Actualité
Il y a 4 mois
L'encadrement des nanomatériaux totalement à la masse
Voilà 10 ans (et plus) que la question de l'encadrement des nanomatériaux a été posée. Qu'il s'agisse de l'encadrement législatif, par le biais de REACH, ou de l'encadrement des protocoles de recherche, les constats étaient unanimes : le cadre existant à l'époque était insuffisant. Et le bilan à tirer des initiatives menées depuis pour le compléter est tristement cauchemardesque.

Le registre belge des nanomatériaux prêt à fondre comme neige au soleil ?

Adopté lors de la précédente législature, l'arrêté royal du 27 mai 2014 relatif à « la mise sur le marché des substances manufacturées à l'état nanoparticulaire » prévoit l'enregistrement des nanoparticules manufacturées en tant que substances ou utilisées dans un mélange auprès de l'administration fédérale. Fruit de longues négociations, ce registre belge permet de pallier à l'absence d'enregistrement européen (voir ci-dessous, chapitre REACH) et fournira aux autorités fédérales les informations indispensables pour savoir où se trouvent les substances manufacturées à l'état nanoparticulaires – et quels risques pourraient en découler.

Le registre fédéral prévoit trois phases : l'enregistrement des substances pour le 1er janvier 2016, l'enregistrement des mélanges pour le 1er janvier 2017 et l'enregistrement des produits pour lesquels la date d'entrée en vigueur a été conditionnée par le gouvernement à la réalisation d'une évaluation (report sine die donc). Si la première a bien eu lieu, les ministres fédéraux compétents (De Block, Marghem et Peeters) ont annoncé à l'automne 2016 leur volonté de reporter d'un an l'entrée en vigueur de l'obligation d'enregistrement pour les mélanges et de supprimer l'obligation d'enregistrement des cosmétiques. Une demande d'avis a été déposée aux différents organes consultatifs, dont le CFDD et le CCE (leur avis conjoint est disponible ici ), au mois de décembre.

Et c'est là qu'on commence à s'inquiéter furieusement.

Les motivations présentées par les ministres pour justifier ce report sont en effet floues (« charge administrative trop importante pour les entreprises ») et non documentées (aucun état des lieux des enregistrements déjà effectués par les entreprises en prévision du 1er janvier 2017 n'a pu être présenté). La portée des modifications qui pourraient découler du travail pour « alléger la charge administrative » n'est pas claire non plus : modification du software, modification de la définition de mélange ? Aucune balise, définie de manière concertée avec l'ensemble des parties prenantes, n'a été présentée.

Les balises fixées lors de la consultation sur l'Arrêté royal de 2014 sont totalement mises de côté en ce qui concerne les produits cosmétiques. En effet, les remarques formulées à l'époque prévoyaient que les cosmétiques puissent être retirés du champ d'application du registre belge si et seulement si les données obtenues par l'Union Européennes dans le cadre de sa législation sur les produits cosmétiques étaient équivalentes à celles demandées par le registre, et accessibles aux différentes administrations fédérales concernées par la problématique. Or, l'inventaire européen des nanomatériaux dans les cosmétiques ne répond à aucun de ces deux critères (voir ci-dessous, chapitre Cosmétiques).

Cette situation entraine donc une incertitude juridique : l'enregistrement des mélanges était dû pour le 1er janvier, et l'arrêté royal qui prévoit le report de cette obligation s'apprête à passer pour avis au Conseil d'Etat. On ne s'attend donc pas à une publication officielle avant le mois d'avril. Elle génère également une iniquité entre les entreprises : comment justifier auprès des entreprises qui ont effectué l'enregistrement de leur(s) mélange(s) en temps et en heure (car oui, il y en a) que finalement non, l'enregistrement est reporté, et l'annonce officielle n'en sera faite que 4 mois après la date prévue pour répondre à cette obligation ?

Bref, tant le fond que la forme de la modification sont inquiétants. D'autant plus quand on se penche sur ce qui se passe dans d'autres Etats-Membres et au niveau européen…

Qu'est ce qu'on nous fait encore manger ?

On le sait : la consommation régulière de bonbons n'est par recommandée pour qui veut préserver ses dents ou limiter ses apports caloriques. Mais la publication concomitante d'une étude de l'INRA et d'un rapport de l'association Agir pour l'environnement vient compléter un tableau déjà peu réjouissant…

Objet de toutes ces attentions : le dioxyde de titane (TiO2). Utilisé dans de nombreux domaines (matériaux de construction, cosmétiques, notamment), il est aussi couramment employé comme additif alimentaire pour ses propriétés d'opacifiant et de colorant blanc, ce tant dans les biscuits que les bonbons ou les chewing gums. On le retrouve sur la liste des ingrédients de ces aliments sous le code E171. Une partie de ce TiO2 est présente sous forme de nanoparticule – mais n'est pas étiquetée, contrairement à ce qu'impose pourtant le règlement européen sur l'information des consommateurs sur les denrées alimentaires (Pour en savoir plus à ce sujet, n'hésitez pas à consulter le site de Veillenanos [1]. Pas de chance pour la transparence !

Le Centre international de recherche contre le cancer (CIRC) avait déjà classé l'exposition par inhalation au TiO2 comme cancérigène possible pour l'homme. Les résultats [2] des travaux de l'INRA et de ses partenaires menés sur l'animal et publiés il y a quelques semaines sont tout aussi inquiétants : non seulement le TiO2 est capable de franchir la barrière intestinale et de passer dans le sang, mais il altère également la réponse immunitaire intestinale et globale. De plus, les chercheurs ont mis en évidence un effet initiateur et promoteur de stades précoces de cancérogenèse colorectale. Ces observations n'étant pas directement extrapolable à l'Homme, l'Agence française recommande la réalisation d'une étude de cancérogenèse qui respecte les lignes directrices de l'OCDE et qui permette de compléter l'analyse.

En parallèle à ces travaux toxicologiques, l'association Agir pour l'environnement a mené l'enquête en magasin à plusieurs reprises. Et là, autre résultat interpellant : si de nombreuses confiseries mentionnent des additifs alimentaires, aucune ne mentionne leur présence sous forme nano, tel qu'imposé par la législation européenne. Or des tests réalisés par l'association sur plusieurs produits ont montré que ces additifs sont bien présents sous forme nanométrique et aux seuils requérant l'étiquetage. Qui est donc allègrement oublié par les fabricants – et dont le respect n'est pas suffisamment contrôlé par les autorités françaises (et la situation n'est probablement pas plus reluisante dans les autres Etats-Membres de l'UE)…

L'inventaire européen de[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 7 minutes
AFD

Le diagnostic du diabète est tombé :
« Monsieur P., j’ai regardé vos analyses, vous avez du diabète. » Votre médecin vient de vous annoncer que vous avez un diabète de type 2. Cette annonce, inattendue ou redoutée, peut susciter beaucoup de doutes et de questions :Pourquoi moi ? Quels seront les impacts du diabète sur mon quotidien ? Dois-je changer totalement mon alimentation ?

Ce guide vous donnera les repères essentiels pour vous guider dans ces premiers moments. Vous y trouverez les réponses à vos questions, des témoignages de personnes diabétiques et des ressources pratiques.

Pour téléchargez ce guide, rendez-vous dans votre espace perso. Pour avoir accès à ce guide et à tous nos autres guides thématiques, inscrivez-vous à notre newsletter.

Actualité
Il y a 24 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

I Nativi Americani presentano il tasso più alto di obesità di tutti gli Stati Uniti. Ecco perchè il Pow Wow è diventato così importante.


Presse médicale
Il y a 27 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 27 July 2017
Source:La Presse Médicale
Author(s): Hélène Martin, Anne-Laure Liegeon, Jean-François Cuny, Jean-Luc Schmutz, François Truchetet, Amélie Schoeffler


Presse médicale
Il y a 27 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 28 July 2017
Source:La Presse Médicale
Author(s): Enrico Tombetti, Justin C. Mason
Arterial injury with subsequent remodelling and predisposition to arterial stenosis and/or dilation are the hallmarks of Takayasu arteritis. The degree of arterial damage closely aligns with prognosis and therefore its prevention is the predominant aim of therapy. Non-invasive imaging has greatly improved our ability to identify the extent and severity of disease and to monitor its progress. However, many questions remain concerning the optimal use of individual modalities at different stages of disease. Imaging methods for the quantification of arterial damage are lacking[...]

Presse médicale
Il y a 27 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 27 July 2017
Source:La Presse Médicale
Author(s): Frédéric Dutheil, Jean Ferrières, Yolande Esquirol
La sédentarité est la première cause de mortalité évitable.Nous sommes principalement sédentaires au travail.La sédentarité doit donc être pleinement considérée comme un risque professionnel, et une préoccupation majeure des employeurs et des professionnels de santé.L’activité physique de loisirs ne compense que partiellement les effets négatifs de la sédentarité au travail.Bouger au travail sans excès (marcher, rester debout) est bénéfique.Les initiatives proposées en entreprise afin de réduire la sédentarité et augmenter l’activité physique des salariés sont efficaces en termes de santé mentale, physique, et de productivité.La prévention de la sédentarité au travail est un partenariat gagnant-gagnant entre les employeurs et les salariés.Sedentary behaviors are a leading cause of preventable mortality in developed countries.We mainly have sedentary behaviors at work.Sedentary behaviors must be considered as an occupational risk, and therefore must be a major concern for managers and physicians/health researchers.Recreational physical activity only partly compensates for the negative effects of physical inactivity at work.Physical activity at work without excess (walking, standing) is beneficial.Initiatives to reduce physical inactivity and increase physical activity among employees are effective in terms of mental health, ph[...]

Presse médicale
Il y a 27 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 27 July 2017
Source:La Presse Médicale
Author(s): Jean-Yves Le Heuzey
La principale complication de la fibrillation atriale est l’accident vasculaire cérébral.Il y a 20 ans, l’intérêt des antivitamine K a été clairement démontré mais ces médicaments sont difficiles de maniement.Depuis 10 ans, se sont développés les anticoagulants oraux directs qui ont globalement montré une non-infériorité et une diminution très nette des hémorragies intracérébrales par rapport à la warfarine.Les recommandations actuelles proposent d’anticoaguler la grande majorité des patients en fibrillation atriale.Cependant de nombreux points restent en suspens comme l’anticoagulation des patients à faible risque, le choix des dosages des anticoagulants oraux directs, l’anticoagulation selon le type de fibrillation, la stratégie chez les coronariens par exemple.Récemment il a été démontré que chez de nombreux patients il n’y avait pas de rapport chronologique entre survenue des épisodes de fibrillation atriale et survenue des accidents vasculaires cérébraux. Ceci souligne que dans ces cas la fibrillation atriale n’est pas le facteur mais le marqueur du risque thromboembolique.The main complication of atrial fibrillation is stroke.Twenty years ago, the interest of vitamin K antagonist has been clearly demonstrated but these drugs are difficult to manage.For the last 10 years, direct oral anticoagulants have been developed. These drugs have demonstrated a non-inferiority as compared to vitamin K antagonist and a clear decrease in intra cerebral hemorrhages.Anticoagulation is indicated in a large majority of patient[...]