Actualité
Il y a 7 jours
L'avis de l'ECHA sur le glyphosate accueilli avec inquiétude par les ONG environnementales

Bruxelles, le 15 mars 2017 - Pour IEW et l'association européenne Alliance pour la santé et l'environnement (HEAL), la décision de l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) selon laquelle le glyphosate n'est pas cancérigène suscite de graves inquiétudes pour la santé et l'environnement et constitue une déception majeure pour les acteurs de la santé environnementale []] .

L'avis du Comité pour l'évaluation des risques de l'ECHA contredit celui du centre international de recherche contre le cancer (CIRC), qui a classé le glyphosate comme « cancérogène probable » en 2015. Pour Génon K. Jensen, directrice exécutive de HEAL, la décision d'aujourd'hui est un recul pour la prévention du cancer : « Nous nous attendions à ce que dans le futur, la décision du CIRC soit reconnue comme étant la plus pertinente. Toujours est-il que l'Europe s'apprête à donner le feu vert au glyphosate le feu vert et la santé publique perdra une occasion importante pour la prévention du cancer. Les taux de cancer peuvent être réduits en retirant des produits chimiques dangereux du marché ».

L'avis de l'ECHA n'est pas facile à comprendre. Mme Jensen poursuit : « le CIRC est la référence internationale pour l'évaluation des substances cancérigènes. Il est incompréhensible que les institutions de l'UE arrivent à un résultat aussi radicalement différent : le comité de l'ECHA n'a même pas donné au glyphosate le classement d'un « carcinogène possible ». C'est le genre de contradiction qui nourrit les soupçons du public quant à la fiabilité des opinions des agences scientifiques de l'UE ».

L'opinion du CIRC se base notamment sur sept études qui ont montré une incidence tumorale significativement accrue chez les rats et les souris après que le glyphosate leur a été administré. Toutefois, les résultats de l'ECHA n'ont pas été complètement inattendus, étant donné que les avis précédents de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques (BfR) avaient tous deux rejeté les éléments de preuves contenus dans ces sept études. Des critiques ont été formulées à propos de ce rejet, notamment par Peter Clausing dans le document “The Carcinogenic Hazard of Glyphosate [2]]” . L'évaluation de l'ECHA, tout en reconnaissant l'augmentation limitée d'incidence des tumeurs de manière souffre des mêmes problèmes d'analyse que l'EFSA et le BfR pour parvenir à la conclusion qu'elles ne constituent pas une preuve suffisante de cancérogénicité.

Le manque de transparence dans le processus de classification des agences européennes est de plus en plus préoccupant. Une lettre conjointe (http://env-health.org/IMG/pdf/open_letter_to_echa_06032017.pdf) adressée à la Commission par Greenpeace, HEAL et de nombreux autres groupes a souligné que le comité de l'ECHA utilisait des « preuves scientifiques non publiées et fournies par l'industrie pour formuler ses avis » en plus des études publiées dans des revues à comité de lecture.

La lettre exprimait également des préoccupations au sujet des conflits d'intérêts de certains membres du comité d'experts de l'ECHA. « Nous vous demandons respectueusement d'appliquer et d'améliorer les politiques de l'ECHA pour préserver son indépendance vis-à-vis de l'industrie et la transparence de son travail », précise la lettre.

En février 2017, le Commissaire européen pour la santé et la sécurité alimentaire, Vytinis Andriukeitas, a également exprimé ses préoccupations et a suggéré qu'une réforme pourrait être nécessaire. Selon le procès-verbal d'une réunion de la Commission européenne [3]], il a déclaré : « Le principal problème, selon lui, est le manque de confiance du public dans la science et le sentiment que l'Europe ne les protége pas suffisamment des effets de certaines substances chimiques ». Le procès-verbal indique également qu'Andriukeitas a estimé que cela impliquait « une réforme des agences de l'UE chargées de fournir la base scientifique de ces décisions et de leurs procédures pour les rendre plus transparentes ».

Cette décision est d'autant plus inattendue que les éléments de preuves à charge du glyphosate continuent de s'accum[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 10 minutes
APF ICM

Vos réponses peuvent aider d'autres personnes.


Présentation

  • Je suis : Une femme
  • Je m'appelle (prénom fictif ou pas) : Hélène
  • Votre âge ? : 46 ans
  • Où habitez-vous actuellement (département ou ville) ?

Paris 13ème !

  • Votre IMC se manifeste comment ?

Mon IMC est une Atteinte Neurologique et des petits problèmes d'éclatements de vaisseaux à la naissance et il y a eu un très gros blocage psychologique et de très gros problèmes psychologiques qui à fait que j'ai marché après deux semaines de psychothérapie et qu'en m'inscrivant dans une école normale, la directrice de l'école à dit que je pourrais y rentrer à une condition c'est que je me débrouille pour marcher toute seule et j'ai été dans un centre pour enfants imc où j'y ai fait deux ans de l'équivalent de maternelle.

  • A l'école primaire ; Quel type d'école ?

École ordinaire.

  • Comment c'est déroulé votre parcours scolaire ?

J'ai fait une année de maternelle à l'école normale mais dans une école pour enfants qui ont des problèmes de santé.

J'ai été deux ans dans un Centre pour enfants imc où j'y ai fait deux ans de l'équivalent de l'école maternelle et toute ma kinésithérapie jusqu'à 19 ans et vu que j'ai marché après deux semaines en ayant été en psychothérapie avec Madame Dolto étant petite, de 4 ans à 7 ans. J'ai réussi à me débloquer pour marcher toute seule.

  • Avez-vous bénéficié d'une aide ?

J'ai repris une canne simple étant petite, à l'age de 13 ans car j'ai eu très peur de traverser la rue à cause des voitures qui roulaient très vite et aussi à cause de ce blocage psychologique qui m'empêchait de marcher alors que ce blocage psychologique a été léger et j'ai failli me retrouver en école spécialisée pour cause de souffrance psychologique et de problèmes psychologiques tout en ayant du mal à communiquer mais au final, je n'ai pas eu besoin donc j'ai fait ma scolarité en école normale jusqu'en 1ére en ne suivant que certains cours.

  • Avez-vous rencontré des problèmes avec l'accessibilité ?

Non mais j'ai eu beaucoup de mal à accepter les contraintes.

Et vu que j'avais des problèmes de rires incontrôlables, des pleurs et des hurlements qui perturbaient les cours, j'ai été dans une école fondée par monsieur Ovide Decroly qui était une école avec des méthodes aménagées et cela m'a mieux ouverte vers l'extérieur et m'a permis de mieux m'exprimer. Je suis allée également dans un cours de rattrapage scolaire où j'ai fait une remise à niveau de 3e en apprenant à taper à la machine et j'ai fait un mois d'école Pigier de secrétariat qui ne m'a pas convenu et j'ai du m'arrêter à cause de ma pathologie IMC.

  • Vos contacts avec les autres :

Très contente d'avoir fait ma scolarité à l'école ordinaire avec des méthodes aménagées et dans un cours de rattrapage scolaire ou les professeurs acceptaient des élèves qui avaient interrompues leurs scolarité après un CAP ou autres et j'ai travaillé avec une ergothérapeutes de formation qui avait fondé une école pour jeunes en difficultés. Mes contacts ont été bons et mauvais dans la mesure où j'ai senti la moquerie des enfants et que je ne me rendais pas compte alors, je souffrais mais les profs ont été bons dans la mesure où j'ai fait un travail sur la psychologie de l'Être humain en montage diapos.

  • Qu'avez-vous envie d'ajouter ?

Je remercie les écoles où je suis allée car je n'ai pas eu besoin de me retrouvée en école spécialisée.

  • Comment c'est déroulé votre parcours dans le secondaire ?

J'ai été dans une école fondée par Monsieur Ovide Decroly et vu que c'était des méthodes aménagées, je m'y suis sentie très bien et j'ai été jusqu'en seconde tout en ayant fait 5 mois de seconde F8 par correspondance qui n'ont pas marché et vu que j'ai du m'arrêter du à ma pathologie IMC pendant un an, j'ai lu sur les livres de 1ere F8 et de Terminale F8 sur lesquels j'ai travaillé.

  • Avez-vous bénéficié d'une aide ?

Une Canne Simple et j'ai travaillé avec une dame ergotérapeute de formation qui avait fondé une école pour jeunes en difficulté du à mes problèmes de compréhension à l'école et j'ai été dans un cours de rattrapage scolaire où les profs acceptait des élèves qui avaient interrompus leurs scolarité en 5e ou autres et j'ai du faire une remise à niveau de classe de 3e en apprenant à taper à la machine et j'ai eu de très bons camarades de classe et de très bons profs malgré des moments très durs à l'école.

  • Avez-vous rencontré des prob[...]
Actualité
Il y a 23 minutes
ICM

Le Pr. Nina Dronkers du Sandler Neurosciences Center , était à l’ICM – Institut du Cerveau et de la Moelle épinière le 19 Juin 2017 pour donner une conférence sur « Le langage et le cerveau : des modèles classique à une approche plus complexe. ».


Retrouvez toutes les vidéos de la série « Chercheurs invités » sur notre chaîne Youtube.

Actualité
Il y a 34 minutes
sante-medecine-RFI

Un rapport sur les risques induits par la présence d’aluminium dans les vaccins vient d’être rendu public par le journal Le Parisien. Des conclusions qui datent de plusieurs mois alors que la vaccination jusque-là recommandée de huit vaccins sup[...]

Actualité
Il y a 40 minutes
Réseau Santé Qualité

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) et Santé publique France publient le nouveau rapport sur « L'état de santé de la population en France ». Cet ouvrage de référence, rédigé avec l'ensemble des producteurs de données de santé, fournit plus de 200 indicateurs. Il permet de décrire les évolutions de l'état de santé de la population et de ses principaux déterminants. Dans cette nouvelle édition, les données régionales et les inégalités sociales de santé occupent une place importante. Avec la participation de la Fédération nationale des observatoires régionaux de santé (FNORS), dix-huit fiches régionales et une typologie sociale communale o[...]

Actualité
Il y a 40 minutes
Réseau Santé Qualité

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) et Santé publique France publient le nouveau rapport sur « L'état de santé de la population en France ». Cet ouvrage de référence, rédigé avec l'ensemble des producteurs de données de santé, fournit plus de 200 indicateurs. Il permet de décrire les évolutions de l'état de santé de la population et de ses principaux déterminants. Dans cette nouvelle édition, les données régionales et les inégalités sociales de santé occupent une place importante. Avec la participation de la Fédération nationale des observatoires régionaux de santé (FNORS), dix-huit fiches régionales et une typologie sociale communale o[...]

Actualité
Il y a 40 minutes
Réseau Santé Qualité

La Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) et Santé publique France publient le nouveau rapport sur « L'état de santé de la population en France ». Cet ouvrage de référence, rédigé avec l'ensemble des producteurs de données de santé, fournit plus de 200 indicateurs. Il permet de décrire les évolutions de l'état de santé de la population et de ses principaux déterminants. Dans cette nouvelle édition, les données régionales et les inégalités sociales de santé occupent une place importante. Avec la participation de la Fédération nationale des observatoires régionaux de santé (FNORS), dix-huit fiches régionales et une typologie sociale communale o[...]