Actualité
Il y a 5 mois
L’hôpital de jour respire

Face à la colère des dirigeants hospitaliers, Marisol Touraine a décidé de suspendre les nouveaux tarifs concernant les activités en hôpitaux de jour.

Espace Infirmier
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Actualité
Actualité
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 8 heures
Réseau CHU
Tourné vers l’avenir avec la reconstruction de son hôpital universitaire à l’horizon 2026, le CHU de Caen Normandie prépare sa mutation en revisitant son identité visuelle. Sobre, le nouveau logo exprime le professionnalisme et la force de ses équipes. Mêlées au U, les trois vagues rappellent le rivage marin ainsi que les trois missions de soins, d’enseignement et de recherche de l’établissement. Leur mouvement souligne le dynamisme et la coordination de la communauté hospitalière. Le lien graphique entre les lettres et les vagues met également en avant le travail d’équipe et la relation soignant/soigné. Quant à l’ancrage géographique du CHU, il est intégré à la dénomination « Caen Normandie » qui associe ville et nouvelle région et réaffirme la vocation régionale de recours[...]
Actualité
Il y a 9 heures
Réseau Santé Qualité

Après dix mois de travaux, un nouveau service de réanimation et soins continus s'ouvre ce mercredi au centre hospitalier de Boulogne. L'hôpital Duchenne poursuit ainsi sa mue, entamée depuis 2012, en investissant cette fois-ci plus de 3 M€ pour améliorer l'hospitalisation des patients.

Ce n'est évidemment pas le lieu où l'on aimerait passer un séjour, mais il faut reconnaître que le nouveau service de réanimation et soins continus du centre hospitalier a été conçu pour le confort optimal des patients.

Spacieux et lumineux, il sera opérationnel dès mercredi après-midi. Après dix mois de travaux, les huit patients vont intégrer ces locaux flambant neufs, divisés en trois unités de soins de six lits : deux zones de réanimation et une zone de soins continus. Ce qui représente plus de chambres qu'auparavant. « L'intérêt aujourd'hui, c'est de pouvoir regrouper sur un seul plateau les mêmes unités avec une totale polyvalence. Elles étaient jusqu'alors distantes géographiquement », explique le directeur Yves Marlier.

Concrètement, la prise en charge n'est pas transformée et la restructuration n'a rien de révolutionnaire, mais elle permet de rationaliser les soins tout en apportant un plus large confort aux patients. « On améliore ainsi les conditions d'accueil d'hospitalisation et la possibilité pour les proches d'être 24 heures sur 24 à leur chevet, ce qui n'était pas le cas avant », poursuit le Dr Pierre Ducq, néphrologue-réanimateur.

Il existe un autre facteur d'amélioration, comme le p[...]

Actualité
Il y a 9 heures
Réseau Santé Qualité

Après dix mois de travaux, un nouveau service de réanimation et soins continus s'ouvre ce mercredi au centre hospitalier de Boulogne. L'hôpital Duchenne poursuit ainsi sa mue, entamée depuis 2012, en investissant cette fois-ci plus de 3 M€ pour améliorer l'hospitalisation des patients.

Ce n'est évidemment pas le lieu où l'on aimerait passer un séjour, mais il faut reconnaître que le nouveau service de réanimation et soins continus du centre hospitalier a été conçu pour le confort optimal des patients.

Spacieux et lumineux, il sera opérationnel dès mercredi après-midi. Après dix mois de travaux, les huit patients vont intégrer ces locaux flambant neufs, divisés en trois unités de soins de six lits : deux zones de réanimation et une zone de soins continus. Ce qui représente plus de chambres qu'auparavant. « L'intérêt aujourd'hui, c'est de pouvoir regrouper sur un seul plateau les mêmes unités avec une totale polyvalence. Elles étaient jusqu'alors distantes géographiquement », explique le directeur Yves Marlier.

Concrètement, la prise en charge n'est pas transformée et la restructuration n'a rien de révolutionnaire, mais elle permet de rationaliser les soins tout en apportant un plus large confort aux patients. « On améliore ainsi les conditions d'accueil d'hospitalisation et la possibilité pour les proches d'être 24 heures sur 24 à leur chevet, ce qui n'était pas le cas avant », poursuit le Dr Pierre Ducq, néphrologue-réanimateur.

Il existe un autre facteur d'amélioration, comme le p[...]

Actualité
Il y a 10 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

OBESITE - Agée de 36 ans, Eman Ahmed Abd El Aty pesait 500 kg il y a encore trois mois mais en avait perdu 323 grâce à un régime alimentaire liquide et une chirurgie bariatrique effectuée en Inde...


Actualité
Il y a 10 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Eman Ahmed Abd El Aty, une Egyptienne de 36 ans était atteinte d'éléphantiasis, une maladie rare qui génère un gonflement des membres et d'autres parties du corps. En obésité extrême, la jeune femme est décédée ce lundi 25 septembre dans un hôpital d'Abu Dhabi.


Actualité
CH Roubaix - Service des soins palliatifs en Bande dessinée
Il y a 11 heures
Réseau Santé Qualité

Au bout du couloir, un médecin agite les bras. Une jeune infirmière stagiaire l'observe interloquée. « Y a eu un décès dans cette chambre. On ne va pas le crier dans le couloir », lui explique l'infirmière qui lui fait découvrir le service. « C'est un code. Tout le monde comprend, renchérit une aide-soignante. Viens. Vite, mais sans courir. » Bienvenue au sein des soins palliatifs de l'hôpital Victor-Provo.

Pendant plusieurs mois, le journaliste et scénariste de bande dessinée Xavier Bétaucourt est venu y passer quelques heures par jour, ou par nuit, pour observer ce service pas comme les autres, discuter avec le personnel. Ce n'était pas la première fois qu'il y mettait les pieds et pas un hasard s'il a eu l'idée d'y consacrer une BD. « J'y étais déjà venu pour accompagner quelqu'un de ma famille, mon frère, confie-t-il. Sur place, je me suis rendu compte que les infirmières, les aides-soignantes, faisaient un boulot incroyable. »

Les soins palliatifs, c'est le service où l'on ne parle plus de guérison. Le personnel soigne la douleur, la souffrance de patients pour lesquels il n'y a plus d'espoir de guérison. En 2016, apprend-on dans la BD, 295 personnes y ont été accueillies. La durée moyenne d'hospitalisation était de onze jours. Des jours intenses, où il faut apprivoiser l'idée soudaine et très concrète de sa propre mort, sans y avoir été forcément préparé. « Les médecins des autres services ne sont pas toujours très francs », glisse une soignante. Et bien des patients ne comprennent pas, ou refusent de s'avouer ce que signifie êtr[...]