Actualité
Il y a 7 jours
Évaluation des résultats opératoires et des coûts liés à la mise en place d’une activité d’urétéroscopie souple au sein d’un centre hospitalo-universitaire

Publication date: Available online 20 April 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): K. Del Santo, M. Audouin, I. Ouzaid, V. Ravery, O. Traxer
IntroductionL’usage croissant de l’urétéroscopie souple (URSS) expose aux problèmes de coûts inévitablement associés à la fragilité de ces endoscopes. Le but de ce travail est de dégager à partir d’un exemple récent les résultats et coûts lors de la mise en place de cette technique.Matériel et méthodesIl s’agit d’une étude rétrospective menée de décembre 2012 (date de mise en place de l’activité) à mars 2015 concernant les URSS réalisées dans un CHU français pour pathologie lithiasique. Dans cette analyse, le coût des consommables n’était pas évalué, ni les frais de fonctionnement du bloc opératoire ou d’hospitalisation.RésultatsCent quarante et une URSS sur cent treize patients ont été réalisées par sept chirurgiens. Dix-sept casses et pannes ont été répertoriées et ont mené à l’envoi de l’endoscope en réparation. Le taux de casses et pannes était de 12 %. L’ensemble des pannes ont été traitées par un échange standard de l’appareil (dont 4 échanges standards pris sous garantie). Le coût moyen estimé des pannes était de 3600 euros. Cela représente donc un coût moyen par procédure d’environ 625 euros (acquisition plus coût des pannes) sans compter les coûts liés à la stérilisation ou à la désinfection de haut niveau. L’impossibilité de relocaliser les calculs du calice inférieur est associée à un sur-risque de casse (odd ratio : 2,92 IC95 : [1,02 ; 8,37]).ConclusionCette étude est originale car elle s’intéresse au coût de mise en place d’une technique dans un centre hospitalo-universitaire français. L’usage d’urétéroscope souple à usages uniques pourrait être une source intéressante d’économies lors de la mise en place de cette technique. Ceci reste cependant à évaluer.Niveau de preuve5.IntroductionThe increasing use of flexible ureteroscopy (USSR) sets the cost problems inevitably associated with the fragility of these endoscopes. The aim of this work is to clear from a recent example (universitary hospital) results, costs during the implementation of this technique.Material and methodsThis is a retrospective study conducted from December 2012 (date of introduction of the activity) in March 2015 concerning the USSR made in a French universitary hospital for stone disease. In this analysis, the cost of consumables was not evaluated, nor the costs of the operating theater or hospitalization.ResultsOne hundred forty-one hundred and thirteen patients USSR were conducted by seven surgeons. Seventeen breakages and failures have been identified and have led to the sending of the endoscope for repair. Breakage rate and failure was 12%. All failures were treated with a standard exchange of the device (including 4 standard exchanges made under warranty). The estimated average cost of outages was 3600 euros. This represents an average cost per procedure of about 625 euros (acquisition plus cost of failures) without counting the costs of sterilization or high-level disinfection. The impossibility of relocating the lower calyx stones is associated with an excess risk of breakage (odd ratio: 2.92 CI95: [1.02; 8.37]).ConclusionThis study is novel because it focuses on the cost of implementing a technique in a French univ[...]

ScienceDirect
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 minutes
Santé Environnement
Ce 27 avril, le Ministre Borsus a annoncé son intention d'interdire la mise sur le marché des herbicides pour les usages par les particuliers, en ce compris les produits à base de glyphosate. Cette décision se base sur l' « application du principe de précaution » et sur le fait que des alternatives sont largement disponibles. IEW et N&P saluent cette décision, qui non seulement assure la cohérence entre les niveaux de pouvoirs (les trois Régions ayant décidé d'interdire les utilisations d'herbicides à base de glyphosate) mais envoie également un signal fort : les usages par les particuliers de pesticides appartiennent au passé !

Pour IEW et N&P, cette décision pourrait être élargie et s'appliquer non seulement aux herbicides, mais à l'ensemble des pesticides destinés aux usages par les particuliers puisque de nombreuses alternatives sont disponibles également pour ces applications. En outre, IEW et N&P appellent à une concrétisation rapide de cette interdiction, afin d'éviter que ne se prolonge la présence des produits à base de glyphosate dans les rayons des jardineries, alors que [...]

Presse médicale
Il y a 57 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 28 April 2017
Source:Médecine et Maladies Infectieuses
Author(s): C. Vandererven, A.-P. Bellanger, J.-F. Faucher, P. Marguet
IntroductionTick bites, which may lead to Lyme disease, often prompt patients to consult their primary care physicians (PCPs). The aim of the present study was to assess how and how often PCPs in the Franche-Comté region of France manage tick bites.Material and methodsStandardized questionnaires were sent to a random sample of 400 PCPs in the Franche-Comté region, requesting their voluntary and anonymous participation. The questionnaires collected socio-demographic details and practice-related information about tick-bite prophylaxis, Lyme serology, and tick-borne encephalitis vaccination.ResultsThe crude response rate was 54.5% of the PCPs contacted. Tick-bite prophylaxis was prescribed as per current guidelines. However, Lyme serology seemed to be largely overprescribed for tick bites and in case of erythema migrans. A clear lack of knowledge about tick-borne encephalitis vaccination was also observed.DiscussionPCPs provide the first line of care for patients presenting with tick bites. This study showed that although PCPs of the Franche-Comté region manage tick bites as per current guidelines, they need further training on Lyme serology lim[...]

Presse médicale
Il y a 57 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 28 April 2017
Source:Médecine et Maladies Infectieuses
Author(s): C. Vandererven, A.-P. Bellanger, J.-F. Faucher, P. Marguet
IntroductionTick bites, which may lead to Lyme disease, often prompt patients to consult their primary care physicians (PCPs). The aim of the present study was to assess how and how often PCPs in the Franche-Comté region of France manage tick bites.Material and methodsStandardized questionnaires were sent to a random sample of 400 PCPs in the Franche-Comté region, requesting their voluntary and anonymous participation. The questionnaires collected socio-demographic details and practice-related information about tick-bite prophylaxis, Lyme serology, and tick-borne encephalitis vaccination.ResultsThe crude response rate was 54.5% of the PCPs contacted. Tick-bite prophylaxis was prescribed as per current guidelines. However, Lyme serology seemed to be largely overprescribed for tick bites and in case of erythema migrans. A clear lack of knowledge about tick-borne encephalitis vaccination was also observed.DiscussionPCPs provide the first line of care for patients presenting with tick bites. This study showed that although PCPs of the Franche-Comté region manage tick bites as per current guidelines, they need further training on Lyme serology lim[...]

Actualité
Il y a 1 heures
Santé Environnement
Ce 27 avril, le Ministre Borsus a annoncé son intention d'interdire la mise sur le marché des herbicides pour les usages par les particuliers, en ce compris les produits à base de glyphosate. Cette décision se base sur l' « application du principe de précaution » et sur le fait que des alternatives sont largement disponibles. IEW et N&P saluent cette décision, qui non seulement assure la cohérence entre les niveaux de pouvoirs (les trois Régions ayant décidé d'interdire les utilisations d'herbicides à base de glyphosate) mais envoie également un signal fort : les usages par les particuliers de pesticides appartiennent au passé !

Pour IEW et N&P, cette décision pourrait être élargie et s'appliquer non seulement aux herbicides, mais à l'ensemble des pesticides destinés aux usages par les particuliers puisque de nombreuses alternatives sont disponibles également pour ces applications. En outre, IEW et N&P appellent à une concrétisation rapide de cette interdiction, afin d'éviter que ne se prolonge la présence des produits à base de glyphosate dans les rayons des jardineries, alors que leur util[...]

Actualité
Il y a 1 heures
Quotidien du médecin
Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Les centres dentaires Dentexia promettaient de nouvelles dents à bas coût. Mais en mars 2016, ils ont été liquidés, laissant 2 500 patients sur le carreau. Escroquerie ou mauvaise gestion ? Les équipes d'"Envoyé spécial" ont enquêté.