Actualité
Il y a 4 mois
L'avis de l'ECHA sur le glyphosate accueilli avec inquiétude par les ONG environnementales

Bruxelles, le 15 mars 2017 - Pour IEW et l'association européenne Alliance pour la santé et l'environnement (HEAL), la décision de l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) selon laquelle le glyphosate n'est pas cancérigène suscite de graves inquiétudes pour la santé et l'environnement et constitue une déception majeure pour les acteurs de la santé environnementale []] .

L'avis du Comité pour l'évaluation des risques de l'ECHA contredit celui du centre international de recherche contre le cancer (CIRC), qui a classé le glyphosate comme « cancérogène probable » en 2015. Pour Génon K. Jensen, directrice exécutive de HEAL, la décision d'aujourd'hui est un recul pour la prévention du cancer : « Nous nous attendions à ce que dans le futur, la décision du CIRC soit reconnue comme étant la plus pertinente. Toujours est-il que l'Europe s'apprête à donner le feu vert au glyphosate le feu vert et la santé publique perdra une occasion importante pour la prévention du cancer. Les taux de cancer peuvent être réduits en retirant des produits chimiques dangereux du marché ».

L'avis de l'ECHA n'est pas facile à comprendre. Mme Jensen poursuit : « le CIRC est la référence internationale pour l'évaluation des substances cancérigènes. Il est incompréhensible que les institutions de l'UE arrivent à un résultat aussi radicalement différent : le comité de l'ECHA n'a même pas donné au glyphosate le classement d'un « carcinogène possible ». C'est le genre de contradiction qui nourrit les soupçons du public quant à la fiabilité des opinions des agences scientifiques de l'UE ».

L'opinion du CIRC se base notamment sur sept études qui ont montré une incidence tumorale significativement accrue chez les rats et les souris après que le glyphosate leur a été administré. Toutefois, les résultats de l'ECHA n'ont pas été complètement inattendus, étant donné que les avis précédents de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques (BfR) avaient tous deux rejeté les éléments de preuves contenus dans ces sept études. Des critiques ont été formulées à propos de ce rejet, notamment par Peter Clausing dans le document “The Carcinogenic Hazard of Glyphosate [2]]” . L'évaluation de l'ECHA, tout en reconnaissant l'augmentation limitée d'incidence des tumeurs de manière souffre des mêmes problèmes d'analyse que l'EFSA et le BfR pour parvenir à la conclusion qu'elles ne constituent pas une preuve suffisante de cancérogénicité.

Le manque de transparence dans le processus de classification des agences européennes est de plus en plus préoccupant. Une lettre conjointe (http://env-health.org/IMG/pdf/open_letter_to_echa_06032017.pdf) adressée à la Commission par Greenpeace, HEAL et de nombreux autres groupes a souligné que le comité de l'ECHA utilisait des « preuves scientifiques non publiées et fournies par l'industrie pour formuler ses avis » en plus des études publiées dans des revues à comité de lecture.

La lettre exprimait également des préoccupations au sujet des conflits d'intérêts de certains membres du comité d'experts de l'ECHA. « Nous vous demandons respectueusement d'appliquer et d'améliorer les politiques de l'ECHA pour préserver son indépendance vis-à-vis de l'industrie et la transparence de son travail », précise la lettre.

En février 2017, le Commissaire européen pour la santé et la sécurité alimentaire, Vytinis Andriukeitas, a également exprimé ses préoccupations et a suggéré qu'une réforme pourrait être nécessaire. Selon le procès-verbal d'une réunion de la Commission européenne [3]], il a déclaré : « Le principal problème, selon lui, est le manque de confiance du public dans la science et le sentiment que l'Europe ne les protége pas suffisamment des effets de certaines substances chimiques ». Le procès-verbal indique également qu'Andriukeitas a estimé que cela impliquait « une réforme des agences de l'UE chargées de fournir la base scientifique de ces décisions et de leurs procédures pour les rendre plus transparentes ».

Cette décision est d'autant plus inattendue que les élément[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 45 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Françoise Barré-Sinoussi, Prix Nobel de médecine, et une vingtaine de chercheurs alertent le gouvernement sur le renforcement de la lutte contre le sida.


Actualité
Il y a 3 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Les États membres de l'Union Européenne ont approuvé un texte réglementant la cuisson des aliments pouvant libérer de l'acrylamide. La Belgique inquiète pour l'avenir de sa tradition de la frite a fini par approuver le texte.


Actualité
Il y a 4 heures
Quotidien du médecin

Coup de gueule, avis d’expert, coup de cœur ou témoignage… La rédaction du « Quotidien » distingue chaque semaine un ou plusieurs commentaires, parmi les centaines postés au fil des jours par les lecteurs internautes.

Presse médicale
Il y a 5 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 21 July 2017
Source:La Presse Médicale
Author(s): Guillaume Cayla, Florence Leclercq, Luc Cornillet, Bertrand Ledermann, Laurent Schmutz, Benoit Lattuca
Le traitement antiplaquettaire joue un rôle essentiel dans la prévention des récurrences des évènements cardiovasculaires dans la maladie coronaire stable et instable. Bien que peu utilisés jusqu’alors dans la maladie coronaire, l’arrivée des différents anticoagulants oraux directs avec leurs différents dosages pourraient être utile dans ce contexte. Des études dédiées sont en cours pour définir les posologies optimales et essayer d’individualiser la stratégie anti-thrombotique en évaluant l’association idéale des traitements antiplaquettaires et anticoagulants dans les différentes situations cliniques.Antiplatelet therapy is essential for the prevention of recurrent cardiovascular events in stable and unstable coronary artery di[...]

Presse médicale
Il y a 5 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 21 July 2017
Source:La Presse Médicale
Author(s): Guillaume Cayla, Florence Leclercq, Luc Cornillet, Bertrand Ledermann, Laurent Schmutz, Benoit Lattuca
Le traitement antiplaquettaire joue un rôle essentiel dans la prévention des récurrences des évènements cardiovasculaires dans la maladie coronaire stable et instable. Bien que peu utilisés jusqu’alors dans la maladie coronaire, l’arrivée des différents anticoagulants oraux directs avec leurs différents dosages pourraient être utile dans ce contexte. Des études dédiées sont en cours pour définir les posologies optimales et essayer d’individualiser la stratégie anti-thrombotique en évaluant l’association idéale des traitements antiplaquettaires et anticoagulants dans les différentes situations cliniques.Antiplatelet therapy is essential for the prevention of recurrent cardiovascular events in stable and unstable coronary artery di[...]

Actualité
Il y a 6 heures
APF ICM

Lancement de l'appel d'offre : Bourses 4ee année de thèse et post-doctorat.

Dans le cadre de ses missions, La Fondation Paralysie Cérébrale/ La Fondation Motrice met au concours des aides individuelles ayant pour but de permettre :

• à des étudiants en fin de thèse (4éme année), de terminer leurs travaux de doctorat. Cette thèse de doctorat devra s'inscrire dans un programme de recherche sur la Paralysie Cérébrale.

• à des étudiants titulaires d'un doctorat en sciences ou en sciences humaines et sociales (soutenu en France) ou d'un PhD (soutenu à l'étranger) de poursuivre leurs travaux de recherche par une année de post-doctorat. Ce travail de recherche devra s'inscrire dans un program[...]