Actualité
Il y a 1 mois
Essure : le comité d'experts estime qu'il n'est pas nécessaire de modifier la réglementation

Les 8 experts réunis par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé a conclu que « les données de la littérature, de la surveillance et les résultats de l’étude épidémiologique ne remettaient pas en cause la bal...

Quotidien du médecin
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Actualité
Il y a 7 heures
Interview d'expert - Courts séjours Korian
Quotidien du médecin
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 5 heures
Ministère de la Santé

La tuberculose (TB) est une maladie infectieuse provoquée par une mycobactérie qui se transmet par voie aérienne aussi bien aux enfants qu'aux adultes. Elle touche le plus souvent les poumons mais atteint aussi parfois d'autres organes et peut évoluer vers le décès si elle n'est pas traitée. Les politiques publiques mises en œuvre pour lutter contre la tuberculose ont fait progressivement reculer la maladie en France depuis les années 70, ainsi les Centres de Lutte contre la Tuberculose organisent-ils des dépistages pour les personnes les plus à risque. Bien que la maladie soit de moins en moins fréquente, la vigilance reste de mise au regard de la multiplication des souches bactériennes résistantes aux traitements habituellement efficaces.

L'obligation de vaccination par le BCG chez l'enfant et l'adolescent a été suspendue en 2007, au profit d'une recommandation forte de vaccination des enfants les plus exposés à la tuberculose.

Qu'est-ce que la tuberculose ?

La tuberculose (parfois notée simplement « TB ») est une maladie infectieuse due à une mycobactérie, Mycobacterium tuberculosis, (parfois appelée bacille de Koch (BK), qui atteint le plus souvent les poumons (tuberculose pulmonaire) mais qui peut atteindre d'autres organes (tuberculose extra-pulmonaire). Elle se transmet de personne à personne par voie aérienne, à partir des formes respiratoires de la maladie. C'est une maladie habituellement prolongée durant plusieurs mois. Avant les traitements modernes elle a entraîné la mort de très nombreuses personnes. Son traitement actuel, s'il est rigoureusement suivi, est très efficace.

Une particularité de cette maladie : elle existe sous deux formes très différentes : l'Infection Tuberculeuse Latente (ITL) et la tuberculose-maladie

L'infection tuberculeuse latente (ITL)
Le bacille tuberculeux, une fois dans l'organisme peut rester à l'état de repos peu actif (« dormant ») et ne provoque pas de maladie tout en restant vivant. C'est ce qu'on désigne par infection tuberculeuse latente (ITL), qui est le résultat d'un équilibre entre le système immunitaire de la personne infectée et les bactéries. La personne infectée n'est pas malade, ne présente aucun symptôme et n'est pas contagieuse, mais d'une certaine façon, elle héberge les mycobactéries. Cette infection peut durer des années ou des décennies.

La tuberculose maladie (TB maladie) ou tuberculose contagieuse
Après ce temps d'infection latente inapparente, 10% environ des personnes infectées développeront une tuberculose maladie plus ou moins rapidement durant leur vie, selon leur âge et leur état immunitaire.

La TB maladie survient plusieurs mois et jusqu'à plusieurs années après la contamination mais ce risque de développer la maladie véritable diminue avec le temps et est maximum chez les jeunes enfants : il est le plus important pendant les 2 années qui suivent l'infection : 5% des personnes infectées développent une tuberculose maladie au cours des 2 années qui suivent l'infection, les 5 autres % la développent au-delà de ces 2 années.

Le risque de développer la TB maladie après une infection concerne particulièrement les personnes dont les défenses immunitaires sont affaiblies par des facteurs comme la malnutrition, le diabète, le tabagisme, mais aussi le VIH, ou certains médicaments.

Une personne atteinte de TB maladie pulmonaire est contagieuse et peut contaminer d'autres personnes.

Quels sont les symptômes de la tuberculose maladie et comment en fait-on le diagnostic ?

Les symptômes de la tuberculose ne sont pas spécifiques : ce peut être une fièvre, un amaigrissement, des sueurs nocturnes. Elle peut donner de très nombreux signes : les plus évocateurs sont la toux prolongée.

Non traitée, la tuberculose maladie évolue, pouvant entraîner le décès. Elle guérit lorsqu'un traitement efficace (durant au minimum six mois) est correctement suivi jusqu'à son terme. Les traitements non ou mal suivis induisent l'apparition de résistances aux médicaments antituberculeux.

La TB maladie et l'ITL chez les enfants de moins de 15 ans font partie des maladies à déclaration obligatoire (DO) en France.

Le diagnostic de la tuberculose est assuré par des examens qui mettent en évidence le germe responsable sur des prélèvements (par examen microscopique, culture ou test d'amplification génique). D'autres examens comme les Radios et scanners recherchent les lésions entraînées par la maladie. Comme il existe de nombreuses localisations possibles d'autres tests d'imagerie ou de biopsie sont parfois nécessaires.

Le dépistage de la tuberculose-maladie (chez des personnes qui n'ont pas de symptôme ou ne s'en sont pas rendu compte) repose sur certains tests et examens : examen clinique, radio pulmonaire, examen bactériologique des expectorations (crachats) et/ou tests d'amplification génique.

Comment se transmet la tuberculose-maladie ?

Mycobacterium tuberculosis se transmet par les micro-sécrétions mises en suspension dans l'air par une personne malade de tuberculose, notamment lorsqu'elle tousse, parle, chante ou éternue.

Seules les formes respiratoires (pulmonaire, bronchique, laryngé) de la TB maladie sont contagieuses. Les localisations uniquement extra-respiratoires ne sont pas contagieuses. L'infection latente (ITL) n'est pas contagieuse.

La tuberculose est moins contagieuse que des maladies comme la grippe ou la rougeole : la transmission nécessite habituellement des contacts prolongés rapprochés (en milieu confiné), par exemple lorsqu'on vit dans le même logement que la personne contagieuse ou que l'on voyage ensemble dans un véhicule. Elle dépend aussi du degré de contagiosité de la personne malade ainsi que de la durée des contacts (au minimum plusieurs heures de contact sont habituellement nécessaires).

Toutes les personnes en contact avec un cas de tuberculose ne seront donc pas systématiquement infectées, ni, encore moins, malades. Les jeunes enfants et les immunodéprimés y sont cependant particulièrement vulnérables.

Comment dépister et prendre en charge l'infection tuberculeuse latente ?

L'infection tuberculeuse latente ne produit pas de signe ; son dépistage repose sur deux types de tests évaluant la présence d'une empreinte immunitaire :

L'intradermoréaction à la tuberculine (IDR)
C'est est un test qui consiste à injecter une goutte de liquide contenant l'antigène mycobactérien (tuberculine) dans le derme (face antérieure de l'avant-bras). La réaction inflammatoire obtenue (lue 72 heures après) détermine si le sujet a été antérieurement en contact avec le bacille (ou le vaccin), selon le diamètre [...]

Actualité
Il y a 5 heures
Santé mentale

Lancé par le Forum européen pour la sécurité urbaine (EFUS), en partenariat avec la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca), le projet « Alcool, Ville et......

Actualité
Il y a 5 heures
Santé mentale

Le 17 mai 2017, la Fédération hospitalière de France (FHF) a remis le 2e Prix Qualité et sécurité des soins à l'Etablissement d'hébergement pour personnes âgées......

Actualité
Il y a 5 heures
Infirmiers

Les Laboratoires Hartmann ont célébré l’année dernière les 15 ans de MediSet® Pansement, premier set de soins à domicile en officine*. A cette occasion, ils ont invité les infirmiers libéraux à témoigner de son usage au quotidien. Ils ont été nombreux à participer.

Les infirmiers libéraux soulignent l'intérêt des sets pour réaliser des soins en toute sécurité.

En 2001, les Laboratoires Paul Hartmann ont répondu à un leitmotiv récurrent de la part des infirmiers libéraux : « travailler avec de l’usage unique à domicile comme à l’hôpital ». Ainsi MediSet® Pansement est né. Ces sets à usage unique, créés avec et pour les infirmiers, permettent de réaliser des soins à domicile de qualité et en toute confiance et ce dans le meilleur respect des conditions d’hygiène et d’asepsie. Ils sont quotidiennement utilisés depuis plus de 15 ans. Les infirmiers et infirmières témoignent de leur intérêt et leur attachement à MediSet®.

10 témoignages ont été sélectionnés et leurs auteurs sont conviés fin mai 2017 en Alsace pour visiter l'usine Hartmann et découvrir les chaines de fabrication des MediSet®.

Daniel - Histoire d'en rire, mais histoire vécue... J'avais besoin de MediSet® pour un samedi matin. J'ai appelé la pharmacie de la patiente le vendredi soir et je lui ai demandé de me mettre de côté des MediSet® pour le lendemain. Aucun souci selon la préparatrice puisqu'il y avait du stock... Le lendemain je vais chercher le trésor convoité et grande surprise, la préparatrice me sort 10 sets de pansement d'une autre marque... Ben non ma cocotte, je n'ai pas dit : « mets moi 10 sets, mais je veux des Mediset... » Satané téléphone !

Des soins en toute sécurité, une valorisation de notre image de professionnels de santé, la capacité à prescrire, tout cela a renforcé la confiance de nos patients. (Isabelle)

Valérie - J'ai découvert MediSet® pansement depuis quelques années et c'est pour moi l'opportunité à chaque soin de réitérer mon engagement auprès des patients de respecter la sécurité et l'hygiène pendant leur soins. Je n'envisage pas les pansement sans un set. Aujourd'hui, ils se sentent aussi bien accompagnés en ville qu'à l'hôpital et je peux dire sans hésiter que c'est grâce à ce matériel vraiment performant.

Tout une gamme de produits adaptés à nos demandes, c'est l'excellence ! Que du plaisir à travailler tout en douceur. Patient heureux, soignant heureux ! (Sabine)

Isra - MediSet® Pansement est devenu un indispensable de notre pratique. Comme une brosse à dent dans la salle de bains, il est indispensable [...]

Actualité
Il y a 9 heures
Infirmiers

Alors que la simulation en santé se développze en France depuis une dizaine d'années, ce dossier de la revue SOINS nous en rappelle l'enjeu principal : pour qu'elle fasse sens, la simulation doit être au plus proche de la réalité et des exigences professionnelles de chacun des apprenants.

Avant-Propos – Une méthode pédagogique qui fait sens

simulation corps humain

Les séances de simulation doivent respecter un cahier des charges défini afin de garantir une réelle efficacité

L’apprentissage par la simulation correspond à l’utilisation d’un matériel (comme un mannequin ou un simulateur procédural), de la réalité virtuelle ou d’un patient standardisé, pour reproduire des situations ou des environnements de soins, pour enseigner des procédures diagnostiques et thérapeutiques et permettre de répéter des processus, des situations cliniques ou des prises de décision par un professionnel de santé ou une équipe de professionnels1.

La simulation est une méthode pédagogique qui commence à se développer en France depuis une dizaine d’années. Elle s’adresse à tous les professionnels de santé, à tous les apprenants, afi n de développer, de maintenir voire de renforcer leurs compétences pour prodiguer des soins réfl exifs, de qualité, en respectant les critères de sécurité exigés, selon les recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) : Jamais la première fois sur le patient !2

La prévention des risques est une priorité. En effet, la simulation contribue fortement à la renforcer en mettant en scène les pratiques, en les analysant et en les réajustant autant que possible, avant d’y être confronté. Tous les savoirs sont mobilisés, favorisant ainsi leur intégration et leur transférabilité dans l’action.

Les séances de simulation doivent respecter un cahier des charges défini afin de garantir une réelle efficacité.Trois principes de base immuables sont à intégrer : l’utilisation d’un scénario avec des objectifs précis et mesurables, un briefing organisé et structuré, et une séance de débriefing prenant en compte les règles éthiques. Ces techniques doivent être connues des formateurs afin d’éviter des écueils dans l’apprentissage.

Enfin, pour qu’elle fasse sens, la simulation doit être au plus proche de la réalité et des exigences professionnelles, permettant ainsi à chacun d’adopter une posture réfl[...]

Actualité
Il y a 10 heures
CADUCEE

Roche Pharma France et la société Advanced Schema lancent Connexin, un service en ligne sécurisé et pratique destiné à optimiser la coordination entre tous les professionnels de santé intervenant dans le parcours de soins du patient. Issu de la réflexion d'un board collaboratif regroupant des cliniciens, des pharmaciens hospitaliers et des officinaux, ce service gratuit accélère en cas de besoin et de manière totalement sécurisée le par[...]