Actualité
Il y a 4 mois
L'avis de l'ECHA sur le glyphosate accueilli avec inquiétude par les ONG environnementales

Bruxelles, le 15 mars 2017 - Pour IEW et l'association européenne Alliance pour la santé et l'environnement (HEAL), la décision de l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) selon laquelle le glyphosate n'est pas cancérigène suscite de graves inquiétudes pour la santé et l'environnement et constitue une déception majeure pour les acteurs de la santé environnementale []] .

L'avis du Comité pour l'évaluation des risques de l'ECHA contredit celui du centre international de recherche contre le cancer (CIRC), qui a classé le glyphosate comme « cancérogène probable » en 2015. Pour Génon K. Jensen, directrice exécutive de HEAL, la décision d'aujourd'hui est un recul pour la prévention du cancer : « Nous nous attendions à ce que dans le futur, la décision du CIRC soit reconnue comme étant la plus pertinente. Toujours est-il que l'Europe s'apprête à donner le feu vert au glyphosate le feu vert et la santé publique perdra une occasion importante pour la prévention du cancer. Les taux de cancer peuvent être réduits en retirant des produits chimiques dangereux du marché ».

L'avis de l'ECHA n'est pas facile à comprendre. Mme Jensen poursuit : « le CIRC est la référence internationale pour l'évaluation des substances cancérigènes. Il est incompréhensible que les institutions de l'UE arrivent à un résultat aussi radicalement différent : le comité de l'ECHA n'a même pas donné au glyphosate le classement d'un « carcinogène possible ». C'est le genre de contradiction qui nourrit les soupçons du public quant à la fiabilité des opinions des agences scientifiques de l'UE ».

L'opinion du CIRC se base notamment sur sept études qui ont montré une incidence tumorale significativement accrue chez les rats et les souris après que le glyphosate leur a été administré. Toutefois, les résultats de l'ECHA n'ont pas été complètement inattendus, étant donné que les avis précédents de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques (BfR) avaient tous deux rejeté les éléments de preuves contenus dans ces sept études. Des critiques ont été formulées à propos de ce rejet, notamment par Peter Clausing dans le document “The Carcinogenic Hazard of Glyphosate [2]]” . L'évaluation de l'ECHA, tout en reconnaissant l'augmentation limitée d'incidence des tumeurs de manière souffre des mêmes problèmes d'analyse que l'EFSA et le BfR pour parvenir à la conclusion qu'elles ne constituent pas une preuve suffisante de cancérogénicité.

Le manque de transparence dans le processus de classification des agences européennes est de plus en plus préoccupant. Une lettre conjointe (http://env-health.org/IMG/pdf/open_letter_to_echa_06032017.pdf) adressée à la Commission par Greenpeace, HEAL et de nombreux autres groupes a souligné que le comité de l'ECHA utilisait des « preuves scientifiques non publiées et fournies par l'industrie pour formuler ses avis » en plus des études publiées dans des revues à comité de lecture.

La lettre exprimait également des préoccupations au sujet des conflits d'intérêts de certains membres du comité d'experts de l'ECHA. « Nous vous demandons respectueusement d'appliquer et d'améliorer les politiques de l'ECHA pour préserver son indépendance vis-à-vis de l'industrie et la transparence de son travail », précise la lettre.

En février 2017, le Commissaire européen pour la santé et la sécurité alimentaire, Vytinis Andriukeitas, a également exprimé ses préoccupations et a suggéré qu'une réforme pourrait être nécessaire. Selon le procès-verbal d'une réunion de la Commission européenne [3]], il a déclaré : « Le principal problème, selon lui, est le manque de confiance du public dans la science et le sentiment que l'Europe ne les protége pas suffisamment des effets de certaines substances chimiques ». Le procès-verbal indique également qu'Andriukeitas a estimé que cela impliquait « une réforme des agences de l'UE chargées de fournir la base scientifique de ces décisions et de leurs procédures pour les rendre plus transparentes ».

Cette décision est d'autant plus inattendue que les éléments de preuves à charge du glyphosate [...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 8 minutes
ANSM

L'ANSM a été informée de la mise en œuvre d’une action de sécurité effectuée par la société MAQUET/DATASCOPE CORP.
Les utilisateurs concernés ont reçu le courrier ci-joint (28/07/2017) (258 ko).

Cette action de sécurité est enregistrée à l’ANSM sous le n° R1711678.

Actualité
Il y a 20 minutes
Alcool info service

A l’occasion de la journée mondiale contre l’hépatite, Alcool info service rappelle quelques faits et invite les personnes qui boivent à se faire dépister. Les hépatites B et C sont des maladies du foie qui peuvent évoluer en cirrhose. Ce sont des maladies qui se soignent mais on estime qu’en France 75 000 personnes ignorent encore être infectées par le virus de l’hépatite C (1). La consommation régulière d’alcool est un facteur de risque de développer un cancer du foie ou une cirrhose. Ces risques sont aggravés par la coexistence d’une hépatite et d’une consommation d’alcool régulière. Il est donc recommandé aux buveurs réguliers de se faire dépister pour les hépatites B et C afin de p[...]

Actualité
Il y a 20 minutes
Alcool info service

A l’occasion de la journée mondiale contre l’hépatite, Alcool info service rappelle quelques faits et invite les personnes qui boivent à se faire dépister. Les hépatites B et C sont des maladies du foie qui peuvent évoluer en cirrhose. Ce sont des maladies qui se soignent mais on estime qu’en France 75 000 personnes ignorent encore être infectées par le virus de l’hépatite C (1). La consommation régulière d’alcool est un facteur de risque de développer un cancer du foie ou une cirrhose. Ces risques sont aggravés par la coexistence d’une hépatite et d’une consommation d’alcool régulière. Il est donc recommandé aux buveurs réguliers de se faire dépister pour les hépatites B et C afin de p[...]

Actualité
Il y a 20 minutes
Alcool info service

A l’occasion de la journée mondiale contre l’hépatite, Alcool info service rappelle quelques faits et invite les personnes qui boivent à se faire dépister. Les hépatites B et C sont des maladies du foie qui peuvent évoluer en cirrhose. Ce sont des maladies qui se soignent mais on estime qu’en France 75 000 personnes ignorent encore être infectées par le virus de l’hépatite C (1). La consommation régulière d’alcool est un facteur de risque de développer un cancer du foie ou une cirrhose. Ces risques sont aggravés par la coexistence d’une hépatite et d’une consommation d’alcool régulière. Il est donc recommandé aux buveurs réguliers de se faire dépister pour les hépatites B et C afin de p[...]

Actualité
Il y a 32 minutes
ISNI

L’entreprise

Notre client, groupe de référence en France et en Europe est spécialiste des services d’accompagnement et de soins pour les seniors.

La clinique, située en Charente sur un site historique renommé et touristique, est spécialisée dans les soins de suite et de réadaptation polyvalents (SSR)

Elle accueille des patients adultes en perte d’autonomie suite à une hospitalisation ou une maladie.

L’établissement dispose de solutions de kinésithérapie et de rééducation fonctionnelle accomplies et s’appuie sur une équipe médicale pluridisciplinaire pour assurer la prise en charge globale de ses patients.

Poste

Rattaché(e) directement au Directeur de l’établissement, les missions du Médecin Généraliste sont les suivantes :

  • Il assure les soins aux patients de l’établissement et garantit leur continuité (évaluation initiale, définition du projet thérapeutique individuel, suivi et bilan de sortie des patients).
  • Il est susceptible de participer à l’élaboration et à la mise en œuvre du projet d’établissement et du projet médical notamment dans le cadre des instances, des réunions de coordination.
  • Il participe activement en collaboration avec le Directeur(trice) d’établissement, à l’intégration de l’établissement dans les filières de soins.
  • Il contribue à l’amélioration continue de la prise en charge par une participation active à la démarche de qualité et gestion des risques et par le développement des bonnes pratiques professionnelles.
  • Il participe activement au développement des bonnes pratiques profess[...]
Actualité
Il y a 32 minutes
ISNI

L’entreprise

Notre client, groupe de référence en France et en Europe est spécialiste des services d’accompagnement et de soins pour les seniors.

La clinique, située en Charente sur un site historique renommé et touristique, est spécialisée dans les soins de suite et de réadaptation polyvalents (SSR)

Elle accueille des patients adultes en perte d’autonomie suite à une hospitalisation ou une maladie.

L’établissement dispose de solutions de kinésithérapie et de rééducation fonctionnelle accomplies et s’appuie sur une équipe médicale pluridisciplinaire pour assurer la prise en charge globale de ses patients.

Poste

Rattaché(e) directement au Directeur de l’établissement, les missions du Médecin Généraliste sont les suivantes :

  • Il assure les soins aux patients de l’établissement et garantit leur continuité (évaluation initiale, définition du projet thérapeutique individuel, suivi et bilan de sortie des patients).
  • Il est susceptible de participer à l’élaboration et à la mise en œuvre du projet d’établissement et du projet médical notamment dans le cadre des instances, des réunions de coordination.
  • Il participe activement en collaboration avec le Directeur(trice) d’établissement, à l’intégration de l’établissement dans les filières de soins.
  • Il contribue à l’amélioration continue de la prise en charge par une participation active à la démarche de qualité et gestion des risques et par le développement des bonnes pratiques professionnelles.
  • Il participe activement au développement des bonnes pratiques profess[...]