FAO publié aujourd'hui.

Selon L'Avenir de l'alimentation et l'agriculture : Tendances et défis, bien que des progrès majeurs aient été réalisés en matière de réduction des souffrances liées à la faim à travers le monde ces 30 dernières années, « le fait d'augmenter la production alimentaire et la croissance économique a de lourdes répercussions sur l'environnement naturel ».

« Presque la moitié des forêts sur cette terre ont maintenant disparu. Les sources en eau souterraines s'amenuisent rapidement et la biodiversité a été particulièrement affectée », révèle le rapport.

« Si cette tendance se poursuit, il se pourrait bien que cela dépasse les frontières planétaires », a déclaré M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO dans son discours de présentation du rapport.

D'ici à 2050, l'humanité comptera vraisemblablement près de 10 milliards de personnes. Selon les prévisions de l'Avenir de l'alimentation et l'agriculture : Tendances et défis, dans l'hypothèse d'une croissance économique modérée, cette hausse de la population aura pour effet d'augmenter la demande mondiale en produits agricoles de 50 pour cent par rapport au niveau actuel, accentuant ainsi les pressions sur les ressources naturelles déjà limitées.

Au même moment, de plus en plus de personnes mangeront de moins en moins de céréales mais de plus en plus de viande, de fruits, de légumes et d'aliments transformés, une situation qui s'explique par une transition alimentaire mondiale qui viendra également peser de tout son poids sur les ressources naturelles, en entraînant davantage de déforestation, de dégradation des terres et d'émissions de gaz à effet de serre.

Pour atteindre l'Objectif Faim Zéro, nous devons intensifier nos efforts

La question principale soulevée aujourd'hui par la publication de la FAO est de savoir si oui ou non, à l'avenir, l'agriculture et les systèmes alimentaires dans le monde sont capables de répondre aux besoins d'une population mondiale croissante, et ce, de manière durable.

La réponse est : oui. Les systèmes alimentaires de notre planète sont en mesure de produire assez de nourriture de manière durable, mais exploiter au mieux ce potentiel et s'assurer que toute l'humanité en profite requerra des « transformations majeures ».

Le rapport indique que si des efforts ne sont pas entrepris pour investir dans les systèmes alimentaires et les réorganiser, beaucoup trop de personnes souffriront de la faim en 2030, soit l'année limite fixée par les nouveaux Objectifs de développement durable (ODD) pour éradiquer l'insécurité alimentaire chronique et la malnutrition.

« Sans de nouveaux efforts visant à promouvoir le développement des populations pauvres, à réduire les inégalités et à protéger les personnes vulnérables, plus de 600 millions de personnes seront toujours sous-alimentées en 2030 », révèle le document.

En fait, le taux actuel de progression ne serait même pas suffisant pour éradiquer la faim d'ici à 2050.

D'où viendra notre nourriture ?

Compte tenu du peu de possibilités s'offrant à nous pour développer l'utilisation de la terre et des ressources en eau dans le secteur agricole, les augmentations de production nécessaires afin de faire face à la hausse de la demande alimentaire devront principalement être générées par une amélioration de la productivité et par une utilisation efficace des ressources.

Néanmoins, il existe des signes inquiétants faisant état d'une croissance stable pour les rendements des principales cultures. Le rapport note que depuis les années 1990, les augmentations moyennes enregistrées pour les rendements de maïs, de riz et de blé dépassent tout juste les 1 pour cent.

Le rapport L'avenir de l'alimentation et l'agriculture : Tendances et défis souligne qu' « agir comme si de rien n'était » ne fait pas partie des options si l'on souhaite répondre à ces défis et à d'autres.

« Des transformations majeures dans les systèmes agricoles, les économies rurales et la gestion des ressources naturelles seront nécessaires si nous devons répondre aux nombreux défis qui se présentent à nous et exploiter pleinement le potentiel de l'alimentation et de l'agriculture en vue d'assurer un avenir radieux à tout le monde sur cette planète », indique le document.

Selon le rapport, « des coûts élevés, des systèmes d'élevage nécessitant de nombreuses ressources (et entraînant d'importantes déforestations), des pénuries d'eau, un épuisement des sols et des émissions de gaz à effet de serre ne peuvent pas contribuer à créer une production alimentaire et agricole durable ».

Le principal défi est de produire plus avec moins, tout en préservant et en améliorant les moyens d'existence des petits exploitants agricoles et des agriculteurs familiaux, et d'assurer aux plus vulnérables un accès à l'alimentation. Pour ce faire, une double approche est nécessaire. Elle se devra d'investir dans la protection sociale, de lutter contre la sous-alimentation et d'investir en faveur des pauvres dans des activités productives, en particulier dans l'agriculture et au sein des économies rurales, afin d'augmenter de manière durable les activités rémunératrices des populations[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 16 minutes
Réseau CHU
A Angers, un programme expérimental de prévention des addictions (alcool, tabac, cannabis) et des conférences d'information sur la vie affective et sexuelle sera porté par 21 étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers auprès des collégiens et lycéens. Il s'agit de casser la barrière de génération pour que le message passe plus facilement. Tel est le pari tenu par le CHU, l’Université d’Angers (UFR Santé) et la Direction académique des services de l’Éducation nationale de Maine-et-Loire, associés autour de cette initiative.
Concrètement, une vingtaine d'étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers sont allés à la rencontre des adolescents collège Jean-Vilar et le lycée professionnel Simone Veil, pour rencontrer des adolescents en 3e et en 2nde. Ces étudiants ont bénéficié d’une formation spécifique, en lien étroit avec le Service Universitaire de Médecine Préventive et Promotion de la Santé (SUMPPS) de l’Université d’Angers.

Leurs interventions se déroulent en trois temps, entre février et avril. La première séance consiste à présenter le programme et distribuer un questionnaire anonyme. Sur la base des réponses à ces questionnaires, les étudiants élaborent des ateliers interactifs pour la deuxième séance. Le dernier rendez-vous est une séance de débriefing, l’occasion pour les élèves de poser de nouvelles questions, de récupérer des contacts, mais aussi de faire un bilan des interventions et une évaluation du programme.

[...]
Actualité
Il y a 16 minutes
Réseau CHU
A Angers, un programme expérimental de prévention des addictions (alcool, tabac, cannabis) et des conférences d'information sur la vie affective et sexuelle sera porté par 21 étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers auprès des collégiens et lycéens. Il s'agit de casser la barrière de génération pour que le message passe plus facilement. Tel est le pari tenu par le CHU, l’Université d’Angers (UFR Santé) et la Direction académique des services de l’Éducation nationale de Maine-et-Loire, associés autour de cette initiative.
Concrètement, une vingtaine d'étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers sont allés à la rencontre des adolescents collège Jean-Vilar et le lycée professionnel Simone Veil, pour rencontrer des adolescents en 3e et en 2nde. Ces étudiants ont bénéficié d’une formation spécifique, en lien étroit avec le Service Universitaire de Médecine Préventive et Promotion de la Santé (SUMPPS) de l’Université d’Angers.

Leurs interventions se déroulent en trois temps, entre février et avril. La première séance consiste à présenter le programme et distribuer un questionnaire anonyme. Sur la base des réponses à ces questionnaires, les étudiants élaborent des ateliers interactifs pour la deuxième séance. Le dernier rendez-vous est une séance de débriefing, l’occasion pour les élèves de poser de nouvelles questions, de récupérer des contacts, mais aussi de faire un bilan des interventions et une évaluation du programme.

[...]
Actualité
Il y a 16 minutes
Réseau CHU
A Angers, un programme expérimental de prévention des addictions (alcool, tabac, cannabis) et des conférences d'information sur la vie affective et sexuelle sera porté par 21 étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers auprès des collégiens et lycéens. Il s'agit de casser la barrière de génération pour que le message passe plus facilement. Tel est le pari tenu par le CHU, l’Université d’Angers (UFR Santé) et la Direction académique des services de l’Éducation nationale de Maine-et-Loire, associés autour de cette initiative.
Concrètement, une vingtaine d'étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers sont allés à la rencontre des adolescents collège Jean-Vilar et le lycée professionnel Simone Veil, pour rencontrer des adolescents en 3e et en 2nde. Ces étudiants ont bénéficié d’une formation spécifique, en lien étroit avec le Service Universitaire de Médecine Préventive et Promotion de la Santé (SUMPPS) de l’Université d’Angers.

Leurs interventions se déroulent en trois temps, entre février et avril. La première séance consiste à présenter le programme et distribuer un questionnaire anonyme. Sur la base des réponses à ces questionnaires, les étudiants élaborent des ateliers interactifs pour la deuxième séance. Le dernier rendez-vous est une séance de débriefing, l’occasion pour les élèves de poser de nouvelles questions, de récupérer des contacts, mais aussi de faire un bilan des interventions et une évaluation du programme.

[...]
Actualité
Il y a 16 minutes
Réseau CHU
A Angers, un programme expérimental de prévention des addictions (alcool, tabac, cannabis) et des conférences d'information sur la vie affective et sexuelle sera porté par 21 étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers auprès des collégiens et lycéens. Il s'agit de casser la barrière de génération pour que le message passe plus facilement. Tel est le pari tenu par le CHU, l’Université d’Angers (UFR Santé) et la Direction académique des services de l’Éducation nationale de Maine-et-Loire, associés autour de cette initiative.
Concrètement, une vingtaine d'étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers sont allés à la rencontre des adolescents collège Jean-Vilar et le lycée professionnel Simone Veil, pour rencontrer des adolescents en 3e et en 2nde. Ces étudiants ont bénéficié d’une formation spécifique, en lien étroit avec le Service Universitaire de Médecine Préventive et Promotion de la Santé (SUMPPS) de l’Université d’Angers.

Leurs interventions se déroulent en trois temps, entre février et avril. La première séance consiste à présenter le programme et distribuer un questionnaire anonyme. Sur la base des réponses à ces questionnaires, les étudiants élaborent des ateliers interactifs pour la deuxième séance. Le dernier rendez-vous est une séance de débriefing, l’occasion pour les élèves de poser de nouvelles questions, de récupérer des contacts, mais aussi de faire un bilan des interventions et une évaluation du programme.

[...]
Presse médicale
Il y a 17 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 28 March 2017
Source:La Revue de Médecine Interne
Author(s): P. Henneton, M. Frank, E. Litvinova, S. Miranda, E. Messas, L. Darnige
IntroductionLe syndrome de Gardner-Diamond correspond à une autosensibilisation des patients à leurs propres hématies. Il touche très majoritairement les femmes et se traduit par l’apparition d’ecchymoses douloureuses. Une comorbidité psychiatrique associée ou l’existence d’un facteur psychologique déclenchant constituent un argument diagnostique majeur.ObservationNous décrivons l’histoire d’un homme de 24 ans qui présentait des ecchymoses douloureuses spontanées évoluant par poussées depuis 5 ans. Les explorations réalisées s’avéraient négatives. Le diagnostic de syndrome de Gardner-Diamond était retenu devant la présentation clinique et l’existence d’un facteur psychologique déclenchant. Le traitement antalgique et psychologique est difficile et nécessite une prise en charge pluridisciplinaire.ConclusionLe syndrome de Gardner-Diamond est rare et méconnu, mais doit être évoqué en cas de lésions ecchymotiques ou purpuriques pour lesquelles une étiologie organique n’est pas mise en évidence. Le diagnostic précoce permet de proposer une prise en charge adaptée et de limiter les examens complémentaires inutiles.IntroductionGardner–Diamond syndrome is a rare condition secondary to a sensitization to self-erythrocytes. It is predominantly seen in women and presents as a painful ecchymotic disorder. An underlying psychiatric disease or a triggering psychological stress is of important diagnostic value.Case reportWe report a 24-year-old patient who presented with intermittent spontaneous painful ecchymosis since 5 years. Complementary investigations failed to identify an organic disorder. Gardner–Diamond syndrome was retained because of the clinical presentation, the negativity of diagnostic work-up and the identification of a psychological trauma. Patient management (pain, psychological support) is difficult, justifying a multidisciplinary approach.ConclusionGardner–Diamond syndrome is a rare and unrecognized disorder, which should b[...]

Actualité
Il y a 36 minutes
SNFGE
29/03/2017

Ce record est sans nul doute le résultat de la qualité du programme et de l'intérêt de tous les participants pour la connaissance scientifique et la formation médicale continue de la spécialité. Il témoigne aussi de la convivialité des JFHOD, le rendez-vous incontournable de l'hépato-gastroentérologie et de l'oncologie digestive francophone.

Rendez-vous l'an prochain pour une nouvelle édition des JFHOD qui auront lieu du 22 au 25 mars 2018 au Palais des congrès de Paris. La thématique sera la douleur et le pays invité la Roumanie.