Actualité
Il y a 3 mois
L'OMS va expérimenter le vaccin VSV-EBOV en RDC

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé jeudi être prête à déployer « rapidement » le vaccin VSV-EBOV, qui avait donné de

Quotidien du médecin
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 3 jours
Témoignage - Dupont, Durand...
Quotidien du médecin
Actualité
Actualité
Il y a 4 jours
Témoignage - Un reste de dyslexie-dysphasie
Quotidien du médecin
Actualité
Il y a 4 jours
Sein : l'ergonomie au service du diagnostic
Quotidien du médecin
Actualité
Actualité
Il y a 5 jours
Témoignage - À demain
Quotidien du médecin
Actualité
Il y a 5 jours
L'affaire est dans le sac... anévrismal !
Quotidien du médecin
Actualité
Il y a 7 jours
Témoignage - Apparences trompeuses
Quotidien du médecin
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 21 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Après la guerre du Kosovo (1998 - 1999), les Roms qui ont dû fuir leur pays en guerre ont été installés par les Nations Unies dans des camps de réfugiés où ils ont été empoisonnés à petit feu par le plomb.


Actualité
Il y a 2 jours
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusages et des nombreus[...]

Actualité
Il y a 2 jours
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusages et des nom[...]

Presse médicale
Il y a 2 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 14 August 2017
Source:La Revue Sage-Femme
Author(s): C. Gwinner, S. Riquet, M. Odent, A.-M. François-Bellan
IntroductionActuellement en France les salles d’accouchement sont fortement éclairées. Les effets de la lumière sur le processus de parturition, sont connus chez l’animal mais peu étudiés chez l’homme. Cette étude a d’abord identifié les mécanismes physiologiques par lesquels la lumière agit sur le processus de parturition humaine. Puis une mesure de l’intensité et du spectre de la lumière a été relevée dans les salles d’accouchement de 3 maternités en région PACA.Matériels et méthodePremièrement, une revue de la littérature utilisant les mots clés « lumière », « mélatonine », « parturition », « utérus », « ocytocine », « travail obstétrical », « accouchement » a été réalisé. Les articles analysés sont des études sur l’homme, parues jusqu’en 2015. Deuxièmement, différentes mesures par un luxmètre et un spectrophotomètre ont été mesurées pour évaluer l’intensité et le spectre de la lumière en salle d’accouchement.RésultatsLa littérature démontre l’importance des caractéristiques de la lumière (spectre, intensité, durée d’exposition) et l’action des conditions lumineuses antérieures et du moment d’exposition, sur l’inhibition de sécrétion de mélatonine. La présence de récepteurs utérins à la mélatonine, l’augmentation de la concentration sanguine en mélatonine au cours du travail et l’action synergique de la mélatonine et de l’ocytocine sont également démontrées par les auteurs. Les taux d’éclairement mesurés en salles d’accouchement peuvent aller jusqu’à 5000lux. Les effets de ces taux retrouvés dans la littérature semblent diminuer significativement les concentrations en mélatonine chez la parturiente.DiscussionLa littérature est en faveur de l’hypothèse pour laquelle la lumière a une action inhibitrice sur le processus de parturition humaine. Au regard des mesures relevées en maternité il peut être recommandé de diminuer les sources de lumière en salles d’accouchement lors d’un accouchement à bas risque pour favoriser le processus de parturition.IntroductionCurrently in France delivery rooms are brightly lit. The effects of light on the parturition process are known in animals but little studied in humans. This study first identified the physiological mechanisms by which light acts on the process of human parturition. Then a measurement of the intensity and the spectrum of the light were observed in the delivery rooms of 3 maternities in the PACA region.Materials and methodsFirst, a review of the literature using the keywords “light”, “melatonin”, “parturition”, “uterus”, “oxytocin”, “obstetrical work”, “childbirth” was carried out. The articles analyzed are human studies, published until 2015. Secondly, different measurements by a luxmeter and a spectrophotometer were taken to assess the intensity and spectrum of light in the delivery room.ResultsThe literature demonstrates the importance of the characteristics of light (spectrum, intensity, duration of exposure) and the action of anterior light conditions and exposure time on the inhibition of melatonin secretion. The presence of melatonin uterine receptors, the increase in melatonin blood [...]

Presse médicale
Il y a 3 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 14 August 2017
Source:Journal de Thérapie Comportementale et Cognitive
Author(s): Sophie Lantheaume
L’objectif de cet article est de tester l’utilisation de la thérapie EMDR – eye movement desensibilization and reprocessing – dans le traitement d’un ESPT – état de stress post-traumatique – après cancer du sein. Un cas clinique est présenté. Des évaluations quantitatives à intervalles espacés ont été réalisées avant la première séance, après la dernière séance et en suivi à trois puis six mois, avec l’échelle d’ESPT (PCLS), l’échelle modifiée des symptômes traumatiques, le questionnaire d’expériences dissociatives, mais également à l’aide de l’échelle HADS pour l’évaluation de l’anxiété et de la dépression et du questionnaire de qualité de vie FACT-B. Des retranscriptions des séances ainsi que des mesures à intervalles rapprochés (nombre d’évitement, nombre de reviviscences et intensité de l’anxiété par semaine) complètent ces évaluations. À travers la diminution de l’ensemble des mesures quantitatives effectuées, mais également par les changements cliniques perçus dans les propos de la patiente, la thérapie EMDR prétend à une efficacité dans le traitement d’un ESPT après cancer du sein.The aim of this paper is to assess benefits of eye movement desensibilization and reprocessing (EMDR) therapy within treatment of post-traumatic stress disorder (PTSD) that may occur as a consequence of breast cancer. Indeed, scientific community attests to the powerful traumatic effect of cancer on human beings (APA, 2000; Brennsthul et al., 2015). Cancer gives rise to feelings of endangerment of one's life, of one life's quality and also that of psychological and physical integrity of the concerned, ill person. Cancer induces vulnerability, loss of control and feelings of helplessness. Moreover, the disease or the chirurgical intervention-related context may reactivate previously suffered psychological traumas and such trauma-related memories then may play a role in the perseverance of PTSD symptoms within the population of patients suffering from breast cancer. Several publications have pointed to the efficacy of EMDR within the domain of PTSD psychotherapy (Tarquinio, 2007), namely in the treatment of several psychopathologies (Shapiro, 1995; 2001; 2002; De Jongh et al., 1999). For instance, EMDR helped patients suffering from cancer to reduce their PTSD symptoms and more specifically the intrusive symptoms (Capezzani et al., 2013). Simply put, pains and other corporal perceptions may – due to their associations – recall the hard times related to the disease or its treatments. It is in this vein that EMDR is supposed to be efficient in PTSD treatment when applied to the phase that immediately follows after breast cancer. As to the underlying mechanisms, EMDR is based on the adaptive information processing model (Shapiro, 1995; 2001) and it would allow a reactivation of natural information processing while easing an adaptive reforming of previously deformed[...]

Presse médicale
Il y a 3 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 12 August 2017
Source:Journal de Thérapie Comportementale et Cognitive
Author(s): François-Xavier Poudat, Marthylle Lagadec
Ce présent article a pour but de faire le point sur les prises en charge par les thérapies comportementales et cognitives (TCC) de la cybersexualité addictive. Après une discussion au sujet du cadre et des limites du concept d’addiction sexuelle, nous essayons de préciser la place de la cybersexualité addictive dans l’ensemble des addictions sexuelles et de ses rapports avec la cyberaddiction. Nous passons en revue les paramètres essentiels de la clinique tant sur le plan comportemental que cognitif. Nous soulignons l’importance d’une bonne analyse fonctionnelle intégrant notamment les autoévaluations et l‘étude des systèmes cognitifs spécifiques au comportement sexuel addictif et au cybersexe. Des outils TCC sont détaillés en trois étapes (observation, mobilisation et individuation), dont le but est de permettre au patient de se détacher progressivement de son ancrage pathologique pour mieux s’autonomiser. Nous détaillons aussi les protocoles TCC de groupe qui sont actuellement utilisés notamment dans les thérapies de restructuration cognitive. Ils ont montré une réelle efficacité dans la mobilisation à long terme du symptôme cybersexe. Nous abordons enfin les programmes multi-modaux utilisés dans le cadre de l’addiction au cybersexe, notamment dans les préventions de rechute.The aim of this article is to review Cognitive Behavioral Therapy in the treatment of cybersex addiction. At the crossroads between Internet addiction (Young, 2008) and sexual addiction (Carnes, 1983), cybersex addiction is a concept which does not appear to be clearly identified in current literature. The complexity of defining the scope and the limitations seems specific to the topic of sexuality in relation to moral values, societal laws, virtual cyber space, media, people, the pornography industry, but also our own imagination, our affective and sexual history. It is, therefore, necessary to define normal sexuality (sexual norms?), excessive sexual (hypersexuality) and pathological sexuality, notably addictive, concepts which are far from being clear in scientific literature. Epidemiological data shows that this problem affects all ages, socio-professional categories and particularly the masculine sex (Green et al., 2012). Cybersex activities range from passive consumption of pornography online to the interactive exchange of sexual content, chats or sexual webcams. Risk factors of cybersex addiction can be linked to “Internet” addiction. The Triple A model focuses on the importance of three characteristics: accessibility, affordability and anonymity (Cooper et al., 2004). Factors in sexual addiction are identical to non-substance addictions and are the result of a complex interaction between factors of developmental, behavioral, psychological, environmental, genetic and neurobiological vulnerability. Internet pornography addiction affects the individual, social, marital, family and, sometimes, professional realms (Kafka et P[...]