Actualité
Il y a 1 mois
L’UdeM, «chef de file en neurosciences»
Neuroscientist analyzing cerebral activity

Les neurosciences connaissent une croissance sans précédent. Pour répondre aux besoins grandissants dans ce domaine complexe et rester à la fine pointe, l’Université de Mont­réal (UdeM) a implanté deux nouveaux programmes au cours des dernières années : un baccalauréat et un microprogramme.

«Montréal est un chef de file en neurosciences, indique Elaine Chapman, la directrice du baccalauréat créé en 2013, qui salue également l’initiative de l’UdeM d’avoir développé un microprogramme. L’Université de Montréal dispose d’un corps professoral compétent dans ce domaine.»

Lire la suite sur le Journal Metro

Cet article L’UdeM, «chef de file en neurosciences» es[...]

Faculté de médecine Montréal
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 minutes
CHU de Toulouse

Résumé : Créée en 1999, lors du regroupement à l'hôpital Rangueil des services de cardiologie initialement situés sur les deux grands sites du CHU (Purpan et Rangueil), la Fédération de cardiologie n'a cessé de développer ses activités avec un renforcement de son plateau technique et une montée en surspécialisation des équipes médicales et paramédicales. Depuis plusieurs mois, elle s'est engagée dans un programme de modernisation de son fonctionnement pour aboutir à une nouvelle organisation médicale et un redécoupage de ses unités de soins. La nouvelle configuration de la Fédération de cardiologie bénéficie ainsi d'une visibilité accrue qui contribue au rayonnement de ses équipes aux [...]

Actualité
Il y a 1 minutes
CHU de Toulouse

Résumé : Créée en 1999, lors du regroupement à l'hôpital Rangueil des services de cardiologie initialement situés sur les deux grands sites du CHU (Purpan et Rangueil), la Fédération de cardiologie n'a cessé de développer ses activités avec un renforcement de son plateau technique et une montée en surspécialisation des équipes médicales et paramédicales. Depuis plusieurs mois, elle s'est engagée dans un programme de modernisation de son fonctionnement pour aboutir à une nouvelle organisation médicale et un redécoupage de ses unités de soins. La nouvelle configuration de la Fédération de cardiologie bénéficie ainsi d'une visibilité accrue qui contribue au rayonnement de ses équipes aux [...]

Blog
Il y a 23 minutes
Tribune miniblog

Introduction 3ème édition du "Collège des enseignants d'endocrinologie, diabète et maladies métaboliques" (CEEDMM), il s'agit de la première version de cet ouvrage depuis la réforme ECNi. Caractéristiques physiques Il s'agit d'un ouvrage de près de 600 pages de format légèrement inférieur au A4. La couverture est souple, l'impression (en noir et rouge sur fond blanc) et la reliure sont de qualité. Qualités rédactionnelles Ouvrage très attendu recouvrant[...]

Actualité
Il y a 34 minutes
Faculté de médecine Montréal

Attribuer le bon organe à la bonne personne est toujours un défi. Deux chercheurs de l’UdeM pensent que l’intelligence artificielle peut contribuer à améliorer ce processus.

En termes de greffes d’organes, tout est une question de chance. La réussite d’une greffe dépend d’un certain nombre de facteurs, comme l’âge et l’état de santé du donneur et du receveur, la compatibilité biologique entre le donneur et le receveur et la capacité du patient à recevoir la greffe.

Mais si le système pouvait s’appuyer sur de meilleures statistiques, cela augmenterait-il les taux de réussite?

C’est ce que des chercheurs de l’Université de Montréal et de Polytechnique Montréal tentent de découvrir en travaillant à la conception d’une méthode d’apprentissage-machine informatisée qui permettra de mieux prédire le taux de réussite d’une greffe standard.

Lire la suite sur UdeMNouvelles
Les 48 dernières heures d’un donneur

Cet article Attribuer le bon org[...]

Actualité
Il y a 34 minutes
Faculté de médecine Montréal

Attribuer le bon organe à la bonne personne est toujours un défi. Deux chercheurs de l’UdeM pensent que l’intelligence artificielle peut contribuer à améliorer ce processus.

En termes de greffes d’organes, tout est une question de chance. La réussite d’une greffe dépend d’un certain nombre de facteurs, comme l’âge et l’état de santé du donneur et du receveur, la compatibilité biologique entre le donneur et le receveur et la capacité du patient à recevoir la greffe.

Mais si le système pouvait s’appuyer sur de meilleures statistiques, cela augmenterait-il les taux de réussite?

C’est ce que des chercheurs de l’Université de Montréal et de Polytechnique Montréal tentent de découvrir en travaillant à la conception d’une méthode d’apprentissage-machine informatisée qui permettra de mieux prédire le taux de réussite d’une greffe standard.

Lire la suite sur UdeMNouvelles
Les 48 dernières heures d’un donneur

Cet article Attribuer le bon org[...]

Actualité
Il y a 34 minutes
Faculté de médecine Montréal

Attribuer le bon organe à la bonne personne est toujours un défi. Deux chercheurs de l’UdeM pensent que l’intelligence artificielle peut contribuer à améliorer ce processus.

En termes de greffes d’organes, tout est une question de chance. La réussite d’une greffe dépend d’un certain nombre de facteurs, comme l’âge et l’état de santé du donneur et du receveur, la compatibilité biologique entre le donneur et le receveur et la capacité du patient à recevoir la greffe.

Mais si le système pouvait s’appuyer sur de meilleures statistiques, cela augmenterait-il les taux de réussite?

C’est ce que des chercheurs de l’Université de Montréal et de Polytechnique Montréal tentent de découvrir en travaillant à la conception d’une méthode d’apprentissage-machine informatisée qui permettra de mieux prédire le taux de réussite d’une greffe standard.

Lire la suite sur UdeMNouvelles
Les 48 dernières heures d’un donneur

Cet article Attribuer le bon org[...]