Actualité
Il y a 9 jours
L'avis de l'ECHA sur le glyphosate accueilli avec inquiétude par les ONG environnementales

Bruxelles, le 15 mars 2017 - Pour IEW et l'association européenne Alliance pour la santé et l'environnement (HEAL), la décision de l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) selon laquelle le glyphosate n'est pas cancérigène suscite de graves inquiétudes pour la santé et l'environnement et constitue une déception majeure pour les acteurs de la santé environnementale []] .

L'avis du Comité pour l'évaluation des risques de l'ECHA contredit celui du centre international de recherche contre le cancer (CIRC), qui a classé le glyphosate comme « cancérogène probable » en 2015. Pour Génon K. Jensen, directrice exécutive de HEAL, la décision d'aujourd'hui est un recul pour la prévention du cancer : « Nous nous attendions à ce que dans le futur, la décision du CIRC soit reconnue comme étant la plus pertinente. Toujours est-il que l'Europe s'apprête à donner le feu vert au glyphosate le feu vert et la santé publique perdra une occasion importante pour la prévention du cancer. Les taux de cancer peuvent être réduits en retirant des produits chimiques dangereux du marché ».

L'avis de l'ECHA n'est pas facile à comprendre. Mme Jensen poursuit : « le CIRC est la référence internationale pour l'évaluation des substances cancérigènes. Il est incompréhensible que les institutions de l'UE arrivent à un résultat aussi radicalement différent : le comité de l'ECHA n'a même pas donné au glyphosate le classement d'un « carcinogène possible ». C'est le genre de contradiction qui nourrit les soupçons du public quant à la fiabilité des opinions des agences scientifiques de l'UE ».

L'opinion du CIRC se base notamment sur sept études qui ont montré une incidence tumorale significativement accrue chez les rats et les souris après que le glyphosate leur a été administré. Toutefois, les résultats de l'ECHA n'ont pas été complètement inattendus, étant donné que les avis précédents de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques (BfR) avaient tous deux rejeté les éléments de preuves contenus dans ces sept études. Des critiques ont été formulées à propos de ce rejet, notamment par Peter Clausing dans le document “The Carcinogenic Hazard of Glyphosate [2]]” . L'évaluation de l'ECHA, tout en reconnaissant l'augmentation limitée d'incidence des tumeurs de manière souffre des mêmes problèmes d'analyse que l'EFSA et le BfR pour parvenir à la conclusion qu'elles ne constituent pas une preuve suffisante de cancérogénicité.

Le manque de transparence dans le processus de classification des agences européennes est de plus en plus préoccupant. Une lettre conjointe (http://env-health.org/IMG/pdf/open_letter_to_echa_06032017.pdf) adressée à la Commission par Greenpeace, HEAL et de nombreux autres groupes a souligné que le comité de l'ECHA utilisait des « preuves scientifiques non publiées et fournies par l'industrie pour formuler ses avis » en plus des études publiées dans des revues à comité de lecture.

La lettre exprimait également des préoccupations au sujet des conflits d'intérêts de certains membres du comité d'experts de l'ECHA. « Nous vous demandons respectueusement d'appliquer et d'améliorer les politiques de l'ECHA pour préserver son indépendance vis-à-vis de l'industrie et la transparence de son travail », précise la lettre.

En février 2017, le Commissaire européen pour la santé et la sécurité alimentaire, Vytinis Andriukeitas, a également exprimé ses préoccupations et a suggéré qu'une réforme pourrait être nécessaire. Selon le procès-verbal d'une réunion de la Commission européenne [3]], il a déclaré : « Le principal problème, selon lui, est le manque de confiance du public dans la science et le sentiment que l'Europe ne les protége pas suffisamment des effets de certaines substances chimiques ». Le procès-verbal indique également qu'Andriukeitas a estimé que cela impliquait « une réforme des agences de l'UE chargées de fournir la base scientifique de ces décisions et de leurs procédures pour les rendre plus transparentes ».

Cette décision est d'autant plus inattendue que les éléments de preuves à charge du glyphosate continuent de s'accumuler. Très récemment, une étude sur les rats a montré qu'une exposition à long terme et à faible dose cause des maladies du fo[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 16 minutes
Réseau CHU
A Angers, un programme expérimental de prévention des addictions (alcool, tabac, cannabis) et des conférences d'information sur la vie affective et sexuelle sera porté par 21 étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers auprès des collégiens et lycéens. Il s'agit de casser la barrière de génération pour que le message passe plus facilement. Tel est le pari tenu par le CHU, l’Université d’Angers (UFR Santé) et la Direction académique des services de l’Éducation nationale de Maine-et-Loire, associés autour de cette initiative.
Concrètement, une vingtaine d'étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers sont allés à la rencontre des adolescents collège Jean-Vilar et le lycée professionnel Simone Veil, pour rencontrer des adolescents en 3e et en 2nde. Ces étudiants ont bénéficié d’une formation spécifique, en lien étroit avec le Service Universitaire de Médecine Préventive et Promotion de la Santé (SUMPPS) de l’Université d’Angers.

Leurs interventions se déroulent en trois temps, entre février et avril. La première séance consiste à présenter le programme et distribuer un questionnaire anonyme. Sur la base des réponses à ces questionnaires, les étudiants élaborent des ateliers interactifs pour la deuxième séance. Le dernier rendez-vous est une séance de débriefing, l’occasion pour les élèves de poser de nouvelles questions, de récupérer des contacts, mais aussi de faire un bilan des interventions et une évaluation du programme.

[...]
Actualité
Il y a 16 minutes
Réseau CHU
A Angers, un programme expérimental de prévention des addictions (alcool, tabac, cannabis) et des conférences d'information sur la vie affective et sexuelle sera porté par 21 étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers auprès des collégiens et lycéens. Il s'agit de casser la barrière de génération pour que le message passe plus facilement. Tel est le pari tenu par le CHU, l’Université d’Angers (UFR Santé) et la Direction académique des services de l’Éducation nationale de Maine-et-Loire, associés autour de cette initiative.
Concrètement, une vingtaine d'étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers sont allés à la rencontre des adolescents collège Jean-Vilar et le lycée professionnel Simone Veil, pour rencontrer des adolescents en 3e et en 2nde. Ces étudiants ont bénéficié d’une formation spécifique, en lien étroit avec le Service Universitaire de Médecine Préventive et Promotion de la Santé (SUMPPS) de l’Université d’Angers.

Leurs interventions se déroulent en trois temps, entre février et avril. La première séance consiste à présenter le programme et distribuer un questionnaire anonyme. Sur la base des réponses à ces questionnaires, les étudiants élaborent des ateliers interactifs pour la deuxième séance. Le dernier rendez-vous est une séance de débriefing, l’occasion pour les élèves de poser de nouvelles questions, de récupérer des contacts, mais aussi de faire un bilan des interventions et une évaluation du programme.

[...]
Presse médicale
Il y a 17 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 28 March 2017
Source:La Revue de Médecine Interne
Author(s): P. Henneton, M. Frank, E. Litvinova, S. Miranda, E. Messas, L. Darnige
IntroductionLe syndrome de Gardner-Diamond correspond à une autosensibilisation des patients à leurs propres hématies. Il touche très majoritairement les femmes et se traduit par l’apparition d’ecchymoses douloureuses. Une comorbidité psychiatrique associée ou l’existence d’un facteur psychologique déclenchant constituent un argument diagnostique majeur.ObservationNous décrivons l’histoire d’un homme de 24 ans qui présentait des ecchymoses douloureuses spontanées évoluant par poussées depuis 5 ans. Les explorations réalisées s’avéraient négatives. Le diagnostic de syndrome de Gardner-Diamond était retenu devant la présentation clinique et l’existence d’un facteur psychologique déclenchant. Le traitement antalgique et psychologique est difficile et nécessite une prise en charge pluridisciplinaire.ConclusionLe syndrome de Gardner-Diamond est rare et méconnu, mais doit être évoqué en cas de lésions ecchymotiques ou purpuriques pour lesquelles une étiologie organique n’est pas mise en évidence. Le diagnostic précoce permet de proposer une prise en charge adaptée et de limiter les examens complémentaires inutiles.IntroductionGardner–Diamond syndrome is a rare condition secondary to a sensitization to self-erythrocytes. It is predominantly seen in women and presents as a painful ecchymotic disorder. An underlying psychiatric disease or a triggering psychological stress is of important diagnostic value.Case reportWe report a 24-year-old patient who presented with intermittent spontaneous painful ecchymosis since 5 years. Complementary investigations failed to identify an organic disorder. Gardner–Diamond syndrome was retained because of the clinical presentation, the negativity of diagnostic work-up and the identification of a psychological trauma. Patient management (pain, psychological support) is difficult, justifying a multidisciplinary approach.ConclusionGardner–Diamond syndrome is a rare and unrecognized disorder, which should b[...]

Actualité
Actualité
Il y a 36 minutes
SNFGE
29/03/2017

Ce record est sans nul doute le résultat de la qualité du programme et de l'intérêt de tous les participants pour la connaissance scientifique et la formation médicale continue de la spécialité. Il témoigne aussi de la convivialité des JFHOD, le rendez-vous incontournable de l'hépato-gastroentérologie et de l'oncologie digestive francophone.

Rendez-vous l'an prochain pour une nouvelle édition des JFHOD qui auront lieu du 22 au 25 mars 2018 au Palais des congrès de Paris. La thématique sera la douleur et le pays invité la Roumanie.


Actualité
Il y a 36 minutes
SNFGE
29/03/2017

Ce record est sans nul doute le résultat de la qualité du programme et de l'intérêt de tous les participants pour la connaissance scientifique et la formation médicale continue de la spécialité. Il témoigne aussi de la convivialité des JFHOD, le rendez-vous incontournable de l'hépato-gastroentérologie et de l'oncologie digestive francophone.

Rendez-vous l'an prochain pour une nouvelle édition des JFHOD qui auront lieu du 22 au 25 mars 2018 au Palais des congrès de Paris. La thématique sera la douleur et le pays invité la Roumanie.

Site du congrès : www.jfhod.com