Actualité
Il y a 1 mois
L'avis de l'ECHA sur le glyphosate accueilli avec inquiétude par les ONG environnementales

Bruxelles, le 15 mars 2017 - Pour IEW et l'association européenne Alliance pour la santé et l'environnement (HEAL), la décision de l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) selon laquelle le glyphosate n'est pas cancérigène suscite de graves inquiétudes pour la santé et l'environnement et constitue une déception majeure pour les acteurs de la santé environnementale []] .

L'avis du Comité pour l'évaluation des risques de l'ECHA contredit celui du centre international de recherche contre le cancer (CIRC), qui a classé le glyphosate comme « cancérogène probable » en 2015. Pour Génon K. Jensen, directrice exécutive de HEAL, la décision d'aujourd'hui est un recul pour la prévention du cancer : « Nous nous attendions à ce que dans le futur, la décision du CIRC soit reconnue comme étant la plus pertinente. Toujours est-il que l'Europe s'apprête à donner le feu vert au glyphosate le feu vert et la santé publique perdra une occasion importante pour la prévention du cancer. Les taux de cancer peuvent être réduits en retirant des produits chimiques dangereux du marché ».

L'avis de l'ECHA n'est pas facile à comprendre. Mme Jensen poursuit : « le CIRC est la référence internationale pour l'évaluation des substances cancérigènes. Il est incompréhensible que les institutions de l'UE arrivent à un résultat aussi radicalement différent : le comité de l'ECHA n'a même pas donné au glyphosate le classement d'un « carcinogène possible ». C'est le genre de contradiction qui nourrit les soupçons du public quant à la fiabilité des opinions des agences scientifiques de l'UE ».

L'opinion du CIRC se base notamment sur sept études qui ont montré une incidence tumorale significativement accrue chez les rats et les souris après que le glyphosate leur a été administré. Toutefois, les résultats de l'ECHA n'ont pas été complètement inattendus, étant donné que les avis précédents de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques (BfR) avaient tous deux rejeté les éléments de preuves contenus dans ces sept études. Des critiques ont été formulées à propos de ce rejet, notamment par Peter Clausing dans le document “The Carcinogenic Hazard of Glyphosate [2]]” . L'évaluation de l'ECHA, tout en reconnaissant l'augmentation limitée d'incidence des tumeurs de manière souffre des mêmes problèmes d'analyse que l'EFSA et le BfR pour parvenir à la conclusion qu'elles ne constituent pas une preuve suffisante de cancérogénicité.

Le manque de transparence dans le processus de classification des agences européennes est de plus en plus préoccupant. Une lettre conjointe (http://env-health.org/IMG/pdf/open_letter_to_echa_06032017.pdf) adressée à la Commission par Greenpeace, HEAL et de nombreux autres groupes a souligné que le comité de l'ECHA utilisait des « preuves scientifiques non publiées et fournies par l'industrie pour formuler ses avis » en plus des études publiées dans des revues à comité de lecture.

La lettre exprimait également des préoccupations au sujet des conflits d'intérêts de certains membres du comité d'experts de l'ECHA. « Nous vous demandons respectueusement d'appliquer et d'améliorer les politiques de l'ECHA pour préserver son indépendance vis-à-vis de l'industrie et la transparence de son travail », précise la lettre.

En février 2017, le Commissaire européen pour la santé et la sécurité alimentaire, Vytinis Andriukeitas, a également exprimé ses préoccupations et a suggéré qu'une réforme pourrait être nécessaire. Selon le procès-verbal d'une réunion de la Commission européenne [3]], il a déclaré : « Le principal problème, selon lui, est le manque de confiance du public dans la science et le sentiment que l'Europe ne les protége pas suffisamment des effets de certaines substances chimiques ». Le procès-verbal indique également qu'Andriukeitas a estimé que cela impliquait « une réforme des agences de l'UE chargées de fournir la base scientifique de ces décisions et de leurs procédures pour les rendre plus transparentes ».

Cette décision est d'autant plus inattendue que les éléments de preuves à charge[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 10 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Vous passez vos vacances en bord de mer et l’envie vous prend d’aller pêcher coquillages et crustacés ? Une bonne idée pour prendre un bol d’air et goûter au plaisir des produits frais de la mer. Mais pour que cette sortie se déroule en toute sécurité, un petit bain de prévention s’impose ! Les coquillages sont connus […]


Actualité
Il y a 10 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Vous passez vos vacances en bord de mer et l’envie vous prend d’aller pêcher coquillages et crustacés ? Une bonne idée pour prendre un bol d’air et goûter au plaisir des produits frais de la mer. Mais pour que cette sortie se déroule en toute sécurité, un petit bain de prévention s’impose ! Les coquillages sont connus […]


Actualité
Qualité de vie au travail : des aides-soignantes en grève depuis 3 mois
Il y a 17 minutes
Espace Infirmier

Une dizaine d’aides-soignantes de l’Ehpad Les Opalines, à Foucherans, dans le Jura, sont en grève depuis le 3 avril dernier. Objectif : dénoncer leur condition de travail et réclamer des postes supplémentaires.

Actualité
Il y a 55 minutes
CHU Rouen

Les directives anticipées (DA) sont des documents écrits permettant à toute personne majeure d'exprimer sa volonté, dans le cas où elle serait un jour en incapacité de le faire. L'enjeu principal des DA est de préserver l'autonomie du patient dans ses décisions de fin de vie. L'obj[...]

Actualité
Il y a 55 minutes
CHU Rouen

Selon les pays, il existe différents systèmes permettant aux professionnels de santé et aux patients de déclarer les effets indésirables des médicaments. L'objectif de l'étude était de comprendre comment les patients identifiaient un effet indésirable, leurs réacti[...]

Actualité
Il y a 57 minutes
EFSA

Published on: 21 July 2017

Following an application from Loc Troi group, submitted for authorisation of a health claim pursuant to Article 13(5) of Regulation (EC) No 1924/2006 via the Competent Authority of the Netherlands, the EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA) was asked to deliver an opinion on the scientific substantiation of a health claim related to Vibigaba (germinated brown rice) and maintenance of long-term normal blood glucose concentration. The scope of the application was proposed to fall under a health claim based on newly developed scientific evidence. The food proposed by the applicant as the subject of the health claim is Vibigaba. The Panel considers that the germinated brown rice Vibigaba is sufficiently characterised. The claimed effect proposed by the applicant is ‘contribution to the maintenance of normal glycated haemoglobin level’. The Panel considers that maintenance of long-term normal blood glucose concentration is a beneficial physiological effect. The Panel notes that the applicant did not perform a comprehensive literature search to identify human intervention studies whic[...]