Actualité
Il y a 3 mois
Le risque de dépression, en rapport avec l’apport en calcium et magnésium ?

Selon l’OMS, environ 350 millions de personnes à travers le monde sont concernées par la dépression, et celle-ci va représenter « la seconde cause de maladie vers 2030. » On connaît certains facteurs de risque comme la sédentarité, une durée de sommeil « trop courte ou trop longue » ou un stress prolongé. Et à l’inverse, divers facteurs diététiques et nutriti[...]

JIM
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Presse médicale
Il y a 3 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 19 August 2017
Source:Le Praticien en Anesthésie Réanimation
Author(s): Karim Bouattour, Nicolas Boquillon, Audrey Stalla-bourdillon, Sonia Levenet, Agnès Lecinq, Mickael Soued, Frédéric J. Mercier
En raison d’une mortalité maternelle importante et malgré des progrès thérapeutiques manifestes, l’hypertension pulmonaire (HTP) reste une contre-indication formelle à la grossesse. Des stratégies de prévention de la grossesse incluant la prise d’une contraception adéquate doivent être proposées à toute patiente porteuse d’une HTP. Toute grossesse impose une prise en charge dans un centre de référence de l’HTP. Une interruption thérapeutique de grossesse doit être systématiquement proposée et pratiquée le plus tôt possible. Si la grossesse est poursuivie, un suivi multidisciplinaire régulier est nécessaire afin d’adapter le traitement de fond, dépister les complications respiratoires, hémodynamiques et obstétricales. L’accouchement par voie basse ou par césarienne requiert la présence d’une équipe dédiée et doit être programmé. La césarienne, réalisée entre 34 et 36 semaines d’aménorrhée, reste le mode d’accouchement préférentiel car elle permet de s’affranchir des contraintes hémodynamiques liées à la douleur pendant le travail et aux efforts expulsifs. L’accouchement par voie basse est néanmoins possible sous certaines conditions de monitorage et de surveillance et permet de diminuer le risque de saignement, d’infection et de maladie veineuse thromboembolique par rapport à la césarienne. L’anesthésie locorégionale est à privilégier, indépendamment de la voie d’accouchement, car l’anesthésie générale est probablement associée à une surmortalité. Une surveillance étroite, en unité de soins continu ou en réanimation, est nécessaire durant plusieurs jours en post-partum du fait du risque de décompensation.Because of high maternal mortality,[...]

Actualité
Il y a 18 heures
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusages et des nombreus[...]

Actualité
Il y a 21 heures
JIM

Poursuivre une grossesse sous corticothérapie prolongée pour une maladie chronique n’est pas une situation exceptionnelle. Ce traitement peut alors comporter des risques pour le fœtus et le nouveau-né. La prednisolone est le médicament de choix car la concentration fœtale estimée est de 10 % du taux maternel en raison de la conversion par l’enzyme plac[...]

Presse médicale
Il y a 22 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 18 August 2017
Source:Nutrition Clinique et Métabolisme
Author(s): Éric Vallée, Élise Vastel, Marie-Astrid Piquet, Véronique Savey
ObjectifLes médecins généralistes manifestent des difficultés à prendre en charge la sédentarité, dans un contexte où s’imposent à eux d’importantes contraintes de temps. Cette étude a évalué l’efficacité d’une intervention brève sur l’activité physique auprès de patients consultant pour renouvellement d’ordonnance.Matériels et méthodesUne évaluation des pratiques professionnelles, prenant la forme d’une étude quasi expérimentale en deux phases, a été réalisée dans un pôle de santé normand entre décembre 2015 et avril 2016. Tous les sujets majeurs étaient inclus. Durant la première phase, les conditions de consultation étaient usuelles. La seconde phase était marquée par la dispense d’un conseil minimal abordant l’activité physique en fin de consultation. Le critère de jugement principal était l’intensité de l’activité physique pratiquée six mois après l’inclusion selon la version courte de l’International Physical Activity Questionnaire (IPAQ).RésultatsFurent inclus 95 patients : 46 pendant la première phase et 49 durant la seconde. L’âge moyen était de 70,2 ans. Les femmes représentaient 54,7 % de l’effectif. La pratique de l’activité physique à 6 mois était significativement plus intense chez les sujets ayant bénéficié du conseil minimal (p0,001). Parmi ces derniers, 36,2 % pratiquaient une activité intense, 51,0 % une activité modérée et 12,8 % une activité faible. Comparativement, 9,1 % des sujets non conseillés avaient une pratique intense, 47,7 % une pratique modérée et 43,2 % une pratique faible.ConclusionUn conseil minimal délivré en fin de consultation pour renouvellement d’ordonnance favorise la pratique de l’activité physique à six mois.ObjectivesGeneral practitioners have significant difficulties in promoting physical activity, within a challenging context where time is lacking. This study assessed the effectiveness of briefly addressing physical activity with patients consulting for prescription renewal.Materials and methodsA quasi-experimental study, in two phases, was performed in a French medical office from December 2015 until April 2016. Patients aged 18 or over were included. In the first phase, the consultations were as usual. In the second phase, a brief advice about physical activity was provided to the patients at the end of the consultation. The primary endpoint was the level of intensity of the physical activity practiced six months after the inclusion, based on the short form of International Physical Activity Questionnaire (IPAQ).ResultsA total of 95 patients were included: 46 during the first phase and 49 during the second. The study population consisted of 54.7 % of women. The mean age was 70.2. Patients who benefited from the minimal intervention were significantly more active (P0.001) than patients from the[...]

Presse médicale
Il y a 1 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 18 August 2017
Source:Archives des Maladies du Coeur et des Vaisseaux - Pratique
Author(s): F. Campelo-Parada, L. Cheddadi, D. Carrié


Actualité
Il y a 1 jours
Santé Environnement

Notre système alimentaire nous confronte aujourd'hui à de nombreuses problématiques. Il exerce des pressions importantes et souvent destructrices sur l'environnement chez nous et dans les pays du Sud (perte de biodiversité, pollutions, changements climatiques). Les impacts sur la santé (obésité, maladies cardio-vasculaires, cancers, etc.) et les inégalités sociales sont particulièrement préoccupants. Les ménage, bien que sensibles à l'idée d'une nourriture de qualité, ne sont pas forcément prêts à modifier leurs habitudes alimentaires parce qu'ils craignent d'y laisser une part trop importante de leur budget ou ne savent tout simplement pas comment s'y prendre.

Apprendre au consommateur à s'interroger sur son alimentation, à respecter la nourriture et celui qui la produit, retrouver le plaisir de manger sain, local et de saison, découvrir les savoir-faire culinaires et la conservation des aliments, le tout en ménageant son budget et son temps : telles sont les lignes de force d'un Défi Alimentation Durable.

Dans le prolongement du Défi Alimentation Durable namurois, Inter-Environnement Wallonie et Espace Environnement ont bénéficié du soutien du Ministre wallon de l'Environnement pour développer un kit d'animation à destination des animateurs socio-culturels qui souhaitent aborder cette thématique avec leurs publics.

Cet outil a été développé en partenariat avec cinq associations wallonnes avec qui Inter-Environnement Wallonie et Espace Environnement ont collaboré afin de transposer le Défi Alimentation Durable à des ménages au revenu plus modeste et/ou qui ne sont pas d'emblée sensibilisés à la thématique de l'alimentation durable.

Un des objectifs de ce kit est de donner des ressources et éléments méthodologiques aux animateurs afin qu'ils puissent lancer un « Défi Alimentation Durable » avec des groupes constitués qu'ils accompagnent. Il présente également quelques notions clés liées à l'alimentation durable ainsi qu'une série d'activités qui peuvent être organisées dans le cadre du Défi. Sans se prétendre exhaustif, il référence également des animations et outils existants en éducation à l'alimentation[...]