Actualité
La taille des polypes est-elle correctement évaluée par l’endoscopie ?
Il y a 3 mois
La taille des polypes est-elle correctement évaluée par l’endoscopie ?
Date:
Vendredi, 21 Avril, 2017
Titre de l'article:
La taille des polypes est-elle correctement évaluée par l’endoscopie ?
Titre original:
Endoscopic overestimation of colorectal polyp size
Source:
Article
Références biblio:
2016;836:201-8
Commentaires:

La taille des PA est, avec le nombre de polypes et le degré de dysplasie, un des critères des polypes de haut risque (PHR); les PHR relèvent d’une surveillance à 3 ans, contrairement aux polypes de bas risque (PBR) qui sont surveillés à 5 ans. Le cut-off pour la taille est de 10 mm ; la stratégie de surveillance repose donc, pour partie, sur la correcte appréciation de ce seuil fatidique. La question essentielle soulevée par ce travail est la signification clinique de cette tendance à surévaluer la taille des polypes : cette erreur par excès a-t-elle des conséquences pratiques ?

Les auteurs estiment qu’environ 10% des patients se voient proposer à tort une coloscopie à 3 ans. Toutefois, de nombreux polypes ont été exclus de l’étude, notamment 3396 pour exérèse incomplète ou en « peace-meal », potentiellement des lésions de grande taille qui auraient imposé, sur le critère exclusif de taille, une surveillance à 3 ans. D’autre part, la taille n’est pas le seul critère de PHR : les PA en dysplasie et les PA multiples (≥3) relèvent aussi d’une surveillance rapprochée. Sur ces considérations MJ Shaw et A Shaukat, dans un éditorial accompagnant l’article, estiment que seulement 2.5 à 5% des patients feraient, au final, l’objet d’une surveillance incorrecte (1). De plus, les recommandations de surveillance ont été établies sur la base d’études cliniques caractérisées elles aussi par les mêmes incertitudes de mesure : un polype estimé à 10 mm mais mesurant en réalisé 7, 8 ou 9 mm a contribué malgré tout à l’estimation du risque.

L’estimation de la taille des polypes n’est donc pas chose aisée, y compris par des Gastroentérologues expérimentés ayant un TDA élevé. Les raisons de ces difficultés sont multiples : grossissement lié au capteur CCD, appréciation des limites lésionnelles notamment pour les lésions planes. A l’inverse la mesure anatomopathologique n’est pas indemne d’inconvénients : résection parcellaire, remaniements liés aux techniques d’exérèse (décollement sous-muqueux, courant de coagulation /section, fixation par le formol …) ; pour ces raisons, le choix de cette méthode de référence peut ne pas être jugé très pertinent. Des outils ont été proposés pour aider à la mesure de la taille des lésions : sondes graduées, comparaison avec une anse à polypectomie, pince à biopsie ouverte, mais aucune ne s’est clairement imposée jusqu’ici. La mesure de la pièce immédiatement après son retrait, éventuellement sur un support millimétré et avant sa fixation pourrait être un bon compromis.

La mesure de la taille des polypes n’est donc pas une science exacte. Une attention toute particulière doit être portée aux lésions « centimétrique », surtout lorsqu’elles sont sessiles ou planes. Toutefois il semble que l’impact d’une erreur de mesure sur la stratégie de surveillance reste probablement modeste.

(1) Shaw MJ et Shaukat A. Does polyp size scatter matter ? Gastrointestinal Endoscopy 2016 ;83 :209-11

Résumé:

L’objectif de cette étude la Mayo Clinic est de comparer la taille des polypes estimée par endoscopie et celle mesurée par l’examen anatomo-pathologique (considérée ici comme « gold standard »).

Méthode
L’étude monocentrique porte sur un effectif initial de 6067 polypes réséqués en 2012 chez 4224 patients. A la suite d’exclusions diverses (notamment les résections incomplètes ou en « piece-meal »), 1528 polypes sont retenus pour l’analyse finale. Les coloscopies sont réalisées par 50 gastroentérologues seniors (taux individuel moyen de détection d’adénomes ou « TDA » de 44%) et 12 en formation (avec procédure endoscopique et évaluation de la taille conjointes avec un senior).

Résultats
Parmi les polypes analysés, 913 (61%) sont des polyadénomes (PA), 189 (12.3%) des polypes festonnés (PF) et 408 (26.7%) des polypes hyperplasiques (PH). Sur les 222 polypes jugés supra-centimétriques (>10mm) en endoscopie, 46% sont de taille inférieure en histopathologie (et 72% des polypes de 10mm) ; à l’inverse, seuls 3.9% des polypes jugés infra-centimétriques (

Conclusion
Les auteurs concluent à une manifeste mésestimation de la taille des polypes par l’endoscopie (le plus souvent une surestimation) et soulignent l’impact potentiel au niveau des recommandations de suivi et de surveillance endoscopique, environ 10% des patients se voyant proposer, à tort, une surveillance intensive (coloscopie à 3 ans).

Domaine:
Degré d'innovation:
Moyen
Avancement:
Validé
Impact patient:
4
Arrivée dans la pratique:
Immédiat
Impact soin:
Important
Entousiasme rédacteur:
4
Intérêt:
4
Visuel:
Publier sur le site:
Oui
SNFGE
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Actualité
Il y a 6 jours
SNFGE : 70 ans déjà !
SNFGE
Actualité
Actualité
Il y a 13 jours
Remplacements Paris
SNFGE
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 26 secondes
ANSM

L'ANSM a été informée de la mise en œuvre d’un retrait de lots effectué par la société MEDTRONIC Inc.
Les utilisateurs concernés ont reçu le courrier ci-joint (25/07/2017) (103 ko).

Cette action de sécurité est enregistrée à l’ANSM sous le n° R1711559.

Actualité
Il y a 5 minutes
ICM

Des chercheurs et médecins de l’ICM, de l’UPMC et de l’AP-HP ont récemment montré l’efficacité d’une technique de pointe de séquençage de l’ADN pour analyser les tumeurs cérébrales. Cette technique, très rapide puisqu’elle permet d’obtenir des résultats en une journée seulement, constitue une avancée importante vers une médecine de précision pour les patients atteints de tumeurs cérébrales.

Aujourd’hui en France, près de 5000 nouvelles personnes porteuses d’une tumeur primitive maligne du cerveau sont diagnostiquées chaque année. Comprendre comment se développent les tumeurs, comment mieux prévoir leur agressivité et développer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour les cibler spécifiquement, représentent des enjeux majeurs dans la prise en charge des tumeurs cérébrales.

Dans cette optique, la classification moléculaire des cancers, c’est-à-dire l’analyse des variations génétique et épigénétique dans les tumeurs, est devenue routinière et représente un outil précieux pour le diagnostic, le pronostic et les choix thérapeutiques. En effet de nombreux gènes peuvent être à l’origine du développement d’une tumeur. À l’heure actuelle, elle requiert l’utilisation de nombreux outils et un temps assez long pouvant se compter en semaines, ralentissant donc parfois le diagnostic et difficile à intégrer dans une pratique quotidienne.

Pour résoudre cette difficulté, les chercheurs se sont penchés sur un dispositif de taille réduite utilisant une technique de séquençage particulière, le séquençage par nanopores. Cette méthode qui permet de séquencer l’ADN, c’est-à-dire le lire et le déchiffrer, présente de nombreux avantages. Elle peut être utilisée avec de très petites quantités d’ADN, elle est très rapide, peu coûteuse et ne nécessite que peu de manipulations. Des outils d’analyse de taille réduite intégrant cette technique ont pu être développés pour permettre son utilisation sur le terrain ou du moins sans plateau technique important.

Leurs résultats montrent le diagnostic moléculair[...]

Actualité
Il y a 5 minutes
ICM

Des chercheurs et médecins de l’ICM, de l’UPMC et de l’AP-HP ont récemment montré l’efficacité d’une technique de pointe de séquençage de l’ADN pour analyser les tumeurs cérébrales. Cette technique, très rapide puisqu’elle permet d’obtenir des résultats en une journée seulement, constitue une avancée importante vers une médecine de précision pour les patients atteints de tumeurs cérébrales.

Aujourd’hui en France, près de 5000 nouvelles personnes porteuses d’une tumeur primitive maligne du cerveau sont diagnostiquées chaque année. Comprendre comment se développent les tumeurs, comment mieux prévoir leur agressivité et développer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour les cibler spécifiquement, représentent des enjeux majeurs dans la prise en charge des tumeurs cérébrales.

Dans cette optique, la classification moléculaire des cancers, c’est-à-dire l’analyse des variations génétique et épigénétique dans les tumeurs, est devenue routinière et représente un outil précieux pour le diagnostic, le pronostic et les choix thérapeutiques. En effet de nombreux gènes peuvent être à l’origine du développement d’une tumeur. À l’heure actuelle, elle requiert l’utilisation de nombreux outils et un temps assez long pouvant se compter en semaines, ralentissant donc parfois le diagnostic et difficile à intégrer dans une pratique quotidienne.

Pour résoudre cette difficulté, les chercheurs se sont penchés sur un dispositif de taille réduite utilisant une technique de séquençage particulière, le séquençage par nanopores. Cette méthode qui permet de séquencer l’ADN, c’est-à-dire le lire et le déchiffrer, présente de nombreux avantages. Elle peut être utilisée avec de très petites quantités d’ADN, elle est très rapide, peu coûteuse et ne nécessite que peu de manipulations. Des outils d’analyse de taille réduite intégrant cette technique ont pu être développés pour permettre son utilisation sur le terrain ou du moins sans plateau technique important.

Leurs résultats montrent le diagnostic moléculair[...]

Actualité
Il y a 5 minutes
ICM

Des chercheurs et médecins de l’ICM, de l’UPMC et de l’AP-HP ont récemment montré l’efficacité d’une technique de pointe de séquençage de l’ADN pour analyser les tumeurs cérébrales. Cette technique, très rapide puisqu’elle permet d’obtenir des résultats en une journée seulement, constitue une avancée importante vers une médecine de précision pour les patients atteints de tumeurs cérébrales.

Aujourd’hui en France, près de 5000 nouvelles personnes porteuses d’une tumeur primitive maligne du cerveau sont diagnostiquées chaque année. Comprendre comment se développent les tumeurs, comment mieux prévoir leur agressivité et développer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour les cibler spécifiquement, représentent des enjeux majeurs dans la prise en charge des tumeurs cérébrales.

Dans cette optique, la classification moléculaire des cancers, c’est-à-dire l’analyse des variations génétique et épigénétique dans les tumeurs, est devenue routinière et représente un outil précieux pour le diagnostic, le pronostic et les choix thérapeutiques. En effet de nombreux gènes peuvent être à l’origine du développement d’une tumeur. À l’heure actuelle, elle requiert l’utilisation de nombreux outils et un temps assez long pouvant se compter en semaines, ralentissant donc parfois le diagnostic et difficile à intégrer dans une pratique quotidienne.

Pour résoudre cette difficulté, les chercheurs se sont penchés sur un dispositif de taille réduite utilisant une technique de séquençage particulière, le séquençage par nanopores. Cette méthode qui permet de séquencer l’ADN, c’est-à-dire le lire et le déchiffrer, présente de nombreux avantages. Elle peut être utilisée avec de très petites quantités d’ADN, elle est très rapide, peu coûteuse et ne nécessite que peu de manipulations. Des outils d’analyse de taille réduite intégrant cette technique ont pu être développés pour permettre son utilisation sur le terrain ou du moins sans plateau technique important.

Leurs résultats montrent le diagnostic moléculair[...]

Actualité
Il y a 12 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Vaccins : mais pourquoi Édouard Philippe passe-t-il chez Sanofi en catimini ?On doit l'information à l'insoumis Rufin : Édouard Philippe s'est fendu d'une bien maladroite visite "secrète" chez Sanofi alors que le gouvernement s'apprête à violer le Code de la Santé Publique pour favoriser la commercialisation des vaccins de ce géant pharmaceutique. En plein débat sur la lutte contre les conflits d'intérêt en politique, l'opération est vraiment maladroite.


Actualité
Il y a 12 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Vaccins : mais pourquoi Édouard Philippe passe-t-il chez Sanofi en catimini ?On doit l'information à l'insoumis Rufin : Édouard Philippe s'est fendu d'une bien maladroite visite "secrète" chez Sanofi alors que le gouvernement s'apprête à violer le Code de la Santé Publique pour favoriser la commercialisation des vaccins de ce géant pharmaceutique. En plein débat sur la lutte contre les conflits d'intérêt en politique, l'opération est vraiment maladroite.