Actualité
Il y a 4 mois
L'asepsie : une priorité requise lors des soins à domicile

Audrey, étudiante en soins infirmiers à Saint-Etienne, nous livre une analyse de situation vécue lors de son premier stage ; une situation d'hygiène observée au sein d'une structure extra-hospitalière qui vise au maintien des personnes âgées à domicile. Son questionnement est le suivant : comment respecter les conditions d’hygiène et d’asepsie au domicile du patient et comment les déchets sont-ils triés ? Il nous raconte cette observation qui a suscité chez lui des interrogations bien légitimes ?

L'étonnement ou comment des étudiants en soins infirmiers racontent leurs premiers questionnements en stage

Formatrices dans un institut de formation en soins infirmiers Croix-Rouge à Saint-Etienne, Yamina Lefevre et Zohra Messaoudi ont demandé à leurs étudiants de 1ere année, dans le cadre de l'unité d'enseignement Hygiène et infectiologie (UE 2.10) de réaliser une analyse de situation à partir d'un étonnement vécu lors de leur premier stage. Dans la continuité des trois premiers textes que nous avons publiés en 2015 textes jugés parmi les plus pertinents par leurs enseignantes, puis d'une nouvelle série déployée en 2016. En 2017, de nouveaux étonnements s'offrent à nous comme celui de Noémie, de Charles, de Simon et maintenant d'Audry.. Merci pour ce partage, il serait en effet dommage que ces riches réflexions de profanes restent anecdotique.

Description de la situation

sonde urinaire soignant

Que pouvons-nous mettre en place pour garder une réelle asepsie à domicile ? Telle est la question qui occupe l'esprit de ce jeune étudiant en soins infirmiers de 1ere année.

En tant qu’étudiante en soins infirmiers L1, j’ai effectué mon premier stage de quatre semaines au mois d’octobre, au sein d’une structure extra-hospitalière qui a pour but le maintien des personnes âgées à domicile. Dans un premier temps, j’ai dû accompagner les aides-soignants durant leur tournée et dans un second temps l'infirmière X lors des soins infirmiers, souvent programmés en début de semaine.
Durant ma première semaine de stage nous avons été alerté à midi, lors de la relève, que Mr Y1, âgé de 91 ans et sondé à demeure depuis 5 ans, présentait un problème. Monsieur Y a présenté en effet un globe vésical suite à des complications liées à de la rétention d’eau. Il avait été pris en charge par la structure pour une aide partielle à la toilette vite transformée en aide totale (c’est-à-dire toilette complète au lit et mise au fauteuil).

Lors de la relève, l’aide-soignante nous informe que Mr Y n’avait pas uriné depuis la veille et qu'il se plaint de douleurs abdominales. Au même moment, l’infirmière X a reçu un appel de l’épouse de Mr Y qui a confirmé qu’il y avait un problème au niveau de la sonde de Mr Y.

Quelles observations ?

Nous nous sommes donc dirigés vers le domicile de Mr Y qui habite dans une maison non loin de notre structure. Mr X est incontinent et sa sonde doit être changée toutes les trois semaines environ. Il existe une période de répit quand son méat urinaire et son appareil urinaire sont trop enflammés. Une sonde d’une plus longue durée est alors installée pour le soulager. Nous nous présentons au domicile de Mr X que nous trouvons dans sa chambre où est installé un lit médicalisé. Il gémit de douleur. La chambre de Mr Y, exigüe, est composée d’une grande armoire, de deux lits simples dont un médicalisé et d’une petite commode déjà surchargée. L'infirmière X et moi-même sommes habillés en civil, et donc sans tenue de soins spécifique.

Dans un premier temps, l’infirmière procède aux étapes suivantes :

  • elle se présente ;
  • découvre le patient ;
  • observe la sonde et la poche d’urine vide et constate des dépôts à l’intérieur de la sonde ;
  • consulte le dossier du patient ;
  • explique à Mr et Mme X que la sonde est visiblement bouchée et qu’il va falloir la changer

Ensuite elle se lave les mains, explique à Mr X et à son épouse que la sonde va être retirée, adapte la position du patient au soin prévu : en décubitus dorsal. Après que la sonde ait été retirée, l'infirmière procède à la toilette urogénitale. L’ide m’explique qu’une sonde stérile va être introduite de manière aseptique dans la vessie du patient. Elle sort un set de sondage stérile de son sac professionnel. Ce set est composé du matériel pour la toilette urogénitale, pour l’asepsie et pour la fixation du dispositif. Faute de place, l'infirmière ouvre le set sur le lit du patient et étale le champ stérile sur les couvertures à côté de lui.

Lors de la préparation du matériel, avant la mise en place de la sonde, l'extrêmité de la sonde qui allait être introduite dans le méat urinaire de Mr Y avait débordée du champ stérile et touché la couverture du patient. Elle n’était donc plus stérile mais l'infirmière qui l'a pourtant remarqué a continué le soin. Pour moi, il y a eu un problème au niveau de l’asepsie. Après le soin, l’infirmière a réinstallé le patient, évacué les déchets dans la poubelle du domicile et s’est lavé les mains. Pour terminer, elle a expliqué à Mme Y qu’elle devait la recontacter en cas de nouveaux problèmes. L’infirmière a ensuite noté sur le dossier du patient les gestes effectués et la date.

Faute de place, l'infirmière ouvre le set sur le lit du patient et étale le champ stérile sur les couvertures à côté de lui.

Analyse de la situation

Deux questions me sont apparues comme évidentes : comment respecter les conditions d’hygiène et d’asepsie au domicile du patient et comment les déchets sont-ils triés ?

Comment respecter l’asepsie au domicile du patient ?

Au niveau du lavage des mains, le risque du sondage urinaire est considéré comme intermédiaire. Il faut juste faire un lavage hygiénique ou traitement hygiénique des mains par frictions. Le matériel a été installé sur la couverture du patient faute de place, un chariot de soins à domicile était peu envisageable et je n’en avais vu dans aucune maison ou appartement lors de mes tournées précédentes. Mme Martin2 nous a bien mentionné l’importance de désinfecter les zones où était installé le matériel nécessaire au soin. Elle nous a aussi appris que l’environnement du patient était une source potentielle de contamination. Le traitement adapté des surfaces et des dispositifs médicaux par désinfection et/ou stérilisation réduit le risque de transmission croisée des micro-organismes. Le dispositif médical dans ce cas avait un risque médian car en contact avec une muqueuse. Il aurait fallu procéder à une désinfection de niveau intermédiai[...]

Infirmiers
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 3 heures
Amazon medecine
Le régime Mind : Le meilleur régime du monde pour le cerveau
Carole Garnier , Raphaël Gruman , Anne Dufour
(2)

Acheter neuf : EUR 12,99

(Consultez la liste Meilleures ventes Médecine pour des informations officielles sur le classement actuel de ce produit.)
Actualité
Il y a 3 heures
Amazon medecine
Le régime Mind : Le meilleur régime du monde pour le cerveau
Carole Garnier , Raphaël Gruman , Anne Dufour
(2)

Acheter neuf : EUR 12,99

(Consultez la liste Meilleures ventes Médecine pour des informations officielles sur le classement actuel de ce produit.)
Actualité
Il y a 3 heures
APF ICM

La survie des prématurés s'améliore mais des progrès restent à faire. Par Eric Favereau, Libération, 30 août 2017.

      • Extrait : « Un des premiers constats est l'amélioration de la survie de ces enfants, notamment des grands prématurés, nés autour du sixième et septième mois de la grossesse », a pu expliquer Pierre-Yves Ancel, médecin épidémiologiste de l'Inserm, qui a coordonné l'étude. La survie d'un enfant né autour du sixième mois est ainsi passée de 80% il y a 20 ans à plus de 90% aujourd'hui. « Le deuxième constat concerne le développement et le devenir de ces enfants à l'âge de 2 ans. On observe qu'ils sont moins de 10% à développer un handicap moteur, type infirmité motrice cérébrale. Ces handicaps moteurs ont été réduits de moitié en vingt ans. La survie s'est améliorée mais la survie sans séquelle grave aussi. »

- Étude publiée (anglais) : Neurodevelopmental outcome at 2 years for preterm children born at 22 to 34 weeks' gestation in France in 2011 : EPIPAGE-2 cohort study BMJ 2017 ; 358 doi : https://doi.org/10.1136/bmj.j3448 (Published 16 August 2017) Cite this as : BMJ 2017 ;358:j3448.


Ressources :

  • Un article de février 2015 : Des progrès encourageants dans la prise en charge des prématurés www.faire-face.fr
Actualité
Il y a 3 heures
APF ICM

La survie des prématurés s'améliore mais des progrès restent à faire. Par Eric Favereau, Libération, 30 août 2017.

      • Extrait : « Un des premiers constats est l'amélioration de la survie de ces enfants, notamment des grands prématurés, nés autour du sixième et septième mois de la grossesse », a pu expliquer Pierre-Yves Ancel, médecin épidémiologiste de l'Inserm, qui a coordonné l'étude. La survie d'un enfant né autour du sixième mois est ainsi passée de 80% il y a 20 ans à plus de 90% aujourd'hui. « Le deuxième constat concerne le développement et le devenir de ces enfants à l'âge de 2 ans. On observe qu'ils sont moins de 10% à développer un handicap moteur, type infirmité motrice cérébrale. Ces handicaps moteurs ont été réduits de moitié en vingt ans. La survie s'est améliorée mais la survie sans séquelle grave aussi. »

- Étude publiée (anglais) : Neurodevelopmental outcome at 2 years for preterm children born at 22 to 34 weeks' gestation in France in 2011 : EPIPAGE-2 cohort study BMJ 2017 ; 358 doi : https://doi.org/10.1136/bmj.j3448 (Published 16 August 2017) Cite this as : BMJ 2017 ;358:j3448.


Ressources :

  • Un article de février 2015 : Des progrès encourageants dans la prise en charge des prématurés www.faire-face.fr
Actualité
Il y a 4 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 22 September 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): M. Francois, R. Girard, C.C. Mauranne, A. Ruffion, J.E. Terrier
ButLa désinfection chirurgicale des mains par friction (DCF) contribue à réduire le risque d’infections du site opératoire. Dans ce but et afin de favoriser une bonne observance des soins de qualité, le service d’urologie du GH Sud des hospices civils de Lyon (CHLS) a réalisé un audit interne continu visant à améliorer la qualité de la DCF.MéthodesUn audit interne réalisé par les externes du service d’urologie a été instauré en 2013. La population étudiée était l’ensemble des opérateurs, instrumentistes et aides opératoires du bloc d’urologie du CHLS. Chaque externe réalisait 5 à 10 observations au hasard, incluant tous les types de professionnels. Les critères mesurés par l’audit étaient des critères concernant la friction.RésultatsL’évolution des indicateurs a été positive. L’augmentation de la durée des première et deuxième frictions était particulièrement statistiquement significative au cours du suivi (p=0,001). La durée totale de friction montre une tendance comparable pour toutes les professions.ConclusionLa désinfection chirurgicale des mains par friction au bloc d’urologie du centre hospitalier Lyon sud s’est progressivement améliorée au cours des audits itératifs.The surgical hand disinfection by friction (SDF) helps to reduce the risk of surgical site infections. For this purpose and in order to promote good compliance to quality care, the urology service of Centre Hospitalier Lyon Sud achieved a continuous internal audit to improve the quality of the SDF.MethodsAn internal audit executed by the medical students of urology was established in 2013. The study population was all operators, instrumentalists and operating aids of urology operating room (OR). Each student realized 5–10 random observations, of all types of professionals. The criteria measured by the audit were criteria for friction.ResultsThe evolution of indicators was positive. Particularly, the increasing duration of the first and second friction was statistically significant during follow-up (P=0.001). The total duration of friction shows a similar trend for all professionals.ConclusionThe surgical hand disinfection by friction in the urology OR of the Centre Hospitalier Lyon Sud has gradually improved over the iterative audits.

Actualité
Il y a 4 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 22 September 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): M. Francois, R. Girard, C.C. Mauranne, A. Ruffion, J.E. Terrier
ButLa désinfection chirurgicale des mains par friction (DCF) contribue à réduire le risque d’infections du site opératoire. Dans ce but et afin de favoriser une bonne observance des soins de qualité, le service d’urologie du GH Sud des hospices civils de Lyon (CHLS) a réalisé un audit interne continu visant à améliorer la qualité de la DCF.MéthodesUn audit interne réalisé par les externes du service d’urologie a été instauré en 2013. La population étudiée était l’ensemble des opérateurs, instrumentistes et aides opératoires du bloc d’urologie du CHLS. Chaque externe réalisait 5 à 10 observations au hasard, incluant tous les types de professionnels. Les critères mesurés par l’audit étaient des critères concernant la friction.RésultatsL’évolution des indicateurs a été positive. L’augmentation de la durée des première et deuxième frictions était particulièrement statistiquement significative au cours du suivi (p=0,001). La durée totale de friction montre une tendance comparable pour toutes les professions.ConclusionLa désinfection chirurgicale des mains par friction au bloc d’urologie du centre hospitalier Lyon sud s’est progressivement améliorée au cours des audits itératifs.The surgical hand disinfection by friction (SDF) helps to reduce the risk of surgical site infections. For this purpose and in order to promote good compliance to quality care, the urology service of Centre Hospitalier Lyon Sud achieved a continuous internal audit to improve the quality of the SDF.MethodsAn internal audit executed by the medical students of urology was established in 2013. The study population was all operators, instrumentalists and operating aids of urology operating room (OR). Each student realized 5–10 random observations, of all types of professionals. The criteria measured by the audit were criteria for friction.ResultsThe evolution of indicators was positive. Particularly, the increasing duration of the first and second friction was statistically significant during follow-up (P=0.001). The total duration of friction shows a similar trend for all professionals.ConclusionThe surgical hand disinfection by friction in the urology OR of the Centre Hospitalier Lyon Sud has gradually improved over the iterative audits.