Actualité
Il y a 1 mois
Infirmière de coordination ville-hôpital en diabétologie

Emilie Carde est infirmière de coordination ville-hôpital en diabétologie au centre hospitalier de Gonesse (93) depuis maintenant trois mois. Elle nous explique sa nouvelle fonction qui s'intègre au sein d’un dispositif pilote dont la finalité est de faciliter et fluidifier le parcours de soin des patients diabétiques de type 2 du bassin de vie.

Anneau de chaine

Un poste infirmier de coordination ville/hôpital qui mobilise des compétences d’ordre technique et biomédical, relationnel et pédagogique, organisationnel et de communication.

Ce poste s'intègre dans un dispositif pilote de coordination “ville-hôpital” proposé par l'Agence Régionale de Santé Île-de-France (ARS). La création de ce dispositif a découlé de deux éléments contextuels :

la promulgation de la loi du 26 janvier 2016 de modernisation du système de santé ayant pour vocation de faciliter au quotidien les parcours de santé des patients mais également de renforcer les outils proposés aux professionnels de ville pour leur permettre d'assurer la coordination du parcours de leur patient ;

le taux de prévalence élevé de patients atteints de diabète de type 2 (environ 100 000 habitants) vivant dans le bassin de vie dans lequel se situe le Centre Hospitalier de Gonesse.

La finalité de ce dispositif est donc de faciliter et de fluidifier le parcours de soin des patients diabétiques de type 2 du bassin de vie. Pour ce faire, des groupes de travail réunissant les acteurs libéraux, de l’hôpital et de l’ARS ont été organisés. Ils ont permis de co-construire les outils et de circonscrire les objectifs du dispositif. Quatre éléments principaux ont été définis et constituent le dispositif : un accès privilégié à un diabétologue, une messagerie sécurisée permettant l’échange sécurisé d’informations, la mise en place de la conciliation médicamenteuse et la création d’un poste d’infirmière de coordination.

Un poste de coordination qui se situe en amont, pendant et en aval de la prise en charge hospitalière des patients diabétiques.

L’infirmière de coordination : missions et compétences

L'infirmière de coordination a un rôle pivot dans ce dispositif. Je fais en effet l'interface entre les acteurs de la ville et de l'hôpital. J’ai également un rôle de coordination du dispositif en lui-même (lien avec les porteurs du projet, évaluation).

Mise en place et coordination du projet

  • prise de contact pour se faire connaître et présenter le dispositif aux acteurs de ville concernés ;
  • présentation de mon rôle et de mon fonctionnement en interne auprès des acteurs hospitaliers ;
  • création d’outils de traçabilité et de suivi des patients afin de permettre la visibilité et la lisibilité de mon action ;
  • participation à l’évaluation du dispositif en lien avec l’ARS IDF ;
  • présentation et communication autour du dispositif.

Coordination ville – hôpital

Concernant ma mission de coordination du parcours de soin, mon action se situe en amont, pendant et en aval de la prise en charge hospitalière des patients :

Tableau prise en charge hospitalière

Afin de mener à bien mes missions, je dois mobiliser un certain nombre de compétences. Elles sont d’ordre technique et biomédical, relationnel et pédagogique, organisationnel et de communication.
A titre d’exemples mes missions me conduisent à :

  • analyser des informations et évaluer le degré d’urgence de la prise en charge ;
  • identifier les besoins du patient ;
  • proposer des solutions adaptées à une situation ;
  • échanger et informer ;
  • construire des partenariats ;
  • s’accorder et convenir de l’action à mener ;
  • créer des outils et analyser des données ;
  • renseigner les outils de suivi et d’organisation ;
  • identifier les enjeux et vecteurs de communication ;
  • élaborer des stratégies de communication ;
  • optimiser les canaux de communication ;
  • élaborer des stratégies de communication.

Mobiliser des compétences d’ordre technique et biomédical, relationnel et pédagogique, organisationnel et de communication.

Mon parcours

L’arrivée à ce poste fait suite à un parcours professionnel singulier qui m’a permis de connaitre différents postes et formations. Le fil rouge, finalement, a été la prise en charge de la maladie chronique qui a toujours été présente dans mes différentes fonctions. Au début de mon parcours, la pédiatrie et la prise en charge d’enfant atteints de mucoviscidose, de drépanocytose, d’asthme m’a donné le goût de l’accompagnement d’enfant atteint de maladie chronique et de leur famille. Plus tard, le passage par le monde libéral m’a permis d’avoir une vision plus globale de la vie des patients au-delà du monde hospitalier mais également une autre vision de la pratique infirmière au plus près des préoccupations du patient et de ses contraintes de vie.

Mon parcours m’a ensuite conduit à coordonner le parcours de soins des enfants atteints de mucoviscidose dans un centre de Ressources et de Compétences pour la Mucoviscidose, centre pluridiscipli[...]

Infirmiers
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 39 minutes
sante-medecine-RFI
Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

À quelques jours du lancement de la Conférence mondiale sur le Sida, l'Organisation mondiale de la santé alerte sur la hausse de la résistance aux médicaments contre le VIH dans les pays en développement.


Actualité
Il y a 1 heures
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusag[...]

Actualité
Il y a 1 heures
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusag[...]

Actualité
Il y a 1 heures
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusag[...]

Actualité
Il y a 1 heures
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusag[...]