Actualité
Il y a 6 jours
L'avis de l'ECHA sur le glyphosate accueilli avec inquiétude par les ONG environnementales

Bruxelles, le 15 mars 2017 - Pour IEW et l'association européenne Alliance pour la santé et l'environnement (HEAL), la décision de l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) selon laquelle le glyphosate n'est pas cancérigène suscite de graves inquiétudes pour la santé et l'environnement et constitue une déception majeure pour les acteurs de la santé environnementale []] .

L'avis du Comité pour l'évaluation des risques de l'ECHA contredit celui du centre international de recherche contre le cancer (CIRC), qui a classé le glyphosate comme « cancérogène probable » en 2015. Pour Génon K. Jensen, directrice exécutive de HEAL, la décision d'aujourd'hui est un recul pour la prévention du cancer : « Nous nous attendions à ce que dans le futur, la décision du CIRC soit reconnue comme étant la plus pertinente. Toujours est-il que l'Europe s'apprête à donner le feu vert au glyphosate le feu vert et la santé publique perdra une occasion importante pour la prévention du cancer. Les taux de cancer peuvent être réduits en retirant des produits chimiques dangereux du marché ».

L'avis de l'ECHA n'est pas facile à comprendre. Mme Jensen poursuit : « le CIRC est la référence internationale pour l'évaluation des substances cancérigènes. Il est incompréhensible que les institutions de l'UE arrivent à un résultat aussi radicalement différent : le comité de l'ECHA n'a même pas donné au glyphosate le classement d'un « carcinogène possible ». C'est le genre de contradiction qui nourrit les soupçons du public quant à la fiabilité des opinions des agences scientifiques de l'UE ».

L'opinion du CIRC se base notamment sur sept études qui ont montré une incidence tumorale significativement accrue chez les rats et les souris après que le glyphosate leur a été administré. Toutefois, les résultats de l'ECHA n'ont pas été complètement inattendus, étant donné que les avis précédents de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques (BfR) avaient tous deux rejeté les éléments de preuves contenus dans ces sept études. Des critiques ont été formulées à propos de ce rejet, notamment par Peter Clausing dans le document “The Carcinogenic Hazard of Glyphosate [2]]” . L'évaluation de l'ECHA, tout en reconnaissant l'augmentation limitée d'incidence des tumeurs de manière souffre des mêmes problèmes d'analyse que l'EFSA et le BfR pour parvenir à la conclusion qu'elles ne constituent pas une preuve suffisante de cancérogénicité.

Le manque de transparence dans le processus de classification des agences européennes est de plus en plus préoccupant. Une lettre conjointe (http://env-health.org/IMG/pdf/open_letter_to_echa_06032017.pdf) adressée à la Commission par Greenpeace, HEAL et de nombreux autres groupes a souligné que le comité de l'ECHA utilisait des « preuves scientifiques non publiées et fournies par l'industrie pour formuler ses avis » en plus des études publiées dans des revues à comité de lecture.

La lettre exprimait également des préoccupations au sujet des conflits d'intérêts de certains membres du comité d'experts de l'ECHA. « Nous vous demandons respectueusement d'appliquer et d'améliorer les politiques de l'ECHA pour préserver son indépendance vis-à-vis de l'industrie et la transparence de son travail », précise la lettre.

En février 2017, le Commissaire européen pour la santé et la sécurité alimentaire, Vytinis Andriukeitas, a également exprimé ses préoccupations et a suggéré qu'une réforme pourrait être nécessaire. Selon le procès-verbal d'une réunion de la Commission européenne [3]], il a déclaré : « Le principal problème, selon lui, est le manque de confiance du public dans la science et le sentiment que l'Europe ne les protége pas suffisamment des effets de certaines substances chimiques ». Le procès-verbal indique également qu'Andriukeitas a estimé que cela impliquait « une réforme des agences de l'UE chargées de fournir la base scientifique de ces décisions et de leurs procédures pour les rendre plus transparentes ».

Cette décision est d'autant plus inattendue que les éléments de preuves à charge du glyphosate continuent de s'accumuler. Très réce[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 3 minutes
Ministère de la Santé

L'innovation en santé concerne de multiples domaines : les médicaments, les vaccins, les diagnostics, les dispositifs médicaux, les organisations, la e-santé, la prévention, le secteur médico-social, les interventions à impact populationnel … Elle émerge dans un système complexe multidisciplinaire en perpétuelle évolution, composé de chercheurs, d'ingénieurs, d'industriels, d'investisseurs, d'administrations, d'agences de réglementation et d'évaluation, de professionnels de santé, de citoyens et de patients.

Les innovations en santé contribuent à l'amélioration de l'espérance et de la qualité de vie de chacun. La France, reconnue internationalement pour l'excellence et l'accessibilité de ses soins, a souhaité mettre en place une politique forte, cohérente, partenariale, visible et lisible en matière d'innovation en santé ; une délégation à l'innovation en santé a été créée fin septembre 2016. L'équipe, hébergée dans les locaux du ministère de la santé, est dirigée par le Professeur Jean-Yves Fagon.

Ses missions principales, au sein de l'écosystème de l'innovation en santé, sont avant tout de faciliter l'accès des patients et de la population aux innovations. Pour cela , la délégation souhaite :

  • ORIENTER les porteurs de projets innovants qui le souhaiteraient. Il peut s'agir de clarifier, faciliter, et coordonner les démarches à anticiper dans l'écosystème de l'innovation en santé, voire de les accélérer en levant certains freins. Pour cela la délégation a mis en place un Pôle analyse et orientation des projets innovants (PAOPI).
  • ORCHESTRER LA NECESSAIRE EVOLUTION DE l'EVALUATION de tous types de solutions innovantes de santé : médicament, diagnostic, dispositif médical, programmes de santé, nouvelles organisations, e-santé, innovations polymorphes… vers une évaluation multidimensionnelle.
  • ARTICULER et COORDONNER les initiatives pluridisciplinaires, nationales et régionales, et interministérielles.

Zoom sur le Pôle analyse et orientation des projets innovants (PAOPI)

La délégation à l'innovation en santé propose un service de « mentoring » de l'innovation en santé visant à recevoir, orienter et accompagner les porteurs de projets qui le souhaiteraient.

[...]
Actualité
Il y a 14 minutes
ANSM

L'ANSM a été informée de la mise en œuvre d’une action de sécurité effectuée par la société Advanced Medical Solutions Plymouth Limited. Les utilisateurs concernés ont reçu le courrier ci-joint (27/04/2017) (3622 ko).

Cette action de sécurité est enregistrée à l’ANSM sous le n° R1705349.

Actualité
Il y a 14 minutes
ANSM

L'ANSM a été informée de la mise en œuvre d’une action de sécurité effectuée par la société Advanced Medical Solutions Plymouth Limited. Les utilisateurs concernés ont reçu le courrier ci-joint (27/04/2017) (3622 ko).

Cette action de sécurité est enregistrée à l’ANSM sous le n° R1705349.

Actualité
Il y a 15 minutes
Ministère de la Santé

La Banque nationale de données maladies rares - BNDMR

Définition

La Banque nationale de données maladies rares - BNDMR - est un projet ambitieux : elle vise à mettre en place une structure sécurisée qui permettra de rassembler les données médicales anonymisées de tous patients atteints de maladies rares à l'échelon national. Ces données sont collectées dans les centres de référence (CRMR) et les centres de compétences maladies rares (CCMR) à partir, notamment, des dossiers patients compatibles et de bases de données (registres, cohortes…) de maladies rares.

La BNDMR a défini un set minimal de données national à recueillir auprès de chaque patient atteint d'une maladie rare. Ce set de données est essentiel afin de garantir la qualité de l'information recueillie et son exploitation. Il constitue le socle d'information commun à toutes les maladies rares et à tous les acteurs de la prise en charge du soin.

Dans un premier temps, il s'agit d'élaborer et déployer une application web commune, BaMaRa (Base Maladies Rares), permettant la coordination et la fluidification du fonctionnement des filières et du travail en réseau. Cette application [...]

Actualité
Il y a 15 minutes
Ministère de la Santé

La Banque nationale de données maladies rares - BNDMR

Définition

La Banque nationale de données maladies rares - BNDMR - est un projet ambitieux : elle vise à mettre en place une structure sécurisée qui permettra de rassembler les données médicales anonymisées de tous patients atteints de maladies rares à l'échelon national. Ces données sont collectées dans les centres de référence (CRMR) et les centres de compétences maladies rares (CCMR) à partir, notamment, des dossiers patients compatibles et de bases de données (registres, cohortes…) de maladies rares.

La BNDMR a défini un set minimal de données national à recueillir auprès de chaque patient atteint d'une maladie rare. Ce set de données est essentiel afin de garantir la qualité de l'information recueillie et son exploitation. Il constitue le socle d'information commun à toutes les maladies rares et à tous les acteurs de la prise en charge du soin.

Dans un premier temps, il s'agit d'élaborer et déployer une application web commune, BaMaRa (Base Maladies Rares), permettant la coordination et la fluidification du fonctionnement des filières et du travail en réseau. Cette application [...]

Actualité
Il y a 15 minutes
Ministère de la Santé

La Banque nationale de données maladies rares - BNDMR

Définition

La Banque nationale de données maladies rares - BNDMR - est un projet ambitieux : elle vise à mettre en place une structure sécurisée qui permettra de rassembler les données médicales anonymisées de tous patients atteints de maladies rares à l'échelon national. Ces données sont collectées dans les centres de référence (CRMR) et les centres de compétences maladies rares (CCMR) à partir, notamment, des dossiers patients compatibles et de bases de données (registres, cohortes…) de maladies rares.

La BNDMR a défini un set minimal de données national à recueillir auprès de chaque patient atteint d'une maladie rare. Ce set de données est essentiel afin de garantir la qualité de l'information recueillie et son exploitation. Il constitue le socle d'information commun à toutes les maladies rares et à tous les acteurs de la prise en charge du soin.

Dans un premier temps, il s'agit d'élaborer et déployer une application web commune, BaMaRa (Base Maladies Rares), permettant la coordination et la fluidification du fonctionnement des filières et du travail en réseau. Cette application [...]