Actualité
Il y a 1 mois
Lithium et grossesse : le risque de cardiopathie congénitale mieux évalué

Le traitement des femmes en âge de procréer souffrant de troubles bipolaires est souvent rendu délicat en raison des risques tératogènes associés à la prise de thymo-régulateurs, qu'il s'agisse notamment du valproate ou du lithium. Pour le lithium, des études publiées dans les année 70 avaient retrouvé un risque élevé de cardiopathies congénitales et tou[...]

JIM
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 27 minutes
ANSM
Indications
Laboratoire exploitant Sanofi-Aventis France
Origine du signalement
Date de signalement à l'Ansm 01/01/1970
Observations particulières
Lire aussi
Presse médicale
Il y a 1 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 14 August 2017
Source:La Revue Sage-Femme
Author(s): R. Béranger
IntroductionL’impact de l’environnement sur la grossesse semble maintenant bien établi. Certaines expositions à des agents chimiques, mais aussi biologiques et physiques peuvent impacter le déroulement de la grossesse tout comme le développement du fœtus. Cet article a pour but de synthétiser les connaissances sur le sujet.MéthodeUne revue de la littérature a été conduite à partir d’une recherche ciblée sur la base de données Medline.RésultatsLes données de la littérature font état de risques de malformations, de troubles de la croissance ou encore de troubles du développement neurologique. Les répercussions des expositions subies au cours de la grossesse peuvent se ressentir à la naissance, durant l’enfance, mais aussi pendant la vie adulte, voire sur les générations suivantes.DiscussionDes moyens de préventions peuvent être mis en place pour limiter certaines expositions domestique, professionnelles ou comportementales. Tout en insistant sur ces moyens de prévention, il est nécessaire de bien rappeler que la fréquence d’issues défavorables de la grossesse reste faible, au regard de l’exposition quasi systématique des femmes à un large panel d’agents reprotoxiques.IntroductionAdverse effect of environmental exposures on the pregnancy is now clearly stated in the literature. Chemical, biological, or physical agents are susceptible to influence the onset of the pregnancy, as well as the fetal development. This paper aims to summarize basic knowledge on the topic.MethodsA literature review was conducted based on a targeted search on the Medline database.ResultsLiterature data suggested increased risk of congenital malformation, fetal growth, or impaired neurodevelopment. Adverse environmental effects can be observed during the pregnancy, at birth, during the childhood, during the adulthood, and possibly on the next generation.DiscussionPrevention tools can be used to limit several domestic, occupational or lifestyle exposures. While emphasizing the importance of the prevention, it is necessary to remind to pregnant women that frequency of adverse pregnancy outcomes remain uncommon, considering the systematic exposures to a large panel of reprotoxicants.

Presse médicale
Il y a 1 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 14 August 2017
Source:La Revue Sage-Femme
Author(s): R. Béranger
IntroductionL’impact de l’environnement sur la grossesse semble maintenant bien établi. Certaines expositions à des agents chimiques, mais aussi biologiques et physiques peuvent impacter le déroulement de la grossesse tout comme le développement du fœtus. Cet article a pour but de synthétiser les connaissances sur le sujet.MéthodeUne revue de la littérature a été conduite à partir d’une recherche ciblée sur la base de données Medline.RésultatsLes données de la littérature font état de risques de malformations, de troubles de la croissance ou encore de troubles du développement neurologique. Les répercussions des expositions subies au cours de la grossesse peuvent se ressentir à la naissance, durant l’enfance, mais aussi pendant la vie adulte, voire sur les générations suivantes.DiscussionDes moyens de préventions peuvent être mis en place pour limiter certaines expositions domestique, professionnelles ou comportementales. Tout en insistant sur ces moyens de prévention, il est nécessaire de bien rappeler que la fréquence d’issues défavorables de la grossesse reste faible, au regard de l’exposition quasi systématique des femmes à un large panel d’agents reprotoxiques.IntroductionAdverse effect of environmental exposures on the pregnancy is now clearly stated in the literature. Chemical, biological, or physical agents are susceptible to influence the onset of the pregnancy, as well as the fetal development. This paper aims to summarize basic knowledge on the topic.MethodsA literature review was conducted based on a targeted search on the Medline database.ResultsLiterature data suggested increased risk of congenital malformation, fetal growth, or impaired neurodevelopment. Adverse environmental effects can be observed during the pregnancy, at birth, during the childhood, during the adulthood, and possibly on the next generation.DiscussionPrevention tools can be used to limit several domestic, occupational or lifestyle exposures. While emphasizing the importance of the prevention, it is necessary to remind to pregnant women that frequency of adverse pregnancy outcomes remain uncommon, considering the systematic exposures to a large panel of reprotoxicants.

Presse médicale
Il y a 1 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 18 August 2017
Source:La Revue Sage-Femme
Author(s): A.S. Charles, M. Auclair, C. Ceccaldi, G. Ducarme
ObjectifsL’objectif de cette étude était de connaître le vécu des femmes en cas d’hospitalisation pour hyperémèse gravidique (HG) au 1er trimestre de grossesse.Matériel et méthodesNous avons réalisé une étude rétrospective incluant les patientes ayant été hospitalisées pour HG entre mars 2015 et octobre 2015. Des entretiens semi-dirigés ont été réalisés par téléphone dans les deux à cinq mois qui suivaient l’hospitalisation.RésultatsLes dix patientes incluses ont été soulagées par les perfusions de réhydratation, quatre ont constaté un arrêt des vomissements. Huit patientes ont été satisfaites du jeûne et de la reprise alimentaire. La présence des soignants est décrite comme très rassurante. Le repos est considéré comme efficace par huit patientes. L’isolement strict est vécu comme inutile par deux patientes, comme aggravant par trois patientes les conduisant à une sortie prématurée.ConclusionCette étude a montré que les traitements médicamenteux ont été moyennement satisfaisants, que l’isolement, selon sa stricte application, était soit soutenant soit délétère, et que les soignants avaient un rôle clé dans le soutien de ces femmes présentant une angoisse importante.ObjectivesThe aim of this study was to explore the experience of the hospitalization in women suffering from hyperemesis gravidarum (HG).Material and methodsWe performed a retrospective study among women who were hospitalized for HG at our hospital between March and October 2015. Semi-directive interviews by phone were performed between 2 and 5 months after hospitalization.ResultsTen included patients were relieved by rehydration drip, four patients stopped to vomit. Eight patients were satisfied with the fasting and refeeding. Health professionals were considered as soothing. Strict isolation is useless for 2 patients, aggravating for 3, and could induce premature exits.ConclusionThis study showed that drug treatments were moderately satisfactory, isolation depending on its application was whether helpful or deleterious, and also that health professionals had a key role in supporting these women with significant anxiety.

Presse médicale
Il y a 1 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 18 August 2017
Source:La Revue Sage-Femme
Author(s): A.S. Charles, M. Auclair, C. Ceccaldi, G. Ducarme
ObjectifsL’objectif de cette étude était de connaître le vécu des femmes en cas d’hospitalisation pour hyperémèse gravidique (HG) au 1er trimestre de grossesse.Matériel et méthodesNous avons réalisé une étude rétrospective incluant les patientes ayant été hospitalisées pour HG entre mars 2015 et octobre 2015. Des entretiens semi-dirigés ont été réalisés par téléphone dans les deux à cinq mois qui suivaient l’hospitalisation.RésultatsLes dix patientes incluses ont été soulagées par les perfusions de réhydratation, quatre ont constaté un arrêt des vomissements. Huit patientes ont été satisfaites du jeûne et de la reprise alimentaire. La présence des soignants est décrite comme très rassurante. Le repos est considéré comme efficace par huit patientes. L’isolement strict est vécu comme inutile par deux patientes, comme aggravant par trois patientes les conduisant à une sortie prématurée.ConclusionCette étude a montré que les traitements médicamenteux ont été moyennement satisfaisants, que l’isolement, selon sa stricte application, était soit soutenant soit délétère, et que les soignants avaient un rôle clé dans le soutien de ces femmes présentant une angoisse importante.ObjectivesThe aim of this study was to explore the experience of the hospitalization in women suffering from hyperemesis gravidarum (HG).Material and methodsWe performed a retrospective study among women who were hospitalized for HG at our hospital between March and October 2015. Semi-directive interviews by phone were performed between 2 and 5 months after hospitalization.ResultsTen included patients were relieved by rehydration drip, four patients stopped to vomit. Eight patients were satisfied with the fasting and refeeding. Health professionals were considered as soothing. Strict isolation is useless for 2 patients, aggravating for 3, and could induce premature exits.ConclusionThis study showed that drug treatments were moderately satisfactory, isolation depending on its application was whether helpful or deleterious, and also that health professionals had a key role in supporting these women with significant anxiety.

Presse médicale
Il y a 3 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 14 August 2017
Source:Journal de Thérapie Comportementale et Cognitive
Author(s): Sophie Lantheaume
L’objectif de cet article est de tester l’utilisation de la thérapie EMDR – eye movement desensibilization and reprocessing – dans le traitement d’un ESPT – état de stress post-traumatique – après cancer du sein. Un cas clinique est présenté. Des évaluations quantitatives à intervalles espacés ont été réalisées avant la première séance, après la dernière séance et en suivi à trois puis six mois, avec l’échelle d’ESPT (PCLS), l’échelle modifiée des symptômes traumatiques, le questionnaire d’expériences dissociatives, mais également à l’aide de l’échelle HADS pour l’évaluation de l’anxiété et de la dépression et du questionnaire de qualité de vie FACT-B. Des retranscriptions des séances ainsi que des mesures à intervalles rapprochés (nombre d’évitement, nombre de reviviscences et intensité de l’anxiété par semaine) complètent ces évaluations. À travers la diminution de l’ensemble des mesures quantitatives effectuées, mais également par les changements cliniques perçus dans les propos de la patiente, la thérapie EMDR prétend à une efficacité dans le traitement d’un ESPT après cancer du sein.The aim of this paper is to assess benefits of eye movement desensibilization and reprocessing (EMDR) therapy within treatment of post-traumatic stress disorder (PTSD) that may occur as a consequence of breast cancer. Indeed, scientific community attests to the powerful traumatic effect of cancer on human beings (APA, 2000; Brennsthul et al., 2015). Cancer gives rise to feelings of endangerment of one's life, of one life's quality and also that of psychological and physical integrity of the concerned, ill person. Cancer induces vulnerability, loss of control and feelings of helplessness. Moreover, the disease or the chirurgical intervention-related context may reactivate previously suffered psychological traumas and such trauma-related memories then may play a role in the perseverance of PTSD symptoms within the population of patients suffering from breast cancer. Several publications have pointed to the efficacy of EMDR within the domain of PTSD psychotherapy (Tarquinio, 2007), namely in the treatment of several psychopathologies (Shapiro, 1995; 2001; 2002; De Jongh et al., 1999). For instance, EMDR helped patients suffering from cancer to reduce their PTSD symptoms and more specifically the intrusive symptoms (Capezzani et al., 2013). Simply put, pains and other corporal perceptions may – due to their associations – recall the hard times related to the disease or its treatments. It is in this vein that EMDR is supposed to be efficient in PTSD treatment when applied to the phase that immediately follows after breast cancer. As to the underlying mechanisms, EMDR is based on the adaptive information processing model (Shapiro, 1995; 2001) and it would allow a reactivation of natural information processing while easing an adaptive reforming of previously deformed[...]