Actualité
Il y a 4 mois
L'avis de l'ECHA sur le glyphosate accueilli avec inquiétude par les ONG environnementales

Bruxelles, le 15 mars 2017 - Pour IEW et l'association européenne Alliance pour la santé et l'environnement (HEAL), la décision de l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) selon laquelle le glyphosate n'est pas cancérigène suscite de graves inquiétudes pour la santé et l'environnement et constitue une déception majeure pour les acteurs de la santé environnementale []] .

L'avis du Comité pour l'évaluation des risques de l'ECHA contredit celui du centre international de recherche contre le cancer (CIRC), qui a classé le glyphosate comme « cancérogène probable » en 2015. Pour Génon K. Jensen, directrice exécutive de HEAL, la décision d'aujourd'hui est un recul pour la prévention du cancer : « Nous nous attendions à ce que dans le futur, la décision du CIRC soit reconnue comme étant la plus pertinente. Toujours est-il que l'Europe s'apprête à donner le feu vert au glyphosate le feu vert et la santé publique perdra une occasion importante pour la prévention du cancer. Les taux de cancer peuvent être réduits en retirant des produits chimiques dangereux du marché ».

L'avis de l'ECHA n'est pas facile à comprendre. Mme Jensen poursuit : « le CIRC est la référence internationale pour l'évaluation des substances cancérigènes. Il est incompréhensible que les institutions de l'UE arrivent à un résultat aussi radicalement différent : le comité de l'ECHA n'a même pas donné au glyphosate le classement d'un « carcinogène possible ». C'est le genre de contradiction qui nourrit les soupçons du public quant à la fiabilité des opinions des agences scientifiques de l'UE ».

L'opinion du CIRC se base notamment sur sept études qui ont montré une incidence tumorale significativement accrue chez les rats et les souris après que le glyphosate leur a été administré. Toutefois, les résultats de l'ECHA n'ont pas été complètement inattendus, étant donné que les avis précédents de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques (BfR) avaient tous deux rejeté les éléments de preuves contenus dans ces sept études. Des critiques ont été formulées à propos de ce rejet, notamment par Peter Clausing dans le document “The Carcinogenic Hazard of Glyphosate [2]]” . L'évaluation de l'ECHA, tout en reconnaissant l'augmentation limitée d'incidence des tumeurs de manière souffre des mêmes problèmes d'analyse que l'EFSA et le BfR pour parvenir à la conclusion qu'elles ne constituent pas une preuve suffisante de cancérogénicité.

Le manque de transparence dans le processus de classification des agences européennes est de plus en plus préoccupant. Une lettre conjointe (http://env-health.org/IMG/pdf/open_letter_to_echa_06032017.pdf) adressée à la Commission par Greenpeace, HEAL et de nombreux autres groupes a souligné que le comité de l'ECHA utilisait des « preuves scientifiques non publiées et fournies par l'industrie pour formuler ses avis » en plus des études publiées dans des revues à comité de lecture.

La lettre exprimait également des préoccupations au sujet des conflits d'intérêts de certains membres du comité d'experts de l'ECHA. « Nous vous demandons respectueusement d'appliquer et d'améliorer les politiques de l'ECHA pour préserver son indépendance vis-à-vis de l'industrie et la transparence de son travail », précise la lettre.

En février 2017, le Commissaire européen pour la santé et la sécurité alimentaire, Vytinis Andriukeitas, a également exprimé ses préoccupations et a suggéré qu'une réforme pourrait être nécessaire. Selon le procès-verbal d'une réunion de la Commission européenne [3]], il a déclaré : « Le principal problème, selon lui, est le manque de confiance du public dans la science et le sentiment que l'Europe ne les protége pas suffisamment des effets de certaines substances chimiques ». Le procès-verbal indique également qu'Andriukeitas a estimé que cela impliquait « une réforme des agences de l'UE chargées de fournir la base scientifique de ces décisions et de leurs procédures pour les rendre plus transparentes ».

Cette décision est d'autant plus inattendue que les éléments d[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 3 minutes
ANSM

L'ANSM a été informée de la mise en œuvre d’un retrait de lots effectué par la société MEDTRONIC Inc.
Les utilisateurs concernés ont reçu le courrier ci-joint (25/07/2017) (103 ko).

Cette action de sécurité est enregistrée à l’ANSM sous le n° R1711559.

Actualité
Il y a 3 minutes
ANSM

L'ANSM a été informée de la mise en œuvre d’un retrait de lots effectué par la société MEDTRONIC Inc.
Les utilisateurs concernés ont reçu le courrier ci-joint (25/07/2017) (103 ko).

Cette action de sécurité est enregistrée à l’ANSM sous le n° R1711559.

Actualité
Il y a 8 minutes
ICM

Des chercheurs et médecins de l’ICM, de l’UPMC et de l’AP-HP ont récemment montré l’efficacité d’une technique de pointe de séquençage de l’ADN pour analyser les tumeurs cérébrales. Cette technique, très rapide puisqu’elle permet d’obtenir des résultats en une journée seulement, constitue une avancée importante vers une médecine de précision pour les patients atteints de tumeurs cérébrales.

Aujourd’hui en France, près de 5000 nouvelles personnes porteuses d’une tumeur primitive maligne du cerveau sont diagnostiquées chaque année. Comprendre comment se développent les tumeurs, comment mieux prévoir leur agressivité et développer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour les cibler spécifiquement, représentent des enjeux majeurs dans la prise en charge des tumeurs cérébrales.

Dans cette optique, la classification moléculaire des cancers, c’est-à-dire l’analyse des variations génétique et épigénétique dans les tumeurs, est devenue routinière et représente un outil précieux pour le diagnostic, le pronostic et les choix thérapeutiques. En effet de nombreux gènes peuvent être à l’origine du développement d’une tumeur. À l’heure actuelle, elle requiert l’utilisation de nombreux outils et un temps assez long pouvant se compter en semaines, ralentissant donc parfois le diagnostic et difficile à intégrer dans une pratique quotidienne.

Pour résoudre cette difficulté, les chercheurs se sont penchés sur un dispositif de taille réduite utilisant une technique de séquençage particulière, le séquençage par nanopores. Cette méthode qui permet de séquencer l’ADN, c’est-à-dire le lire et le déchiffrer, présente de nombreux avantages. Elle peut être utilisée avec de très petites quantités d’ADN, elle est très rapide, peu coûteuse et ne nécessite que peu de manipulations. Des outils d’analyse de taille réduite intégrant cette technique ont pu être développés pour permettre son utilisation sur le terrain ou du moins sans plateau technique important.

Leurs résultats montrent le diagnostic moléculair[...]

Actualité
Il y a 8 minutes
ICM

Des chercheurs et médecins de l’ICM, de l’UPMC et de l’AP-HP ont récemment montré l’efficacité d’une technique de pointe de séquençage de l’ADN pour analyser les tumeurs cérébrales. Cette technique, très rapide puisqu’elle permet d’obtenir des résultats en une journée seulement, constitue une avancée importante vers une médecine de précision pour les patients atteints de tumeurs cérébrales.

Aujourd’hui en France, près de 5000 nouvelles personnes porteuses d’une tumeur primitive maligne du cerveau sont diagnostiquées chaque année. Comprendre comment se développent les tumeurs, comment mieux prévoir leur agressivité et développer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour les cibler spécifiquement, représentent des enjeux majeurs dans la prise en charge des tumeurs cérébrales.

Dans cette optique, la classification moléculaire des cancers, c’est-à-dire l’analyse des variations génétique et épigénétique dans les tumeurs, est devenue routinière et représente un outil précieux pour le diagnostic, le pronostic et les choix thérapeutiques. En effet de nombreux gènes peuvent être à l’origine du développement d’une tumeur. À l’heure actuelle, elle requiert l’utilisation de nombreux outils et un temps assez long pouvant se compter en semaines, ralentissant donc parfois le diagnostic et difficile à intégrer dans une pratique quotidienne.

Pour résoudre cette difficulté, les chercheurs se sont penchés sur un dispositif de taille réduite utilisant une technique de séquençage particulière, le séquençage par nanopores. Cette méthode qui permet de séquencer l’ADN, c’est-à-dire le lire et le déchiffrer, présente de nombreux avantages. Elle peut être utilisée avec de très petites quantités d’ADN, elle est très rapide, peu coûteuse et ne nécessite que peu de manipulations. Des outils d’analyse de taille réduite intégrant cette technique ont pu être développés pour permettre son utilisation sur le terrain ou du moins sans plateau technique important.

Leurs résultats montrent le diagnostic moléculair[...]

Actualité
Il y a 15 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Vaccins : mais pourquoi Édouard Philippe passe-t-il chez Sanofi en catimini ?On doit l'information à l'insoumis Rufin : Édouard Philippe s'est fendu d'une bien maladroite visite "secrète" chez Sanofi alors que le gouvernement s'apprête à violer le Code de la Santé Publique pour favoriser la commercialisation des vaccins de ce géant pharmaceutique. En plein débat sur la lutte contre les conflits d'intérêt en politique, l'opération est vraiment maladroite.


Actualité
Il y a 15 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Vaccins : mais pourquoi Édouard Philippe passe-t-il chez Sanofi en catimini ?On doit l'information à l'insoumis Rufin : Édouard Philippe s'est fendu d'une bien maladroite visite "secrète" chez Sanofi alors que le gouvernement s'apprête à violer le Code de la Santé Publique pour favoriser la commercialisation des vaccins de ce géant pharmaceutique. En plein débat sur la lutte contre les conflits d'intérêt en politique, l'opération est vraiment maladroite.