Actualité
Il y a 1 mois
Macron multiplierait par deux l'HAD

Elisabeth Hubert profite de la campagne présidentielle pour sensibiliser à l'hospitalisation à domicile. Et après avoir fait en février des propositions pour développer l'HAD, l'ancienne ministre de la Santé qui préside dé...

Le généraliste
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 3 jours
Recos
Le généraliste
Actualité
Actualité
Articles liés par le même flux
Presse médicale
Il y a 4 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 May 2017
Source:Médecine Palliative : Soins de Support - Accompagnement - Éthique
Author(s): Marc Poterre, Sophie Taounhaer
Objectifs de l’étudeLe défaut de continuité de la prise en charge médicale n’est pas rare dans les fins de vie au domicile. L’objectif de cette étude était d’analyser rétrospectivement les cas de rupture de continuité de la prise en charge médicale lors des fins de vie à domicile.Patients et méthodesNous avons réalisé une analyse de la littérature ainsi qu’une étude transversale rétrospective portant sur les dossiers de 98 patients pris en charge en hospitalisation à domicile pour soins palliatifs.Résultats9 % des patients avaient rencontré des difficultés avec leur médecin généraliste, 13 % n’avaient pas de médecin-référent hospitalier identifié, 62 % n’étaient pas suivis par un réseau, et dans 15 % des cas l’équipe d’hospitalisation à domicile assurait seule la coordination des soins palliatifs.ConclusionLes causes sont multiples : défaut d’annonce de l’entrée en phase palliative ne permettant la mise en place des moyens nécessaires au domicile, insuffisance de communication ville – hôpital, absence ou retrait du médecin traitant, désengagement du médecin hospitalier dès lors qu’il n’y a plus de traitement curatif, insuffisance de moyens des structures de relais. Ce travail propose également des réflexions sur les pistes d’amélioration.PurposeMedical abandonment is not exceptional in the management of end-of-life at home. The purpose of this study was to do a retrospective analysis of these situations.Patients and methodsWe performed a literature analysis and a retrospective transversal survey on 98 patients of our homecare hospitalization organization.Results9 % of patients met difficulties with their general practitioner, 13 % did not have a clearly identified hospital referent, 62 % were not followed by a palliative care network, and 15 % were under the unique coordination of the internal team.ConclusionThe causes of medical abandonment in at home end of life situations are numerous: patients are not informed of the end of curative possibilities, preventing the anticipation of the palliative care needs at home; default of communication between hospital and city-based professionals; absence or weak involvement of the general practitioner; withdrawal of the hospital physician when there is no longer a curative possibility; lack of financial resources of the local actors. This arti[...]

Actualité
Il y a 9 jours
Quotidien du médecin

La Fédération nationale des établissements d'hospitalisation à domicile (FNEHAD) a tiré un bilan mitigé de son activité 2016, à l'occasion du salon Paris Healthcare Week. « La dynamique sur l'hospitalisation à domicile repr...

Actualité
Il y a 10 jours
Infirmiers

Un rapport publié jeudi 11 mai par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère des Solidarités et de la Santé présente les projections d’activité hospitalière de court séjour à l’horizon 2030, à partir d’hypothèses construites avec un groupe d’experts, et tenant compte des évolutions démographiques à venir. Selon cette étude, compte tenu uniquement du vieillissement démographique, le nombre de séjours hospitaliers augmenterait de plus de 2 millions et les besoins en lits d’hospitalisation complète de 28 % à horizon 2030. En revanche, en tenant compte également du développement de la prise en charge ambulatoire et du raccourcissement des durées de séjours en hospitalisation complète, le nombre de journées en hospitalisation complète diminuerait d’un peu plus de 3 millions et le nombre de séjours réalisés en ambulatoire augmenterait de près de 50 % en 2030, par rapport à 2012. Quant aux besoins en[...]

Actualité
Il y a 12 jours
JIM

Paris, le mardi 16 mai 2017 - Les fermetures de lits sont fréquemment contestes et considérées comme une aberration démographique, face au vieillissement de la population. Cependant, à l’heure où tendent à se développer la prise en charge en ambulatoire et l’hospitalisation à domicile, l’augmentation du nombre de lits est loin d’être toujours une néces[...]

Actualité
Il y a 13 jours
Scope Santé

L’hospitalisation à domicile (HAD) est une hospitalisation à temps complet où tous les soins du patient, atteint d’une pathologie grave, aiguë ou chronique, sont effectués à son domicile ou dans l’établissement d’hébergement collectif qui l’accueille

Actualité