Actualité
Il y a 5 jours
KDOG : le flair des chiens pour dépister les cancers

Grâce à leur odorat très développé, des chiens spécifiquement formés sont désormais capables de détecter des cas de cancers de façon précoce. C’est le pari qu’a fait l’Institut Curie avec le projet KDOG. Selon les premiers résultats, les tests de la phase de concept sont très concluants, selon Isabelle Fromantin, fer de lance du projet, infirmière docteure en sciences à l’Institut Curie.

Détection de cancer KDOG

Deux bergers malinois, Thor et Nykios, participent au projet KDOG afin de détecter les odeurs qu’émettent les tumeurs.

Utiliser le flair des chiens pour dépister le cancer. Ce projet, né à l’Institut Curie à Paris en 2009, porte bien son nom : KDOG. L’idée de KDOG, c’est d’utiliser le formidable odorat des chiens pour détecter des cellules cancéreuses, explique Isabelle Fromantin, à l’initiative du projet.

Tout est parti de son hypothèse : bien qu’indétectables par l’homme, les tumeurs génèrent des odeurs. Les composés organiques volatiles sont des biomarqueurs produits par les cellules cancéreuses. En approfondissant leur étude, la détection olfactive du cancer est rapidement apparue comme un axe de recherche porteur, précise-t-elle. Certains composés volatiles odorants émis par la tumeur elle-même pourraient ainsi être repérés par un flair très puissant, celui des chiens, capables de capter un spectre d’odeurs très précis dans des quantités infimes de matière. On sait que les chiens sont déjà mis à contribution, notamment pour la recherche de drogue ou d'explosif. Le concept de chien renifleur existe aussi aux Etats-Unis pour détecter les cancers de la prostate, mais son efficacité scientifique n’a pas encore été prouvée.

L’institut Curie a voulu faire ce pari : utiliser l’odorologie canine pour dépister les cancers et apporter une preuve scientifique à sa méthode. Une équipe se constitue alors (formée de pathologistes, d’infirmiers, de chirurgiens…), deux chiens, deux Bergers malinois, Thor et Nykios, sont choisis et confiés à un expert cynophile. Pour apporter une caution scientifique à KDOG enfin, une première phase de test est lancée en août 2016, permise par la contribution de 130 femmes. Durant six mois, les chiens travaillent à partir de lingettes dites saines et d’autres marquées cancer fournies par ces femmes volontaires.

L’institut Curie a voulu faire ce pari : utiliser l’odorologie canine pour dépister les cancers et apporter une preuve scientifique à sa méthode.

KDOG, comment ça marche ?

Concrètement, les femmes qui se sont prêtées au test, comme les patientes qui pourront bénéficier de la méthode KDOG, ne sont jamais en contact avec l’animal. Celles-ci ont reçu un kit comprenant un gel douche sans odeur, des lingettes et un pot stérile. Après une douche avec le produit fourni et sans mettre de parfum, ces femmes ont simplement eu à placer une lingette sur chaque sein toute une nuit avant d’enfermer le tissu marqué dans le pot stérile et de le faire parvenir au laboratoire afin d’y être soumis à la truffe des chiens. En reniflant alors les lingettes, les unes saines et les autres marquées cancer, ceux-ci ont été capables de détecter la présence ou non de la maladie.

Des chiens « experts »

Deux bergers malinois, Thor et Nykios, participent au projet KDOG afin de détecter les odeurs qu’émettent les tumeurs. Le but : descendre le seuil de perception des animaux pour qu’ils soient capables de sentir la moindre quantité de cancer. Les chiens sont encadrés par des vétérinaires impliqués dans le groupe de travail et dressés par un expert cynophile, qui travaille avec eux depuis de nombreuses années.

Deux phases composent le projet :

  1. Tout d’abord l’expert cynophile met en place une étape de mémorisation où les chiens doivent reconnaître les odeurs de cancer qu’ils mémorisent. Après la phase d’apprentissage de l’odeur, les chiens sont mis en situation où le cynophile place la lingette cancer au milieu de lingettes saines.
  2. Dans un deuxième temps, le chien doit reconnaître directement les odeurs cancer sans avoir au préalable mémorisé ces dernières. En chiffres : 60 échantillons sont analysés par les chiens chaque jour, répartis en 3 exercices distincts : à chaque exercice, les chiens analysent 4 échantillons en 5 passages. Le temps de repos des animaux est de 1h30 à 2h entre chaque exercice.

De premiers tests très concluants

Les premiers résultats, présentés le 21 février dernier, sont très concluants : seulement s[...]

Infirmiers
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 50 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Déconvenue sur le chômage , les chiffres du chômage du mois de mai viennent de tomber et il repart à la hausse.


Actualité
Il y a 53 minutes
APF ICM

À écouter : L'Assistance sexuelle si non c'est la condamnation des personnes handicapées à l'abstinence et à la sexualité imaginaire. Article mis en ligne le 17 avril 2017.

On va essayer de comprendre les difficultés et les verrouillages de la situation avec Julia Tabath la présidente de l'Association CH(s)OSE invitée de l'émission Handimédias. avec André DJI-Radio Fréquence Paris Plurielle.

Pour écouter l'émission : www.handicapepasbete.com.

Source : www.rfpp.net.

Actualité
Il y a 53 minutes
APF ICM

« Étudiant handicapé, j'ai passé une année Erasmus en Irlande. »

Voir l'article de Faire Face, du 24 avril 2017 :

    • Victor Fourcin, 25 ans, atteint d'infirmité motrice cérébrale, a vécu un année Erasmus à Dublin dans le cadre de son cursus en sciences politiques. Aujourd'hui titulaire d'un double master, il évoque les obstacles rencontrés mais aussi les bénéfices d'une expérience à l'étranger. (...).

-www.faire-face.fr/2017/04/24/erasmus-handicap-irlande.

Actualité
Il y a 53 minutes
APF ICM

« Étudiant handicapé, j'ai passé une année Erasmus en Irlande. »

Voir l'article de Faire Face, du 24 avril 2017 :

    • Victor Fourcin, 25 ans, atteint d'infirmité motrice cérébrale, a vécu un année Erasmus à Dublin dans le cadre de son cursus en sciences politiques. Aujourd'hui titulaire d'un double master, il évoque les obstacles rencontrés mais aussi les bénéfices d'une expérience à l'étranger. (...).

-www.faire-face.fr/2017/04/24/erasmus-handicap-irlande.

Actualité
Il y a 1 heures
La documentation française

M. Luc Belot, député, a été chargé par le Premier ministre, d’une mission sur la ville intelligente (« smart city ») et les opportunités qu’elle peut apporter aux services publics ainsi qu’aux entreprises. Pour que les « smart cities » se développent au profit de tous, l’auteur estime qu’il faut réaffirmer le rôle des collectivités territoriales comme tiers de confiance, garantes de l’égalité et créatrices de lien social. Plusieurs mesures sont proposées dans ce rapport : doter les établissements publics de coopération intercommunal (EPCI) d’une compétence sur la donnée, qui sera le socle de la smart city ; redonner une compétence économique aux EPCI pour leur permettre d’accompagner le[...]

Actualité
Il y a 1 heures
La documentation française

M. Luc Belot, député, a été chargé par le Premier ministre, d’une mission sur la ville intelligente (« smart city ») et les opportunités qu’elle peut apporter aux services publics ainsi qu’aux entreprises. Pour que les « smart cities » se développent au profit de tous, l’auteur estime qu’il faut réaffirmer le rôle des collectivités territoriales comme tiers de confiance, garantes de l’égalité et créatrices de lien social. Plusieurs mesures sont proposées dans ce rapport : doter les établissements publics de coopération intercommunal (EPCI) d’une compétence sur la donnée, qui sera le socle de la smart city ; redonner une compétence économique aux EPCI pour leur permettre d’accompagner le[...]