Actualité
Il y a 1 mois
Démarrage de la deuxième enquête de coûts dans les établissements et services médico-sociaux pour personnes handicapées

La deuxième enquête de coûts menée auprès des établissements et services médico-sociaux pour personnes handicapées, dans le cadre de la réforme de la tarification SERAFIN-PH, débute le jeudi 20 avril avec l’appel à candidatures de l’ATIH. Les établissements et services médico-sociaux (ESMS) pour personnes handicapées volontaires peuvent candidater jusqu’au vendredi 19 mai 2017. L’agence, qui avait déjà conduit la première enquête de coûts, souhaite recruter 250 établissements et services, dont 100 dans le secteur de l’enfance et 150 dans le secteur des adultes.

Tous les établissements et services médico-sociaux accompagnant des personnes handicapées et accessibles sur orientation de la commission des droits et de l’autonomie (CDAPH) peuvent participer. Ces deux conditions sont cumulatives et correspondent au périmètre des travaux SERAFIN-PH. Les candidatures de structures expérimentales accompagnant des personnes handicapées seront étudiées sous réserve que ces dernières soient également accessibles sur orientation de la CDAPH. Sont par exemple exclus du périmètre de l’enquête, les CAMSP, les CMPP, les BAPU (bureau d’aide psychologique universitaire), les entreprises adaptées ou les services d’aide et d’accompagnement à domicile ; ces structures n’étant pas accessibles sur orientation de la CDAPH.

Le calendrier de l’enquête

  • Recueil et analyse des candidatures en prévision de la constitution de l’échantillon : du 20 avril 2017 au 19 mai 2017
  • Formation des établissements et services retenus : plusieurs sessions du 29 mai au 7 juin 2017
  • Collecte des données par les établissements et services participants : de juin à octobre 2017. Les établissements et services seront accompagnés tout au long de la période de recueil par des superviseurs prestataires pilotés par l’ATIH. Un défraiement forfaitaire de 1 500 € sera alloué aux structures participantes.

L’objectif de l’enquête

Cette enquête a pour objectif d’étudier la répartition des coûts des établissements et services médico-sociaux selon les prestations directes et indirectes définies da[...]

CNSA
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 55 minutes
La documentation française

Lancée en août 2016, l’évaluation de l'organisation et du fonctionnement des instances médicales a été confiée à une mission composée de membres de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS), de l’inspection générale de l’administration (IGA), de l’inspection générale des finances (IGF) et de l’inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (IGAENR). Son pilotage a été assuré par la DRH du secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales (SGMAS) en lien avec la direction générale de l’administration de la fonction publique (DGAFP). Le rapport remis par la mission d’évaluation en mars 2017 fait état d’un dispositif complexe et inefficient en dépit des efforts des acteurs impliqués dans sa mise en oeuvre. La multiplicité des intervenants, le cloisonnement du dispositif entre les sujets relevant d[...]

Actualité
Il y a 55 minutes
La documentation française

Lancée en août 2016, l’évaluation de l'organisation et du fonctionnement des instances médicales a été confiée à une mission composée de membres de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS), de l’inspection générale de l’administration (IGA), de l’inspection générale des finances (IGF) et de l’inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (IGAENR). Son pilotage a été assuré par la DRH du secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales (SGMAS) en lien avec la direction générale de l’administration de la fonction publique (DGAFP). Le rapport remis par la mission d’évaluation en mars 2017 fait état d’un dispositif complexe et inefficient en dépit des efforts des acteurs impliqués dans sa mise en oeuvre. La multiplicité des intervenants, le cloisonnement du dispositif entre les sujets relevant d[...]

Actualité
Il y a 55 minutes
La documentation française

Les objectifs de rénovation énergétique des logements ne s’intègrent pas naturellement dans le dispositif d’aide à l’insonorisation des bâtiments aux abords des aéroports. Il s’agit de deux politiques publiques répondant à des préoccupations différentes et mises en oeuvre de manière distincte. La mission a examiné comment mieux coupler les travaux d’insonorisation et d’amélioration énergétique des bâtiments aux abords des aéroports. Pour émettre ses recommandations, elle s’est placée du point de vue du riverain et des gestionnaires des aides afin de donner un nouvel angle aux approches. Elle insiste pour que les acteurs concernés, le groupe Aéroports de Paris (ADP), l’Agence nationale de l’habitat (Anah), l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) et les Agences départementales d'information sur le logement (Adil) se rapprochent pour mettre en oeuvre les recommandations avec l’appui des collectivités locales. En synthèse, la mission propose une intégration systém[...]

Actualité
Il y a 55 minutes
La documentation française

Les objectifs de rénovation énergétique des logements ne s’intègrent pas naturellement dans le dispositif d’aide à l’insonorisation des bâtiments aux abords des aéroports. Il s’agit de deux politiques publiques répondant à des préoccupations différentes et mises en oeuvre de manière distincte. La mission a examiné comment mieux coupler les travaux d’insonorisation et d’amélioration énergétique des bâtiments aux abords des aéroports. Pour émettre ses recommandations, elle s’est placée du point de vue du riverain et des gestionnaires des aides afin de donner un nouvel angle aux approches. Elle insiste pour que les acteurs concernés, le groupe Aéroports de Paris (ADP), l’Agence nationale de l’habitat (Anah), l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) et les Agences départementales d'information sur le logement (Adil) se rapprochent pour mettre en oeuvre les recommandations avec l’appui des collectivités locales. En synthèse, la mission propose une intégration systém[...]

Actualité
Il y a 55 minutes
La documentation française

Ces ouvrages, dont subsistent un monorail en viaduc de 18 kilomètres et trois plates-formes techniques, sont solides et peuvent résister encore plusieurs décennies, estime la mission. Le coût de leur démolition - 13 millions d’euros a minima - serait en conséquence une dépense inutile. Leur pérennisation nécessite toutefois une remise en état pour compenser le défaut d'entretien depuis la fin des essais il y a 40 ans et pour garantir la sécurité des tiers empruntant les espaces agricoles, forestiers ou routiers situés sous le monorail. Son implantation, établie grâce à une servitude, sans acquisition foncière, conduit en effet à laisser ces espaces entièrement ouverts et accessibles et comme l'ouvrage appartient à l'Etat, il en va donc de sa responsabilité. Une fois les infrastructures sécurisées, un nouveau regard peut être porté sur cette oeuvre remarquable, témoin de la prouesse technologique de l'Aérotrain. La c[...]

Actualité
Il y a 55 minutes
La documentation française

Ce document est le troisième rapport bisannuel au Parlement sur la mise en oeuvre de la politique de développement et de solidarité internationale de la France. Il a vocation à informer le Parlement, ainsi que la société civile, sur les défis et les résultats de la politique de développement française au cours des deux années précédentes. Ce rapport revient sur les évolutions stratégiques qui ont jalonné les années 2014-2015, riches en événements pour le développement durable. Il dresse, à partir des dernières données de l'aide publique au développement (APD) disponibles, le bilan de la mise en oeuvre de la politique française de développement, marquée notamment par l'adoption par le Pa[...]