Actualité
Il y a 2 mois
L'avis de l'ECHA sur le glyphosate accueilli avec inquiétude par les ONG environnementales

Bruxelles, le 15 mars 2017 - Pour IEW et l'association européenne Alliance pour la santé et l'environnement (HEAL), la décision de l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) selon laquelle le glyphosate n'est pas cancérigène suscite de graves inquiétudes pour la santé et l'environnement et constitue une déception majeure pour les acteurs de la santé environnementale []] .

L'avis du Comité pour l'évaluation des risques de l'ECHA contredit celui du centre international de recherche contre le cancer (CIRC), qui a classé le glyphosate comme « cancérogène probable » en 2015. Pour Génon K. Jensen, directrice exécutive de HEAL, la décision d'aujourd'hui est un recul pour la prévention du cancer : « Nous nous attendions à ce que dans le futur, la décision du CIRC soit reconnue comme étant la plus pertinente. Toujours est-il que l'Europe s'apprête à donner le feu vert au glyphosate le feu vert et la santé publique perdra une occasion importante pour la prévention du cancer. Les taux de cancer peuvent être réduits en retirant des produits chimiques dangereux du marché ».

L'avis de l'ECHA n'est pas facile à comprendre. Mme Jensen poursuit : « le CIRC est la référence internationale pour l'évaluation des substances cancérigènes. Il est incompréhensible que les institutions de l'UE arrivent à un résultat aussi radicalement différent : le comité de l'ECHA n'a même pas donné au glyphosate le classement d'un « carcinogène possible ». C'est le genre de contradiction qui nourrit les soupçons du public quant à la fiabilité des opinions des agences scientifiques de l'UE ».

L'opinion du CIRC se base notamment sur sept études qui ont montré une incidence tumorale significativement accrue chez les rats et les souris après que le glyphosate leur a été administré. Toutefois, les résultats de l'ECHA n'ont pas été complètement inattendus, étant donné que les avis précédents de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques (BfR) avaient tous deux rejeté les éléments de preuves contenus dans ces sept études. Des critiques ont été formulées à propos de ce rejet, notamment par Peter Clausing dans le document “The Carcinogenic Hazard of Glyphosate [2]]” . L'évaluation de l'ECHA, tout en reconnaissant l'augmentation limitée d'incidence des tumeurs de manière souffre des mêmes problèmes d'analyse que l'EFSA et le BfR pour parvenir à la conclusion qu'elles ne constituent pas une preuve suffisante de cancérogénicité.

Le manque de transparence dans le processus de classification des agences européennes est de plus en plus préoccupant. Une lettre conjointe (http://env-health.org/IMG/pdf/open_letter_to_echa_06032017.pdf) adressée à la Commission par Greenpeace, HEAL et de nombreux autres groupes a souligné que le comité de l'ECHA utilisait des « preuves scientifiques non publiées et fournies par l'industrie pour formuler ses avis » en plus des études publiées dans des revues à comité de lecture.

La lettre exprimait également des préoccupations au sujet des conflits d'intérêts de certains membres du comité d'experts de l'ECHA. « Nous vous demandons respectueusement d'appliquer et d'améliorer les politiques de l'ECHA pour préserver son indépendance vis-à-vis de l'industrie et la transparence de son travail », précise la lettre.

En février 2017, le Commissaire européen pour la santé et la sécurité alimentaire, Vytinis Andriukeitas, a également exprimé ses préoccupations et a suggéré qu'une réforme pourrait être nécessaire. Selon le procès-verbal d'une réunion de la Commission européenne [3]], il a déclaré : « Le principal problème, selon lui, est le manque de confiance du public dans la science et le sentiment que l'Europe ne les protége pas suffisamment des effets de certaines substances chimiques ». Le procès-verbal indique également qu'Andriukeitas a estimé que cela impliquait « une réforme des agences de l'UE chargées de fournir la base scientifique de ces décisions et de leurs procédures pour les rendre plus transparentes ».

Cette décision est d'autant plus inattendue que les éléments de preuves à charge[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Presse médicale
Il y a 4 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 21 August 2017
Source:Annales de Chirurgie Plastique Esthétique
Author(s): E. Delay


Presse médicale
Il y a 4 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 21 August 2017
Source:Annales de Chirurgie Plastique Esthétique
Author(s): D. Guillier, V. Moris, A.A. Al Hindi, K. Rem, H. Chatel, L.-A. See, M. Revol, S. Mazouz Dorval
BackgroundSurgical approaches in neck dissection: comparing functional, oncologic and aesthetic aspects of transverse cervicotomy to Paul André’s approach.MethodsThis single-center retrospective study compares a new transverse incision for cervicotomy to the classical approach described by Paul André in neck dissections. The evaluation criteria were: number of lymph nodes analyzed, operative time, complications, patient satisfaction and aesthetic aspects of the scar.ResultsA total of 34 patients were included in this study, from September 2009 until January 2015. The number of lymph nodes analyzed is not affected by this new approach compared to the classical one (P=0.9). The scar has a significantly more discreet appearance in the transverse cervicotomy group (P=0.023) likewise; patient satisfaction is higher in this group (P=0.006).ConclusionsAesthetic and functional impairment can be reduced using this new transverse cervical approach hidden in the natural creases of the neck described by Langer.

Actualité
Il y a 4 heures
sante-medecine-RFI

1 milliard de femmes souffrent d’infections gynécologiques dans le monde. Mycose vaginale, cystite, herpès génital sont autant de troubles qui peuvent revenir de manière cyclique chez une femme, et qui sont souvent accompagnés de symptômes douloureux. Comment prévenir les infections ? Quels sont les gestes à adopter et ceux, au [...]

Presse médicale
Il y a 5 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 21 August 2017
Source:Journal de Mycologie Médicale / Journal of Medical Mycology
Author(s): P. Sony, M. Kalyani, D. Jeyakumari, I. Kannan, R.G. Sukumar
BackgroundCandida species is the fourth common cause of blood stream infections all over the world which is life threatening. Invasive candidiasis leads to increased mortality and morbidity especially in immunosuppressed. The antifungal resistance pattern in high-risk patients is major concern.PurposeThe present study was to access the anticandidal activity of leaves, bark and seeds of Cassia fistula against fluconazole resistant Candida species, C.albicans, C.glabrata, C.krusei, C.tropicalis, C. kefyr and C.parapsilosis isolated from HIV patients. The predominant phytochemical component responsible for fungicidal activity was to be accessed.Material and methodsEthanol, chloroform, petroleum ether and aqueous extracts of leaves, bark and seeds of C.fistula linn. was evaluated against Microbial type culture collection (MTCC) Candida strains and 21 fluconazole resistant clinical isolates. Antifungal activity was evaluated by agar diffusion and broth dilution techniques. The active phytochemical component present in the ethanol extract of seeds was accessed by high performance thin layer chromatography. The docking study was done with lanosterol 14-alpha demethylase, the azole drug target with the predominant phytochemical from the extract having antifungal activity.ResultsAll the extracts of C.fistula showed excellent anticandidal activity. Ethanol extract of C.fistula seed exhibited the most inhibitory activity. C.krusei and C.parapsilosis were the most inhibited and C.kefyr was the least inhibited species. The predominant phytochemical active component of the ethanol extract of seed was gallic acid. Gallic acid showed excellent binding with lanosterol 14-alpha demethylase.ConclusionThe present study reports the antifungal activity of various extracts of Cassia fistula for the first time against fluconazole resistant Candida isolates. We can conclude that the polyphenolic compound gallic acid is a potent natu[...]

Actualité
Il y a 9 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Les omelettes proviennent du groupe allemand Kagerr et ont été distribuées par un autre groupe en Italie. Par ailleurs, des contaminations ont été décelées dans deux entreprises italiennes, ajoute le ministère de la Santé italien.


Actualité
Il y a 12 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Un bijou de caoutchouc pour sauver des vies. Si l’idée est plutôt étonnante, Riyad Bouak y croit dur comme fer. Cet habitant d’Evry de 32 ans à la tête de la société Vital eCode a mis en vente des...