Actualité
Il y a 2 mois
FORMe : Coconstruction d'une offre de formation à distance pour les aidants

Objectifs
Offrir une offre de formation adaptée aux aidants et répondant à leurs besoins, grâce à une méthodologie de co-conception avec un ensemble d'acteurs de terrain et les aidants eux-mêmes.

Objectifs globaux des modules de formation :
* Permettre à la personne aidante :

  • de répondre aux besoins de son aidé,
  • d'établir avec lui une relation la plus harmonieuse et la plus durable, * Grâce à une meilleure
  • "gestion" de l'aidé,
  • prise en compte de soi et de ses besoins.

Le porteur du projet

Coordonnées de la structure :

GCS e-Santé Picardie

186 rue Edouard Branly
ZA de la Blanche Tâche

CAMON 80450

Type de la structure :
Groupement de Coopération Sanitaire

Coordonnées du contact

FERON ELISE

Qualité : Chargée de Développement Formation

Téléphone professionnel : 03 22 80 31 63

Courriel : elise.feron@esante-picardie.com

Fax :

Le contexte

L'origine
Les aidants familiaux ont un rôle majeur dans l'accompagnement des personnes âgées dépendantes ou des personnes handicapées. Toutefois, ils sont trop souvent démunis lorsqu'ils doivent prendre en charge un proche en perte d'autonomie, car la situation peut être inattendue et brutale.
La formation et l'information de l'aidant sont donc nécessaires pour lui apporter des clés, des compétences, lui permettant de :

  • Faire face à la présence d'une personne dépendante dans son entourage proche,
  • Établir une nouvelle relation avec la personne aidée
  • Mettre en place un accompagnement adapté,
  • Assurer son rôle d'aidant tout en se préservant des risques liées à cette "fonction" Or, les aidants sont aujourd'hui une cible qui n'a pas encore d'offre complète et adaptée à leur besoin et à leurs contraintes : disponibilité, mobilité, solution de "garde" pour les aidés, manque d'information, … Il nous a donc paru opportun de travailler sur des modules ludiques de formation accessibles à distance.

La finalité
Notre projet a pour objectif d'amener aux aidants, grâce à l'expérimentation d'un outil de type serious game, une offre de formation utilisant les nouvelles technologies, ludique et adaptée pour leur apporter des connaissances et compétences :

  • Pour accompagner leur aidé tout en respectant ses choix,
  • Pour eux-mêmes (réduire les impacts de son rôle sur leur propre santé, sur la qualité de vie sociale et familiale et sur leurs comportements),
  • Sur les droits des usagers (aides humaines, financières, matérielles)

Les améliorations attendues sont donc multiples :

  • Partir des besoins de formation et d'information des aidants pour y répondre de manière adaptée,
  • Diffuser des modules de formation et des informations aux aidants qui n'y ont pas accès (ou en complément au présentiel),
  • Co-concevoir des modules de formation avec un ensemble de partenaires et les aidants eux-mêmes, pour s'assurer de la bonne conception du projet et de l'usage qui en sera fait.

La description du dispositif
Pour ce projet, le GCS e-Santé Picardie et ses partenaires ont souhaité travailler dans une méthodologie de co-construction dans toutes les étapes du projet (méthodologie Living Lab).

Ainsi, début 2016, un formulaire et des ateliers de recueil de besoins ont eu lieu auprès de plus de 120 aidants pour déterminer les axes de formation et d'information prioritaires pour les aidants, et leur utilisation de l'outil numérique.
Cette première partie a permis de valider l'expérimentation de l'outil Serious Game.

Depuis, différents ateliers de co-construction avec les aidants et les différents partenaires, sont mis en place pour travailler et valider au fur et à mesure l'avancée du projet.

Public ciblé :

  • Tous les aidants souhaitant s'auto-former et s'informer à distance,
  • Les aidants d'aidants,
  • Acteurs du champs sanitaire, associations/ structures d'aide aux aidants.

Les acteurs
Porteurs de Projets : GCS e-Santé Picardie et PIXO 3D
Co-concepteurs/ Co-décideurs : Aidants - AAGDA - ALIIS - ALTERFORM-E, ARS Hauts de France, CH2O/Fil à Soi - GAP - IREPS de Picardie - MAIAs de la Somme - Plateformed e Répit de Liancourt - Réseau Aloïse

Les axes prioritaires :

renforcer et préserver l'accès à la santé – y compris à la prévention – pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables (mineures, majeures protégées, en perte d'autonomie, souffrant de troubles psychiques, intellectuellement déficientes…), étrangères, placées sous main de justice… ;

La réalisation

La mise en oeuvre
Le GCS e-Santé Picardie et ses partenaires ont souhaité travailler dans une méthodologie de co-conception (Living Lab) associant les utilisateurs finaux (les aidants) et un ensemble de partenaires apportant leur expertise dans toutes les étapes du projet (via des ateliers).

Comme pour l'ensemble de ses projets, le GC[...]

Ministère de la Santé
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 2 jours
du lundi 26 juin au samedi 1er juillet 2017
Ministère de la Santé
Actualité
Il y a 6 jours
Déplacement d'Agnès Buzyn à Lille le 22 juin 2017
Ministère de la Santé
Actualité
Il y a 6 jours
Communiqués de Agnès Buzyn
Ministère de la Santé
Articles liés par le même flux
Blog
Il y a 1 heures
Rédaction médicale et scientifique

L’AMEE (Association for Medical Education in Europe) publie des revues de qualité. Medical Teacher est la revue de recherche en éducation médicale. Une revue en Open access, MedEdPublish, est destinée aux étudiants.

AMEE MedEdPublish is a highly visible, open access, specialist practitioner e-journal that enables academics, teachers, clinicians, researchers and students to publish their experiences, views and research findings relating to teaching, learning and assessment in medical and health professions education. An innovative and key feature of MedEdPublish is that the peer review process begins following publication.

En pratique, des étoiles sont postées pour qualifier les articles mis en ligne dès soumission, et les lecteurs participent au peer review.

Dans le numéro de juin, j'ai lu un article simple pour les étudiants qui veulent écrire un article (et pour ceux qui leur apprennent à écrire). Le titre « Highlighting common pitfalls to avoid when writing the medical education manuscript ». Voici les conseils en 4 sections :

L’éthique de la publication

  1. Qu’est-ce qui ne va pas si j’utilise les citations d’un autre ? (Faites votre propre recherche !)
  2. Est-ce que mon superviseur est qualifié pour être auteur ? (Apprenez l’existence des critères de paternité des articles)
  3. Ouahhh ! J’ai déjà vu cela quelque part (Comprendre le plagiat et savoir l’éviter)

Objectifs de vos écrits

  1. Qui sera intéressé ou pourra bénéficier de mon travail ? (Choisir une audience appropriée)
  2. So what? Pourquoi votre travail est important ? (Décrire une rhétorique qui mette en valeur votre travail)
  3. Est-ce que mon manu[...]
Blog
Il y a 1 heures
Rédaction médicale et scientifique

L’AMEE (Association for Medical Education in Europe) publie des revues de qualité. Medical Teacher est la revue de recherche en éducation médicale. Une revue en Open access, MedEdPublish, est destinée aux étudiants.

AMEE MedEdPublish is a highly visible, open access, specialist practitioner e-journal that enables academics, teachers, clinicians, researchers and students to publish their experiences, views and research findings relating to teaching, learning and assessment in medical and health professions education. An innovative and key feature of MedEdPublish is that the peer review process begins following publication.

En pratique, des étoiles sont postées pour qualifier les articles mis en ligne dès soumission, et les lecteurs participent au peer review.

Dans le numéro de juin, j'ai lu un article simple pour les étudiants qui veulent écrire un article (et pour ceux qui leur apprennent à écrire). Le titre « Highlighting common pitfalls to avoid when writing the medical education manuscript ». Voici les conseils en 4 sections :

L’éthique de la publication

  1. Qu’est-ce qui ne va pas si j’utilise les citations d’un autre ? (Faites votre propre recherche !)
  2. Est-ce que mon superviseur est qualifié pour être auteur ? (Apprenez l’existence des critères de paternité des articles)
  3. Ouahhh ! J’ai déjà vu cela quelque part (Comprendre le plagiat et savoir l’éviter)

Objectifs de vos écrits

  1. Qui sera intéressé ou pourra bénéficier de mon travail ? (Choisir une audience appropriée)
  2. So what? Pourquoi votre travail est important ? (Décrire une rhétorique qui mette en valeur votre travail)
  3. Est-ce que mon manu[...]
Actualité
Il y a 2 heures
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusages et des nombr[...]

Actualité
Il y a 2 heures
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusages et des nombr[...]

Actualité
Il y a 2 heures
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusages et des nombr[...]

Actualité
Il y a 2 heures
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusages et des nombr[...]