Actualité
Le surpoids augmente les risques d’avoir un enfant atteint de malformations
Il y a 2 mois
Le surpoids augmente les risques d’avoir un enfant atteint de malformations

Récemment, des chercheurs suédois ont montré que les femmes en surpoids présentaient un risque plus élevé d’avoir un enfant atteint de malformations à la naissance. Ce risque est d’autant plus important que la femme souffre d’obésité sévère. Les malformations concernent le cœur, le squelette, l’appareil urinaire ou encore les lèvres. C’est en équilibrant le poids de la future mère avant et non pendant la grossesse que l’on diminue ce risque de malformations.

Quand parle-t-on de surpoids et d’obésité ?

Le surpoids et l’obésité sont des pathologies en augmentation constante.

Elles ont une définition médicale précise : on considère que l’individu est dans un poids d’équilibre, qui lui permet d’être en bonne santé, si son Indice de Masse Corporelle (IMC) se situe entre 18 et 25 kg/m2.

Le surpoids est plus ou moins sévère :

  1. Surpoids : IMC entre 25 et 30 kg/m2
  2. Obésité stade I : IMC entre 30 et 35 kg/m2
  3. Obésité stade II : IMC entre 35 et 40 kg/m2
  4. Obésité stade III : IMC 40 kg/m2

Tout surpoids entraîne des problèmes de santé.

Les femmes en surpoids ou obèses ont plus de risques de faire une fausse couche ou un accouchement prématuré, ou que le fœtus décède pendant la grossesse. Dans ce dernier cas, on parle de « mort fœtale in utero ».

Le fœtus peut être atteint de malformations :

  1. Cœur (1,6%)
  2. Organes génitaux (0,5%)
  3. Lèvres (0,4%), notamment des anomalies des fentes orofaciales (0,1 %). Ce sont des malformations congénitales touchant les lèvres et le palais osseux et qui nécessitent souvent un traitement chirurgical.
  4. Système urinaire (0,3%)
  5. Yeux (0,2%)
  6. Le système nerveux (0,1%)
  7. Cordon ombilical, avec pour conséquence une altération des échanges entre la mère et l’enfant.

De plus, ces complications se détectent plus difficilement à l’échographie, d’autant plus que l’IMC de la mère est élevé.

La proportion de bébés atteints de malformations augmente proportionnellement au degré d’obésité de la mère. Elle est de :

  1. 3,4% chez les femmes dont l’IMC est qualifié de « normal » (entre 18 et 25 kg/m2)
  2. 3,5% chez les femmes en surpoids
  3. 3,8% en cas d’obésité de stade I
  4. 4,2% en cas d’obésité de stade II
  5. 4,7% en cas d’obésité de stade III

Cette augmentation du risque de malformation quand le poids de la mère est trop important est retrouvé pour toutes les types d’anomalies. Pour les malformations cardiaques, les femmes souffrant d’obésité de stade III ont un sur-risque d’avoir un enfant malade évalué à 1,88 par les statisticiens, ce qui signifie 1,88 fois plus de « chance » que le bébé soit mal-formé au niveau du cœur. C’est presque deux fois plus que pour une femme de poids normal !

Ces risques sont-ils dus au diabète?

Dans une grande étude suédoise, des chercheurs se sont demandés si ces complications retrouvées chez les femmes en surpoids étaient liées au diabète. Le diabète se défini par un taux de sucre trop élevé dans le sang. On parle d’« hyperglycémie ». Cette anomalie est parfois héréditaire (diabète de type 1), mais le plus souvent elle est liée au mode de vie.

Un taux de sucre trop élevé dans le sang est mauvais pour l’organisme et dangereux pour les organes. Fréquemment, le diabète est associé à un surpoids car les facteurs de risques en sont les mêmes : alimentation déséquilibrée, trop riche en sucres simples, et trop pauvre en fruits et légumes, sédentarité, tabagisme, hypertension artérielle…

Les médecins savent qu’une femme souffrant de diabète avant la grossesse est plus à risque de complications pendant la grossesse.

Dans certains cas, c’est au cours de la grossesse que le taux de sucre dans le sang devient trop important. On parle de « diabète gestationnel ». Les causes de cette anomalie sont mal connues.

Dans les deux cas, diabète gestationnel ou diabète pré-gestationnel, il existe un sur-risque de malformations chez l’enfant à naître.

Mais une récente étude a montré que les femmes qui étaient à la fois diabétiques et obèses n’avaient pas un risque nettement supérieur aux femmes obèses mais non diabétiques, d’avoir un enfant atteint de malformations. Le risque élevé de complications fœtales en cas de surpoids ne serait pas lié au taux trop élevé de sucre dans le sang, comme on aurait pu le penser. Ce serait d’autres désordres métaboliques secondaire[...]

Obesité
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 heures
Quotidien du médecin

Un anticorps dirigé contre le virus de la dengue s'est révélé également efficace pour protéger adultes et fœtus contre l'infection par le virus Zika, selon les résultats de travaux menés chez la souris, publiés dans

Actualité
Il y a 3 heures
sante-medecine-RFI

Lutter contre les déserts médicaux ou encore l’absentéisme font partie des objectifs principaux de la e-cabine ou cabine de télémédecine. En France, la première a vu le jour, il y a 3 ans dans une résidence de séniors en Bourgogne. Depuis, les commandes et [...]

Actualité
Il y a 3 heures
PACA CRIPS
Atelier : 13 octobre 2017 - 2 sessions Marseille et Nice - Nos formations et ateliers
Actualité
Il y a 4 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

SCIENCES - Des chercheurs français ont testé une technique prometteuse de stimulation nerveuse...


Actualité
Il y a 5 heures
SNPI

Avec la réforme du code du travail, votre rémunération pourrait baisser car les primes de nuit, d'ancienneté ou le 13e mois seront désormais du ressort des directions.

Les ordonnances définissent trois blocs de négociation collective.

Le premier concerne les thèmes que les branches conservent. On y trouve notamment les salaires minima, les classifications, la mutuelle/prévoyance, l'égalité hommes-femmes, la période d'essai. Ainsi que les conditions de renouvellement des CDD et leur durée globale, et les conditions de recours au contrat de chantier dans leur secteur.

Cela ne veut pas dire qu'il ne peut y avoir d'accord d'entreprise sur le sujet. Mais, pour pouvoir s'appliquer, il faut qu'il offre des garanties "au moins équivalentes" (terme peu clair aux yeux des juristes, qui redoutent déjà des contentieux).

Deuxième bloc, celui qui concerne les sujets qui reviennent à l'entreprise sauf si les branches décident expressément de garder la main dessus. C'est le cas de la prévention de la pénibilité, de l'emploi des travailleurs handicapés, des primes pour travaux dangereux ou insalubres. Si la branche verrouille ces sujets, un accord d'entreprise ne peut se déployer que s'il prévoit des "garanties au moins équivalent[...]

Actualité
Il y a 6 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Des chercheurs lyonnais ont stimulé pendant un mois le nerf vague d'un patient souffrant d'une grave lésion cérébrale.