Actualité
Il y a 2 mois
L'infirmière scolaire : concours, carrière, missions et fonctions

Retrouvez toutes les informations utiles et pratiques concernant le métier d'infirmier scolaire. Du recrutement à l'évolution de carrière, nous vous proposons de découvrir l'exercice de la profession d'infirmier dans ce domaine, tout en vous donnant la possibilité de vous exprimer sur le forum et de rechercher un emploi dans en santé scolaire, grâce au site www.emploisoignant.com.

Inscription au concours de recrutement

L'infirmière scolaire : concours, carrière, missions et fonctionsConcours unique sur titre d'infirmier(e)s du ministère de l'Education nationale

Condition d'accès (articles 5 et 5 bis de la loi n°83-634 du 13 juillet 83 modifiée, article 19 et suivants de la loi n°84 du 11 janvier 1984 modifiée et décret n°94-1020 du 23 novembre 1994 modifié).

Pour être autorisé à se présenter au concours, les candidats qui peuvent être ressortissants d'un État membre de l'Union Européenne ou d'un autre État partie à l'accord sur l'espace économique européen doivent remplir les conditions générales fixées par la loi n°83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligation des fonctionnaires, c'est à dire :

  • posséder la nationalité française ou la nationalité de l'État dont ils sont ressortissants;
  • jouir de leurs droits civiques;
  • ne pas avoir au bulletin n°2 de leur casier judiciaire (ou autre support selon l'Etat) de mention incompatible avec l'exercice des fonctions;
  • se trouver en position régulière au regard du code du service national de l'Etat dont ils relèvent;
  • remplir les conditions d'aptitude physique pour l'exercice de leur fonction;
  • Aucune limite d'âge n'est opposable

Etre titulaire au moment des épreuves soit :

  • du diplôme d'État d'infirmier(e) ou autre diplômes, certificats ou titres mentionnés à l'article L.474-1 du code de la santé publique;
  • du diplôme d'État d'infirmier(e) de secteur psychiatrique;
  • Aucune dérogation aux conditions énoncées ci-dessus n'est accordée.
  • de l'autorisation d'exercer définitivement la profession d'infirmier(e) sans limitation ou uniquement dans les services des administrations de l'État.

L'Arrêté du 23 octobre 2012 fixe les règles d'organisation générale, la nature et le programme des épreuves du concours de recrutement des infirmiers de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur (texte 4).

Les candidats doivent constituer un dossier, déposé lors de la confirmation d'inscription comportant obligatoirement :

  • une copie des titres et diplômes acquis ;
  • l'attestation d'inscription au conseil de l'ordre infirmier ;
  • un CV détaillé indiquant les formations suivies, les emplois occupés, les stages effectués, et le cas échéant, la nature des activités et travaux qu'ils ont réalisés ou auxquels ils ont pris part.

L'Arrêté du 28 décembre 2012 fixe les conditions d'organisation du concours ainsi que la composition et le fonctionnement du jury pour le recrutement des infirmiers de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur (texte 7).

Épreuve écrite d'admissibilité (durée 3 heures- coefficient 1)

Elle consiste en l'apport de réponses à une ou plusieurs questions concernant la profession d'infirmier(e). Ces questions portent sur les matières figurant au programme fixé pour l'obtention du DE d'infirmier et sont abordées dans le cadre des missions que sont amenés à remplir les infirmier(e)s du ministère chargé de l'Education nationale. Nul ne peut être déclaré admissible s'il n'obtient une note fixée par le jury, qui en tout état de cause ne peut être inférieure à 8/20.

Notation de l'épreuve : 20

Coefficient 1

Épreuve orale d'admission

Cette épreuve consiste en un entretien du candidat avec le jury .

Elle débute par un exposé du candidat d'une durée de 10 minutes environ sur sa formation, et le cas échéant, son expérience professionnelle; le candidat peut, s'il le souhaite, développer également un projet professionnel.

Cet exposé est suivi d'une discussion avec le jury d'une durée de 20 minutes environ. Cette discussion s'engage à partir des éléments présentés par le candidat au cours de son exposé et ceux qui figurent dans le dossier qu'il a déposé lors de son inscription. Elle est destinée a apprécier la motivation et les qualités de réflexion du candidat, ainsi que ses connaissances professionnelles et son aptitude à exercer sa profession au regard des missions qui sont dévolues aux infirmier(e)s du ministère chargé de l'Education nationale. En outre, des questions portant notamment sur les règles applicables à la fonction publique de l'Etat et l'organisation générale des services centraux, des services déconcentrés et des établissements publoics relevant du ministère chargé de l'éducation nationale peuvent être posées par jury.

Seul, l'exposé et l'entretien avec le jury donnent lieu à notation, à l'exclusion du dossier déposé par le candidat lors de son inscription.

Nul, ne peut être déclaré admis à cette épreuve s'il n'obtient une note fixée par le jury qui ne peut être inférieure à 10.

Notation de l'épreuve : 20

Coefficient 2

A l'issue de l'épreuve orale d'admission, le jury dresse la liste de classement par ordre de mérite des candidats déclarés admis, en fonction des points obtenus par chaque candidat sur l'ensemble des épreuves.

Liens utiles :

Exemple épreuve écrite

2011 : durée 3 heures ; épreuve écrite d’admissibilité

Académie de Besançon, Dijon, Lyon, Grenoble, Nancy-Metz, Reims, Strasbourg

Question n°1 (2,5 points) : Citez les cinq maillons de la chaîne de secours en France.

Question n°2 (2 points) : La fracture du fémur est une urgence. Quelle en est la complication la plus spécifique ?

Question n°3 (2,5 points) : Malaise vagal : définition et conséquences.

Question n°4 (2 points) : Vous êtes infirmier (ère) dans un collège. Votre principal vous demande de présenter au-delà des missions et du fonctionnement, les principes directeurs du CESC.

Question n°5 (6 points) : Vous êtes infirmier (ère) en poste mixte. Conformément aux instructions académiques vous devez organisez le suivi infirmier des classes de 6ème du collège où vous êtes affecté(e). Quel est l’objectif de la mise en œuvre de ce bilan ? A l’occasion de ce suivi, qu’effectuez-vous pour chaque élève ?

Quels indicateurs de santé pertinents pourront alimenter le diagnostic de l’établissement d’orienter les actions à mener dans le cadre du CESC. Citez-en au moins 4.

Question n°6 (1 point) : Que signifie le sigle ARS ?

Question n°7 (2 points) : Depuis septembre 2010 et pour une durée de 4 ans les infirmiers(ères) de l’Education Nationale participent à un recueil de données sur la couverture vaccinale concernant la rougeole des élèves de 6ème et de 2nde. Sur laquelle de ses missions l’infirmier(e) de l’Education Nationale s’appuie-t-elle pour participer à cette campagne ?

Présentation et orthographe : 2 points

Évolution de carrière

Classement des infirmiers des administrations de l'État dont font partie les infirmiers de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur au 1er février 2017 - Décret n° 2012-762 du 9 mai 2012

Trois niveaux :

  • classe normale comprenant 9 échelons de l'indice majoré 373 (1er échelon) à 530 (8ème échelon)
  • classe supérieure comprenant 7 échelons de l'indice majoré 434 (1er échelon à 583 (6ème échelon)
  • Hors classe comprenant 11 échelons de l'indice majoré 414 (1er échelon) à 614 (11e échelon).
Échelon Durée de l'échelon Indice brut Indice majoré Traitement brut mensuel
Classe normale
1er 2 ans 420 373 1 747,89 €
2e 3 ans 446 392 1 836,92 €
3e 3 ans 473 412 1 930,64 €
4e 3 ans 504 434 2 033,73 €
5e 3 ans 545 464 2 174,32 €
6e 3 ans 588 496 2 324,27 €
7e 4 ans 614 515 2 413,30 €
8e - 633 530 2 483,59 €
Classe supérieure
1er 3 ans 504 434 2 033,73 €
2e 3 ans 550 467 2 188,37 €
3e 3 ans 591 498 2 333,64 €
4e 4 ans 619 519 2 432,05 €
5e 4 ans 645 539 2 525,77 €
6e 4 ans 675 562 2 633,55 €
7e - 702 583 2 731,95 €
Hors classe
1er 2 ans 476 414 1 940,01 €
2e 2 ans 499 430 2 014,99 €
3e 2 ans 525 450 2 108,71 €
4e 2 ans 554 470 2 202,43 €
5e 3 ans 584 493 2 310,21 €
6e 3 ans et 6 mois 615 516 2 417,99 €
7e 4 ans 645 539 2 525,77 €
8e 4 ans 675 562 2 633,55 €
9e 4 ans 713 591 2769,44 €
10e - 743 614 2 877,22 €

Une NBI peut être attribuée en fonction de l'emploi occupé. Elle est prise en compte dans le calcul de la retraite.

  • Internat : 10 points
  • Zone sensible : 20 points
  • EREA : 20 points

Les NBI ne sont pas cumulables. Ainsi, une infirmière travaillant en EREA dans une zone sensible ne touchera qu'une seule NBI.

Par ailleurs, les infirmiers travaillent en établissement REP et REP + bénéficient d'une indemnité mensuelle de 114,50 € et 192,60 €, cumulable avec les NBI.

Enfin, les infirmiers peuvent disposer du RIFSEEP (régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l'expertise et de l'engagement professionnel dans la fonction publique d'État). Il se compose de deux indemnités :

  • IFSE, indemnité de fonctions, de sujétions et d'expertise. Versée mensuellement, elle repose sur des critères professionnels liés aux fonctions exercées par l'infirmier et sur son expérience professionnelle.
  • CIA, complément indemnitaire annuel. Il tient compte de l'engagement professionnel et de la manière de servir de l'agent.

Mission des infirmières de l’Éducation Nationale

Cadre général

« S’inscrit dans la politique générale de l’Education nationale qui est de promouvoir la réussite des élèves et des étudiants, elle concourt à cet objectif par la promotion de la santé des jeunes et participe plus largement à la politique du pays en matière de prévention et d’éducation à la santé ».

Les missions répondent aux objectifs essentiels de la santé à l’école

  • Favoriser les apprentissages, le projet personnel et la réussite scolaire de l’élève et veiller à son bien-être et à son épanouissement
  • Participer dans le cadre de la mission éducative de l’école à la formation des jeunes, et améliorer leur capacité de mettre en valeur leur propre santé par des choix de comportements libres et responsables devant les problèmes de santé publique et de société qui peuvent se poser.
  • Agir au sein de l’équipe éducative comme conseiller en matière de santé, pour une prise en charge globale de l’élève.
  • Aider l’élève à construire son projet professionnel et personnel en collaboration avec les autres membres de l’équipe éducative (enseignants, conseiller d’éducation, d’orientation, assistants sociaux, médecins) chacun dans son champ de compétence? nécessité d’organiser efficacement le partenariat avec tous les acteurs du système éducatif.
  • Contribuer à faire de l’école un lieu de vie et de communication, en prenant en compte : les conditions de travail, l’hygiène et la sécurité, les facteurs de risques spécifiques.
  • Porter une attention particulière aux élèves en difficulté.
  • Favoriser l’intégration scolaire des jeunes handicapés et des jeunes atteints de maladies chroniques.
  • Contribuer à la protection de l’enfance en danger.

Fonctions des infirmiers scolaires dans les écoles et établissements

Sous l’autorité hiérarchique du chef d’établissement

  • Rôle de conseiller en matière de prévention, d’éducation à la santé, d’hygiène et de sécurité auprès des directeurs d’école et des chefs d’établissement
  • Présente au quotidien dans l’environnement des élèves tout au long de leur scolarité
  • Référent santé tant dans le domaine individuel que collectif
  • Rôle relationnel, technique, éducatif

Actions en direction de l’ensemble des élèves

Accueillir et accompagner les élèves : rôle relationnel,

L’infirmier joue un rôle :

  • d’observation
  • de dépistage
  • de relais

Organiser les soins et les urgences : rôle technique

S’appuie sur :

  • le code de la santé publique, livre III, articles 4311-1 à 43-15 ;
  • le BO hors série n°1 du 6/01/2000 : organisation des soins et urgences dans les écoles et établissements ;
  • la circulaire du 2/03 1986 : il revient aux chefs d’établissement de mettre en place une organisation qui réponde au mieux aux besoins des élèves et des personnels : il s’appuie sur l’avis technique de l’infirmier.

Il appartient à l’infirmière d’évaluer le degré de gravité du cas et de donner les soins d’urgence à tous les élèves.

Sa responsabilité professionnelle est engagée par la décision quelle est amenée à prendre.

Son action s’étend aux différentes catégories de personnels en fonction dans l’établissement.

Assurer un dépistage infirmier dans la 12e année de l'élève

S’appuie sur la circulaire n°2015-119 du 10 novembre 2015 : dans le cadre des dépistages obligatoires prévus à l'article L. 541-1 du code de l'éducation, l'infirmier-ière réalise un dépistage infirmier auprès de l'élève et assure le suivi nécessaire en cas de besoin.
Le contenu de ces dépistages sont fixés par arrêté interministériel.

Organiser un suivi infirmier : rôle technique, éducatif et relationnel

L’infirmière organise le suivi de l’état de santé des élèves en complément des VM obligatoires en vue de repérer les difficultés éventuelles de santé ou les élèves fragilisés (élèves signalés lors du bilan de la 6ème année ou en cours de scolarité comme étant en situation de fragilité)

A l’occasion de ce suivi, elle effectue :

  • l’entretien
  • les examens biométriques
  • le dépistage des troubles sensoriels
  • la vérification des vaccinations

Développer une dynamique d’éducation à la santé : rôle éducatif

Les actions d’éducation à la santé vise à rendre l’élève responsable, autonome et acteur de prévention. Elles permettent également de venir en aide aux élèves manifestant des signes inquiétants de mal-être :

  • usage de produits licites ou non
  • absentéisme
  • désinvestissement scolaire, repli sur soi
  • conduites suicidaires

La contribution spécifique apportée par les infirmières en fonction de leur rôle propre se traduit principalement par

  • les conseils et informations dispensés aux élèves lors des passages à l’infirmerie
  • la coordination avec les autres partenaires institutionnels et intervenants extérieurs en qualité de référent santé dans l’établissement scolaire
  • la participation à l’élaboration du projet d’école eu d’établissement
  • l’évaluation des actions d’éducation à la santé
  • l’implication dans le dispositif de formation initiale et continue des personnels

Mettre en place des actions permettant d’améliorer la qualité de vie des élèves en matière d’hygiène, de sécurité et d’ergonomie

Elle portera une attention particulière sur :

  • les locaux scolaires et notamment les ateliers ou des recherches ergonomiques peuvent être entreprises
  • les installations sportives
  • les internats
  • les installations sanitaires
  • la restauration collective

Les actions spécifiques

  • organiser et réaliser le suivi de l’état de santé des élèves : rôle technique, éducatif et relationnel
  • l’infirmière met en place un suivi particulier en organisant le dépistage des classes à risque (enseignement technique et professionnel)
  • suivre les élèves signalés par les membres des équipes éducatives
  • suivre les établissements de certaines zones rurales, d’éducation prioritaire ou établissements sensibles
  • intervenir en urgence auprès d’enfants ou d’adolescents en danger (victimes de mauvais traitements ou de violences sexuelles)
  • aider à la scolarisation des enfants atteints de handicaps ou de troubles de la santé évoluant sur une longue période.

Les actions de recherche

  • L’infirmière peut être amenée à effectuer des actions de recherche ou à des enquêtes épidémiologiques sur des indicateurs de santé à partir d’éléments en sa possession (cahier de l’infirmière)

Les actions de formation

  • L’infirmière contribue dans son domaine de compétence à la formation initiale et continue de l’ensemble des personnels de l’Education nationale, en particulier en matière de secourisme, gestes et postures dans le travail, ergonomie.

J’ajouterai qu’elle peut également être intervenante comme formateur sur des thématiques telles que :

  • l’éducation à la sexualité,
  • les addictions
  • les comportements à risque etc…

Ci dessous, l'ensemble des textes de loi par ordre chronologique :

Infirmiers
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Presse médicale
Il y a 4 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 21 August 2017
Source:Annales de Chirurgie Plastique Esthétique
Author(s): E. Delay


Presse médicale
Il y a 4 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 21 August 2017
Source:Annales de Chirurgie Plastique Esthétique
Author(s): D. Guillier, V. Moris, A.A. Al Hindi, K. Rem, H. Chatel, L.-A. See, M. Revol, S. Mazouz Dorval
BackgroundSurgical approaches in neck dissection: comparing functional, oncologic and aesthetic aspects of transverse cervicotomy to Paul André’s approach.MethodsThis single-center retrospective study compares a new transverse incision for cervicotomy to the classical approach described by Paul André in neck dissections. The evaluation criteria were: number of lymph nodes analyzed, operative time, complications, patient satisfaction and aesthetic aspects of the scar.ResultsA total of 34 patients were included in this study, from September 2009 until January 2015. The number of lymph nodes analyzed is not affected by this new approach compared to the classical one (P=0.9). The scar has a significantly more discreet appearance in the transverse cervicotomy group (P=0.023) likewise; patient satisfaction is higher in this group (P=0.006).ConclusionsAesthetic and functional impairment can be reduced using this new transverse cervical approach hidden in the natural creases of the neck described by Langer.

Presse médicale
Il y a 4 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 21 August 2017
Source:Annales de Chirurgie Plastique Esthétique
Author(s): D. Guillier, V. Moris, A.A. Al Hindi, K. Rem, H. Chatel, L.-A. See, M. Revol, S. Mazouz Dorval
BackgroundSurgical approaches in neck dissection: comparing functional, oncologic and aesthetic aspects of transverse cervicotomy to Paul André’s approach.MethodsThis single-center retrospective study compares a new transverse incision for cervicotomy to the classical approach described by Paul André in neck dissections. The evaluation criteria were: number of lymph nodes analyzed, operative time, complications, patient satisfaction and aesthetic aspects of the scar.ResultsA total of 34 patients were included in this study, from September 2009 until January 2015. The number of lymph nodes analyzed is not affected by this new approach compared to the classical one (P=0.9). The scar has a significantly more discreet appearance in the transverse cervicotomy group (P=0.023) likewise; patient satisfaction is higher in this group (P=0.006).ConclusionsAesthetic and functional impairment can be reduced using this new transverse cervical approach hidden in the natural creases of the neck described by Langer.

Actualité
Il y a 4 heures
sante-medecine-RFI

1 milliard de femmes souffrent d’infections gynécologiques dans le monde. Mycose vaginale, cystite, herpès génital sont autant de troubles qui peuvent revenir de manière cyclique chez une femme, et qui sont souvent accompagnés de symptômes douloureux. Comment prévenir les infections ? Quels sont les gestes à adopter et ceux, au [...]

Actualité
Il y a 4 heures
sante-medecine-RFI

1 milliard de femmes souffrent d’infections gynécologiques dans le monde. Mycose vaginale, cystite, herpès génital sont autant de troubles qui peuvent revenir de manière cyclique chez une femme, et qui sont souvent accompagnés de symptômes douloureux. Comment prévenir les infections ? Quels sont les gestes à adopter et ceux, au [...]

Presse médicale
Il y a 5 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 21 August 2017
Source:Journal de Mycologie Médicale / Journal of Medical Mycology
Author(s): P. Sony, M. Kalyani, D. Jeyakumari, I. Kannan, R.G. Sukumar
BackgroundCandida species is the fourth common cause of blood stream infections all over the world which is life threatening. Invasive candidiasis leads to increased mortality and morbidity especially in immunosuppressed. The antifungal resistance pattern in high-risk patients is major concern.PurposeThe present study was to access the anticandidal activity of leaves, bark and seeds of Cassia fistula against fluconazole resistant Candida species, C.albicans, C.glabrata, C.krusei, C.tropicalis, C. kefyr and C.parapsilosis isolated from HIV patients. The predominant phytochemical component responsible for fungicidal activity was to be accessed.Material and methodsEthanol, chloroform, petroleum ether and aqueous extracts of leaves, bark and seeds of C.fistula linn. was evaluated against Microbial type culture collection (MTCC) Candida strains and 21 fluconazole resistant clinical isolates. Antifungal activity was evaluated by agar diffusion and broth dilution techniques. The active phytochemical component present in the ethanol extract of seeds was accessed by high performance thin layer chromatography. The docking study was done with lanosterol 14-alpha demethylase, the azole drug target with the predominant phytochemical from the extract having antifungal activity.ResultsAll the extracts of C.fistula showed excellent anticandidal activity. Ethanol extract of C.fistula seed exhibited the most inhibitory activity. C.krusei and C.parapsilosis were the most inhibited and C.kefyr was the least inhibited species. The predominant phytochemical active component of the ethanol extract of seed was gallic acid. Gallic acid showed excellent binding with lanosterol 14-alpha demethylase.ConclusionThe present study reports the antifungal activity of various extracts of Cassia fistula for the first time against fluconazole resistant Candida isolates. We can conclude that the polyphenolic compound gallic acid is a potent natu[...]