Actualité
La SEEG ou la mise en place d'électrodes intra-cérébrales dans le cadre du bilan pré-opératoire de certaines épilepsies
Il y a 19 jours
La SEEG ou la mise en place d'électrodes intra-cérébrales dans le cadre du bilan pré-opératoire de certaines épilepsies

Madame, Monsieur,

Vous présentez une épilepsie handicapante et résistante au traitement médicamenteux. Vous êtes en cours de bilan pré-chirurgical. Il est apparu au cours de ce bilan que les examens peu agressifs, dits "non invasifs", tels que l'électroencéphalogramme ou l'IRM, ne suffiraient pas à déterminer avec précision la zone d'origine de vos crises. Il est donc nécessaire de mettre en place des électrodes dans le cerveau, afin d'obtenir des informations plus précises sur la zone d'origine et les voies de propagation de vos crises.

Cet examen, nommé StéréoElectroEncéphaloGraphie (SEEG), se déroule en fait comme une vraie opération.

Afin que vous soyez clairement informé du déroulement de cette intervention, nous vous demandons de lire attentivement cette fiche, élaborée par des neurochirurgiens sous l'égide de la SFNC.

Ces fiches répondent à vos interrogations toutefois elles restent générales et ne rentrent pas dans le détail de votre cas personnel ; par conséquent, elles ne se substituent pas aux informations que vous délivre le chirurgien qui doit vous opérer et à qui vous devez poser toutes les questions qui vous semblent utiles à votre prise en charge.

QUELLE EST LA MALADIE DONT VOUS ETES PORTEUR ?

Il s'agit de l'épilepsie, qui se traduit par la survenue inopinée de crises, ou d'absences, liés à une sorte de décharge électrique, de quelques secondes à quelques minutes, des neurones d'une partie plus ou moins grande du cerveau.

Dans certains cas, cette épilepsie s'avère très invalidante, voire dangereuse, dans la vie quotidienne, et elle ne répond pas bien aux médicaments. Dans ces cas-là, la question d'opérer pour essayer de supprimer le foyer de l'épilepsie se pose si le patient se trouve très gêné par ses crises, et s'il accepte le principe d'un risque chirurgical.

L'opération nécessite avant tout la réalisation d'un bilan pré-opératoire afin de déterminer s'il est possible d'opérer, et de quelle façon. C'est à cette étape que vous en êtes.

POURQUOI LA SEEG VOUS EST-ELLE PROPOSEE ?

Le but de l'intervention est de mettre en place, avec une très grande précision, des électrodes au sein même du cerveau, directement au contact de la zone présumée responsable de l'épilepsie.

Il faut savoir que la qualité des informations recueillies par de telles électrodes (électrodes "profondes") est très supérieure à la qualité des informations obtenues par les électrodes collées sur la peau. De plus, les électrodes de SEEG permettent de réaliser des stimulations dans le cerveau, qui cherchent à reproduire tout ou partie des crises, afin de localiser avec la plus grande précision les zone du cerveau impliquées dans les crises, et aussi les zones impliquées dans des fonctions importantes. Ce n'est qu'à la fin des enregistrements et stimulations que l'on pourra vous dire si, oui ou non, une opération visant à guérir votre épilepsie est envisageable.

COMMENT LES CHOSES SE DEROULENT-ELLES EN PRATIQUE ?

Vous serez hospitalisé la veille de l'intervention, votre dossier sera vérifié dans le service.

Le jour de l'opération, vous serez interrogé, juste avant votre intervention, pour une ultime vérification de votre identité et de votre pathologie dans le cadre de la check-liste pré-opératoire.

L'intervention s'effectue sous anesthésie générale, elle dure plusieurs heures et est suivie d'une phase de surveillance post-opératoire sous la compétence du médecin anesthésiste-réanimateur, que vous verrez en consultation préalable à l'intervention.

L'angiographie cérébrale, si elle est faite, implique de réaliser une ponction au niveau du pli de l'aine, et de rester allongé pendant 24 heures. L'intervention se termine par la confection d'une capeline, pansement volumineux qui protège les fils des électrodes, destinées à être laissées en place plusieurs semaines pour les enregistrements et stimulations.

Au réveil, le parcours vous fera passer en salle de réveil puis retour en chambre. La prise en charge de la douleur est une de nos priorités selon des protocoles adaptés. La surveillance régulière de certains paramètres sera effectuée par l'équipe soignante (pansement, constantes générales (poul, TA, T°, respiration, …) et neurologiques).

Il faut attendre de l'intervention qu'elle soit suivie de désagréments transitoires sous forme de quelques douleurs et de difficu[...]

SFNC
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Articles liés par le même flux
Presse médicale
Avantage Supplémentaire Maternité : il était temps !
Il y a 15 minutes
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité

A partir du 29 octobre 2017, les femmes médecins libérales enceintes et/ou adoptantes percevront l’Avantage Supplémentaire Maternité (ASM). Toutes n’y auront cependant pas droit. Un avantage acquis de haute lutte qui vient enfin partiellement pa[...]

Presse médicale
Avantage Supplémentaire Maternité : il était temps !
Il y a 15 minutes
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité

A partir du 29 octobre 2017, les femmes médecins libérales enceintes et/ou adoptantes percevront l’Avantage Supplémentaire Maternité (ASM). Toutes n’y auront cependant pas droit. Un avantage acquis de haute lutte qui vient enfin partiellement pa[...]

Actualité
Il y a 22 minutes
Quotidien du médecin
Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577 circonscriptions électorales) est close depuis le 19 mai. Parmi les prétendants, 115 médecins sont en lice. Qui sont-il[...]
Actualité
Il y a 22 minutes
Quotidien du médecin
Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577 circonscriptions électorales) est close depuis le 19 mai. Parmi les prétendants, 115 médecins sont en lice. Qui sont-il[...]
Actualité
Il y a 23 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Des scientifiques cultivent des cellules souches de sang humainDes chercheurs ont récemment réussi à cultiver en laboratoire les cellules souches qui produisent le sang humain. Cette découverte pourrait permettre de mieux soigner les patients souffrant de maladies du sang, sans compter sur les dons de moelle osseuse. [H2]Une expérience inédite[/H2] Pour la première fois, des scientifiques ont cultivé les cellules souches qui produisent le sang humain dans un laboratoire. ...


Actualité
Il y a 23 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Des scientifiques cultivent des cellules souches de sang humainDes chercheurs ont récemment réussi à cultiver en laboratoire les cellules souches qui produisent le sang humain. Cette découverte pourrait permettre de mieux soigner les patients souffrant de maladies du sang, sans compter sur les dons de moelle osseuse. [H2]Une expérience inédite[/H2] Pour la première fois, des scientifiques ont cultivé les cellules souches qui produisent le sang humain dans un laboratoire. ...