Actualité
Il y a 1 mois
Le bisphénol A reconnu perturbateur endocrinien par l’Europe

Bruxelles, le lundi 19 juin 2017 - La France et quelques autres pays européens ont adopté ces dernières années des réglementations très strictes pour restreindre l’utilisation du bisphénol A. Si l’Europe a emboité le pas de ces états pionniers en décidant d’interdire la présence de cette substance dans les biberons ou les tickets de caisse, elle se montra[...]

JIM
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 16 jours
AFD

Sujet tabou et dérangeant, les perturbateurs endocriniens sont au cœur du débat public et politique depuis de nombreux mois. Après quatre années de débats controversés, les Etats membres de l’Union européenne ont (enfin) adopté le 4 juillet dernier une définition claire des perturbateurs endocriniens. « Dans le même temps, indique le communiqué de presse du Gouvernement, la Commission européenne a pris des engagements pour accélérer sa politique de lutte contre ces substances chimiques interférant avec les systèmes hormonaux¹.» Le rôle supposé des perturbateurs endocriniens (pesticides, bisphénol A etc.) dans le développement des épidémies telles que le diabète et l’obésité oblige aujourd’hui la Fédération Française des Diabétiques à réagir.

Une définition complexe

Le perturbateur endocrinien est selon l’Organisation Mondiale de la Santé « une substance ou un mélange de substances, qui altère les fonctions du système endocrinien et de ce fait induit des effets néfastes dans un organisme intact, chez sa progéniture ou au sein de (sous)-populations².»
Cette définition ne faisait pourtant pas consensus au sein des institutions européennes. Sous la pression des lobbies industriels, la Commission européenne qui devait définir et encadrer les perturbateurs endocriniens en 2013, a repoussé l’échéance à 2017. Cette inertie a été cependant condamnée par le tribunal de l’Union européenne en décembre 2015 car la Commission « n’a pas respecté les délais pour définir les perturbateurs endocriniens dans les biocides

Adoption d'une définition européenne

A ce jour, le gouvernement indique à l’occasion d’un communiqué de presse que la Commission européenne a apporté des garanties supplémentaires à savoir :

  • « l’application immédiate des nouveaux critères aux substances en cours de réévaluation au niveau communautaire ;
  • le lancement d’une stratégie européenne prenant en compte toutes les expositions possibles, notamment dans les jouets, les cosmétiques et les emballages alimentaires ;
  • la mobilisation de 50 millions d’euros complémentaires en faveur de la recherche sur les effets des perturbateurs endocriniens, dès 2018 ;
  • la présentation rapide d’une évaluation de l’efficience de ces critères et de l’effet des exemptions introduites.³ »
La France également à l'oeuvre

Le gouvernement indique qu’il reste « fortement mobilisé pour réduire l’exposition et les risques que représentent les perturbateurs endocriniens pour la population et l’environnement.» Il annonce à ce titre qu’il :

- « prend également des mesures pour améliorer la transparence sur les produits phytopharmaceutiques et biocides mis sur le marché français »
- « va aussi renforcer l’information des consommateurs et augmenter les moyens de la recherche sur les perturbateurs endocriniens et leur substitution.4 »

¹ Communiqué de presse du Gouvernement du 4 juillet 2017
² OMS, 2002
³ Communiqué de presse du Gouvernement du 4 juillet 2017
4Communiqué de presse du Gouvernement[...]

Actualité
Il y a 1 mois
SNPI

Le bisphénol A vient d'être inscrit sur la liste des substances extrêmement préoccupantes en tant que perturbateur endocrinien. C'est ce qu'a décidé, sur demande de la France, le comité des États membres de l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) le 16 juin 2017. Le bisphénol A est une substance de synthèse utilisée notamment dans certains produits en plastique de la vie courante (jouets, contenants alimentaires, cosmétiques, etc.).

Une reconnaissance sur demande de la France

Le classement du bisphénol A (BPA) comme perturbateur endocrinien a été proposé, en février 2017, par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) dans le cadre du règlement européen REACH. Ce règlement s'applique à toutes les substances chimiques fabriquées, importées, commercialisées et utilisées en Europe. Il comprend une liste de substances extrêmement préoccupantes susceptibles d'avoir des effets graves sur la santé humaine et l'environnement (substances cancérogènes, mutagènes, perturbateurs endocriniens, etc.).

Il s'agit de la seconde inscription du Bisphénol A sur cette liste. Le 19 décembre 2016 déjà, sur proposition de l'Anses, le BPA avait été inscrit en raison de ses propriétés reprotoxiques (pouvant altérer la fertilité).

En France, le bisphénol A est interdit depuis juin 2010 dans les biberons et depuis le 1er janvier 2013 dans les contenants alimentaires destinés aux enfants de moins de trois ans. Cette interdiction a été étendue le 1er janvier 2015 à tous les contenants alimentaires. A compter de 2020, la mise sur le marché du BPA à une concentration égale ou supérieure à 0,02% dans les papiers thermiques (tickets de caisse, reçus de carte bancaire, etc.) sera également interdite au niveau européen.

Quelles conséquences sur l'usage du bis[...]

Actualité
Le Bisphénol A enfin reconnu perturbateur endocrinien !
Il y a 1 mois
IPSE

Déjà huit ans que le Réseau Environnement Santé (RES) a alerté la communauté scientifique, les élus parlementaires et territoriaux, les acteurs de la société civile sur les perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques, d’origine naturelle ou artificielle, étrangères à l’organisme qui peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire ainsi des effets délétères sur cet organisme ou sur ses descendants .Enfin malgré le poids financier des lobbys des industries pourvoyeuses, l’Agence Européenne des produits chimiques (Echa) le reconnait désormais comme « substance extrêmement préoccupante », ce qui représente le plus haut niveau de toxicité. Ce serait la première fois qu’une substance est considérée « très préoccupante », en raison de ses effets. La prise de conscience est désormais amorcée !

Aussi les groupes de protection sociale et les mutuelles ont un rôle de sensibilisation à jouer. Déjà en 2013, notre adhérent, la Mutualité Française s’interrogeait en organisant un colloque sur le thème : « Perturbateurs endocriniens : Quels impacts chez les publics fragiles ? Qu[...]

Actualité
Il y a 1 mois
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

L'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a annoncé reconnaître que le bisphénol A, déjà présent sur sa liste des "substances extrêmement préoccupantes", est un perturbateur endocrinien.


Actualité
Il y a 1 mois
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Sous l'impulsion de la France, l'Agence européenne des produits chimiques a reconnu le bisphénol A comme perturbateur endocrinien. Une décision qui pourrait faire évoluer sa réglementation.


Actualité
Il y a 1 mois
Quotidien du médecin

Le comité des États membres de l'agence européenne des produits chimiques (ECHA) vient de classer à l'unanimité le bisphénol A dans la catégorie des substances extrêmement préoccupante dans le cadre du règlement REACh, au vu de ses propr...