Actualité
Il y a 3 mois
L'avis de l'ECHA sur le glyphosate accueilli avec inquiétude par les ONG environnementales

Bruxelles, le 15 mars 2017 - Pour IEW et l'association européenne Alliance pour la santé et l'environnement (HEAL), la décision de l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) selon laquelle le glyphosate n'est pas cancérigène suscite de graves inquiétudes pour la santé et l'environnement et constitue une déception majeure pour les acteurs de la santé environnementale []] .

L'avis du Comité pour l'évaluation des risques de l'ECHA contredit celui du centre international de recherche contre le cancer (CIRC), qui a classé le glyphosate comme « cancérogène probable » en 2015. Pour Génon K. Jensen, directrice exécutive de HEAL, la décision d'aujourd'hui est un recul pour la prévention du cancer : « Nous nous attendions à ce que dans le futur, la décision du CIRC soit reconnue comme étant la plus pertinente. Toujours est-il que l'Europe s'apprête à donner le feu vert au glyphosate le feu vert et la santé publique perdra une occasion importante pour la prévention du cancer. Les taux de cancer peuvent être réduits en retirant des produits chimiques dangereux du marché ».

L'avis de l'ECHA n'est pas facile à comprendre. Mme Jensen poursuit : « le CIRC est la référence internationale pour l'évaluation des substances cancérigènes. Il est incompréhensible que les institutions de l'UE arrivent à un résultat aussi radicalement différent : le comité de l'ECHA n'a même pas donné au glyphosate le classement d'un « carcinogène possible ». C'est le genre de contradiction qui nourrit les soupçons du public quant à la fiabilité des opinions des agences scientifiques de l'UE ».

L'opinion du CIRC se base notamment sur sept études qui ont montré une incidence tumorale significativement accrue chez les rats et les souris après que le glyphosate leur a été administré. Toutefois, les résultats de l'ECHA n'ont pas été complètement inattendus, étant donné que les avis précédents de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques (BfR) avaient tous deux rejeté les éléments de preuves contenus dans ces sept études. Des critiques ont été formulées à propos de ce rejet, notamment par Peter Clausing dans le document “The Carcinogenic Hazard of Glyphosate [2]]” . L'évaluation de l'ECHA, tout en reconnaissant l'augmentation limitée d'incidence des tumeurs de manière souffre des mêmes problèmes d'analyse que l'EFSA et le BfR pour parvenir à la conclusion qu'elles ne constituent pas une preuve suffisante de cancérogénicité.

Le manque de transparence dans le processus de classification des agences européennes est de plus en plus préoccupant. Une lettre conjointe (http://env-health.org/IMG/pdf/open_letter_to_echa_06032017.pdf) adressée à la Commission par Greenpeace, HEAL et de nombreux autres groupes a souligné que le comité de l'ECHA utilisait des « preuves scientifiques non publiées et fournies par l'industrie pour formuler ses avis » en plus des études publiées dans des revues à comité de lecture.

La lettre exprimait également des préoccupations au sujet des conflits d'intérêts de certains membres du comité d'experts de l'ECHA. « Nous vous demandons respectueusement d'appliquer et d'améliorer les politiques de l'ECHA pour préserver son indépendance vis-à-vis de l'industrie et la transparence de son travail », précise la lettre.

En février 2017, le Commissaire européen pour la santé et la sécurité alimentaire, Vytinis Andriukeitas, a également exprimé ses préoccupations et a suggéré qu'une réforme pourrait être nécessaire. Selon le procès-verbal d'une réunion de la Commission européenne [3]], il a déclaré : « Le principal problème, selon lui, est le manque de confiance du public dans la science et le sentiment que l'Europe ne les protége pas suffisamment des effets de certaines substances chimiques ». Le procès-verbal indique également qu'Andriukeitas a estimé que cela impliquait « une réforme des agences de l'UE chargées de fournir la base scientifique de ces décisions et de leurs procédures pour les rendre plus transparentes ».

Cette décision est d'autant plus inattendue que les éléments de preuves à charge du glyphosate continuent de s'accumule[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 25 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Les moustiques ont leur préférence lorsqu'il s’agit de nous piquer. Les odeurs et le groupe sanguin guident leur choix.


Actualité
Il y a 47 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Coup dur pour les patients alcooliques traités sous baclofène. L'Agence nationale de sécurité du médicament a interdit mardi 25 juillet 2017 sa prescription à hautes doses, soulevant des indignations de la part des spécialistes de l'addiction qui appellent à une concertation.


Actualité
Il y a 57 minutes
Quotidien du médecin

Les résultats encourageants du programme de recherche clinique APPROACH, présentés lors de la conférence scientifique de la société internationale sur le sida (IAS) de Paris par le Pr Hanneneke Schuitemaker, marquent une étape supplémentaire ...

Actualité
Il y a 57 minutes
Quotidien du médecin

Les résultats encourageants du programme de recherche clinique APPROACH, présentés lors de la conférence scientifique de la société internationale sur le sida (IAS) de Paris par le Pr Hanneneke Schuitemaker, marquent une étape supplémentaire ...

Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

De 1950 à 2015, la part des dépenses de santé dans le PIB a été multipliée par 3,5. Elle s’explique par le développement de la Sécurité sociale, la croissance du nombre de médecins, les constructions d’hôpitaux et s’est accompagnée d’une augmentation de l’espérance de vie de 16 ans sur cette période.


Actualité
Il y a 1 heures
SNFGE
Offre d’emploi
26/07/2017
N° d'annonce :
170721
Les Hospices Civils de Beaune cherchent un troisième gastro-entérologue pour leur équipe médicale, pour succéder à un praticien qui a réalisé toute sa carrière dans l’établissement. Activité attendue : prise en charge des patients de gastro-entérologie en hospitalisation, consultation, endoscopie, chimiothérapie.
Etablissement de santé de référence et établissement support du GHT Sud Côte d'Or, au coeur du Vignoble Bourguignon (40 km de Dijon, 140 km de Lyon), Les Hospices Civils de Beaune comptent 988 lits et places, répartis dans des services de MCO (268 lits), de Moyen séjour (60), USLD (60), SSIAD (40) et d’EHPAD (560).
Dotés d'un plateau technique moderne et complet disponible H24 (IRM, Scanner...), les Hospices Civils de Beaune sont engagés dans une opération de modernisation de grande ampleur et bénéficient d'une proximité géographique et de nombreuses coopérations médicales avec le CHU de Dijon, établissement de recours régional.
Les Hospices Civils de Beaune assurent des activités de médecine polyvalente et spécialisée, urgences - SMUR , cardiologie et pathologies vasculaires, hépato gastro-entérologie, plateau technique d'endoscopie, cancérologie, soins palliatifs, addictologie, chirurgie viscérale, urologie, orthopédie, gynécologie-obstétrique, pédiatrie et néo-natologie, imagerie médicale, soins de suite, long séjour et EHPAD
- Equipe : 2 praticiens et 1 assistant spécialiste pour l'hépato gastro-entérologie
- Les patients de gastro-entérologie sont accueillis dans un Service de 42 lits d’hospitalisation, en collaboration avec quatre autres praticiens (de Médecine Interne, Oncologie et Médecine Générale) ce qui permet au Gastro-entérologue de se recentrer sur sa seule spécialité. Les patients ambulatoires sont accueillis dans une unité spécifique
- Bilan, diagnostic et traitement des maladies du tube digestif, bilio-pancréatiques et hépatiques
- Prise en charge des patients présentant un cancer digestif en cours de traitement ou nécessitant des soins palliatifs
- Prise en charge des urgences, notamment endoscopiques, aux heures ouvrables (pas d’astreinte spécifique de nuit)
- Prise en charge des patients en hospitalisation programmée
- Travail en collaboration avec une équipe mobile de soins palliatifs, une équipe mobile d’addictologie et les chirurgiens viscéraux.
- Participation à l’Astreinte opérationnelle de week-end de jour soit un WE tous les 2 mois environ.
Pour postuler à cette offre vous devez être titulaire d'un diplôme de médecine et être inscrit à l'ordre des médecins

Les renseignements peuvent être pris auprès de :
Monsieur le Dr Emmanuel VIGREUX, chef du pôle n° 3 "Médecine, conduites addictives, soins palliatifs, douleur, HAD", emmanuel.vigreux@ch-beaune.fr / 03 80 24 36 63
Madame Caroline BILHAUT, DRH-AM, caroline.bilhaut@ch-beaune.fr / 03 80 24 44 01"