Actualité
La taille des polypes est-elle correctement évaluée par l’endoscopie ?
Il y a 2 mois
La taille des polypes est-elle correctement évaluée par l’endoscopie ?
Date:
Vendredi, 21 Avril, 2017
Titre de l'article:
La taille des polypes est-elle correctement évaluée par l’endoscopie ?
Titre original:
Endoscopic overestimation of colorectal polyp size
Source:
Article
Références biblio:
2016;836:201-8
Commentaires:

La taille des PA est, avec le nombre de polypes et le degré de dysplasie, un des critères des polypes de haut risque (PHR); les PHR relèvent d’une surveillance à 3 ans, contrairement aux polypes de bas risque (PBR) qui sont surveillés à 5 ans. Le cut-off pour la taille est de 10 mm ; la stratégie de surveillance repose donc, pour partie, sur la correcte appréciation de ce seuil fatidique. La question essentielle soulevée par ce travail est la signification clinique de cette tendance à surévaluer la taille des polypes : cette erreur par excès a-t-elle des conséquences pratiques ?

Les auteurs estiment qu’environ 10% des patients se voient proposer à tort une coloscopie à 3 ans. Toutefois, de nombreux polypes ont été exclus de l’étude, notamment 3396 pour exérèse incomplète ou en « peace-meal », potentiellement des lésions de grande taille qui auraient imposé, sur le critère exclusif de taille, une surveillance à 3 ans. D’autre part, la taille n’est pas le seul critère de PHR : les PA en dysplasie et les PA multiples (≥3) relèvent aussi d’une surveillance rapprochée. Sur ces considérations MJ Shaw et A Shaukat, dans un éditorial accompagnant l’article, estiment que seulement 2.5 à 5% des patients feraient, au final, l’objet d’une surveillance incorrecte (1). De plus, les recommandations de surveillance ont été établies sur la base d’études cliniques caractérisées elles aussi par les mêmes incertitudes de mesure : un polype estimé à 10 mm mais mesurant en réalisé 7, 8 ou 9 mm a contribué malgré tout à l’estimation du risque.

L’estimation de la taille des polypes n’est donc pas chose aisée, y compris par des Gastroentérologues expérimentés ayant un TDA élevé. Les raisons de ces difficultés sont multiples : grossissement lié au capteur CCD, appréciation des limites lésionnelles notamment pour les lésions planes. A l’inverse la mesure anatomopathologique n’est pas indemne d’inconvénients : résection parcellaire, remaniements liés aux techniques d’exérèse (décollement sous-muqueux, courant de coagulation /section, fixation par le formol …) ; pour ces raisons, le choix de cette méthode de référence peut ne pas être jugé très pertinent. Des outils ont été proposés pour aider à la mesure de la taille des lésions : sondes graduées, comparaison avec une anse à polypectomie, pince à biopsie ouverte, mais aucune ne s’est clairement imposée jusqu’ici. La mesure de la pièce immédiatement après son retrait, éventuellement sur un support millimétré et avant sa fixation pourrait être un bon compromis.

La mesure de la taille des polypes n’est donc pas une science exacte. Une attention toute particulière doit être portée aux lésions « centimétrique », surtout lorsqu’elles sont sessiles ou planes. Toutefois il semble que l’impact d’une erreur de mesure sur la stratégie de surveillance reste probablement modeste.

(1) Shaw MJ et Shaukat A. Does polyp size scatter matter ? Gastrointestinal Endoscopy 2016 ;83 :209-11

Résumé:

L’objectif de cette étude la Mayo Clinic est de comparer la taille des polypes estimée par endoscopie et celle mesurée par l’examen anatomo-pathologique (considérée ici comme « gold standard »).

Méthode
L’étude monocentrique porte sur un effectif initial de 6067 polypes réséqués en 2012 chez 4224 patients. A la suite d’exclusions diverses (notamment les résections incomplètes ou en « piece-meal »), 1528 polypes sont retenus pour l’analyse finale. Les coloscopies sont réalisées par 50 gastroentérologues seniors (taux individuel moyen de détection d’adénomes ou « TDA » de 44%) et 12 en formation (avec procédure endoscopique et évaluation de la taille conjointes avec un senior).

Résultats
Parmi les polypes analysés, 913 (61%) sont des polyadénomes (PA), 189 (12.3%) des polypes festonnés (PF) et 408 (26.7%) des polypes hyperplasiques (PH). Sur les 222 polypes jugés supra-centimétriques (>10mm) en endoscopie, 46% sont de taille inférieure en histopathologie (et 72% des polypes de 10mm) ; à l’inverse, seuls 3.9% des polypes jugés infra-centimétriques (

Conclusion
Les auteurs concluent à une manifeste mésestimation de la taille des polypes par l’endoscopie (le plus souvent une surestimation) et soulignent l’impact potentiel au niveau des recommandations de suivi et de surveillance endoscopique, environ 10% des patients se voyant proposer, à tort, une surveillance intensive (coloscopie à 3 ans).

Domaine:
Degré d'innovation:
Moyen
Avancement:
Validé
Impact patient:
4
Arrivée dans la pratique:
Immédiat
Impact soin:
Important
Entousiasme rédacteur:
4
Intérêt:
4
Visuel:
Publier sur le site:
Oui
SNFGE
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Presse médicale
Il y a 21 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 June 2017
Source:Science & Sports
Author(s): C. Kabore, J.F. Kaux
ObjectifsRécemment, plusieurs études ont émergé afin d’évaluer les effets sur la récupération sportive du dispositif de compression pneumatique externe dynamique péristaltique mis au point au Newton Center, MA, États-Unis et commercialisé sous le nom de Normatec Pulse Recovery System, dont l’utilisation a été accrue ces derniers temps au sein des communautés sportives professionnelles et amatrices. Notre objectif à travers cette revue est d’évaluer les effets du Normatec sur les performances et la récupération sportive en passant en revue les études publiées à ce jour le concernant.InformationsNous avons réalisé une recherche de la littérature du 1er juillet 2016 au 31 octobre 2016 sur les bases de données Medline via PubMed, Scopus et Cochrane Central Register of Controlled Trials via Ovid, au terme de laquelle nous avons retenu pour cette revue les études comparatives entre le Normatec et un placebo, entre le Normatec et une autre technique de récupération sportive ainsi que les essais contrôlés expérimentaux, sans restriction concernant le sexe et le niveau d’entraînement des participants. Chaque étude a été menée sur des sujets sains âgés entre 18 et 40 ans. Il s’agissait de 67 hommes et de 61 femmes, pour un total de 128 participants. Les études retenues étaient hétérogènes concernant les modalités d’exercice avant traitement par Normatec, ainsi que sur la durée de traitement du Normatec. Aucun effet adverse n’a été décrit dans les études inclues dans cette revue, sans toutefois de contrôle spécifique décrit de ces effets adverses potentiels.ConclusionLes investigations actuelles concernant la méthode de récupération sportive à l’aide du dispositif Normatec ont démontré une influence favorable sur la clairance en lactate sanguin, la réactivité vasculaire périphérique, la douleur musculaire post-exercice et l’amplitude de mouvement de son utilisateur, sans toutefois apporter un gain d’intérêt significatif par rapport à d’autres méthodes de récupération sportive moins coûteuses, plus facile d’accès et actuellement mieux étudiées, dont doivent être conscients les sportifs de tous niveaux. Ces investigations apportent néanmoins des pistes de réflexion quant aux mécanismes qui sous-tendent les effets positifs de ce mode de traitement, et ouvrent la voie vers des études supplémentaires qui contribueront à la validation scientifique de la méthode de récupération sportive par Normatec.AimsRecently, several studies have emerged to evaluate the effects on sports recovery of the peristaltic dynamic pneumatic external compression device developed at Newton Center, MA, USA and marketed as the Normatec Pulse Recovery System, with an increased use recently in the professional and recreational sports communities. Our objective in this review is to evaluate the effects of Normatec on performance and sports recovery by reviewing the studies published to date.NewsWe carried out a literature search from 1st July 2016 to 31st October 2016 on the Medline database via PubMed, Scopus and the Cochrane Central Register of Controlled Trials via Ovid, at the end of which we retained for this review the comparative studies b[...]

Presse médicale
Il y a 21 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 June 2017
Source:Science & Sports
Author(s): C. Kabore, J.F. Kaux
ObjectifsRécemment, plusieurs études ont émergé afin d’évaluer les effets sur la récupération sportive du dispositif de compression pneumatique externe dynamique péristaltique mis au point au Newton Center, MA, États-Unis et commercialisé sous le nom de Normatec Pulse Recovery System, dont l’utilisation a été accrue ces derniers temps au sein des communautés sportives professionnelles et amatrices. Notre objectif à travers cette revue est d’évaluer les effets du Normatec sur les performances et la récupération sportive en passant en revue les études publiées à ce jour le concernant.InformationsNous avons réalisé une recherche de la littérature du 1er juillet 2016 au 31 octobre 2016 sur les bases de données Medline via PubMed, Scopus et Cochrane Central Register of Controlled Trials via Ovid, au terme de laquelle nous avons retenu pour cette revue les études comparatives entre le Normatec et un placebo, entre le Normatec et une autre technique de récupération sportive ainsi que les essais contrôlés expérimentaux, sans restriction concernant le sexe et le niveau d’entraînement des participants. Chaque étude a été menée sur des sujets sains âgés entre 18 et 40 ans. Il s’agissait de 67 hommes et de 61 femmes, pour un total de 128 participants. Les études retenues étaient hétérogènes concernant les modalités d’exercice avant traitement par Normatec, ainsi que sur la durée de traitement du Normatec. Aucun effet adverse n’a été décrit dans les études inclues dans cette revue, sans toutefois de contrôle spécifique décrit de ces effets adverses potentiels.ConclusionLes investigations actuelles concernant la méthode de récupération sportive à l’aide du dispositif Normatec ont démontré une influence favorable sur la clairance en lactate sanguin, la réactivité vasculaire périphérique, la douleur musculaire post-exercice et l’amplitude de mouvement de son utilisateur, sans toutefois apporter un gain d’intérêt significatif par rapport à d’autres méthodes de récupération sportive moins coûteuses, plus facile d’accès et actuellement mieux étudiées, dont doivent être conscients les sportifs de tous niveaux. Ces investigations apportent néanmoins des pistes de réflexion quant aux mécanismes qui sous-tendent les effets positifs de ce mode de traitement, et ouvrent la voie vers des études supplémentaires qui contribueront à la validation scientifique de la méthode de récupération sportive par Normatec.AimsRecently, several studies have emerged to evaluate the effects on sports recovery of the peristaltic dynamic pneumatic external compression device developed at Newton Center, MA, USA and marketed as the Normatec Pulse Recovery System, with an increased use recently in the professional and recreational sports communities. Our objective in this review is to evaluate the effects of Normatec on performance and sports recovery by reviewing the studies published to date.NewsWe carried out a literature search from 1st July 2016 to 31st October 2016 on the Medline database via PubMed, Scopus and the Cochrane Central Register of Controlled Trials via Ovid, at the end of which we retained for this review the comparative studies b[...]

Presse médicale
Il y a 21 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 June 2017
Source:Science & Sports
Author(s): L.H.D. Messias, B.F. Camargo, H.G. Ferrari, J.P.P. Cardoso, F.B. Manchado-Gobatto
ObjectivesThe aim of this study was to investigate whether lactate minimum test parameters after seven weeks of training are dependent on mathematical modelling.Equipment and methodsEight female elite basketball athletes (age 20±1 years; body mass 69.2±5.6kg; height 173.8±9.1cm; fat mass 21±4%) were evaluated. Athletes were subjected to the lactate minimum test before and after seven weeks of training (pre-competitive phase). The rating of perceived exertion (RPE) test was applied 30minutes after the sessions and used to quantitate the individualized training intensities. The training volume was determined by the duration of the session. Monotony and strain were calculated by derivations of the training load. The lactate minimum test consisted of three phases: (a) hyperlactatemia induction; (b) 8-min passive recovery; and (c) incremental test (3min stages/intensities of 8, 9, 10, 11 and 12kmh−1). Two non-linear (cubic spline and 2 order polynomial) and two linear (linear 1 and linear 2) mathematical functions were used to calculate the lactate minimum intensity, [Lac] at lactate minimum intensity and time at lactate minimum intensity. Statistical significance was set at P0.05.ResultsOnly the first week presented higher load, monotony and strain values than those in the other weeks. No interaction (moment×mathematical model) was found for the lactate minimum intensity (P=0.685; power=0.145), [Lac] at lactate minimum intensity (P=0.753; power=0.061) and time at lactate minimum intensity (P=0.835). Significant relationships were not obtained for time at lactate minimum intensity before and after the training period. Similar results were obtained for the linear 1 model when compared with the other models.ConclusionsThe results of the present investigation demonstrate that lactate minimum test parameter determination after seven weeks of training is not dependent on the mathematical modelling[...]

Presse médicale
Il y a 21 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 June 2017
Source:Science & Sports
Author(s): S. Rouatbi, S. Ben Moussa, F. Guezguez, H. Ben Saad
ObjectifL’objectif de cette revue est d’expliquer les altérations de la fonction musculaire observées chez les fumeurs avec ou sans une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).ActualitésDes 185 articles trouvés, uniquement 47 articles ont fourni des informations spécifiques liées à la corrélation entre le tabagisme et les troubles musculosquelettiques. Les travaux sur les fumeurs non BPCO ont montré que les constituants de la fumée de cigarette peuvent provoquer une atrophie musculaire par l’activation de la protéolyse musculaire et l’inhibition de la synthèse des protéines. La composition de type de fibre est identique à celle des non-fumeurs ayant un même niveau d’activité avec une capacité oxydative du muscle squelettique réduite. Toutefois, les travaux effectués sur des fumeurs BPCO ont montré que l’atrophie musculaire périphérique accompagne la BPCO dans environ 30 % des cas et cette fréquence augmente avec le degré d’insuffisance ventilatoire. Les fibres de type I diminuent de manière drastique, alors que les fibres de type II augmentent proportionnellement.Perspectives et projetDes études complémentaires paraissent être nécessaires afin de déterminer si le sevrage tabagique restaure la fonction musculaire ou non ?ConclusionChez les fumeurs non BPCO comme chez les fumeurs BPCO, les anomalies musculaires se caractérisent par une diminution de la masse et de la force musculaire, une modification dans la distribution des types de fibres et une réduction de la capacité de résistance à la fatigue.ObjectiveThe objective of this review is to explain the alterations in muscle function observed in smokers with and without chronic obstructive pulmonary disease (COPD).ActualityOne hundred and eighty-five articles are found, only 47 items have provided specific information about the relation between smoking and musculoskeletal disorders and so were selected. The work on non-COPD smokers has shown that constituents of the cigarette smoke can cause muscle atrophy through activation of muscle proteolysis and inhibiting protein synthesis. The fiber type composition is identical to that of non-smokers with the same level of activity with reduced oxidative capacity of skeletal muscle. However, the work on COPD smokers have shown that peripheral muscle atrophy accompanies COPD in 30% of cases and the frequency increases with the degree of ventilatory insufficiency. The type I fibers is greatly decreased, while the type II fibers increases proportionally.Perspective and projectsFurther studies seem to be n[...]

Presse médicale
Il y a 21 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 June 2017
Source:Science & Sports
Author(s): S. Rouatbi, S. Ben Moussa, F. Guezguez, H. Ben Saad
ObjectifL’objectif de cette revue est d’expliquer les altérations de la fonction musculaire observées chez les fumeurs avec ou sans une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).ActualitésDes 185 articles trouvés, uniquement 47 articles ont fourni des informations spécifiques liées à la corrélation entre le tabagisme et les troubles musculosquelettiques. Les travaux sur les fumeurs non BPCO ont montré que les constituants de la fumée de cigarette peuvent provoquer une atrophie musculaire par l’activation de la protéolyse musculaire et l’inhibition de la synthèse des protéines. La composition de type de fibre est identique à celle des non-fumeurs ayant un même niveau d’activité avec une capacité oxydative du muscle squelettique réduite. Toutefois, les travaux effectués sur des fumeurs BPCO ont montré que l’atrophie musculaire périphérique accompagne la BPCO dans environ 30 % des cas et cette fréquence augmente avec le degré d’insuffisance ventilatoire. Les fibres de type I diminuent de manière drastique, alors que les fibres de type II augmentent proportionnellement.Perspectives et projetDes études complémentaires paraissent être nécessaires afin de déterminer si le sevrage tabagique restaure la fonction musculaire ou non ?ConclusionChez les fumeurs non BPCO comme chez les fumeurs BPCO, les anomalies musculaires se caractérisent par une diminution de la masse et de la force musculaire, une modification dans la distribution des types de fibres et une réduction de la capacité de résistance à la fatigue.ObjectiveThe objective of this review is to explain the alterations in muscle function observed in smokers with and without chronic obstructive pulmonary disease (COPD).ActualityOne hundred and eighty-five articles are found, only 47 items have provided specific information about the relation between smoking and musculoskeletal disorders and so were selected. The work on non-COPD smokers has shown that constituents of the cigarette smoke can cause muscle atrophy through activation of muscle proteolysis and inhibiting protein synthesis. The fiber type composition is identical to that of non-smokers with the same level of activity with reduced oxidative capacity of skeletal muscle. However, the work on COPD smokers have shown that peripheral muscle atrophy accompanies COPD in 30% of cases and the frequency increases with the degree of ventilatory insufficiency. The type I fibers is greatly decreased, while the type II fibers increases proportionally.Perspective and projectsFurther studies seem to be n[...]

Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Des millions d'internautes suivaient le récit de son douloureux combat contre la maladie via son blog.