Actualité
Il y a 4 jours
Journée mondiale des MICI : le parcours du combattant des patients pour garder leur travail

En France, 250 000 personnes sont atteintes d’une MICI (maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique) et plus de 20 nouveaux cas sont diagnostiqués tous les jours.

Une enquête de l’association François Aupetit (AFA), en partenari...

Quotidien du médecin
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Actualité
Articles liés par le même flux
E-santé
Il y a 55 minutes
Buzz esante

La société CIsion, spécialisée dans le marketing d’influence, a mené une enquête auprès de plus de 350 blogueurs français pour connaître leurs attentes. Découverte des résultats. Aujourd’hui la quasi-totalité des…

Cet article Marketing d’influence : ce que veulent les blogueurs est apparu en premier sur Buzz-esanté.

Actualité
Il y a 1 heures
Souffrance et travail

Le démontage d’une machine : Cécile Hautefeuille, qui en a vécu l’expérience, met à nu, témoignages à l’appui, les mécanismes qui ont transformé Pole emploi en outil à produire des statistiques pas trop défavorables. Au grand détriment des inscrits comme de ceux qui y travaillent.

Journaliste indépendante dans le Midi, Cécile Hautefeuille sait de quoi elle parle : elle s’est mesurée à cette hydre de Lerne dont les formulaires repoussent à chaque fois qu’on les remplit. Pour beaucoup, se confronter à Pole emploi fait ressembler les travaux d’Hercule à une promenade dominicale. L’ambiance n’est pas sans ressembler à celle du film Moi, Daniel Blake de Ken Loach, que d’aucuns, guère habitués à la recherche d’un emploi, trouvaient excessif. Outre son expérience, Cécile Hautefeuille rapporte dans ce livre enquête des témoignages de chômeurs. On y parle beaucoup de solitude, de désarmement, face souvent à un adversaire de plus en plus virtuel, d’autant que beaucoup ne sont pas armés, psychologiquement et informatiquement, pour suivre un parcours tenant plus de celui d’un combattant aguerri en quête du Graal, le CDI, que du chercheur d’emploi. Et quand on évite l’écran, la réalité physique éclate : un demandeur d’emploi qui hurle dans le bureau d’à côté. Il est 10 heures du matin, la conseillère a été déjà traitée de conne et d’incapable. La journée va être rude des deux côtés des guichets.

« Un minimum armé »

Il faut toujours être en mesure de trouver les bons arguments : si l’on n’est pas au minimum armé, on peut se faire ra[...]

Actualité
Il y a 3 heures
Infirmiers

À l'image de l'Oncopôle de Toulouse (Haute-Garonne) et son suivi téléphonique infirmier pendant la chimiothérapie, l'Institut Paoli-Calmettes de Marseille (Bouches-du-Rhône) expérimente son propre programme. Intervenant le 16 mai au salon infirmier dans le cadre d'une table ronde consacrée au parcours des patients âgés, Éric Cini, infirmier expert, a dressé un bilan de ce dispositif de coordination. Merci à Hospimedia de partager cet article avec la communauté d'Infirmiers.com.

280 séniors ont rejoint le programme infirmier de suivi téléphonique hebdomadaire de l'Institut Paoli-Calmettes.

Depuis près d'un an et demi, Éric Cini est en charge à l'institut du suivi des patients de plus de soixante-dix ans à domicile sous thérapie orale présentant un cancer métastatique ou localement avancé. 280 séniors ont d'ores et déjà participé au programme, acceptant de faire toutes les semaines un point de 8 minutes en moyenne par téléphone avec l'infirmier. 75% de ces appels sont passés par les patients eux-mêmes ; 20% par leurs proches aidants et 5% par d'autres. Le principal objectif du programme est de vérifier que la prise en charge prescrite est appliquée. Ce programme semble donner de bons résultats, seulement 3% des patients inclus ont volontairement demandé à ne plus être suivis. Toutefois, Éric Cini rappelle que "le constat d'observance se fait uniquement sur déclaration, ce qui ne remplace pas le suivi hospitalier oncologique et hématologique". L'infirmier intervient en complément de la procédure habituelle.

Outre un suivi personnalisé et la mise à disposition d'une plateforme téléphonique également joignable sans rendez-vous en cas de doute sur un traitement, le programme permet de créer un lien entre la prise en charge hospitalière et la médecine de ville. Éric Cini a a[...]

Actualité
Il y a 3 heures
Infirmiers

À l'image de l'Oncopôle de Toulouse (Haute-Garonne) et son suivi téléphonique infirmier pendant la chimiothérapie, l'Institut Paoli-Calmettes de Marseille (Bouches-du-Rhône) expérimente son propre programme. Intervenant le 16 mai au salon infirmier dans le cadre d'une table ronde consacrée au parcours des patients âgés, Éric Cini, infirmier expert, a dressé un bilan de ce dispositif de coordination. Merci à Hospimedia de partager cet article avec la communauté d'Infirmiers.com.

280 séniors ont rejoint le programme infirmier de suivi téléphonique hebdomadaire de l'Institut Paoli-Calmettes.

Depuis près d'un an et demi, Éric Cini est en charge à l'institut du suivi des patients de plus de soixante-dix ans à domicile sous thérapie orale présentant un cancer métastatique ou localement avancé. 280 séniors ont d'ores et déjà participé au programme, acceptant de faire toutes les semaines un point de 8 minutes en moyenne par téléphone avec l'infirmier. 75% de ces appels sont passés par les patients eux-mêmes ; 20% par leurs proches aidants et 5% par d'autres. Le principal objectif du programme est de vérifier que la prise en charge prescrite est appliquée. Ce programme semble donner de bons résultats, seulement 3% des patients inclus ont volontairement demandé à ne plus être suivis. Toutefois, Éric Cini rappelle que "le constat d'observance se fait uniquement sur déclaration, ce qui ne remplace pas le suivi hospitalier oncologique et hématologique". L'infirmier intervient en complément de la procédure habituelle.

Outre un suivi personnalisé et la mise à disposition d'une plateforme téléphonique également joignable sans rendez-vous en cas de doute sur un traitement, le programme permet de créer un lien entre la prise en charge hospitalière et la médecine de ville. Éric Cini a a[...]

Actualité
Il y a 5 heures
Quotidien du médecin

Retrouvez chaque mercredi les résultats de l'enquête flash publiée sur lequotidiendumedecin.fr la semaine précédente.

Presse médicale
Il y a 6 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 May 2017
Source:La Presse Médicale
Author(s): Sahbi Naouar, Salem Braiek, Rafik El Kamel
Testicular tumor of adrenogenital syndrome is a rare and benign anomaly usually presenting as bilateral testicular masses. It is the most important cause of infertility in adult male congenital adrenal hyperplasia. Distinction between testicular tumors of adrenogenital syndrome and Leydig cell tumors can be problematic; it is based on clinical, histopathologic, immunohistochemical and endocrine features. Biopsy is advised in cases of longstanding tumors in infertile patients and when surgery is indicated. Fertility preservation is a key management goal in testicul[...]