Actualité
Il y a 1 mois
La santé dans l'élection présidentielle : retour sur les « tops » et les « flops »

« Focaliser le remboursement des soins par le régime obligatoire sur les affections graves et de longue durée », et « renvoyer le reste aux complémentaires santé ». En faisant cett...

Quotidien du médecin
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Actualité
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 2 heures
Réseau CHU
Créé en fin d’année dernière, le Fonds de dotation du CHRU de Brest, INNOVEO lance sa campagne officielle pour le financement de la recherche médicale. Dans le même temps le public est convié au vernissage de l’exposition éponyme consacrée à la recherche médicale, dans le grand hall de l’Aéroport Brest Bretagne*
" Je suis très honoré d’être l’ambassadeur d’INNOVEO" témoigne Jean-Guy Le Floch, célèbre PDG d’Armor Lux, qui apporte un soutien de poids pour mobiliser la population et les entreprises du territoire autour des grands projets portés par ce nouveau Fonds et qui concernent l'enfance, la médecine de précision et les pathologies vasculaires. "La recherche en santé dans le Finistère doit être une priorité. Je suis confiant dans notre capacité à nous mobiliser pour la recherche médicale". Le CHRU de Brest à la pointe de la recherche
La recherche est l’une des trois missions fondamentales du CHRU de Brest, aux côtés du soin et de l’enseignement : elle permet de mieux comprendre les phénomènes favorisant la santé, d’évaluer l’état de santé d’une région, mais aussi de diffuser rapidement les innovations thérapeutiques auprès des populations. Avec ses 9 équipes (dont 4 INSERM), ses 2 fédérations hospitalo-universitaires et un groupement fédératif d’excellence en génétique, le CHRU de Brest dispose d’une activité de recherche translationnelle et clinique particulièrement active, servie par un des plus importants Centres d’Investigations cliniques INSERM français en termes d’effectifs : 71 personnes et plus de 500 études en cours. Cette dynamique garantit au CHRU un leadership sur ses projets internationaux, tout en ouvrant d’autres portes entre acteurs de la société civile et chercheurs.
Réunir population, professionnels et entreprises
Le Fonds de dotation Innoveo s’adresse aux particuliers, aux entreprises et a[...]
Actualité
Il y a 3 heures
Réseau CHU
Dans l’ombre des blouses blanches qui s’activent chaque jour à accueillir et soigner les patients, les blouses roses œuvrent en coulisse pour redonner le sourire aux enfants malades et à leur famille. Le comité grenoblois vient de financer trois nouveaux projets au bénéfice des urgences pédiatriques du CHU Grenoble Alpes. Redonner le sourire aux enfants malades et à leurs familles. Un pari une nouvelle fois relevé haut la main par le comité grenoblois de l’association Les Blouses Roses qui vient de financer différents projets au bénéfice des urgences pédiatriques de l’Hôpital Couple Enfant du CHU Grenoble Alpes. A savoir une belle salle de jeux, des panneaux de décoration ludiques ainsi que trois tiroirs "Distra-Box" équipant les chariots de soin. « Nous avons pu financer l’achat de ces trois projets grâce à notre dernière action menée avec le concours de L’Entrepôt du Bricolage », confie Hervé Gigon, président de l’association. « Nous sommes heureux de pouvoir apporter un peu de joie aux enfants dans des périodes pas toujours simples ». Des propos qui résonnent avec la réaction unanime des professionnels de santé des urgences pédiatriques. « Cette salle de jeu dédiée aux enfants hospitalisés aux urgences permet aux parents de partager des moments avec leurs enfants dans une période d'attente de résultats et de diagnostic qui peut s'avérer source d'inquiétudes. Le but de ces aménagements est de dédramatiser l'hôpital, de rendre le lieu le plus proche possible d'un milieu de vie et non de maladie», explique Emmanuelle Rouault, cadre de santé aux urgences pédiatriques. Des urgences qui accueillent chaque année 23 000 passages et 5 000 hospitalisations.
"Distra’box": distraire pour moins souffrir
Au-delà de la salle de jeux et des décorations murales, le projet "Distra’box"a été imaginé dans le cadre d’un groupe de réflexion portant sur la gestion de la douleur -appelé Dolokids- avec le soutien du Docteur Marielle Cartal, anesthésiste pédiatrique et médecin de la douleur à l’Hôpital Couple Enfant. La distraction vise à diminuer la s[...]
Actualité
Il y a 5 heures
HAS

Absence d’avantage clinique démontré dans la prise en charge de la constipation induite par les opioïdes chez les patients adultes ne présentant pas une maladie à une stade avancé et ne relevant pas de soins palliatifs

Actualité
Il y a 6 heures
JIM

Paris, le mardi 23 mai 2017 - Plusieurs affaires emblématiques ont mis en évidence l’épineuse question du rôle à accorder aux familles face à l’arrêt des soins de patients incapables de s’exprimer (et n’ayant pas établi de directives anticipées). Si la législation actuelle confie aux équipes médicales le pouvoir de décision (après consultation des proc[...]

Actualité
Il y a 6 heures
IPSE

Communiqué de presse IPSE – Vendredi 19 mai 2017

18è Colloque Professionnel Ipse

« Le devenir de la Mutualité, du mouvement mutualiste et des Mutuelles »

Accueilli par Alain Montarant, Président du groupe Macif, le 18è Colloque Professionnel Ipse s’est déroulé le 17 mai à Paris, autour du thème « Le devenir de la Mutualité, du mouvement mutualiste et des mutuelles ». Animé par Jacques des Courtils, journaliste au Fil Social et Alexandre André, directeur général de la Fabrique d’Assurance, la manifestation a rassemblé administrateurs, dirigeants mutualistes et paritaires, ainsi que des universitaires et experts afin d’offrir de nouvelles perspectives à la première famille de la complémentaire santé.

Bernard Petit-jean, Président de l’Ipse et Dominique Boucher, délégué général, ont tenu à inscrire ce colloque dans la continuité du précédent consacré au devenir du paritarisme et dans l’action européenne de l’Ipse pour une protection sociale solidaire.

Divisé en deux sessions de travail, le Colloque s’est d’abord ouvert avec l’intervention d’Albert Lautman, Directeur général de la FNMF, en ce qui conforte l’action et l’identité mutualiste.
Faisant état des récents chocs normatifs pour les entreprises de complémentaire santé (Solvabilité II, ANI, Fiscalisation…), Albert Lautman a souligné « la forte capacité de résilience » des mutuelles. Assureurs « loin de s’être tout à fait banalisés », les mutuelles sont pourtant la cible de caricatures et d’attaques émanant des décideurs politiques. Au cours des dernières élections présidentielles, les mutuelles ont notamment été tenues pour responsables par des candidats de tous bords de la hausse du reste à charge pour certains ménages. Répondant à ces attaques, le directeur général de la FNMF plaide pour une meilleure association et une meilleure compréhension entre les différents acteurs du système de soins. Loin de prôner le statu quo, Albert Lautman en appelle notamment au nouveau gouvernement. Dans cette optique, il souligne l’opportunité de laisser une plus grande autonomie aux différents acteurs du système de santé afin d’établir une régulation qui gagne autant en lisibilité qu’en efficacité.

Au cours de la première session, les débats se sont concentrés sur la capacité des entreprises mutualistes à préserver leur capacité d’innovation sociale et de proximité auprès de leurs adhérents dans ce contexte. Les interventions de Christian Germain, Directeur général de CCMO Mutuelle et d’Olivier Benhamou, Président de Via Santé Mutuelle, membre du groupe de protection sociale AG2R la Mondiale, ont su démontrer, en deux approches différentes, leur pleine capacité d’adaptation pour deux entités mutualistes en développement. Si des changements notables ont pu s’observer en termes de gouvernance et par un développement marqué sur les contrats collectifs, l’ADN mutualiste de ces deux entités n’en a pas pour autant été bouleversé. En conclusion de cette session, Alain Coheur, directeur des affaires européens de la Mutualité belge Solidaris a invité élus et dirigeants mutualistes à « avoir une vision globale des enjeux contemporains ». Cette figure internationale du mouvement mutualiste a notamment défendu la poursuite de partenariats à l’échelle européenne afin de mieux appréhender la croissance exponentielle des maladies chronique liées à la dégradation de l’environnement.

C’est ensuite que Michel Dreyfus, historien de référence du mouvement mutualiste, a su, en rappelant les chemins empruntés par la Mutualité puis la Sécurité sociale, démontrer la complémentarité entre un mouvement social et une institution sous tutelle étatique.

Intitulée « Quelles voies pour une protection sociale juste, efficiente et citoyenne ?», la deuxième session du Colloque s’est intéressée aux moyens dont les mutuelles disposent afin de devenir des acteurs majeurs de régulation de l’assurance [...]

Actualité
Il y a 7 heures
Réseau Santé Qualité

A l'occasion d'hôpital expo, la FHF a soutenu les actions sur la qualité et la sécurité des soins au travers de ce Prix. Ce projet a été initié par la commission qualité et sécurité des soins de la FHF

L'objectif de ce prix est de valoriser et diffuser les bonnes pratiques et les expériences positives menées dans les établissements. Plus précisément, il récompense et met en valeur les résultats issus d'actions et programmes des établissements en matière de politique d'amélioration de la qualité et de la sécurité des soins et permet de :

  • valoriser le travail des équipes et faire connaitre les initiatives,
  • promouvoir l'établissement,
  • diffuser les initiatives auprès des autres établissements et permettre ainsi de faire progresser collectivement la politique d'amélioration de la qualité et de la sécurité des soins.

Les trois lauréats récompensés lors de la cérémonie qui s'est déroulée le 17 mai 2017 ont présenté leurs actions à la communauté hospitalière et médico-sociale.

1er Prix
Le CHU de Reims (Grand Est)
Démarche de promotion de la santé en [...]