Actualité
Il y a 5 jours
L'avis de l'ECHA sur le glyphosate accueilli avec inquiétude par les ONG environnementales

Bruxelles, le 15 mars 2017 - Pour IEW et l'association européenne Alliance pour la santé et l'environnement (HEAL), la décision de l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) selon laquelle le glyphosate n'est pas cancérigène suscite de graves inquiétudes pour la santé et l'environnement et constitue une déception majeure pour les acteurs de la santé environnementale []] .

L'avis du Comité pour l'évaluation des risques de l'ECHA contredit celui du centre international de recherche contre le cancer (CIRC), qui a classé le glyphosate comme « cancérogène probable » en 2015. Pour Génon K. Jensen, directrice exécutive de HEAL, la décision d'aujourd'hui est un recul pour la prévention du cancer : « Nous nous attendions à ce que dans le futur, la décision du CIRC soit reconnue comme étant la plus pertinente. Toujours est-il que l'Europe s'apprête à donner le feu vert au glyphosate le feu vert et la santé publique perdra une occasion importante pour la prévention du cancer. Les taux de cancer peuvent être réduits en retirant des produits chimiques dangereux du marché ».

L'avis de l'ECHA n'est pas facile à comprendre. Mme Jensen poursuit : « le CIRC est la référence internationale pour l'évaluation des substances cancérigènes. Il est incompréhensible que les institutions de l'UE arrivent à un résultat aussi radicalement différent : le comité de l'ECHA n'a même pas donné au glyphosate le classement d'un « carcinogène possible ». C'est le genre de contradiction qui nourrit les soupçons du public quant à la fiabilité des opinions des agences scientifiques de l'UE ».

L'opinion du CIRC se base notamment sur sept études qui ont montré une incidence tumorale significativement accrue chez les rats et les souris après que le glyphosate leur a été administré. Toutefois, les résultats de l'ECHA n'ont pas été complètement inattendus, étant donné que les avis précédents de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques (BfR) avaient tous deux rejeté les éléments de preuves contenus dans ces sept études. Des critiques ont été formulées à propos de ce rejet, notamment par Peter Clausing dans le document “The Carcinogenic Hazard of Glyphosate [2]]” . L'évaluation de l'ECHA, tout en reconnaissant l'augmentation limitée d'incidence des tumeurs de manière souffre des mêmes problèmes d'analyse que l'EFSA et le BfR pour parvenir à la conclusion qu'elles ne constituent pas une preuve suffisante de cancérogénicité.

Le manque de transparence dans le processus de classification des agences européennes est de plus en plus préoccupant. Une lettre conjointe (http://env-health.org/IMG/pdf/open_letter_to_echa_06032017.pdf) adressée à la Commission par Greenpeace, HEAL et de nombreux autres groupes a souligné que le comité de l'ECHA utilisait des « preuves scientifiques non publiées et fournies par l'industrie pour formuler ses avis » en plus des études publiées dans des revues à comité de lecture.

La lettre exprimait également des préoccupations au sujet des conflits d'intérêts de certains membres du comité d'experts de l'ECHA. « Nous vous demandons respectueusement d'appliquer et d'améliorer les politiques de l'ECHA pour préserver son indépendance vis-à-vis de l'industrie et la transparence de son travail », précise la lettre.

En février 2017, le Commissaire européen pour la santé et la sécurité alimentaire, Vytinis Andriukeitas, a également exprimé ses préoccupations et a suggéré qu'une réforme pourrait être nécessaire. Selon le procès-verbal d'une réunion de la Commission européenne [3]], il a déclaré : « Le principal problème, selon lui, est le manque de confiance du public dans la science et le sentiment que l'Europe ne les protége pas suffisamment des effets de certaines substances chimiques ». Le procès-verbal indique également qu'Andriukeitas a estimé que cela impliquait « une réforme des agences de l'UE chargées de fournir la base scientifique de ces décisions et de leurs procédures pour les rendre plus transparentes ».

Cette décision est d'autant plus inattendue que les éléments de preuves à charge du glyphosate continuent de s'accumuler. Très récemment, une étude sur les rats a montré qu'une exposition à long terme et à faible dose cause des maladies du foie, liées au cancer d[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 27 minutes
ANFH

Après 1 an et demi de travail avec les équipes projets GPMC, la cartographie régionale des métiers de la fonction publique hospitalière en Martinique est disponible.

La GPMC permet d’ouvrir les yeux sur des réalités des professionnels sur le terrain que l'on ne voyait plus.

Ce projet très ambitieux a permis de faire bouger les lignes et notamment de créer un maillage interétablissements

au travers notamment de l’animation organisée par l’ANFH en collaboration avec l’ARS.

La GPMC nourrit une vraie approche métier-compétences qui vient enrichir la vision R.H.
C'est un nouveau regard sur les Ressources Humaines.

Grace à cette cartographie et la mise en place de la culture GPMC, les pratiques permettront de mieux accompagner nos professionnels dans

leurs parcours compétences et leurs souhaits d’évolution, en lien avec les orientations directrices de l’établissement, pour une prise en soin toujours meilleure des usagers.

Type:
Actualité
Illustration principale:
Texte titre alternatif:
Cartographie régionale des métiers de la fonction publique hospitalière en Martinique
Ne pas afficher dans le flux des actualités:
Type de galerie:
Mosaïque imbriquée
Ne pas afficher l'image d'illustration dans l'article:
Type d'affichage:
Petite carte
Type d'affichage:
Liste texte
Région:
Protéger la page:
Promu en page d'accueil dans la zone focus:
1
Commentaires actifs:
Afficher le bouton commander:
Actualité
Il y a 29 minutes
Amazon medecine
Le nouveau serment d'Hippocrate: Le théâtre à la rencontre de la médecine
Marc Ychou , Serge Ouaknine
(1)

Acheter neuf : EUR 14,90
3 neuf & d'occasion à partir de EUR 14,90

(Consultez la liste Meilleures ventes Médecine pour des informations officielles sur le classement actuel de ce produit.)
Actualité
Il y a 53 minutes
La documentation française

Après avoir rappelé le contenu des différents plans gouvernementaux mis en oeuvre depuis avril 2014 pour lutter contre la radicalisation violente et les filières terroristes, le rapport formule des propositions qui s’articulent autour de deux axes : d’une part conforter le positionnement des acteurs institutionnels dans le paysage de la lutte contre [...]

Actualité
Il y a 53 minutes
La documentation française

Après avoir rappelé le contenu des différents plans gouvernementaux mis en oeuvre depuis avril 2014 pour lutter contre la radicalisation violente et les filières terroristes, le rapport formule des propositions qui s’articulent autour de deux axes : d’une part conforter le positionnement des acteurs institutionnels dans le paysage de la lutte contre [...]

Actualité
Il y a 53 minutes
La documentation française

On compte aujourd'hui en France environ 35 000 normes publiées - reconnaissables aux indicatifs sous lesquels elles sont enregistrées : NF, EN, ISO - destinées à fournir des règles de conduite ou des bonnes pratiques dans des domaines extrêmement variés de l'activité des entreprises auxquelles elles s'adressent essentiellement. Elles restent pourtant méconnues, d'abord parce qu'elles sont souvent confondues avec les règles juridiques obligatoires posées par la loi ou le règlement, ensuite parce qu'elles sont élaborées dans un consensus feutré aux niveaux national, européen ou international et dans un cadre purement technique, par un réseau complexe d'organismes de droit privé composés d'acteurs de la société civile sans lien direct avec les grandes politiques publiques. La nature « privée » de la normalisation fait sa forc[...]

Actualité
Il y a 53 minutes
La documentation française

Ces avis et rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) rendent compte des résultats de la troisième étude INCA 3 visant à analyser les habitudes de vie et le comportement alimentaire des Français. Plus de 5 800 personnes (3 157 adultes âgés de 18 à 79 ans et 2 698 enfants âgés de 0 à 17 ans) ont participé à cette grande étude nationale qui a mobilisé en 2014 et 2015 près de 200 enquêteurs. 150 questions on[...]