Actualité
Il y a 10 jours
EXIT…BREXIT ???

Au terme du troisième round des négociations, Michel Barnier le négociateur en chef pour l’Union européenne a regretté que les discussions sur le règlement de la dette que le Royaume Uni doit à l’Union européenne n’aient pas abouti.

L’ambiance est tendue entre le négociateur pour les 27 et le Royaume Uni. Les négociations n’ont pas permis d’enregistrer des progrès décisifs sur les points principaux du divorce et en particulier à propos des questions financières.

« Nous sommes loin de constater des progrès suffisants pour pouvoir recommander au Conseil européen d’engager des discussions sur la future relation avec le Royaume Uni » a affirmé Michel Barnier.

Il a cependant reconnu des « clarifications utiles » apportées sur certains aspects, comme, par exemple le sort des travailleurs frontaliers. Du côté britannique, l’interlocuteur de Michel Barnier, David Davis, a affirmé « que notre approche était plus flexible et pragmatique que celle de l’Union européenne », et a enregistré « quelques progrès concrets ».

Cette nouvelle phase difficile de rencontres témoigne, une nouvelle fois, des difficultés qu’ont les Britanniques et l’Union européenne à s’accorder sur les points devant être placés au centre des négociations. L’Union européenne semble fermement décidée à orienter les négociations sur le règlement de la dette britannique, les questions des droits du citoyen européen au Royaume Uni et la situation particulière de l’Irlande. Londres, songe déjà à l’après divorce et souhaiterait entamer les discussions sur l’avenir du partenariat économique entre les puissances. Les Britanniques ont d’ailleurs rendu public plusieurs documents exprimant leurs points de vus, sur la protection des données ou le règlement des désaccords afin de lancer le débat sur le futur partenariat.

Le Royaume Uni a quand même fini par présenter pour la première fois, et sous les pressions répétées de l’Union européenne, sa propre analyse juridique de la facture que les Britanniques devront honorer en quittant la famille. Mais il manque toujours, une méthode de calcul précise pour établir le montant de la facture. Ce qui a fait dire à Michel Barnier « qu’il est clair que le Royaume Uni ne se considère pas légalement obligé d’honorer certains des engagements financiers à long terme que l’Union européenne lui demande de respecter. »

Du côté de l’Union européenne les exigences très détaillées sont sur la table depuis juin : Le solde de tout compte que devra verser le Royaume Uni pour honorer ses engagements financiers au sein de l’Union européenne est officieusement évalué entre 60 et 100 milliards d’euros. Ce montant inclus notamment les contributions déjà engagées au budget de l’Union européenne, à toutes les institutions et/ou entités établies par les Traités européens.

Les acteurs en présence des négociations sur le Brexit :

Michel Barnier, ancien Commissaire européen, choisi par Jean-Claude Juncker Président de la Commission européenne,
Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre belge, parlementaire européen a été désigné par les représentants des peuples d’Europe pour participer activement à la négociation,
Pour le Conseil : Didier Seeuws, a été chef de cabinet d’Herman Van Rompuy en tant que premier Président permanent du Conseil européen,
David Davis, le Ministre britannique chargé, pour le Royaume Uni, des négociations en cours
La Confédération europ[...]

IPSE
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Actualité
Actualité
Il y a 18 jours
folio 75
IPSE
Articles liés par le même flux
Blog
Il y a 1 heures
Rhumatologie en Pratique

Je suis terrifié par ce que le corps médical a fait de la douleur. Le scoop remonte aux années 1990. « Plus personne ne doit souffrir ! ». Les gens se sont fait déposséder de leur douleur, l’ont apportée chez le médecin. Dans l’attente, confiants, qu’il la réduise en cendres. Quelques traces auraient été gardées entre les pages d’un carnet médical, en souvenir, et afin de pister ses éventuelles renaissances. Les gens seraient repartis entièrement allégés d’un énorme poids… le poids de la vie ? Et derrière elle, dans l’ombre, le spectre de la mort ? Celui qui ajoute l’insupportable douleur morale à la douleur physique. Ma mort, jugement moral de ma vie…

Qu’est-ce que la douleur physique ? Une information essentielle à notre organisme. Lien entre ses premiers étages d’organisation, la biologie, et les suivants jusqu’au contrôle central le plus élevé, la conscience. Pour un fonctionnement optimal, la physiologie doit rester dans une fourchette de stabilité. Les signaux avertisseurs assurent une réponse correcte aux incidents, accidents, agressions extérieures, dont le cerveau est prévenu par ses terminaisons sensorielles. La douleur fait partie des alertes les plus simples. On l’évalue couramment avec une échelle graduée de 1 à 10. Information surtout quantitative, certes, mais ses aspects qualitatifs existent : la douleur a différentes « saveurs », provient d’endroits différents, renseigne par son évolution. Grossière tout de même comparée aux sons et images traduites par les langages en un véritable univers conceptuel, la douleur est une information facile à rendre efficace. Le plus fruste des animaux en est capable. Même un organisme dépourvu de cerveau sait utiliser la douleur pour améliorer sa survivance. La douleur est l’un des signaux les plus décisionnaires dans le comportement, quand une foule d’aiguillages se présentent incessamment. Davantage qu’empêchement d’agir, elle est sélecteur de l’agir. Elle contribue à structurer le comportement en une efflorescence de ramifications adaptée à la diversité des évènements. Elle augmente notre contrôle sur le monde à travers cet instrument incontournable : le corps. L’intégrité physique fait la justesse de nos informations, et facilite en retour celle de nos intentions. Se priver d’une information aussi essentielle que la douleur, à propos de notre intégrité, est poser des oeillères à nos intentions. Dans un cabinet médical, la transmettre à quelqu’un qui ne peut l’éprouver mais seulement la transposer sur une réglette graduée de 1 à 10, est un pur scandale en termes de communication. Seule la personne qui éprouve perçoit toute la palette de ses variations, selon d’infimes changements de posture, de tracé du mouvement, de changement d’habitudes, d’alternances, de réentraînements.

Déposséder les gens de leur douleur fut un exploit de marketing extraordinaire, comme il en existe peu dans l’histoire économique. Il faut espérer que ce n’était pas l’objectif des médecins initiateurs, mais les faits sont là. Une partie considérable de la population s’est mise à représenter ses sensations douloureuses, au lieu de les éprouver, et à apporter ces représentations au médecin, pour qu’il les interprète, un peu comme on montre des dessins scolaires au psy pour savoir ce qu’ils révèlent sur l’inconscient de leur auteur. Tout un marché de la représentation de la douleur s’est mis en place. Des adjectifs se disputent la célébrité ; la douleur est extrême, diffuse, insupportable, permanent[...]

Blog
Il y a 1 heures
Rhumatologie en Pratique

Je suis terrifié par ce que le corps médical a fait de la douleur. Le scoop remonte aux années 1990. « Plus personne ne doit souffrir ! ». Les gens se sont fait déposséder de leur douleur, l’ont apportée chez le médecin. Dans l’attente, confiants, qu’il la réduise en cendres. Quelques traces auraient été gardées entre les pages d’un carnet médical, en souvenir, et afin de pister ses éventuelles renaissances. Les gens seraient repartis entièrement allégés d’un énorme poids… le poids de la vie ? Et derrière elle, dans l’ombre, le spectre de la mort ? Celui qui ajoute l’insupportable douleur morale à la douleur physique. Ma mort, jugement moral de ma vie…

Qu’est-ce que la douleur physique ? Une information essentielle à notre organisme. Lien entre ses premiers étages d’organisation, la biologie, et les suivants jusqu’au contrôle central le plus élevé, la conscience. Pour un fonctionnement optimal, la physiologie doit rester dans une fourchette de stabilité. Les signaux avertisseurs assurent une réponse correcte aux incidents, accidents, agressions extérieures, dont le cerveau est prévenu par ses terminaisons sensorielles. La douleur fait partie des alertes les plus simples. On l’évalue couramment avec une échelle graduée de 1 à 10. Information surtout quantitative, certes, mais ses aspects qualitatifs existent : la douleur a différentes « saveurs », provient d’endroits différents, renseigne par son évolution. Grossière tout de même comparée aux sons et images traduites par les langages en un véritable univers conceptuel, la douleur est une information facile à rendre efficace. Le plus fruste des animaux en est capable. Même un organisme dépourvu de cerveau sait utiliser la douleur pour améliorer sa survivance. La douleur est l’un des signaux les plus décisionnaires dans le comportement, quand une foule d’aiguillages se présentent incessamment. Davantage qu’empêchement d’agir, elle est sélecteur de l’agir. Elle contribue à structurer le comportement en une efflorescence de ramifications adaptée à la diversité des évènements. Elle augmente notre contrôle sur le monde à travers cet instrument incontournable : le corps. L’intégrité physique fait la justesse de nos informations, et facilite en retour celle de nos intentions. Se priver d’une information aussi essentielle que la douleur, à propos de notre intégrité, est poser des oeillères à nos intentions. Dans un cabinet médical, la transmettre à quelqu’un qui ne peut l’éprouver mais seulement la transposer sur une réglette graduée de 1 à 10, est un pur scandale en termes de communication. Seule la personne qui éprouve perçoit toute la palette de ses variations, selon d’infimes changements de posture, de tracé du mouvement, de changement d’habitudes, d’alternances, de réentraînements.

Déposséder les gens de leur douleur fut un exploit de marketing extraordinaire, comme il en existe peu dans l’histoire économique. Il faut espérer que ce n’était pas l’objectif des médecins initiateurs, mais les faits sont là. Une partie considérable de la population s’est mise à représenter ses sensations douloureuses, au lieu de les éprouver, et à apporter ces représentations au médecin, pour qu’il les interprète, un peu comme on montre des dessins scolaires au psy pour savoir ce qu’ils révèlent sur l’inconscient de leur auteur. Tout un marché de la représentation de la douleur s’est mis en place. Des adjectifs se disputent la célébrité ; la douleur est extrême, diffuse, insupportable, permanent[...]

Actualité
Il y a 2 heures
sante-medecine-RFI

En cette rentrée, le célèbre neuropsychiatre-psychanalyste qui a vulgarisé, en France, le concept de résilience (renaître de sa souffrance) ne met pas Dieu sur le divan, mais interroge le Dieu psychothérapeute et consolateur pour des milliards d’êtres humains. Une réflexion à 80 ans sur l’attachement à Dieu de celui qui ne croit pas, mais qui a été interpellé au Congo par la souffrance d’enfants-soldats vieux avant l’âge, et qui ne se sentaient bien qu’à l’église. Ne pouvant leur expliquer pourquoi le fait d’entrer dans une église pouvait apaiser leur traumatisme, et effacer les images d’horreur qui les envahissaient, il a mené l’enquête en croisant les neurosciences, la psychologie du [...]

Actualité
Il y a 4 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Les robots sont appelés à se développer dans la filière agricole. Démonstration en Bretagne.


Actualité
Il y a 4 heures
Amazon medecine
Le régime Mind : Le meilleur régime du monde pour le cerveau
Carole Garnier , Raphaël Gruman , Anne Dufour
(2)

Acheter neuf : EUR 12,99

(Consultez la liste Meilleures ventes Médecine pour des informations officielles sur le classement actuel de ce produit.)
Actualité
Il y a 4 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Les étoiles Michelin semblent laisser un goût amer aux chefs. Après d'autres, c'est Sébastien Bras qui vient d'exprimer son souhait de ne plus figurer dans le guide.