Actualité
Il y a 5 jours
De nombreux défis menacent l'avenir de la sécurité alimentaire mondiale
L'objectif visant à éradiquer la faim d'ici à 2030 ne pourra être atteint sans de nouveaux efforts

22 février 2017, Rome - Les pressions sur les ressources naturelles, de plus en plus intenses, les inégalités qui continuent de se creuser et les répercussions négatives du changement climatique compromettent la capacité de l'homme à se nourrir par lui-même à l'avenir. Tel est le message alarmant d'un nouveau rapport de la FAO publié aujourd'hui.

Selon L'Avenir de l'alimentation et l'agriculture : Tendances et défis, bien que des progrès majeurs aient été réalisés en matière de réduction des souffrances liées à la faim à travers le monde ces 30 dernières années, « le fait d'augmenter la production alimentaire et la croissance économique a de lourdes répercussions sur l'environnement naturel ».

« Presque la moitié des forêts sur cette terre ont maintenant disparu. Les sources en eau souterraines s'amenuisent rapidement et la biodiversité a été particulièrement affectée », révèle le rapport.

« Si cette tendance se poursuit, il se pourrait bien que cela dépasse les frontières planétaires », a déclaré M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO dans son discours de présentation du rapport.

D'ici à 2050, l'humanité comptera vraisemblablement près de 10 milliards de personnes. Selon les prévisions de l'Avenir de l'alimentation et l'agriculture : Tendances et défis, dans l'hypothèse d'une croissance économique modérée, cette hausse de la population aura pour effet d'augmenter la demande mondiale en produits agricoles de 50 pour cent par rapport au niveau actuel, accentuant ainsi les pressions sur les ressources naturelles déjà limitées.

Au même moment, de plus en plus de personnes mangeront de moins en moins de céréales mais de plus en plus de viande, de fruits, de légumes et d'aliments transformés, une situation qui s'explique par une transition alimentaire mondiale qui viendra également peser de tout son poids sur les ressources naturelles, en entraînant davantage de déforestation, de dégradation des terres et d'émissions de gaz à effet de serre.

Pour atteindre l'Objectif Faim Zéro, nous devons intensifier nos efforts

La question principale soulevée aujourd'hui par la publication de la FAO est de savoir si oui ou non, à l'avenir, l'agriculture et les systèmes alimentaires dans le monde sont capables de répondre aux besoins d'une population mondiale croissante, et ce, de manière durable.

La réponse est : oui. Les systèmes alimentaires de notre planète sont en mesure de produire assez de nourriture de manière durable, mais exploiter au mieux ce potentiel et s'assurer que toute l'humanité en profite requerra des « transformations majeures ».

Le rapport indique que si des efforts ne sont pas entrepris pour investir dans les systèmes alimentaires et les réorganiser, beaucoup trop de personnes souffriront de la faim en 2030, soit l'année limite fixée par les nouveaux Objectifs de développement durable (ODD) pour éradiquer l'insécurité alimentaire chronique et la malnutrition.

« Sans de nouveaux efforts visant à promouvoir le développement des populations pauvres, à réduire les inégalités et à protéger les personnes vulnérables, plus de 600 millions de personnes seront toujours sous-alimentées en 2030 », révèle le document.

En fait, le taux actuel de progression ne serait même pas suffisant pour éradiquer la faim d'ici à 2050.

D'où viendra notre nourriture ?

Compte tenu du peu de possibilités s'offrant à nous pour développer l'utilisation de la terre et des ressources en eau dans le secteur agricole, les augmentations de production nécessaires afin de faire face à la hausse de la demande alimentaire devront principalement être générées par une amélioration de la productivité et par une utilisation efficace des ressources.

Néanmoins, il existe des signes inquiétants faisant état d'une croissance stable pour les rendements des principales cultures. Le rapport note que depuis les années 1990, les augmentations moyennes enregistrées pour les rendements de maïs, de riz et de blé dépassent tout juste les 1 pour cent.

Le rapport L'avenir de l'alimentation et l'agriculture : Tendances et défis souligne qu' « agir comme si de rien n'était » ne fait pas partie des options si l'on souhaite répondre à ces défis et à d'autres.

« Des transformations majeures dans les systèmes agricoles, les économies rurales et la gestion des ressources naturelles seront nécessaires si nous devons répondre aux nombreux défis qui se présentent à nous et exploiter pleinement le potentiel de l'alimentation et de l'agriculture en vue d'assurer un avenir radieux à tout le monde sur cette planète », indique le document.

Selon le rapport, « des coûts élevés, des systèmes d'élevage nécessitant de nombreuses ressources (et entraînant d'importantes déforestations), des pénuries d'eau, un épuisement des sols et des émissions de gaz à effet de serre ne peuvent pas contribuer à créer une production alimentaire et agricole durable ».

Le principal défi est de produire plus avec moins, tout en préservant et en améliorant les moyens d'existence des petits exploitants agricoles et des agriculteurs familiaux, et d'assurer aux plus vulnérables un accès à l'alimentation. Pour ce faire, une double approche est nécessaire. Elle se devra d'investir dans la protection sociale, de lutter contre la sous-alimentation et d'investir en faveur des pauvres dans des activités productives, en particulier dans l'agriculture et au sein des économies rurales, afin d'augmenter de manière durable les activités rémunératrices des populations pauvres.

Le mo[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Passerelle : une infirmière pourra entrer directement en 2e ou 3e année de médecine
Il y a 13 minutes
SNPI

Un arrêté paru au Journal officiel du 21 avril permet aux titulaires d'un diplôme d'Etat d'auxiliaire médical "sanctionnant au moins 3 années d'études supérieures" et pouvant justifier "d'un exercice professionnel en lien avec ce diplôme de 2 ans à temps plein" pourront intégrer directement la 2e ou la 3e année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme.

Les candidats justifiant ces conditions peuvent présenter un dossier de candidature en vue d'une admission directe en deuxième ou troisième année, au plus tard le 31 mars de chaque année.

Détails dans l'arrêté du 24 mars 2017 relatif aux modalités d'admission directe en deuxième ou troisième année des études[...]

Actualité
Il y a 1 heures
RA-Santé
Réveil douloureux ? De bonnes positions permettent de prendre soin de son dos ©Aldeca Studio

Au lever

Le mauvais geste : se lever directement de son lit en sollicitant les abdominaux alors que l’on est allongé sur le dos.

Le bon geste : allonger les jambes alternativement durant environ une minute pour échauffer le corps. Ce mouvement est intéressant car il permet de mobiliser en décompression le bas du dos. Cette zone est souvent atteinte par de l’arthrose, car le bas de notre dos est très fixe à cause de nos activités sédentaires (chaises, voiture…). Ensuite, il est conseillé de se tourner sur le côté avant de s’asseoir puis de se lever.

S’habiller

Le mauvais geste : le matin, à froid, s’habiller en restant debout. Cela crée de fortes compressions au niveau des articulations du bassin, et peut engendrer des dysfonctions articulaires.

Le bon geste : s’habiller en restant assis. Et n’oubliez pas, mettez votre pantalon après vos chaussettes, surtout si vous portez un slim !

En voiture

Le mauvais geste : ne pas mettre sa tête sur l’appuie-tête car cela crée des tensions au niveau des cervicales et du dos.

Le bon geste : placer sa tête sur l’appuie-tête. Pour cela, on a besoin d’appuyer son pied gauche sur le passage de roue, à gauche des pédales, pour caler son bassin contre le dossier. Ainsi installé, on peut caler sa tête confortablement sur l’appui-tête.

En marchant

Le mauvais geste : faire du bruit lorsque l’on marche. Cela veut dire que l’on « talonne ». Or, la voute plantaire est le premier amortisseur du corps. Si on talonne, cette dernière ne peut pas amortir les chocs, qui se répercutent sur le bas du dos. On s’expose alors à long terme à des complications, comme des douleurs au dos ou encore de l’arthrose.

Le bon geste : ne pas taper le sol avec le talon, mais plutôt dérouler son pied et bien utiliser ses orteils pour nous cramponner au sol et nous propulser. Cela vaut aussi pour la course à pieds.

Au travail

« Mon corps mode d’emploi » ©LePommier

Le mauvais geste : se tenir voûté devant l’ordinateur, ou encore avoir les jambes croisées. Mais il faut savoir que si l’on apprécie cette position, c’est sûrement car on souffre de tensions ou de dysfonctionnements articulaires. Si l’écran n’est pas assez haut, on peut aussi souffrir de douleurs au cou.

Le bon geste : alterner la station assise avec la station debout, comme cela est désormais possible avec certains bureaux. Pour le corps, c’est la dose qui fait le poison ! Il faut aussi bien penser à placer le sommet de son écran d’ordinateur à la hauteur des yeux, poser ses coudes (ou ses avant-bras) sur la table, avoir le clavier bien avancé… et ne pas croiser les jambes.

Porter des charges

Le mauvais geste : se pencher en avant en prenant la position d’une grue. Cela crée un gros porte-à-faux qui comprime le bas du dos, les vertèbres lombaires.

Le bon geste : ne surtout pas se relever sans plier les genoux car cela crée une compression dans le bas du dos. Le dos est fait pour nous faire tenir debout à la verticale, mais pas pour que le tronc, qui est fixe, passe de l’horizontale à la verticale.

Bricoler

Le mauvais geste : bricoler en ayant les bras trop en l’air. Anatomiquement, l’épaule n’est pas faite pour fonctionner ainsi. Cela crée un terrain propice à la tendinite.

Le bon geste : travailler avec un échafaudage et tâcher d’utiliser au maximum sa main gauche et sa main droite.

Faire le ménage

Le mauvais geste : passer l’aspirateur en se penchant en avant. Une fois encore, cela crée de vives tensions dans le dos.

Le bon geste : passer l’aspirateur en prenant une position de fente avant pour bien écarter les jambes et faire descendre le centre de gravité, un peu à la manière d’un squat. Lorsque l’on fait la vaisselle, penser à écarter les pieds et à caler ses genoux contre le meuble sous l’évier.

Jardiner

Le mauvais geste : une fois encore, se pencher en avant pour jardiner.

Le bon geste : essayer si possible de jardiner un peu chaque jour plutôt[...]

Actualité
Il y a 1 heures
RA-Santé
Réveil douloureux ? De bonnes positions permettent de prendre soin de son dos ©Aldeca Studio

Au lever

Le mauvais geste : se lever directement de son lit en sollicitant les abdominaux alors que l’on est allongé sur le dos.

Le bon geste : allonger les jambes alternativement durant environ une minute pour échauffer le corps. Ce mouvement est intéressant car il permet de mobiliser en décompression le bas du dos. Cette zone est souvent atteinte par de l’arthrose, car le bas de notre dos est très fixe à cause de nos activités sédentaires (chaises, voiture…). Ensuite, il est conseillé de se tourner sur le côté avant de s’asseoir puis de se lever.

S’habiller

Le mauvais geste : le matin, à froid, s’habiller en restant debout. Cela crée de fortes compressions au niveau des articulations du bassin, et peut engendrer des dysfonctions articulaires.

Le bon geste : s’habiller en restant assis. Et n’oubliez pas, mettez votre pantalon après vos chaussettes, surtout si vous portez un slim !

En voiture

Le mauvais geste : ne pas mettre sa tête sur l’appuie-tête car cela crée des tensions au niveau des cervicales et du dos.

Le bon geste : placer sa tête sur l’appuie-tête. Pour cela, on a besoin d’appuyer son pied gauche sur le passage de roue, à gauche des pédales, pour caler son bassin contre le dossier. Ainsi installé, on peut caler sa tête confortablement sur l’appui-tête.

En marchant

Le mauvais geste : faire du bruit lorsque l’on marche. Cela veut dire que l’on « talonne ». Or, la voute plantaire est le premier amortisseur du corps. Si on talonne, cette dernière ne peut pas amortir les chocs, qui se répercutent sur le bas du dos. On s’expose alors à long terme à des complications, comme des douleurs au dos ou encore de l’arthrose.

Le bon geste : ne pas taper le sol avec le talon, mais plutôt dérouler son pied et bien utiliser ses orteils pour nous cramponner au sol et nous propulser. Cela vaut aussi pour la course à pieds.

Au travail

« Mon corps mode d’emploi » ©LePommier

Le mauvais geste : se tenir voûté devant l’ordinateur, ou encore avoir les jambes croisées. Mais il faut savoir que si l’on apprécie cette position, c’est sûrement car on souffre de tensions ou de dysfonctionnements articulaires. Si l’écran n’est pas assez haut, on peut aussi souffrir de douleurs au cou.

Le bon geste : alterner la station assise avec la station debout, comme cela est désormais possible avec certains bureaux. Pour le corps, c’est la dose qui fait le poison ! Il faut aussi bien penser à placer le sommet de son écran d’ordinateur à la hauteur des yeux, poser ses coudes (ou ses avant-bras) sur la table, avoir le clavier bien avancé… et ne pas croiser les jambes.

Porter des charges

Le mauvais geste : se pencher en avant en prenant la position d’une grue. Cela crée un gros porte-à-faux qui comprime le bas du dos, les vertèbres lombaires.

Le bon geste : ne surtout pas se relever sans plier les genoux car cela crée une compression dans le bas du dos. Le dos est fait pour nous faire tenir debout à la verticale, mais pas pour que le tronc, qui est fixe, passe de l’horizontale à la verticale.

Bricoler

Le mauvais geste : bricoler en ayant les bras trop en l’air. Anatomiquement, l’épaule n’est pas faite pour fonctionner ainsi. Cela crée un terrain propice à la tendinite.

Le bon geste : travailler avec un échafaudage et tâcher d’utiliser au maximum sa main gauche et sa main droite.

Faire le ménage

Le mauvais geste : passer l’aspirateur en se penchant en avant. Une fois encore, cela crée de vives tensions dans le dos.

Le bon geste : passer l’aspirateur en prenant une position de fente avant pour bien écarter les jambes et faire descendre le centre de gravité, un peu à la manière d’un squat. Lorsque l’on fait la vaisselle, penser à écarter les pieds et à caler ses genoux contre le meuble sous l’évier.

Jardiner

Le mauvais geste : une fois encore, se pencher en avant pour jardiner.

Le bon geste : essayer si possible de jardiner un peu chaque jour plutôt[...]

Actualité
Il y a 1 heures
RA-Santé
Réveil douloureux ? De bonnes positions permettent de prendre soin de son dos ©Aldeca Studio

Au lever

Le mauvais geste : se lever directement de son lit en sollicitant les abdominaux alors que l’on est allongé sur le dos.

Le bon geste : allonger les jambes alternativement durant environ une minute pour échauffer le corps. Ce mouvement est intéressant car il permet de mobiliser en décompression le bas du dos. Cette zone est souvent atteinte par de l’arthrose, car le bas de notre dos est très fixe à cause de nos activités sédentaires (chaises, voiture…). Ensuite, il est conseillé de se tourner sur le côté avant de s’asseoir puis de se lever.

S’habiller

Le mauvais geste : le matin, à froid, s’habiller en restant debout. Cela crée de fortes compressions au niveau des articulations du bassin, et peut engendrer des dysfonctions articulaires.

Le bon geste : s’habiller en restant assis. Et n’oubliez pas, mettez votre pantalon après vos chaussettes, surtout si vous portez un slim !

En voiture

Le mauvais geste : ne pas mettre sa tête sur l’appuie-tête car cela crée des tensions au niveau des cervicales et du dos.

Le bon geste : placer sa tête sur l’appuie-tête. Pour cela, on a besoin d’appuyer son pied gauche sur le passage de roue, à gauche des pédales, pour caler son bassin contre le dossier. Ainsi installé, on peut caler sa tête confortablement sur l’appui-tête.

En marchant

Le mauvais geste : faire du bruit lorsque l’on marche. Cela veut dire que l’on « talonne ». Or, la voute plantaire est le premier amortisseur du corps. Si on talonne, cette dernière ne peut pas amortir les chocs, qui se répercutent sur le bas du dos. On s’expose alors à long terme à des complications, comme des douleurs au dos ou encore de l’arthrose.

Le bon geste : ne pas taper le sol avec le talon, mais plutôt dérouler son pied et bien utiliser ses orteils pour nous cramponner au sol et nous propulser. Cela vaut aussi pour la course à pieds.

Au travail

« Mon corps mode d’emploi » ©LePommier

Le mauvais geste : se tenir voûté devant l’ordinateur, ou encore avoir les jambes croisées. Mais il faut savoir que si l’on apprécie cette position, c’est sûrement car on souffre de tensions ou de dysfonctionnements articulaires. Si l’écran n’est pas assez haut, on peut aussi souffrir de douleurs au cou.

Le bon geste : alterner la station assise avec la station debout, comme cela est désormais possible avec certains bureaux. Pour le corps, c’est la dose qui fait le poison ! Il faut aussi bien penser à placer le sommet de son écran d’ordinateur à la hauteur des yeux, poser ses coudes (ou ses avant-bras) sur la table, avoir le clavier bien avancé… et ne pas croiser les jambes.

Porter des charges

Le mauvais geste : se pencher en avant en prenant la position d’une grue. Cela crée un gros porte-à-faux qui comprime le bas du dos, les vertèbres lombaires.

Le bon geste : ne surtout pas se relever sans plier les genoux car cela crée une compression dans le bas du dos. Le dos est fait pour nous faire tenir debout à la verticale, mais pas pour que le tronc, qui est fixe, passe de l’horizontale à la verticale.

Bricoler

Le mauvais geste : bricoler en ayant les bras trop en l’air. Anatomiquement, l’épaule n’est pas faite pour fonctionner ainsi. Cela crée un terrain propice à la tendinite.

Le bon geste : travailler avec un échafaudage et tâcher d’utiliser au maximum sa main gauche et sa main droite.

Faire le ménage

Le mauvais geste : passer l’aspirateur en se penchant en avant. Une fois encore, cela crée de vives tensions dans le dos.

Le bon geste : passer l’aspirateur en prenant une position de fente avant pour bien écarter les jambes et faire descendre le centre de gravité, un peu à la manière d’un squat. Lorsque l’on fait la vaisselle, penser à écarter les pieds et à caler ses genoux contre le meuble sous l’évier.

Jardiner

Le mauvais geste : une fois encore, se pencher en avant pour jardiner.

Le bon geste : essayer si possible de jardiner un peu chaque jour plutôt[...]

Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

La sportive a publié un touchant message d'amour.


Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

La sportive a publié un touchant message d'amour.