Actualité
Il y a 9 jours
Le propranolol, une alternative thérapeutique pour certains sarcomes de Kaposi classiques ?

Le sarcome de Kaposi (SK) est une tumeur angio-proliférative de bas grade due à une infection par le virus HHV- 8.
Le propranolol per os est prescrit avec succès depuis quelques années dans des tumeurs vasculaires comme les hémangiomes du nouveau-né , les hémangio-endothéliomes et les angiomes en touffe.
Dans les formes cutanées de SK classiques, divers t[...]

JIM
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Blog
Il y a 1 heures
Rhumatologie en Pratique

Je suis terrifié par ce que le corps médical a fait de la douleur. Le scoop remonte aux années 1990. « Plus personne ne doit souffrir ! ». Les gens se sont fait déposséder de leur douleur, l’ont apportée chez le médecin. Dans l’attente, confiants, qu’il la réduise en cendres. Quelques traces auraient été gardées entre les pages d’un carnet médical, en souvenir, et afin de pister ses éventuelles renaissances. Les gens seraient repartis entièrement allégés d’un énorme poids… le poids de la vie ? Et derrière elle, dans l’ombre, le spectre de la mort ? Celui qui ajoute l’insupportable douleur morale à la douleur physique. Ma mort, jugement moral de ma vie…

Qu’est-ce que la douleur physique ? Une information essentielle à notre organisme. Lien entre ses premiers étages d’organisation, la biologie, et les suivants jusqu’au contrôle central le plus élevé, la conscience. Pour un fonctionnement optimal, la physiologie doit rester dans une fourchette de stabilité. Les signaux avertisseurs assurent une réponse correcte aux incidents, accidents, agressions extérieures, dont le cerveau est prévenu par ses terminaisons sensorielles. La douleur fait partie des alertes les plus simples. On l’évalue couramment avec une échelle graduée de 1 à 10. Information surtout quantitative, certes, mais ses aspects qualitatifs existent : la douleur a différentes « saveurs », provient d’endroits différents, renseigne par son évolution. Grossière tout de même comparée aux sons et images traduites par les langages en un véritable univers conceptuel, la douleur est une information facile à rendre efficace. Le plus fruste des animaux en est capable. Même un organisme dépourvu de cerveau sait utiliser la douleur pour améliorer sa survivance. La douleur est l’un des signaux les plus décisionnaires dans le comportement, quand une foule d’aiguillages se présentent incessamment. Davantage qu’empêchement d’agir, elle est sélecteur de l’agir. Elle contribue à structurer le comportement en une efflorescence de ramifications adaptée à la diversité des évènements. Elle augmente notre contrôle sur le monde à travers cet instrument incontournable : le corps. L’intégrité physique fait la justesse de nos informations, et facilite en retour celle de nos intentions. Se priver d’une information aussi essentielle que la douleur, à propos de notre intégrité, est poser des oeillères à nos intentions. Dans un cabinet médical, la transmettre à quelqu’un qui ne peut l’éprouver mais seulement la transposer sur une réglette graduée de 1 à 10, est un pur scandale en termes de communication. Seule la personne qui éprouve perçoit toute la palette de ses variations, selon d’infimes changements de posture, de tracé du mouvement, de changement d’habitudes, d’alternances, de réentraînements.

Déposséder les gens de leur douleur fut un exploit de marketing extraordinaire, comme il en existe peu dans l’histoire économique. Il faut espérer que ce n’était pas l’objectif des médecins initiateurs, mais les faits sont là. Une partie considérable de la population s’est mise à représenter ses sensations douloureuses, au lieu de les éprouver, et à apporter ces représentations au médecin, pour qu’il les interprète, un peu comme on montre des dessins scolaires au psy pour savoir ce qu’ils révèlent sur l’inconscient de leur auteur. Tout un marché de la représentation de la douleur s’est mis en place. Des adjectifs se disputent la célébrité ; la douleur est extrême, diffuse, insupportable, permanent[...]

Actualité
Il y a 20 heures
JIM

Londres, le samedi 23 septembre 2017 – Nous sommes en 1962. Un jeune patient apprend qu’il souffre d’une pathologie incurable. Le pronostic est très pessimiste. Il ne devrait pas pouvoir vivre plus que quelques années. Pourtant, au mois de juillet, l’homme a fêté son 75ème anniversaire, après avoir mené une très brillante carrière et alors qu’il continue d’ex[...]

Actualité
Il y a 22 heures
JIM

Associés à la thérapie cognitive, les antidépresseurs sont un traitement de choix pour les troubles anxieux. S’ils ont prouvé leur efficacité à la phase aiguë, le bénéfice conféré sur le long terme est toutefois moins bien connu. Les recommandations internationales préconisent d’interrompre progressivement le traitement après 6 à 24 mois, mais il semble que [...]

Presse médicale
Il y a 1 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 22 September 2017
Source:Annales de Chirurgie Plastique Esthétique
Author(s): M. Prevot, C. Thomet, B. Cornette de Saint-Cyr, A. Marchac, E. Delay
Le but de cet article est de présenter les différentes techniques de rajeunissement du front ainsi que leurs indications. Le lissage cutané, les injections de fillers ou de toxine botulique, le lifting frontal par voie endoscopique, par voie transpalpébrale ou le lifting classique par incision bicoronale doivent être parfaitement connus des chirurgiens plasticiens dans le cadre du traitement global du vieillissement du visage. Seule la chirurgie permet d’obtenir des résultats pérennes et nous devons la proposer dès que les stigmates du vieillissement sont installés.The goal of this article is to provide a systemic approach to forehead rejuven[...]

Actualité
Il y a 1 jours
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusage[...]

Actualité
Il y a 1 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Les médicaments anti-cancer ne sont pas toujours adaptés aux enfants. Le laboratoire de l'Institut Gustave Roussy transforme un traitement de chimiothérapie, initialement sous forme de poudre à injecter ou de comprimés, en sirop afin que des enfants puissent les prendre facilement. Nous avons rencontré Eve, 11 ans, atteinte d'un cancer des os qui bénéficie d'un de c[...]