Actualité
Il y a 5 jours
La communication du vivant

La communication du vivant

INSERM Languedoc Roussillon
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 7 jours
Séminaires externes - semaine 21
INSERM Languedoc Roussillon
Actualité
Il y a 10 jours
Biomarker days
INSERM Languedoc Roussillon
Actualité
Il y a 10 jours
Séminaires externes - semaine 20
INSERM Languedoc Roussillon
Actualité
Il y a 14 jours
Conférence EUREKA, ouverte à tous !
INSERM Languedoc Roussillon
Actualité
Il y a 16 jours
Pint of Science
INSERM Languedoc Roussillon
Actualité
Il y a 16 jours
1er symposium du réseau Occitanie Monocytes-Macrophages
INSERM Languedoc Roussillon
Actualité
Il y a 16 jours
Les Grandes Avancées Françaises en Biologie
INSERM Languedoc Roussillon
Actualité
Il y a 16 jours
Séminaires externes - semaine 19
INSERM Languedoc Roussillon
Actualité
Il y a 23 jours
La communication du vivant
INSERM Languedoc Roussillon
Actualité
Il y a 23 jours
Séminaires externes - semaine 18
INSERM Languedoc Roussillon
Actualité
Il y a 1 mois
Séminaires externes - semaine 17
INSERM Languedoc Roussillon
Actualité
Il y a 1 mois
Le « CBS2 day »
INSERM Languedoc Roussillon
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 4 heures
SFNC

« Le mouvement assisté : de la conception à la pratique »

http://www.technimediaservices.fr/sofamea

Téléchargez le pré-programme (pdf) à jour


Chers Amis, Chers Collègues,

La Société Francophone d'Analyse du Mouvement chez l'Enfant et l'Adulte ainsi que le Comité d'Organisation sont heureux de vous accueillir cette année au Grand Duché du Luxembourg pour ses 12èmes journées de la SOFAMEA. Le Rehazenter aura le plaisir de vous recevoir pour la journée Satellite du mercredi 23 janvier et le congrès se tiendra à l'Hémicycle Européen les jeudi 24 et vendredi 25 janvier.

Cette année, le thème de la journée spécifique s'intitule : « Le mouvement assisté : de la conception à la clinique. Il s'inscrit dans la vision pluridisciplinaire et transversale propre à notre société et sera l'occasion de débats sur les récentes avancées technologiques et nos stratégies d'approche dans les désordres du mouvement. Ainsi,6 conférenciers-chercheurs ont été invités à partager leurs expertises lors de la journée du 24 janvier dans différents domaines touchant la plasticité cérébrale, l'imagerie encéphalique et la perception du mouvement, les interfaces cerveau/machine, les neuroprothèses, la stimulation centrale et l'assistance robotisée.

La journée Satellite a été construite autour du même sujet avec l'idée de privilégier les échanges entre le monde de l'ingénierie et le monde médical. Pour cela, des chercheurs, biomécaniciens et cliniciens ont accepté d'animer des Workshops et Symposiums.
L'accent a donc été mis sur les aspects « conceptuels », « l'approche pratique » et « l'interdisciplinarité » sachant que beaucoup d'entre nous inscrivent leurs actions au sein d'équipes pluridisciplinaires ou bien sont encore jeunes chercheurs ou étudiants.

Le vendredi sera consacré aux communications libres, choi[...]

Actualité
Il y a 4 heures
SFNC

La neurochirurgie Française et Francophone dispose d'un organe de communication scientifique précieux et opérant pendant de nombreuses décennies dans un contexte où la langue française était audible par la communauté internationale. La publication des rapports de la SNCLF, l'éclectisme des thématiques approchées et une ouverture à l'ensemble de la communauté neurochirurgicale francophone a fait le succès de « Neurochirurgie ». A ce titre il faut rendre hommage au travail fantastique réalisé par les précédents rédacteurs en chef et leurs équipes.

Portant on observe aujourd'hui un plafonnement de la revue en termes de quantité de production et de qualité du contenu scientifique dont la lecture et la citation par nos collègues anglo-saxons est devenue confidentielle. Le corollaire de ce constat est une faible progression de l'impact factor. On peut s'en indigner, cet IF est le principal marqueur de notre cercle d'influence et de notre évaluation. Cela explique le peu d'engouement de notre communauté à soumettre ses meilleurs papiers dans notre revue. Force est de constater que nous sommes en compétition avec des revues de neurochirurgie plus nombreuses qui offrent d'autres formats (revues en accès libre, accès en ligne uniquement, formats courts des articles, contenu pédagogique avec vidéos,…) et qui retiennent une meilleure audience. Celles qui ne se sont pas réformées sont mortes.

La vitalité financière de la revue n'est pas en péril grâce à la dynamique de Masson-Elsevier mais son équilibre pourrait être menacé si nous ne sommes pas plus attractifs en termes de contenu, de formats et d'offre d'abonnements avec pour ambition prioritaire une diffusion plus large auprès des grandes universités. Alors voir disparaitre ou même stagner « Neurochirurgie » est apparu comme inacceptable à la plupart d'entre nous et suscite dès aujourd'hui une réaction que nous devons à notre communauté et en particulier à nos plus jeunes.

Le projet est donc celui d'une revue modernisée et attractive qui valorise aujourd'hui « à l'export » nos productions et attire demain celles de la communauté internationale.

Le comité éditorial : La rénovation passe par la modification du comité éditorial où le rédacteur s'entoure d'un comité restreint « thématisé » qui expertise et fait expertiser aux relecteurs que nous sommes tous. La réactivité de ce comité est la clé de voute de notre action. Elle passe par un engagement de ses acteurs aidés en cela par un outil performant de révision en ligne (Editorial Manager) capable de fournir dans des délais courts un suivi du processus de soumission et de correction des manuscrits. Nous le devons à ceux qui soumettent.

Une ligne éditoriale en évolution : Certaines rubriques auront un accès plus réd[...]

Actualité
Il y a 4 heures
SFNC

Appel à communications pour la 5ième journée scientifique sur les actualités en vertébroplastie et Expansion vertébrale qui aura lieu le vendredi 1er février 2013 à Paris. Veuillez faire parvenir vos propositions avant le 30 novembre 2012.

Pour toute communication ou inscription, veuillez remplir le formulaire ci-joint et le renvoyer aux numéros / mail / adresse indiqués ci-dessous.

Vous en remerciant par avance.

Cordialement


*Olivia TRAN*
Attachée de Recherche Clinique
Hôpital Lariboisière
Radiologie Ostéo-Articulaire
2, rue Ambroise Paré
75010 PARIS
Tél : +33.01.49.95.81.97
Fax : +33.01.49.95.86.99


Formulaire Inscription
Programme
Presse médicale
Il y a 17 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 May 2017
Source:Archives des Maladies Professionnelles et de l'Environnement
Author(s): P. Vernet, T. Gouyet, R. Bouvet
ObjectifÉvaluer la prévalence des troubles musculosquelettiques du membre supérieur (TMS-MS) au sein d’un atelier de confection carcéral, comparativement à un atelier de confection civil.MéthodeAdministration d’un questionnaire concernant les éventuelles douleurs ressenties et les caractéristiques du poste de travail occupé, puis réalisation d’un examen clinique standardisé à la recherche de TMS-MS.RésultatsIl a été constaté une plus grande prévalence de certains TMS-MS (ténosynovite de de Quervain, tendinite des extenseurs de la main et des doigts) et de certains facteurs de risque organisationnels, biomécaniques et psychosociaux liés au travail au sein de l’atelier carcéral.DiscussionLe travail permet aux détenus de subvenir à leurs besoins et est un facteur contributif à leur réinsertion. Ils ne sont cependant pas soumis au droit du travail et ne bénéficient donc pas de médecine de prévention en santé au travail. Un échange avec les responsables des ateliers carcéraux est souhaitable afin de les sensibiliser aux facteurs de risque liés au travail, de même qu’un recensement rigoureux et exhaustif des troubles musculosquelettiques au sein des prisons françaises pourrait donner un aperçu de la santé au travail des détenus. La coopération entre professionnels de santé intervenant en détention paraît indispensable afin de permettre un retour au travail dans des conditions optimales en cas d’arrêt. Enfin, une étude des postes par atelier apparaît nécessaire, elles permettraient de s’inscrire dans une démarche de prévention et à terme de diminuer la prévalence des TMS-MS.Purpose of the studyTo assess the prevalence of musculoskeletal disorders of the upper limb (MSD-UL) in a prison clothing workshop compared to civilian clothing workshop.MethodAdministration of a questionnaire about pain experienced by workers and the characteristics of the workplace, and achievement of a standardized clinical examination looking for MSD-UL.ResultsWe found a greater prevalence of certain MSD-UL (de Quervain tenosynovitis, hand and fingers extensor tendonitis) and of certain organizational, biomechanical and psychosocial risk factors in the prison workshop.DiscussionWorking allows inmates to meet their needs. It is a contributing factor to their rehabilitation. They are not subject to labor law and do not benefit from occupational health preventive medicine. However, communication with officials of prison workshops is desirable to raise awareness of risk factors at work. In the same way, the reporting of occupational diseases should be systematic and could pr[...]

Actualité
QiSS
Il y a 18 heures
i-share
L’application qui sensibilise les jeunes adultes aux IST.

Début mai, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, le Centre Gratuit d’Information de Dépistage et de Diagnostic (CeGIDD) et le Laboratoire Janssen de l’hôpital Saint-Antoine AP-HP ont lancé l’application QiSS*.

Une application qui est là pour sensibiliser, informer et évaluer les connaissances des 15-25 ans sur les infections sexuellement transmissibles (IST), sous forme d’un jeu.

Dans le cadre de i-Share, une étude sur les infections à Chlamydia a déjà commencé avec la mise en place du projet i-Predict, promu par l’AP-HP et coordonnée par Elisabeth Delarocque-Astagneau du pôle infection de i-Share.

En France, en particulier chez les jeunes, le niveau de connaissance concernant les IST est insuffisant et les idées fausses sur le VIH sont encore largement répandues.

Il fallait donc que cette application parle à cette population au sein de laquelle il faut lutter contre la méconnaissance, le déni ou bien l’insouciance face à ces maladies.

Développée pour les appareils sous Android et iOS, l’application, gratuite, permet par exemple une auto-évaluation de l’utilisateur avant son arrivé dans les CeGIDD. Il sera ensuite plus facile pour les médecins d’aborder les points les plus pertinents.

Comment ça marche ?

Avec un univers inspiré du « street art », QiSS aborde 11 thèmes autour de la sexualité tels que : « J’ai peur d’avoir attrapé le VIH », « Je ne sais pas ce qu’est une pratique sexuelle à risque », « Mon partenaire me dit qu’il a une IST ».

Chaque thème est symbolisé par une illustration et décliné sous la forme d’un quizz de quatre à cinq questions.

Il faut compter entre deux et quatre minutes pour répondre à chaque quizz.

A la fin de ce dernier, « l’utilisateur peut découvrir son score, consulter de plus amples informations concernant le thème choisi, explorer la carte des centres de dépistage ou être orienté vers le site de Sida Info Services ».

Une application qui répond donc à une triple mission :

  • informer,
  • expliquer et
  • permettre une évaluation des connaissances sur les infections sexuellement transmissibles.

Et côté i-Share ?

L’étude i-Predict permettra également d’évaluer les connaissances sur les IST, en se focalisant sur l’infection à Chlamydia.

La raison de ce focus c'est l’augmentation des infections sexuellement transmissibles chez les jeunes adultes.

Des jeunes chez qui l’infection à Chlamydia est la plus répandue des IST dues à des bactéries, et spécialement chez les femmes âgées de 18 à 24 ans.

« Cette augmentation pourrait être liée à des changements de pratiques, comme par exemple la baisse de l'utilisation du préservatif » déclare Jeanne Tamarelle, doctorante en épidémiologie travaillant sur ce projet.

« C’est donc quelque chose que nous allons pouvoir étudier grâce à i-Predict puisque nous collectons également des informations sur les pratiques sexuelles. »

Pourquoi i-Predict ?

Pour faire reculer ces IST, les scientifiques qui travaillent dans ce domaine disposent de plusieurs outils :

  • la prise de conscience par divers moyens (dont les applis type QiSS),
  • la communication par les professionnels de santé,
  • les politiques publiques, mais aussi
  • le dépistage.

« L'objectif scientifique d'i-Predict c'est d'évaluer l'efficacité du dépistage des infections à Chlamydia, afin de déterminer s'il faut ou non mettre en place un dépistage plus large et plus systématique de cette infection (par exemple une fois par an chez les jeunes femmes de 18 à 24 ans). Car avant de lancer de nouvelles stratégies de cont[...]

Presse médicale
Il y a 22 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 May 2017
Source:Médecine Palliative : Soins de Support - Accompagnement - Éthique
Author(s): Marc Poterre, Sophie Taounhaer
Objectifs de l’étudeLe défaut de continuité de la prise en charge médicale n’est pas rare dans les fins de vie au domicile. L’objectif de cette étude était d’analyser rétrospectivement les cas de rupture de continuité de la prise en charge médicale lors des fins de vie à domicile.Patients et méthodesNous avons réalisé une analyse de la littérature ainsi qu’une étude transversale rétrospective portant sur les dossiers de 98 patients pris en charge en hospitalisation à domicile pour soins palliatifs.Résultats9 % des patients avaient rencontré des difficultés avec leur médecin généraliste, 13 % n’avaient pas de médecin-référent hospitalier identifié, 62 % n’étaient pas suivis par un réseau, et dans 15 % des cas l’équipe d’hospitalisation à domicile assurait seule la coordination des soins palliatifs.ConclusionLes causes sont multiples : défaut d’annonce de l’entrée en phase palliative ne permettant la mise en place des moyens nécessaires au domicile, insuffisance de communication ville – hôpital, absence ou retrait du médecin traitant, désengagement du médecin hospitalier dès lors qu’il n’y a plus de traitement curatif, insuffisance de moyens des structures de relais. Ce travail propose également des réflexions sur les pistes d’amélioration.PurposeMedical abandonment is not exceptional in the management of end-of-life at home. The purpose of this study was to do a retrospective analysis of these situations.Patients and methodsWe performed a literature analysis and a retrospective transversal survey on 98 patients of our homecare hospitalization organization.Results9 % of patients met difficulties with their general practitioner, 13 % did not have a clearly identified hospital referent, 62 % were not followed by a palliative care network, and 15 % were under the unique coordination of the internal team.ConclusionThe causes of medical abandonment in at home end of life situations are numerous: patients are not informed of the end of curative possibilities, preventing the anticipation of the palliative care needs at home; default of communication between hospital and city-based professionals; absence or weak involvement of the general practitioner; withdrawal of the hospital physician when there is no longer a curative possibility; lack of financial resources of the local actors. This arti[...]